Association Lansana Beavogui

Autres
ASSOCIATION FRANCO-GUINEENNE ELHADJ LANSANA BEAVOGUI POUR L'EDUCATION, LA SANTE DES JEUNES ENFANTS ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES FEMMES GUINEENNES
à la une
Formulaire principal - Association Lansana Beavogui
Formulaire principal Association Lansana Beavogui
qui sommes-nous ?
En images
Notre mission

 La Guinée reste confronté à un défi d'amélioration des performances du secteur de l'éducation, la formation professionnelle et de la santé des jeunes enfants. 

Notre Association a dans un premier temps pour but de créer et gérer des complexes scolaires pour les jeunes enfants. (Maternelle à la Primaire) 

    • La qualité de l'éducation est plus nuancée en raison de multiples facteurs :

    • le ratio élève/maître,

    • livre/élève

    • le contenu pédagogique,

    • le redoublement,

    • le lieu de résidence,

    • le niveau de retenu...

Le préscolaire est un niveau d'enseignement à part entière du système éducatif. Il est démontré que le développement du préscolaire a un impact direct et positif sur l'éducation de base. Les enfants qui ont fréquenté le préscolaire sont mieux préparés pour l'enseignement de base, c'est donc un outil efficace de réduction de redoublements et d'abandons scolaires.

En effet, dans ce type d'accueil la stimulation et l'instruction pour des enfants issues de milieu familiaux différents facilite leur transition vers l'école plus facilement. La scolarisation de la petite enfance constitue l'un des instruments clés pour parvenir à l'alphabétisation, l'estime de soi, la capacité de comprendre le monde et de réaliser des projets personnels. De plus, lorsqu’ils sont accompagnés de mesures nécessaires, les programmes d'éducation et d'accueil des jeunes enfants peuvent aider ces derniers à prendre un bon départ dans la vie et facilite l'intégration sociale.

 

- le deuxième objectif de l'association est de créer et gérer des centres d'alphabétisation pour les femmes et jeunes filles Guinéennes. Les femmes sont l’objet de nombreuses discriminations, 85% des femmes sont analphabètes (63% des hommes). Elles participent à la vie publique mais restent exclues des prises de décisions et sont cantonnées principalement au secteur économique informel.

Aujourd'hui, près de 3 700 Centres d'alphabétisation fonctionnelle existent sur toute l'étendue du territoire national avec près de 83% en zone rurale. Pour l'ensemble des opérateurs pour la période de 1990/2005 plus de 457.624 apprenants dont 103.043 femmes ont été alphabétisées et la pots-alphabétisation a enregistré 47.037 dont 13.836 femmes, mais cela ne suffit pas pour toute la population. Il semble nécessaire de continuer à développer ces centres, d'où notre action.

Le SNA (Service National d’Alphabétisation) et les Communautés à la base sont responsable d'environ 68% de ces centres qui sont tenus par des bénévoles et des volontaires. Les ONG, les Projets de Développements et les confessions religieuses sont responsables de près de 32%.

Toutes ces actions ont permis de réduire le taux d'analphabétisme de 74% à 65% entre 1984 et 2005 et de 81% à 74,45% pour les femmes.

Malgré cette amélioration, la situation reste toujours préoccupante et nécessite une intervention et un engagement plus rigoureux de l’État et des différents partenaires.

 

 

- Le troisième objectif de notre Association est de donner l'opportunité à des femmes et jeunes filles guinéennes de suivre des formations professionnelles (CAP Petite Enfance). En effet avec un taux estimé à 60% de chômage pour les jeunes en Guinée, la Formation Professionnelle est l'un des instruments clés pour diminuer ce chômage. Les jeunes issus de formation Professionnelle peuvent développer un projet d'installation en auto-emploi.

 

- Et enfin, le dernier objectif de notre Association est de créer et gérer des Centres de pédiatrie. Dans le monde, en 2010, un enfant sur 22 est mort dans sa 1ére année. Ce qui représente, 6,2 millions de décès d'enfant de moins d'1 an en une année.

Globalement, l'Afrique concentre 46% de ces décès alors qu'elle n'abrite que 15% de la population mondiale et 26% du nombre total d'enfants. Le taux de mortalité infantile y est le plus élevé de tous les continents : 79 pour mille. En Afrique Subsaharienne, le taux est passé de 184 à 144.

Ces données très larges cachent d'importantes disparités régionales. Ainsi, sur la période de 1990/2010 le taux est passé de 231 à 141,5 en Guinée. A cela comme pratiquement pour l'ensemble des pathologies, il faudrait ajouter des disparités entre les zones urbaines, semi-urbaines et rurale, riches-pauvres. Toutes les données épidémiologiques reflètent des disparités sociales et économiques.

Une large part de ces décès, auxquels il faudrait ajouter un ensemble de maladies invalidantes est attribuable à des maladies infectieuses (diarrhées, paludisme, pneumonie...) Ce qui légitime les actions préventives engagées (vaccination, distributions de moustiquaire...).

Cependant elles ne doivent pas faire oublier qu'une autre part des décès résulte des multiples dysfonctionnements des systèmes et des structures sanitaires.


L'Association a pour but, aussi, d'apporter son assistance, son soutien, son expérience et son expertise aux structures publiques ou privés existantes ou futures évoluant dans les mêmes activités ou activités connexes.

 

 

Les actions de notre association

Aménagement d'un bâtiment scolaire

 

    • Aménagement  d'une école sur 3 étages pour environs 177 élèves situé à Koloma (près de l'Ambassade des États-Unis), travaux de réaménagement des locaux adaptés aux activités :

-3 classes de maternelles (de la Petite Section à la Grande Section)

-1 cabinet de pédiatrie

-1 classe de formation au CAP Petite Enfance

-1 classe d'alphabétisation

Le dernier étage de la structure sera aménagé en logement pour les volontaires et bénévoles.



Nous comptons employer du personnel compétent locaux (pédiatre, maîtresses, assistantes maternelles, éducateurs, formateurs et faire des appels d'offres pour des volontaires et bénévoles de France et salariés, afin qu'ils puissent former le personnel locaux sur 1 an. Suite à cette formation sur le terrain, le personnel local aura les qualités requises pour assurer un bon enseignement et prendre leur indépendance.

 

Les avantages que nous souhaitons apporter sont :

    • un système éducatif et pédagogique français,

    • la reconnaissance du diplôme CAP Petite Enfance à l'image de ceux qui existent en France

    • l'ouverture de la structure de 6h30 à 18h00

    • l'ouverture de la structure même pendant les congés scolaires, l'établissement joue alors le rôle de centre de loisir.

    • Les prestation de services proposées seront payantes afin d'assurer le salaire du personnel local et divers dépenses de fonctionnement.

Un système de bourses sera mis en place, l'association prendra une partie de la scolarisation de certains enfants venant de milieux défavorisés, une légère participation symbolique des parents sera demander, afin qu'ils réalisent que l'instruction de leurs enfants est primordiale pour eux, comme pour l'enfant.

 

Finir la construction d'une école et l'équiper en matériel éducatif ainsi que l'aménagement d'un dispensaire et l'équiper en matériel médicaux, qui fut financé par Elhadj Lansana Beavogui dans le village de Goyola situé près de Macenta. Ce village est isolé de tout, les villageois sont livrés à eux mêmes.

 

Siège social

2 rue Général Sarrail 81000 Albi

Rejoindre nos communautés

vous avez une question ?
Soyez le premier à lancer la conversation !
Votre commentaire public
Notre communauté

Nos supporters

BEAVOGUI
Découvrez d'autres associations sur HelloAsso
Association Los campesinos de mañana
Los campesinos de mañana
Association Vie Sans Frontières
Vie Sans Frontières
Association Pompiers Solidaires
Pompiers Solidaires
Association Agir Alternatif
Agir Alternatif
;