Aspir

Autre

L’association a pour objet de promouvoir tous projets visant à soutenir et accompagner les initiatives pour un pastoralisme inventif et responsable. Retrouvez sur notre site des ressources pour et sur le métier de berger d’alpage : www.aspir.eu

Nos actions en cours

À la une

Qui sommes-nous ?

Association ASPIR : soutien aux projets de recherche et d’interprétation sur les activités pastorales

L’association ASPIR, née en 2013, compte aujourd’hui une quarantaine de membres. Aspir aspire à être un laboratoire d’idées ouvert sur le monde.

L’association a pour objet de promouvoir tous projets visant à soutenir et accompagner les initiatives pour un pastoralisme inventif et responsable.

Elle génère des temps de rencontres autour de projets et d’ateliers où se rassemblent des bergers, des éleveurs, des chercheurs, des artistes et des citoyens soutenant les activités et cultures pastorales des Alpes et d’ailleurs.

ASPIR a entrepris plusieurs projets (manuels à l’usage des bergers d’alpage, ateliers des Alpages, Cléopâtre, l’équipe de soutien aux bergers, etc.) qui nécessitent à la fois l’engagement de ses membres (expertise notamment) et demandes d’aides (subventions) à des institutions diverses (dont la Fondation de France). ASPIR a publié Le Petit Manuel du berger d’alpage (2015) et le Manuel des bergers d’alpage (2017), une nouvelle édition revue et augmentée du manuel.

Ces ouvrages ont été conçus avec le concours de ses membres, de l’Association des bergères et bergers de Provence et des Alpes du sud, et de la Maison du berger (Communauté de communes du Haut Champsaur).

Trois principes guident les actions d’ASPIR

Le premier principe est de ne pas se substituer aux acteurs existants (tels que la Maison du Berger, les associations et syndicats professionnels, les services pastoraux, les laboratoires de recherche…) mais de chercher toujours à agir en synergie avec eux.

Le second principe est de privilégier la rencontre entre les personnes et les organismes concernés par les activités et cultures pastorales dans leur diversité au -delà des statuts de chacun et des éventuels cloisonnements.

Le troisième principe est de chercher systématiquement à co-construire les projets dès leur conception avec les personnes concernées.