Soutenez les pisciculteurs de Côte d'Ivoire !

par APDRA Pisciculture Paysanne

Faire un don

Soutenez les pisciculteurs de Côte d'Ivoire !

par APDRA Pisciculture Paysanne

Faire un don
Soutenez les pisciculteurs de Côte d'Ivoire ! - APDRA Pisciculture Paysanne

Plus de poisson frais pour tous sur les marchés villageois et urbains

En Côte d'Ivoire, le poisson est un aliment de base présent dans plus de la moitié des repas mais le volume de la production nationale est minime par rapport à la demande. Plus de 300 000 tonnes de poissons congelés sont donc importées chaque année et pour partie vendues dans les campagnes, dans des conditions sanitaires parfois précaires. Le poisson frais issu de la pêche ou de la pisciculture locale est bien plus prisé par les consommateurs en raison des garanties qu'il présente sur le plan nutritionnel. Sa production en milieu rural est aussi source d'emploi, et sa vente en circuit court permet une redistribution locale de la valeur ajoutée produite.

Une pisciculture paysanne qui se développe malgré les crises

L'APDRA et ses partenaires travaillent avec les pisciculteurs de Côte d'Ivoire depuis plus de 20 ans. C'est d'ailleurs dans ce pays que l'association a fait ses premiers pas pour soutenir un modèle de pisciculture réellement adapté au contexte des petits producteurs familiaux africains. Aujourd’hui, malgré les crises politiques qui se sont succédées depuis le début des années 2000, plusieurs milliers de pisciculteurs pratiquent ce type d’élevage dans le centre ouest et le sud-ouest du pays. Des dizaines de groupements de pisciculteurs, ainsi que des techniciens et des artisans expérimentés, contribuent à diffuser l'activité, avec ou sans l'aide de projets de développement.

Cependant, le repli individuel induit par les crises a entrainé une perte progressive de la maitrise des techniques piscicoles. Les quantités de poisson produites sont donc aujourd'hui bien en deçà de ce qu'elles pourraient être. Depuis 2012, dans le centre-ouest et le sud-ouest de la Côte d'Ivoire, l’APDRA travaille donc avec une vingtaine de groupements de pisciculteurs en vue de renforcer le réseau de professionnels de la pisciculture et de lui permettre d’assurer un approvisionnement des marchés durable et conséquent. Pour ce faire, elle s'est associée avec l'Association des Pisciculteurs de Côte d'Ivoire (APCI), qui regroupe des techniciens et des pisciculteurs expérimentés.



Des activités correspondant aux attentes des pisciculteurs

Sur le terrain, les activités sont mises en œuvre par une petite équipe d'une dizaine de personnes, formée de salariés de l'APDRA et de l'APCI. Elle intervient dans trois domaines :

  • la production piscicole : l'équipe elle accompagne les pisciculteurs les plus expérimentés dans leur recherche d'amélioration de la production : fabrication d'aliments pour poisson locaux et de qualité, élevage de nouvelles espèces, etc. Elle mène aussi des expérimentations visant à adapter le système piscicole actuel aux effets du changement climatique.
  • les circuits de distribution du poisson de pisciculture :  l'équipe travaille avec les mareyeuses afin d'améliorer les circuits de commercialisation du poisson de pisciculture : facilitation des relations entre pisciculteurs et mareyeuses, formations des mareyeuses pour améliorer les conditions de conservation du poisson, fourniture de petit matériel de commercialisation, etc. L'objectif est de permettre à chacun de retirer des bénéfices, tout en fournissant au consommateur un poisson de qualité abordable financièrement.
  • la reconnaissance institutionnelle de la filière du poisson de pisciculture : les pisciculteurs de 16 groupements ont récemment décidé de se réunir au sein d'une union faitière afin de : i) organiser le développement harmonieux de la filière piscicole, (ii) participer aux débats nationaux sur la pisciculture et (iii) défendre les intérêts des acteurs piscicoles. L'équipe les accompagne dans leur réflexion et dans la mise en place d'une structure opérationnelle et autonome.


Des résultats concluants...

En août 2018, 573 pisciculteurs et 67 mareyeuses étaient accompagnés sur le terrain. Le travail réalisé porte largement ses fruits puisque la production de poisson augmente chaque année de manière significative. En 2017, les pisciculteurs concernés par l'action ont ainsi déclaré avoir commercialisé plus de 230 tonnes de poisson, ce qui représente une augmentation de plus de 50 tonnes par rapport à 2016.
Pour plus de 75% des pisciculteurs suivis, la pisciculture constitue la deuxième ou la troisième source de revenus. Pour certain, c'est même l'activité principale.Tous les pisciculteurs accompagnés expriment de la satisfaction par rapport aux gains que leur procure la pisciculture, au regard du peu d’espace et de temps qu’ils y consacrent par rapport aux autres activités agricoles.
De plus, dans les zones plus sèches, l’optimisation récente de la gestion de l’eau permet d'avoir des étangs remplis à leur maximum en fin de saison des pluies. Cela rend l'eau disponible pour irriguer des cultures maraîchères en saison sèche. Ce maraîchage associé à la pisciculture est généralement pratiqué par les femmes et les jeunes et leur procure des revenus non négligeables. 

... mais il reste encore du travail !

L'action doit s'achever d'ici mai 2019 mais nous n'avons pas encore réuni tous les financements qui nous permettront de travailler jusqu'à cette date. Pourtant, il nous reste encore plusieurs activités importantes à mener !

Pour pouvoir travailler avec les mareyeuses, nous avons tout d'abord dû passer beaucoup de temps à les connaître et à gagner leur confiance, avant d'identifier les points nécessitant réellement notre appui. Nous venons tout juste de démarrer les sessions de formation et nous n'avons pas encore fourni le petit matériel de commercialisation prévu.

De même, la décision de créer une union des pisciculteurs de grande envergure n'a été prise qu'en août 2018 par ces derniers. C'est donc maintenant que démarre tout le travail d'accompagnement pour la création de cette structure : mise en place des règles de fonctionnement, démarches administratives, promotion en vue d'une reconnaissance institutionnelle, etc.

Afin de permettre à la filière piscicole de mieux s'organiser et d’accroître durablement la disponibilité en poissons frais sur les marchés villageois et urbains, nous avons aujourd’hui besoin d’un complément de financement de 8 000 €.

Nous vous remercions d'avance pour votre contribution ! Chaque don est utile et permettra le développement à plus grande échelle de ce modèle innovant et efficace qu'est la pisciculture paysanne.




Donner 10 euros

Soit 3 euros après déduction fiscale

Donner 20 euros

Soit 7 euros après déduction fiscale

Donner 50 euros

Soit 17 euros après déduction fiscale

Donner 100 euros

Soit 34 euros après déduction fiscale

Donner 150 euros

Soit 51 euros après déduction fiscale

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard SEPA PCI-DSS
j
juliette gaillard
16/12/2018
F
Frédéric Cardon-Dubois
16/12/2018
Bonjour Merci aux bénévoles de cette association pour le soutien à tous ces projets de développement.
I
Isabelle Hanquiez
13/12/2018
Signaler la page