Arbokreyas

Environnement

ArbroKreyas, est une structure écosystémique conciliant développement économique et protection et renforcement de la biodiversité par l’intégration des principes et éthiques de la philosophie de la Permaculture, du Jardin Créole, dans une démarche globale en Guadeloupe.

Nos actions en cours

Nous sommes actuellement en train de mettre en place nos prochaines initiatives. Revenez bientôt pour ne rien manquer !

Qui sommes-nous ?

Préambule 

L’association, ArbroKreyas, créée en 2021, est une structure écosystémique conciliant développement économique et protection et renforcement de la biodiversité par l’intégration des principes et éthiques de la philosophie de la Permaculture dans une démarche globale en Guadeloupe. Il s’agit en d’autres termes d’une actualisation d’une pédagogie alternative, autosuffisante et ancestrale : le jardin créole.

Cela se traduit par une contribution au développement durable, économique, social et culturel de notre Archipel Guadeloupéen à travers plusieurs projets et sous-projets sur des thématiques diverses et variées : 

Ateliers Kréaks - Offre d'ateliers thérapeutiques autour du Jardin Créoles (Intergénérationnelle)
Aménagement de jardins potagers sur le principe du Jardin Créole 
Formation aux métiers de la Permaculture 
Accompagnement de porteurs de projets durables 

L’Association ARBOKREYAS a pour objet :

  • De défendre et de protéger le patrimoine et la biodiversité, les espèces animales et végétales, le cadre de vie, le sol, le sous-sol, le domaine public maritime, les étangs, marais et zones humides, les cinquante pas géométriques, les mangroves, les métiers respectant les cycles écologiques et la sécurité des hommes, des femmes et des enfants contre les risques naturels majeurs et technologiques portant sur l’ensemble de l’archipel Guadeloupe et plus largement dans les DOM-COM
  • La valorisation et le renforcement de la biodiversité sera effectué par la diffusion et la défense de l’éthique associée aux principes de la permaculture adaptés à notre environnement, selon les évolutions scientifiques en vigueur,
  • La démocratisation de l’autonomie alimentaire par l’implantation massive de jardins potagers à l’usage du plus grand nombre.
  • La mise en œuvre de programme de recherche pour l’innovation dans l’agroforesterie, par les matériaux de construction naturels, le recyclage et la recherche de tous moyens et tous procédés pouvant y parvenir ;
  • Favoriser la sensibilisation et l’implication des citoyens dans les enjeux sociétaux environnementaux et leurs impacts sur l’insertion sociale des plus défavorisés notamment par la formation dans le cadre d’une pédagogie alternative et participative ; la mise en place de toutes les offres de développements liés à la phytothérapie…
  • La création et le développement d’une offre de biens et services à dominante écotouristique et éco-citoyenne. La création d’un parc écotouristique ;
  • Et dans l’ensemble toutes actions permettant la mise en valeur du patrimoine naturel et historique sur l’ensemble du territoire archipel Guadeloupe par l'application de la législation en vigueur en faveur des monuments naturels, des monuments historiques, des zones d'intérêt écologique, faunistique et floristique et, d'une manière générale, de l’environnement ;
  • Et toutes opérations financières, mobilières ou immobilières se rattachant directement ou indirectement à cet objet et susceptibles d'en favoriser la réalisation, à condition toutefois d'en respecter le caractère civil.

Lauréat de L'office Français de la Biodiversité

L’appel à projets Biodiv’éco vise à accompagner l’émergence de projets de valorisation économique de la biodiversité.

Hôtes d’une biodiversité remarquable, les territoires d’Outre-mer offrent des opportunités de développement économique importantes, mais encore peu exploitées. Dès 2017, le président de la République a souhaité que ses opérateurs s’investissent dans ce domaine. C’est dans ce contexte que l’équipe ingénierie de projets « économie et biodiversité » de l’OFB a été constituée. À compétence nationale et active depuis Cayenne (Guyane), elle a pour mission d’appuyer la mise en œuvre d’actions concrètes pour un développement économique pour et par la biodiversité.

Le projet global d’ArboKreyas vise le développement d'une pédagogie répondant aux objectifs de développement durable, à la croisée de la permaculture et du Jardin Créole. Le projet PERMABIODIV, d'une durée de 22 mois, correspond à la phase de lancement d’Arbokréyas :

Les actions suivantes sont prévues :

  1. Lancement des études de marché, plans marketing, communication, réalisation du business model et business plan, premiers conseils juridiques en termes de protection de la propriété intellectuelle ;
  2. Premiers aménagements du site d’exploitation ;
  3. Acquisition des petits outillages pour l’exploitation et les formations.

Le projet PERMABIODIV porté par l’association ArboKreyas est issu du territoire guadeloupéen et représente l’un des volets d’un projet plus large porté par l’association, qui vise à déployer un réseau de parcelles agricoles cultivées selon les principes de la permaculture, spécifiquement adaptée au contexte géographique, sur plusieurs collectivités de l’archipel guadeloupéen. Il répond à un certain nombre d’enjeux, de problématiques et de besoins, qui vont bien au-delà de la seule zone Caraïbe. * La Guadeloupe, au cœur de l’un des points chauds de la biodiversité mondiale.

La Guadeloupe est internationalement reconnue comme l’un des “points chauds” de la biodiversité dans le monde : ces zones abritent près de 1500 plantes vasculaires endémiques et ont déjà perdu au moins 70% de leur végétation originelle. [CF. Figure 1 : Carte du hotspot de la biodiversité des îles de la Caraïbe. (cf. dans les Annexes uploadées séparément le document rassemblant les figures et schéma lié au projet).] La biodiversité en Guadeloupe représente pas moins de 3000 espèces au niveau de la flore et 3600 espèces concernant la faune, espèces connues, dont 684 sont endémiques (Source: OFB, Mars 2021). La Guadeloupe, à elle seule, représente 78% de la flore des Petites Antilles, et 6% de la biodiversité nationale sur seulement 0,2% du territoire. Les îles de Guadeloupe constituent donc un creuset pour la biodiversité du territoire national. Biodiversité, qu’il convient de protéger et de valoriser. La population guadeloupéenne dépend de cette richesse en termes de biodiversité pour assurer sa subsistance : alimentation (production locale et autosuffisance alimentaire), plantes médicinales, matières premières, régulation du climat, pollinisation, récréation, loisirs et tourisme, qualité de l’eau, de l’air et des sols, protection contre les catastrophes naturelles (la mangrove et la barrière de corail permettent au littoral d’avoir une meilleure résistance face aux cyclones). * Une biodiversité précieuse mais menacée.

Cet héritage précieux au sein de la région Caraïbe est aujourd’hui en danger, en raison de la conjonction de facteurs naturels et globaux (par ex. érosion des franges littorales) et de facteurs plus directement anthropiques (expansion urbaine, mitage lié aux défrichements, réchauffement climatique) qui contribuent à la modification des milieux et des écosystèmes et à la rupture des fragiles et sensibles équilibres naturels. Ces effets sont encore renforcés par la taille réduite des différentes îles de l’archipel. Au rang des catastrophes naturelles on compte les ouragans, les éruptions volcaniques (cf. la récente éruption sur l’île de Saint Vincent), ainsi que les tremblements de terre. Les écosystèmes de la Guadeloupe sont menacés depuis plusieurs siècles au travers des processus de déforestation, de la construction de barrages, de l’expansion urbaine et du développement des infrastructures. A cela s’ajoutent la présence croissante d’espèces invasives dont le Pin Caraïbe, la Petite Mangouste et la Tortue de Floride, pour n’en citer que quelques-uns.

 À quelles problématiques répondons-nous ?

Le projet global porté par l’association ArboKreyas, dans le cadre duquel s’inscrit le projet PERMABIODIV dont il est ici question, vient donc répondre à plusieurs besoins de la société guadeloupéenne, dont les principaux sont les suivants :

 

  • Restaurer la biodiversité, au travers de la réintroduction d’essences permettant de rétablir certains écosystèmes ;
  • Promouvoir et protéger la biodiversité : le projet contribue, notamment au travers du déploiement de forêts régénératrices, à la restauration d’écosystèmes et de niches de biodiversités (dans une logique territoriale de trames vertes et bleues);
  • Permettre l’utilisation de parcelles agricoles aujourd’hui contaminées aux pesticides, grâce à la mise en place de cultures hors-sol;
  • Apporter une solution pour la valorisation des sargasses qui envahissent régulièrement le littoral guadeloupéen ;
  • Développer une agriculture durable et la production de produits locaux de qualité, ainsi qu’une logique d’approvisionnement en circuits-courts, permettant à la Guadeloupe de développer un début d’autonomie alimentaire ;
  • Organiser l’agro-transformation et la valorisation de produits agricoles produits localement, afin de diversifier les débouchés pour la production guadeloupéenne ;
  • Lutter contre le chômage via la formation à ces méthodes adaptées au contexte guadeloupéen, afin d’offrir des possibilités d’emploi local et non-délocalisable. Il s’agit notamment de permettre à la population, notamment les jeunes peu ou non-qualifiés d’augmenter leurs chances en termes d’insertion socio-économique.