Association Baby-Loup

Education et formation
Crèche solidaire et relais familial d'urgence ouverts 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7
qui sommes-nous ?
En images
Notre mission

I) OBJETS STATUTAIRES

Objet général : Développer une action orientée vers la Petite Enfance en milieu défavorisé, permettant l'insertion sociale et professionnelle (en priorité) des femmes de quartier.

Moyen spécifique : Mise en place de la seule crèche française ouverte 24h/24 et 7j/7, permettant d'accompagner à tout moment les parents, qualifiés ou non-qualifiés, ne pouvant prétendre qu'à des missions de travail à horaires décalés (très tôt le matin, très tard le soir, de nuit ou sur les week-ends et jours fériés).

Objets annexes : Outre l'outil social et solidaire unique qu'est sa crèche, l'association permet aux femmes, en les intégrant à sa propre équipe, d'obtenir des diplômes d’État relatifs à l'accompagnement de la Petite Enfance (35 en ont déjà bénéficié). Elle organise régulièrement des groupes de paroles, des ateliers de bien-être ou d'accompagnement pédagogique, pour aider les femmes à avoir confiance en elles et à renforcer leur tissu social, souvent défaillant. En multipliant en son sein les aides à la parentalité et les activités culturelles, ouvertes à tous, la structure travaille aussi plus généralement au développement d’un quartier populaire, en vue de réduire les inégalités territoriales. Relais familial et lieu de vie collectif adapté aux nouveaux enjeux contemporains, Baby-Loup œuvre ainsi quotidiennement pour la réussite et la fraternité de tous les citoyens, d'aujourd'hui comme de demain.

II) ORIGINE DU PROJET

À la fin des années 1980, Natalia BALEATO, sage-femme de l’hôpital d’Evry, s’engage bénévolement dans les quartiers de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) pour contrer, par l’information et la prévention, la progression préoccupante du virus du sida. Au contact prolongé de femmes désœuvrées, abandonnées par un État qui ne sait pas comprendre et composer avec leurs histoires personnelles complexes, cette immigrée chilienne ayant échappé à la dictature de Pinochet comprend la nécessité symbolique et pratique de l’implantation d’une institution solidaire en plein cœur de la cité, indispensable pour faire renaître le lien social là où les pouvoirs publics n’osent plus parfois assurer leur devoir.

Sur une idée de ces femmes qui ont croisé sa route, à qui on ne laissait aucune chance de s’inventer librement un quotidien, elle abandonne sa carrière et se bat plusieurs années durant pour assurer la création d’une crèche permettant de guider dans leur recherche d’une formation ou d’un emploi des femmes qui n’ont souvent connu ni l’un ni l’autre, et d’accompagner jour après jour de jeunes enfants de banlieue jusque-là sans perspectives.

En 1991, le projet aboutit par ses efforts sous la forme d’une association loi 1901 : Baby-Loup se greffe à la cité cosmopolite de la Noé et devient la première crèche ayant pour public prioritaire les femmes seules et les familles modestes, avec près d'une moitié de ses bénéficiaires située sous le seuil de pauvreté.

En 2002, après avoir formé de nombreuses femmes de quartier aux métiers de la Petite Enfance, Baby-Loup devient la première crèche à être ouverte 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, citée dans toute l’Europe comme un modèle exceptionnel d'économie solidaire, adapté à tous les horaires de travail et à tous les modèles familiaux. Un fonctionnement novateur qui lui permet d'aider depuis, à tout moment, les mères confrontées à un relais familial défaillant, en favorisant toujours leur émancipation et leur autonomie.

III) OBJECTIFS INITIAUX DU PROJET

- Accueillir les enfants entre 2 mois et 9 ans, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, pour permettre avant tout le maintien dans l’emploi des femmes seules cheffes de familles, dont les situations sont les plus précaires.

- Proposer un outil social et solidaire adapté aux modes de vie contemporains et aux nouvelles organisations familiales, prenant acte de la variabilité des horaires de travail et des problématiques qui en découlent pour les adultes et leurs enfants.

- Offrir un accès facilité à la culture à des populations qui en sont souvent privées, à travers des ateliers ludiques d’éveil pouvant être partagés par plusieurs générations de participants (enfants, parents, famille élargie et professionnels de la structure), qui assurent la promotion de l’égalité à tous les niveaux (socio-économique, ethnique, sexuel...).

- Accompagner les femmes dans la construction de leur autonomie, d’une part en les épaulant dans leurs insertion et maintien dans l’emploi, d’autre part en leur permettant de tisser de nouvelles amitiés en échangeant collégialement sur leurs vécus respectifs (via l’organisation de groupes de parole et de séminaires pour les femmes du territoire).

- Construire les conditions d’un essaimage de son modèle sur le territoire français, en mettant ses expériences et expertises au service de ceux qui souhaiteraient venir en aide aux enfants, femmes et hommes d’autres régions.

IV) RESULTATS OBTENUS

- l’émancipation des femmes par un outil permettant l’accès à la formation et l’intégration par le travail (outre ses encouragements internes à la formation aux métiers de la petite enfance, la structure accompagne les individus dans leurs démarches d’alphabétisation ou d’obtention du permis de conduire, et dans les recherches de stages/formations/emplois qu’elles permettent)

- le développement éducationnel d’un quartier populaire par la multiplication d’aides à la parentalité et d’ateliers culturels (dans des lieux où la culture ne pénètre que trop rarement, nous sensibilisons les adultes aux problématiques de la petite enfance et proposons aux enfants et leurs familles des éveils à la musique, au conte, à la lecture... en mettant en place les conditions d’une transmission et d’une permanence de ces savoirs dans le cercle domestique)

- la consolidation du vivre-ensemble d’un quartier difficile de la banlieue parisienne, par l’entretien d’un lieu de vie commun dont le cadre de neutralité explicite favorise les valeurs républicaines de partage, de mixité et d’équité (par ce modèle, la structure permet à des enfants issus de plusieurs dizaines d’origines différentes de vivre au même rythme et sans se juger, quelques soient leurs situations financière, familiale ou religieuse ; les parents étant régulièrement invités à participer à cet espace, ils y apprennent également à se connaître et à devenir solidaires de leurs voisins, aussi divers soient-ils)

- la garantie de métiers essentiels à notre quotidien (médecins, policiers, infirmières, pompiers, surveillants pénitentiaires, attachés parlementaires, pilotes d’avion... toutes les fonctions nécessitant une implication au-delà des horaires classiques de travail trouvent en notre structure un soutien de poids, qui ne remet pas en cause la possibilité d’y joindre une vie familiale épanouie).

V) ACTIONS REALISEES

Le projet associatif est déployé du 1er janvier au 31 décembre de chaque année. Il se définit par diverses actions aux fréquences différentes, qui déterminent son calendrier.

Fréquence quotidienne

- Accueil permanent des enfants avec dimension de relais familial et aide personnalisée à la parentalité

- Activités encadrées (sorties, piscine, peinture, dessin, collages, jeux de société, etc.)

Fréquence bimensuelle

- Atelier d’éveil musical (accompagné par une multi instrumentiste dont le répertoire contient une centaine de comptines, le personnel accompagne les enfants dans leur découverte des sons, des modulations de la voix et des instruments de musique, dont certains sont mis à leur disposition)

- Atelier d’éveil à la lecture (guidé par une formatrice à la lecture, le personnel accompagne les enfants, pris par petits groupes, dans leur découverte des livres)

Fréquence mensuelle

- Veillée contes (des conteurs viennent faire découvrir des histoires aux familles en mobilisant des techniques de mime, marionnettiste, ventriloque, griot, etc.)

- Groupe de paroles de femmes (entre rires et larmes, les femmes du quartier et d’ailleurs se retrouvent pour se communiquer leurs expériences ; accompagnées par des lectrices et une psycho-sociologue, elles dessinent ensemble de nouveaux destins féminins)

Fréquence annuelle

- Séminaire de femmes (au printemps, les femmes du groupe de paroles mensuel partent à la campagne pour prolonger leurs échanges et leurs réflexions dans un autre cadre et un autre temps, leur permettant de s’extraire un tant soit peu, et à moindres frais, d’un quotidien souvent difficile, tout en accroissant leur confiance mutuelle)

- Gîte mères/enfants (en été, les mamans qui n’ont pas les moyens d’emmener leurs enfants en vacances ont la possibilité de partir en séjour à la mer, accompagnées de plusieurs responsables de notre structure ; elles repensent alors ensemble leurs manières d’élever leurs enfants, en les échangeant et les confrontant à un lieu très différent de leur vie urbaine)

VI) BENEFICIAIRES

En 2013, la structure a été utile à 186 familles, touchant directement 184 femmes, 101 hommes et 242 enfants, et indirectement leurs cercles de famille. À travers la plupart des activités qu'elle propose au jour le jour (organisations d'anniversaires en commun, ateliers culturels, groupes de femmes...), l'association invite constamment les bénéficiaires à s'impliquer dans la constitution du projet et à y mêler leurs proches, dans le but de tisser toujours plus de lien social, toujours dans une ambiance solidaire visant à dépasser un maximum de préjugés (sociaux, ethniques, sexuels...).

En 2012, année témoin, 54% des familles accompagnées vivaient sous le seuil de pauvreté, avec moins de 956 € par mois, 68% des mamans des enfants ayant fréquenté la structure travaillaient en horaires atypiques, et 47% de l'ensemble des enfants accueillis vivaient seuls avec leur mère.

VII) PERSPECTIVES

Le projet est renouvelé chaque année depuis 2002. En 2014, il a pris un nouveau départ : pour accueillir toujours mieux les familles qui en expriment le besoin, et proposer toujours plus d'activités aux familles dans la sérénité, le projet s’est implanté sur un nouveau territoire, à 7 km du siège social historique de l'association qui le met en œuvre depuis sa création.

Dans de nouveaux locaux situés sur la commune de Conflans-Sainte-Honorine, à la limite du Département des Yvelines et de celui du Val d'Oise, le projet est désormais en mesure de répondre aux besoins de davantage de localités, et d’aider par-là toujours plus de femmes seules et de familles fragilisées.

Siège social

1 rue Camille Pelletan 78700 CONFLANS SAINTE HONORINE
vous avez une question ?
Soyez le premier à lancer la conversation !
Votre commentaire public
Notre communauté

Nos supporters

babyloup3 615339
Découvrez d'autres associations sur HelloAsso
Association ANAKA
ANAKA
Association Ecole Autonome et Démocratique
Ecole Autonome et Démocratique
Association AAPECE
AAPECE
Association Hand2Hand - Ludosens
Hand2Hand - Ludosens
;