FR EN

Un don .... vous changerez une vie

Donnons l'opportunité de continuer à rêver aux étudiants

Mon don

Je donne une fois

  • 10 €
  • 20 €
  • 100 €
  • 150 €

Je donne tous les mois

  • 1 €
  • 4 €
  • 10 €

Qui sommes-nous ?


De vendeur de rue à étudiant d’une des écoles d’ingénieur les plus réputées en France …

C'est l'histoire de M.TRAN Van Xuan, ancien élève ingénieur à l'Ecole Polytechnique et fondateur de l'Association Dong-Hanh.

Né et ayant grandi dans un petit village pauvre du delta de Mekong, depuis son enfance M.TRAN Van Xuan s'est dit qu'il n'abandonnerait pas ses études à cause de sa situation familiale défavorisée. Heureusement, un « mystérieux » mécène, dont le nom était toujours inconnu encore aujourd'hui même pour lui, a décidé de financer ses études supérieures pour qu'il puisse se concentrer à ses cours sans devoirs'inquiéter de la vie quotidienne. Un an et demi plus tard, grâce au soutien de ce mécène, M.Tran a pu réaliser son rêve et a obtenu une bourse pour aller faire ses études à l'Ecole Polytechnique. Après, il a essayé sans cesse de contacter cette généreuse personne pour pouvoir la rencontrer au moins une fois, mais il a toujours été refusé. Le jour où il est venu en France, le mécène a accepté de le rencontrer (mais toujours sans indiquer qui elle est). Lorsque M.Tran lui a demandé comment il pouvait faire pour lui rembourser son aide, cette personne a dit « je t'aide, mais tu n'as pas besoin de te souvenir de moi, essais de bien vivre et devenir une bonne personne. Pour moi, ça suffit ».

Pendant la deuxième année de son séjour en France, en 2001, il a pensé que le moment venait et a décidé de regrouper ses camarades vietnamiens de sa promotion à l'Ecole Polytechnique pour lancer une campagne nommée « Droit de rêve ». L'objectif était d'encourager les autres afin qu'ils économisent une partie de leurs bourses d'études dans le but d'attribuer des petites bourses pour aider les étudiants du même âge mais moins chanceux au Vietnam. La campagne a récolté beaucoup de succès, dépassant leur espoir et 17 premières bourses ont été remises pour les étudiants à l'université polytechnique de Ho-Chi-Minh ville.

C'était le premier pas de l'association Dong-Hanh d'aujourd'hui !


Qui sommes-nous aujourd’hui ?

Ayant débuté notre aventure par 17 premières bourses à 17 étudiants de l’Ecole Polytechnique de Ho-Chi-Minh ville, aujourd’hui Dong-Hanh a pu tendre sa main vers des étudiants de 18 universités à 6 villes et provinces partout dans le pays. 

Jusqu’à ce jour, après 17 ans de création et développement, Dong-Hanh a reçu plus de 16.000 dossiers et attribué environ 260-300 bourses chaque année équivalant à plus de 3.500 bourses d’une valeur totale de plus de 400,000 euros.

Dès sa création, l’objectif de l’association Dong-Hanh reste toujours unique, c'est d’encourager des étudiants et des lycéens issus des milieux défavorisés au Vietnam et ayant de bons résultats dans leurs études pour qu’ils puissent continuer ou réaliser leurs études supérieures sans les abandonner à cause des difficultés financières. Cela se traduit par l’attribution de bourses semestrielles d’une valeur de 150€ à chaque étudiant méritant à la fin de chaque semestre universitaire, en janvier et en juin. En dehors des supports financiers, Dong-Hanh essaie toujours d’aider ses étudiants tant spirituellement que socialement grâce aux activités permettant de renforcer la relation entre les boursiers eux-mêmes et celle entre les boursiers et les membres de Dong-Hanh au Vietnam et à l’étranger.

Par ailleurs, à travers les programmes de parrainage ou les activités extra-universitaires comme le club de langues étrangères, les programmes d’entrepreneuriat… Dong-Hanh voudrait contribuer à effacer progressivement l’écart et le prix de chance entre les étudiants défavorisés et leurs amis venant de grandes villes, ainsi ils ont l’opportunité de vivre de bonnes expériences et de faire preuve de leurs compétences.


Où sont nos anciens boursiers ?

Grâce au soutien précieux de nos donateurs, nos boursiers ont eu l’opportunité de surmonter les difficultés, et donc de se concentrer sur leurs études afin d’obtenir de meilleurs résultats. En effet, Dong-Hanh est actuellement une association sans frontières avec un réseau des anciens boursiers qui se présente non seulement au Vietnam, mais également partout dans le monde comme par exemple en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Ukraine, en Russie, au Japon, en Australie, en Taïwan, à Singapour et aux Etats-Unis. De plus, le plus important est qu’ils retournent tous supporter Dong-Hanh et certains d’entre eux occupent des fonctions importantes dans l’association comme M. LE HONG Thai, président de Dong-Hanh (boursier 2012), M. HUYNH Nam Khoa, président de Dong-Hanh Singapour (bousier 2009), M. NGUYEN Duong Hoan, président de Dong-Hanh Korea (boursier 2012-2013), Mme DIEP My Dung, responsable des représentants de Dong-Hanh à Ho-Chi-Minh ville (boursière 2012-2013)…Et c’est la valeur de « transition » qui représente l’énergie permettant de garder le flambeau de Dong-Hanh allumé pour toujours de génération en génération au cours de ces 16 dernières années.


Des lettres de demande de bourse ?

NGUYEN Van Giai (24 ans) - Université des Sciences Naturelles de Ho-Chi-Minh ville BinhDuong – note moyenne 8.1 et 8.64/10

Quand j'étais petit, j'ai toujours rêvé d'être médecin puisque ma mère était toujours malade. Et j'ai enfin réussi à le faire...

Malheureusement, lors de ma deuxième année universitaire, mes parents ne pouvaient plus payer mes frais d'études. De plus, le programme des études de médecine était très lourd et chargé, je n’avais pas donc du temps libre pour chercher des travaux à temps partiel. Après de longues nuits de réflexion en silence, j'ai pris une décision que toute ma famille n'aurait jamais pu imaginer, celle d'abandonner mes études et d'aller à Dong-Nai pour travailler en tant qu'ouvrier dans une usine...

Un an plus tard, un ami m’a donné un morceau de papier découpé d’un journal qui disait “le domaine du génie nucléaire est en manque de ressource humaine, et que les frais d'études sont gratuits pour les étudiants...” C'était la raison pour laquelle j'ai décidé de venir faire des études à l'Université des Sciences Naturelles. Pourtant, à l'inscription, j'étais vraiment étonné et même choqué du fait que tout ce que j'ai lu sur la gratuité d'études n'était pas vrai, de manière exacte, ceci n’est plus à jour. Et, évidemment, comme je n'avais pas assez d'argent pour l'inscription, j'ai dû demander au Bureau des Services d'Etudiants (BSE) de rédiger une lettre d'engagement qui me permettait de m'inscrire avec seulement 1.500.000 Dong. Pour le reste, le BSE m'a autorisé à ne pas suivre les cours de service militaire pendant un mois, ainsi j'ai travaillé entre-temps pour pouvoir rembourser l'argent à l'université…

NGUYEN Van Bao Quoc (20 ans) — Université de Sciences sociales et humaines HCM Tien Giang, note moyenne 8.53/10

Mon père m'a abandonné lorsque j'étais petit. Mon enfance s’est passée sur les trottoirs de Sai-Gon avec ma mère, nous avons dû vendre des billets de loterie car nous n’avions pas de domicile fixe. Ensuite, grâce aux “grands-parents adoptés” de ma mère, elle a pu enfin retourner vivre avec eux à Tien-Giang…

Peu de temps plus tard, à cause des problèmes de santé (problème neurologique), elle ne pouvait pas exercer un autre travail et devait continuer à vendre des billets de loterie pour gagner de l'argent. Vu que la source de financement provenant de la vente des billets n'était pas suffisante pour subvenir à nos besoins quotidiens, ma grand-mère a dû aller mendier pour aider ma mère. Malheureusement, depuis le mois de novembre l'an dernier, elle est tombée malade (hémiplégie) après une chute. C'est pour cela que je dois faire beaucoup de travail à mi-temps pour réussir à vivre et pour envoyer de l'argent afin d’aider ma mère.

VO Thi Minh Tam (20 ans) - Université d'Economie de Danang — Quang Ngai – note moyenne 2,84/4

Née dans une petite famille pauvre sans que mon père accepte ma naissance, je grandissais en amour dans les bras de ma mère et ma grand-mère maternelle. Ma mère n'avait que de travail de manœuvre et nous habitions, ma mère et moi, dans une cabane dans le jardin de mes grands-parents. Malgré la difficulté quotidienne qui était chargée toujours sur les épaules de ma mère, elle s’efforçait toujours de travailler et ne me laissait jamais affamée. Cependant, le cancer a emporté ma mère loin de moi quand j'étais encore trop jeune. Depuis, je vivais avec mes grands-parents maternels. La perte de mère était une grande douleur pour un enfant de mon âge, mais cela ne s'est pas arrêté là, deux ans plus tard, mon grand-père nous a quitté aussi à cause d'une maladie cardiaque. Après, il ne restait que la petite pension militaire d'invalidité de ma grand-mère qui nous permettait survivre, sans compter les frais de médicament pour elle et les frais d'études pour moi.

Grâce aux cœurs compatissants de nos voisins, de nos proches et de mes enseignants, j'ai pu surmonter les difficultés et achevé mes études.

Mes coordonnées

* Champs obligatoires

Contactez-nous

Association Dong-Hanh

Adresse : 16 rue du Petit Musc, 75004 Paris
Email : contact@donghanh.net
Site web : htt://donghanh.net/fr
Facebook : http://facebook.com/DongHanh

Mon récapitulatif

Récapitulatif

Sélection

Don

Don

0

Pourboire suggéré pour soutenir HelloAsso - Modifier

Total

Pourquoi votre soutien compte ?

Mode de paiement

Signaler la page