A Madagascar comme au Cambodge, ils ont le droit d'aller à l'école !

par Association Eau de Coco

Cette collecte est terminée.

A Madagascar comme au Cambodge, ils ont le droit d'aller à l'école !

par Association Eau de Coco

Cette collecte est terminée.

Scolarisation de 1 800 enfants démunis à Madagascar et au Cambodge durant l'année 2016/2017

Depuis le 14 octobre 2016, face à la dynamique de vos engagements, l'équipe Eau de Coco a refixé son objectif à 7 000 €. S'il est atteint les 2 000 € supplémentaires seront consacrés au soutien scolaire de nos jeunes bénéficiaires. Merci d'avance de votre soutien.


Présentation du projet

L’association EAU DE COCO , à travers un programme original et ambitieux, s'engage depuis plusieurs années dans la scolarisation des enfants démunis à Madagascar et au Cambodge à travers la construction d'école, le développement d'activités extra-scolaire, la mise en place de formation et l'appui à la scolarisation.


Aujourd'hui, nous t'invitons à investir sur l'avenir de ces enfants en les scolarisant !




Origine du projet

Face à la situation de l'éducation dans le monde (voir en bas de la page) , nous sommes révoltés.


L'éducation est l'arme la plus puissante qu'on puisse utiliser pour changer le monde. Nelson Mandela (1918 - 2013)


Au delà de nos différents projets que nous menons à Madagascar et au Cambodge, nous souhaitons rassembler des centaines de personnes pour permettre chaque année à des milliers d'enfants démunis de suivre une scolarisation dans de bonnes conditions et investir sur leur avenir !



A quoi servira l'argent collecté ?

Dans le but de scolariser plus de 1 800 enfants issus de familles démunies à Madagascar comme au Cambodge, Eau de Coco a élaboré plusieurs actions pour  l’année scolaire 2016/2017, réalisables avec les fonds collectés durant cette campagne.


Action n°1 : Dotation en fournitures scolaires, inscription et soutien scolaire

Eau de coco souhaite doter plus de 1 800 enfants, vivant dans des conditions extrêmes à Madagascar comme au Cambodge, de l’ensemble des fournitures scolaires nécessaires pour un bon suivi de leur enseignement durant un an. Selon les besoins de leur niveau scolaire et de leur école, des cahiers, stylos, règles, gommes, crayons, classeurs… leur seront distribués  courant septembre et octobre 2016.

Selon le niveau des ressources financières des parents, les élèves seront soutenus pour  les droits  d’inscription à l’école.

Tous les enfants boursiers bénéficieront d’un suivi scolaire durant toute l’année, et si nécessaire  des sessions de soutien scolaire seront organisées.


Action n°2 : Renforcement des compétences des enseignants et des équipes de gestion des établissements scolaires

La qualité de l’éducation des enfants dépend de l’enseignement prodigué. Eau de Coco s’engage sur 2 volets :

-       Doter les enseignants  d’outils  pédagogiques, nécessaires à  un enseignement de  qualité (Craies, Tableaux, documents pédagogiques…)

-       Organiser des sessions de formation auprès des enseignants  afin de renforcer leurs compétences et connaissances et permettre la mise en œuvre de plans d’actions étayant  les structures de gestion des établissements scolaires.


Action n°3 Répondre aux besoins nutritionnels des enfants scolarisés

Dans le but d’encourager  la présence dans les écoles des enfants issus de quartiers démunis à Madagascar et au Cambodge, Eau de Coco contribuera à la gestion  de cantines scolaires, un outil fort dans  la lutte contre l’abandon scolaire


Action n°4 : Formation à l’élevage et à l’agriculture

Pour ne pas couper les enfants de leur mode de vie familial, une partie de ces élèves seront formés aux techniques de l’élevage et d’agriculture. L’ensemble des élèves bénéficieront de session d’information et plus de 140 élèves suivront une formation complète.


Action n°5 : Alphabétisation des parents

Les parents des enfants seront invités à suivre des sessions d’alphabétisation pour leur permettre d’accompagner leurs enfants dans leur scolarité. 


Nous avons besoin de ton soutien, il est fondamental !!!




La situation de l'éducation

La situation de l’éducation dans le monde :

Aujourd’hui, dans le monde, plus de 93 millions d’enfants en âge de suivre l’école primaire ne sont pas scolarisés (source Unicef) et plus de 759 millions d’adultes sont analphabètes (16% de la population mondiale) et n’ont pas les connaissances nécessaires pour améliorer leurs conditions de vie et celles de leurs enfants.

 

Les causes sont liées aux inégalités (sur le genre, la santé, l'origine ethnique, la langue, malnutrition...) et des marginalisations qui persistent. Ces enfants se retrouvent alors en marge du système éducatif et ne bénéficient pas de l’apprentissage nécessaire  à leur développement intellectuel et social. D’autres facteurs liés à la pauvreté, la maladie et l’analphabétisme des parents, multiplient par 2 les risques de non-scolarisation ou de déscolarisation d’un enfant. Ainsi, beaucoup d’enfants issus de ces milieux défavorisés, sont obligés d’abandonner l’école pour travailler et subvenir aux besoins de leur famille.


Le contexte de l’éducation à Madagascar :

Le système éducatif malgache est lourdement affecté par la situation sociale et économique du pays. Le budget de l’Education Nationale reste faible. Les disparités régionales sont grandes notamment dans les régions du Sud de Madagascar. Les cyclones et les inondations sont fréquents et affaiblissent encore les conditions de vie. Les enfants de moins de 14 ans représentent presque la moitié de la population malgache. De nombreuses familles vivent en dessous du seuil de pauvreté (90 % de la population). Les parents ont généralement des difficultés à financer la scolarisation de leurs enfants.


Aujourd'hui, 1 élève sur 2 n'achève pas le cycle du primaire, plus de 20% des enfants de 5 à 14 ans travaillent. Cette situation est lié à de nombreux freins rendant une scolarisation régulière difficile : 

- Coût du matériel scolaire très élevé

- Fatigue quotidienne due à la malnutrition,
- Absentéisme dû aux maladies (paludisme, diarrhées…) ,
- Des effectifs importants par classe (moyenne de 80 élèves par classe)
- Un personnel enseignant vieillissant, un recrutement  de jeunes enseignants difficile (salaire peu attractif pour le niveau de formation demandé),
- Les établissements scolaires  manquant de moyens (locaux, matériel, de documents, de salles informatiques et  de cantine).




Le contexte de l’éducation au Cambodge :

Totalement dévasté par la guerre et par le régime Khmer Rouge dans les années 70, le Cambodge s’est engagé dans une reconstruction totale depuis 1979. Depuis la fin des années 90, Le Ministère de l’Education, de la Jeunesse et des Sports (MoEYS) a mis en place des Plans, Stratégies et Politiques afin de structurer le système éducatif dans tout le pays : politique de regroupement des écoles afin de mutualiser les moyens, politique de réduction de la pauvreté afin de permettre aux familles les plus démunies de pouvoir envoyer leurs enfants à l’école, programme de mise en place d’écoles respectueuses de l’enfant pour un environnement éducatif équitable, solidaire, non-violent et soucieux du bien-être physique et mental des élèves, politique de santé à l’école (programme de soins basiques aux élèves et professeurs, éducation aux gestes élémentaires d’hygiène et de prévention des maladies…), et plus récemment, politique d’éducation des enfants en situation de handicap .


Ces chiffres globaux masquent de fortes disparités, tant géographiques qu’humaines. Sur un plan géographique, toutes les écoles ne sont pas logées à la même enseigne et certaines situées dans des zones très pauvres et/ou dans des zones rurales très reculées (notamment la province de Battambang où nous agissons) sont particulièrement mal loties : 49% n’offrent pas d’accès à l’eau potable, 33% n’ont pas de latrines...

 

Toutes n’offrent pas les six niveaux du primaire et beaucoup de communes n’ont ni collège, ni lycée. Près de 50% des écoles fonctionnent par  roulement (les enfants y vont soit le matin, soit l’après-midi) par manque de professeurs et de classes et il n’y a pas assez de livres de classe pour tous les enfants (3-4 élèves par set de livres en primaire)… Sur un plan humain, des discriminations existent et sévissent encore. Si une famille pauvre ne peut envoyer qu’un seul de ses enfants au collège, elle enverra de préférence un garçon. Conséquence : 1 enfant sur 3 de 5 à 14 ans travaille.


La situation s’est certes considérablement améliorée depuis 15 ans, mais beaucoup d’efforts restent à faire pour que le système éducatif cambodgien rattrape son retard et réussisse à intégrer équitablement les populations dites vulnérables (femmes, pauvres, handicapés…).




Notre équipe

Avec des dizaines de bénévoles, 3 personnes coordonnent ce projet :

Stéphane Hamouis - Coordinateur Eau de Coco - Contact direct : shamouis@eaudecoco.org

José Luis Guirao - Directeur du programme Bel Avenir à Madagascar - Contact direct : jlguirao@aguadecoco.org

Madio Hélène Volanjary - Présidente de l'ONG Bel Avenir à Madagsacar- contact direct : mvolanjary@yahoo.com




Donner 10 euros

Tu permets à un enfant démuni de financer son matériel scolaire et ses frais d’inscription et de bénéficier d’un soutien scolaire à l’école durant l’année scolaire 2016/2017. Tu bénéficies d'une déduction fiscale de 6,66 €

Donner 20 euros

En plus de le scolariser, tu appuies la formation des enseignants, l'approvisionnement des cantines, des formations à l'élevage et l'agriculture et des cours d'alphabétisation pour les parents. Tu bénéficies d'une déduction fiscale de 13,33 €

Les collectes en cours

Campagne scolarisation Madagascar
70,00 € collectés
Je les aide tous les jours. Aidez-moi à continuer!
50,00 € collectés
Un crayon pour chaque enfant !
2 750,00 € collectés
Yo me movilizo y tu ? --- Je me mobilise et toi ?
20,00 € collectés
Scolarise des enfants à Madagascar avec moi !!
10,00 € collectés
L'éducation pour tous!
0,00 € collectés
Lancer ma collecte !
Association Association Eau de Coco

Association Eau de Coco

Eau de Coco - L'éducation comme moteur de développement

Anonyme
30/10/2016
Anonyme
30/10/2016
Georges LEFAIVRE
26/10/2016