FR EN
Faire un Don pour la construction d'un centre Maternelle pour  Jeune Mère en côte d'Ivoire ( Afrique)

Mon don

Je donne une fois

  • 20 €
  • 50 €
  • 100 €

Je donne tous les mois

  • 10 €
  • 20 €
  • 30 €
  • 40 €

Durant les deux premiers trimestres de l’année scolaire 2017/2018, la direction de la mutualité des œuvres sociales en milieu scolaire (DMOSS) a enregistré 94 cas de grossesses chez les jeunes filles-élèves dans les établissements primaires et secondaires du N’zi dont 60 cas soit 63,34% chez les adolescentes âgées entre 12 et 17 ans, a révélé à l’AIP, le coordonnateur de la structure, Mel N’guessan Donald, lors d’un entretien tenu jeudi, à Dimbokro. “Sur 94 cas de grossesses enregistrés, au premier et deuxième trimestre dans la DRENTFP, 60 filles ont un âge compris entre 12 et 17 ans, soit 63,34 %” , a révélé M. Mel, indiquant que la plupart des filles concernées sont au premier cycle des lycée et collèges

Plus de 4.000 cas de grossesses précoces en milieu scolaire ont été enregistrés en 2017 en Côte d'Ivoire, a annoncé mardi le ministère de l'Education nationale, déplorant un "fléau préoccupant et persistant".

"L'année scolaire 2016-2017 (en voie d'achèvement) révèle 4.471 cas de grossesse", selon les chiffres communiqués par la Direction stratégique, de la planification et des statistiques du Ministère ivoirien de l’éducation nationale.

1.153 filles âgées de 9 à 14 ans, 2.393 de 15 à 18 ans, et 920 jeunes femmes de plus de 19 ans sont tombées enceintes, précise le rapport intitulé "Statistiques scolaires de poche 2016-2017".

Le rapport a révélé 404 grossesses dans l'enseignement primaire en 2015-2016 contre 512 en 2014-2015. 51 cas de grossesse ont été dénombrés chez les moins de 12 ans et 353 chez les 12 ans et plus.

Ces chiffres, bien qu'importants, sont en baisse par rapport à l'année scolaire 2014-2015 où 5.992 cas de grossesses avaient été répertoriés dans les établissements d'enseignement primaire et secondaire du pays, et par rapport à 2013-14 (6.800 cas).

Le gouvernement ivoirien a élevé au rang de priorité la scolarisation des filles, qui s’élevait en 2017 à un taux de 55,8% pour les filles dans le primaire, contre 67,1% chez les garçons. Dans le secondaire, le taux de scolarisation des filles s'élevait à 24,6%, contre 33,1% chez les garçons.

Les grossesses précoces engendrent presque systématiquement la déscolarisation pour la jeune fille.

La ministre de l'Education Kandia Camara, qui mène depuis 2013 une lutte farouche contre ce phénomène, n'a pas hésité à pointer du doigt les enseignants, menaçant de "punir et radier sévèrement les auteurs" de grossesses en milieu scolaire.

Mes coordonnées

* Champs obligatoires

Mon récapitulatif

Récapitulatif

Sélection

Don

Don

0

Votre contribution au fonctionnement de HelloAsso (Pourquoi ?) - Modifier

Total

Signaler la page