Edgar Moreau / Raphaël Merlin / Forces Majeures : album Gulda / Offenbach

par Association Forces Majeures

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Enregistrement des concertos pour violoncelle et orchestre de Friedrich Gulda et Jacques Offenbach

Présentation du projet

Après le succès public et critique extrêmement élogieux remporté par l'enregistrement d'un disque Rossini avec Karine Deshayes (label Aparté, CHOC de Classica, 5 de Diapasons, RTL d’OR, clef RES-MUSICA, etc.), Les Forces Majeures, sous la baguette de Raphaël Merlin et avec le violoncelliste Edgar Moreau en soliste, s'attaquent à l'enregistrement, chez le prestigieux label ERATO (WARNER), d'un programme très original et méconnu : le concerto pour violoncelle et orchestre à vent de Friedrich Gulda et le Grand concerto militaire pour violoncelle et orchestrede  Jacques Offenbach.

Origine du projet

Quand, en décembre 2016, Edgar Moreau enregistre un disque de sonates  avec le pianiste David Kadouch  à La Ferme de  Villefavard, naît l'idée d'une collaboration, et plus précisément d'un enregistrement  avec Les Forces Majeures, sous la direction de son confrère en violoncelle Raphaël Merlin, qui y troque chaque année son archet de quartettiste contre une baguette de chef !

Alain Lanceron, directeur de Warner Classic Monde, accepte rapidement de soutenir et produire ce nouveau projet discographique.

Fabrice Planchat, ingénieur son et directeur artistique notamment des disques du Quatuor Ebène, participe également à l'aventure. 

A quoi servira l'argent collecté ?

Enregistrer un album a bien évidemment un coût : rémunération et hébergement des musiciens, de l'équipe qui assure l'enregistrement, location du matériel d'orchestre, etc.

Le budget nécessaire, de 44 300 euros, se décompose ainsi

Masse salariale : 30 900 euros 

Matériel d'orchestre : 1 700 euros

Hébergement et repas des musiciens et de l'équipe

Nous espérons obtenir 15 000 euros de l'ADAMI, société de perception de droits qui aide les projets discographiques.

Il nous reste à trouver 30 000 euros, et nous comptons sur vous !

Notre équipe

EDGAR MOREAU / VIOLONCELLISTE

Né en 1994 à Paris, Edgar Moreau commence le violoncelle à quatre ans ainsi que le piano, instrument pour lequel il obtient son prix au Conservatoire de Boulogne-Billancourt en 2010. Après avoir suivi l’enseignement de Xavier Gagnepain, il est admis au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris dans la classe de Philippe Muller en 2009. Il intègre ensuite la Kronberg Academy où il étudie avec Frans Helmerson. Se produisant déjà en soliste à l’âge de onze ans avec l’Orchestre du Teatro Regio de Turin en 2006, il a depuis joué avec l’Orchestre Philharmonique de Moscou, le Sinfonia Iuventus Orchestra (sous la direction de Krzysztof Penderecki), l’Orchestre du Théâtre Mariinsky (sous la baguette de Valery Gergiev), l’Orchestre Simon Bolivar à Caracas, l’Orchestre Philharmonique de Saint-Pétersbourg (avec Jean-Claude Casadesus), l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre du Capitole de Toulouse (avec T. Sokhiev), le Malaysian Philharmonic Orchestra à Kuala Lumpur, le Hong Kong Sinfonietta, l’Orchestre de chambre Franz Liszt, l’Orchestre de Paris avec Alain Altinoglu…

Edgar s’est déjà produit au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, à la Philharmonie de Berlin, à la Cello Biennale d’Amsterdam, aux festivals Ludwig van Beethoven de Varsovie, de Montpellier, Colmar, Menton, Saint-Denis, Annecy, Périgord Noir, Evian, Verbier, Montreux, Lucerne, Gstaad, Tannay, Edinburg, au Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, à l’Orangerie de Sceaux, aux Flâneries Musicales de Reims, à l’Auditorium du Louvre, à La Folle Journée de Nantes, du Japon, au Musikverein de Vienne…
Son grand intérêt pour la musique de chambre lui a offert l’occasion de jouer avec Martha Argerich, Khatia Buniatishvili, Renaud Capuçon, Nicholas Angelich, Frank Braley, Gérard Caussé, Yo-Yo Ma, Paul Meyer, David Kadouch, Jean-Frédéric Neuburger, les Quatuors Talich, Prazak, Ebène, Modigliani et il est membre du Quatuor Renaud Capuçon.
Récemment, il se produit avec l’Orchestre National de France,  dans le Nouvel Auditorium de Radio-France (sous la baguette de N. Znaider), L’Orchestre Philharmonique de Radio-France à la Philharmonie de Paris sous la direction de Mikko Franck, l’Orchestre National de Montpellier, L’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Philharmonique de Bruxelles, l’Orchestre Philharmonique de Barcelone, à Venise, Aachen, Wiesbaden, Stuttgart, Tokyo, aux Festivals de Saint-Denis, de Verbier, Cologne, Ludwigshafen, Würzburg, Amsterdam, Genève, Paris, Londres…
Edgar Moreau remporte à 17 ans le Deuxième Prix du XIVème Concours Tchaïkovski à Moscou en 2011 sous la présidence de Valery Gergiev, où il s’est vu décerner aussi le Prix de la meilleure œuvre contemporaine. Il est également lauréat du dernier Concours Rostropovitch en 2009 avec le Prix du Jeune Soliste, Prix de l’Académie Maurice Ravel, lauréat 2011 de la Fondation Banque Populaire et soutenu par la Fondation d’entreprise Safran pour la musique, Révélation instrumentale classique Adami 2012, Prix Jeune Soliste 2013 des Radios Francophones Publiques, récompensé d’un Premier Prix et de six prix spéciaux au Young Concert Artists à New-York en novembre 2014 – suivis de concerts à New-York, Washington, Boston, Pittsburg…, « Révélation Instrumentale 2013 » et « Soliste Instrumental 2015 » des Victoires de la Musique Classique, Edgar a sorti en 2014 son premier album chez Erato, Play, récital avec le pianiste Pierre-Yves Hodique, puis Giovincello, concertos baroques avec l’ensemble Il Pomo d’Oro et Riccardo Minasi, récompensé du prix ECHO Classik 2016.

A paraître : Un récital en duo avec David Kadouch consacré à Franck, Poulenc et Strohl.

Il joue un violoncelle de David Tecchler de 1711.





RAPHAEL MERLIN / CHEF D'ORCHESTRE

Raphaël Merlin affirme dès son plus jeune âge un désir de diversité en musique. Violoncelle, piano, piano-jazz, écriture, composition, analyse, direction d'orchestre, orchestration, musique de chambre, arrangement, enseignement... chacune de ces disciplines générant une intense activité musicale.

Il débute sa formation musicale au CNR de Clermont et développe rapidement un amour de la polyphonie et de l'improvisation, qui l'amèneront tout naturellement au jazz et à ses premières compositions ; il s’évade parfois de ses études accompagnant une chorale à la guitare, écrivant quelques chansons, infiltrant un big-band ou encore fondant un quartet de jazz... Quelques concours de composition plus tard, ses premiers diplômes de conservatoire en poche et âgé de 15 ans, il emménage à Paris et y contracte le virus de la direction d'orchestre. Les enseignements d’Igor Kiritchenko, Xavier Gagnepain et Philippe Müller pour le violoncelle, d’Hortense Cartier-Bresson pour la musique de chambre, de Janos Komives pour la direction d’orchestre le forment à l'interprétation, et il achève brillamment ses études au CNSM de Paris en 2005.

La musique de chambre, d’abord pratiquée en famille, occupe rapidement une part centrale de son activité notamment depuis son entrée, en 2002, dans le remarquable Quatuor Ebène. 1er prix 2004 du concours international de l’ARD de Münich, aujourd’hui invité des plus grandes salles du monde (Philharmonie de Berlin, Wigmore Hall de Londres, Konzerthaus de Vienne, Library of Congress de Washington, Carnegie Hall à New York, Philharmonie et Théatres du Châtelet et des Champs-Elysées à Paris…), le quatuor a reçu les conseils de Gabor Takacs, Eberhard Feltz, Gyorgy Kurtag et Pierre-Laurent Aimard, et joué avec Mitsuko Uchida, Nicholas Angelich, Menahem Pressler, Natalie Dessay, Renaud Capuçon, Gary Hoffman, Martin Fröst, Michel Portal…Deux disques, consacrés à Haydn et Bartok, sont parus avec succès chez Mirare, avant que le quatuor ne signe en exclusivité chez Virgin Classics (aujourd’hui Erato/Warner) pour des albums Debussy-Fauré-Ravel (Gramophone de l’année), Brahms, Mozart, Mendelssohn et d’arrangements et compositions originales : « Fiction », « Brazil », « Eternal Stories » (2017). En 2016 est sorti un disque Schubert (avec Gautier Capuçon et Matthias Goerne, mélodies arrangées par Raphaël Merlin, Choc Classica et Edison prize 2016).

Fils de professeur de lettres, passionné d’enseignement depuis sa rencontre avec Xavier Gagnepain, il garde un lien pérenne avec ses élèves anciens ou actuels, enseigne le violoncelle au CRR de Boulogne-Billancourt, donne régulièrement des masterclass de musique de chambre au CNSM de Paris, aux Ecoles d’Arts Américaines de Fontainebleau, dans les Universités de Stuttgart, Freiburg, Houston et à la Colburn School de Los Angeles. Raphaël Merlin se produit aussi comme soliste avec l'orchestre du conservatoire Tchaïkovski de Moscou, l'orchestre de Massy, Sostenuto, Ut 5è, Orchestre d’Auvergne…Il a enregistré les trios de Brahms, les sonates et trio de Fauré, le trio d’Hersant, un album de tango « Café 1930 ». Il réalise des arrangements (classique, jazz, tango, musique traditionnelle…). De 1997 à 2002, il est le pianiste du Wildflower Quartet, donne encore parfois des concerts de jazz au piano, assure la direction artistique du festival « Les Chaises Musicales ».

Comme chef d’orchestre, Raphaël Merlin est rapidement amené à diriger l’orchestre du lycée Racine ou encore l’Orchestre des lauréats du Conservatoire, mais c’est en 2014 que sa vocation prend un véritable essor : il fonde cette année-là « Les Forces Majeures », collectif de chambristes, ensemble dynamique et polyvalent (répertoire traditionnel, création, jazz…), qui reçoit immédiatement un succès international, notamment pour son disque consacré à « Rossini » et enregistré avec la mezzo Karine Deshayes (disque paru en 2016 pour le label Aparté). Les concerts, avec Nicholas Angelich, Sayaka Shoji, Sarah Nemtanu, Inva Mula, Florian Sempey, Amel Brahim-Djelloul, Marc Mauillon… attirent l’attention des radios, telle Radio Classique qui diffuse en direct un programme français incluant le Requiem de Fauré, à la cathédrale des Invalides.

En 2011 il reçoit une première commande comme compositeur, un concerto pour quatuor à cordes et orchestre, pour Cracovie et Munich, avec le Quatuor Ebène et le Klangforum Mitte Europa. Le violoncelliste Nicolas Altstaedt crée son duo pour violon et violoncelle (2014, Concertgebouw Amsterdam) et un concerto pour violoncelle et cordes (Lockenhaus Festival 2016).



LES FORCES MAJEURES

Créées par Raphaël Merlin (chef d’orchestre et violoncelliste du Quatuor Ebène) et Martin Kubich (directeur délégué de la Ferme de Villefavard) sous l’impulsion du Festival du Haut Limousin et de la Ferme de Villefavard, les Forces Majeures rassemblent principalement des instrumentistes issus de formations prestigieuses de musique de chambre (Quatuors Ebène, Voce, Varèse, Tana, Psophos, Van Kuijk, Abegg, Giardini, Ardeo, trios Atanassov, Métral, Quintette Aquilon…), d’orchestres hexagonaux de premier plan (Orchestres National de France, National d’Ile de France, du Capitole de Toulouse, des Pays de la Loire, etc.), ou sortant tout juste de formations musicales supérieures.

Orchestre à géométrie variable - d’une formation de musique de chambre à un orchestre symphonique - il aborde un vaste répertoire allant de la période classique (fin du 18ème siècle) à aujourd’hui. Par ce choix, cet ensemble atypique dans le paysage musical, refuse la spécialisation et s’adapte aussi bien aux œuvres symphoniques que lyriques.

Sa vocation : réunir des artistes d’excellence dont les qualités intrinsèques - écoute, réactivité, engagement - permettent de monter des programmes exigeants et d’offrir à tous les publics des concerts et spectacles dynamiques et originaux. 

Les Forces Majeures donnent leurs premiers concerts en août 2014 dans le cadre du Festival du Haut Limousin et accompagnent deux artistes aux carrières internationales, le pianiste Nicholas Angelich et la mezzo-soprano Karine Deshayes.

En juin 2015, l’ensemble enregistre son premier disque consacré à Giaochino Rossini. Il retrouve la chanteuse lyrique Karine Deshayes dans un programme mêlant judicieusement les mélodies, interludes et airs d’opéras du Cygne de Pesaro. Sorti en avril 2016 sous le label Aparté, le cd remporte de nombreuses distinctions : Choc de Classica, RTL d’Or, 5 de Diapason, sélection du mois du Journal le Monde, etc.

L’orchestre collabore en 2015 avec la violoniste japonaise Sayaka Shoji et la violoniste française Sarah Nemtanu, et se produit pour la première fois à Paris le 19 novembre 2015 lors d’un concert dans la Cathédrale Saint-Louis des Invalides retransmis en direct par Radio Classique.

En 2016, Il clôt le Festival de l’Epau au Mans avec un  programme lyrique réunissant, entre autre, la soprano Inva Mula et le baryton Florian Sempey. Il ouvre la saison des Invalides dans un programme avec le Jeune Chœur de Paris autour du Requiem de Fauré.

En 2017, les Forces Majeures enregistrent leur second disque pour le prestigieux label Erato. Ils collaborent avec le jeune violoncelliste Edgar Moreau et l’accompagnent dans les redoutables concertos pour violoncelle et orchestre d’Offenbach et Gulda.

 

UN COLLECTIF DE CHAMBRISTES

Les Forces Majeures s’engagent dans la création d’un orchestre atypique, plus précisément un collectif de chambristes à l’élan participatif : des instrumentistes issus des meilleurs ensembles français de musique de chambre. une constellation de musiciens habitués à la vie de groupe, où la performance repose sur l’engagement de chacun ; de musiciens animés par des valeurs de partage, de simplicité, toujours dans un souci d’excellence ; audacieux, curieux, porteurs d’une joie communicative ; de musiciens engagés dans une démarche positive, constructive, et qui forment un orchestre à leur mesure où ils épanouissent leurs capacités rodées en musique de chambre, dans un répertoire qu’ils ne peuvent aborder que rarement. En somme, de la grande musique de chambre.

Cet état d’esprit repose sur des décisions transparentes. Même si cela oblige parfois à un considérable travail de préparation, chaque artiste, qu’il joue cinq minutes ou un concert dans son intégralité, perçoit le même salaire. Les questions de hiérarchie entre instrumentistes sont écartées, au profit d’un principe coopératif. Tous contribuent à la vie de l’ensemble, aucune compétence n’est négligée. Les artistes participent collégialement à l’élaboration des tournées, au choix des répertoires et à l’invitation d’autres musiciens. Tout cela sous l’égide du directeur musical Raphaël Merlin et de Martin Kubich.

La présence au sein des Forces Majeures d’ensembles constitués permet de proposer, autour d’un concert orchestral, en relation avec sa thématique, des programmes de musique de chambre en trio, quatuor, octuor, etc.

Informations fiscalité

Le don à Association Forces Majeures ouvre droit à une réduction fiscale car il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts.

Particulier

Particulier : vous pouvez déduire 66% de votre don dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

Organisme / Entreprise

Entreprise : L’ensemble des versements à Association Forces Majeures permet de bénéficier d’une réduction d’impôt sur les sociétés de 60% du Montant de ces versements, pris dans la limite de 5 / 1000 du C.A. H.T. de l’entreprise. Au-delà de 5 / 1000 ou en cas d’exercice déficitaire, l’excédent est reportable.