Cette campagne est terminée, rendez-vous sur la page de Association Les Vivants pour découvrir les projets en cours.

Voir la page

Les Vivants #0 - Poésie performance (Irak) & Concert (Occitanie) à Dieulefit

par Association Les Vivants

Soutenir un évènement fort et engagé, et donner vie à des moments de découvertes exceptionnelles et de partages vibrants

Origine et sens du projet

Ce projet a vu le jour suite à la confirmation récente de la tournée exceptionnelle en France de La Milice de la Culture, collectif de quatre poètes irakiens. Une première européenne et l’occasion unique à Dieulefit - en Drôme provençale - de découvrir et d’échanger avec ces auteurs-poètes performers. Très rapidement, en écho aux performances et aux textes des poètes, la volonté d’inviter le groupe occitan Uèi nous est apparue comme une évidence. L’association Les Vivants a été créée afin de porter cet événement culturel fort, né de l’envie urgente d’accueillir ces artistes engagés et de promouvoir leur art auprès des citoyens du territoire, et plus largement. 

Tous ces artistes sont les signes audibles d’une société et de son histoire. Ce sont aussi les témoins vivants des urgences actuelles, des combattants sans armes, des résistants du quotidien. Cette soirée se veut donc comme un moment d’échanges précieux, surprenants et conviviaux autour d’artistes qui se risquent, qui osent, qui défendent sans cesse leurs libertés et qui ont à cœur de partager leur humanité et leurs engagements. Une soirée que nous souhaitons ouverte au plus grand nombre, afin de faire se rencontrer des artistes et des publics, des langues et des univers. Afin d’éveiller les curiosités et d’inciter à la découverte, de saisir ces possibilités d’ouvrir de nouvelles fenêtres sur le monde, pour mieux le connaître, mieux connaître l’autre, le rencontrer, le comprendre et le respecter. Le temps d’une soirée, se laisser porter et transporter, se laisser surprendre et bousculer, se confronter aux ailleurs et être ensemble, réunis autour d’un projet fédérateur.  

La venue des poètes irakiens sera également l’occasion d’organiser une rencontre scolaire au collège Ernest Chalamel à Dieulefit. Des élèves de 3e travaillent actuellement sur les textes de trois d’entre eux. Un moment d'échanges qui trouvera donc tout son sens et la possibilité de donner chair et souffle au travail effectué en amont. 

Les délais sont très courts pour monter ce projet. Nous nous sommes lancés à l'audace, passionnés et désireux de promouvoir et diffuser une telle opportunité. L'association, nouvellement créée pour porter ce premier événement, ne dispose pas des fonds nécessaires à sa réalisation. La Mairie de Dieulefit nous apporte d’ores et déjà son soutien logistique en nous mettant à disposition La Halle, belle salle de spectacle, située au cœur de la ville. Nous faisons appel à nos réseaux culturels et associatifs locaux pour des aides financières et logistiques - nous sommes très heureux du soutien de l'association Les Cafés Littéraires de Montélimar sur ce projet, une aide précieuse et généreuse. Nous allons également solliciter de potentiels partenaires privés sur la commune de Dieulefit et ses alentours. 

Et par cette plateforme de financement participatif, nous faisons appel à toutes les personnes qui souhaitent soutenir cet événement et contribuer à la concrétisation d’une telle initiative !



Comment sera utilisé l'argent collecté ?

La somme que nous demandons sur cette collecte assurera la rémunération des artistes (poètes et musiciens) et leurs défraiements. Les billets d’avion des poètes sont pris en charge par le festival Poema - en partenariat avec le festival Passages - qui les invite le week-end du 11 mai. C’est pour cela que nous pouvons les accueillir ensuite, avant leur retour en Irak. Nous les prendrons en charge dès le 16 mai et paierons leurs billets de train retour pour Paris, le 19 mai. Nous privilégions les pistes d’hébergements à titre gracieux chez l’habitant. Mais nous aurons besoin d’une enveloppe financière pour les déplacements, les repas et les frais divers liés à leur venue. La Mairie de Dieulefit nous mettant à disposition La Halle, nous pourrons bénéficier également des équipements techniques. Il nous faut cependant prévoir la location de matériel son et lumière complémentaire pour le concert d'Uèi. Une partie de la somme demandée permettra d’assurer la communication (impression des affiches et des flyers) afin de diffuser l’événement le plus largement possible. 

Si la somme de 4 700 euros est atteinte, ce sera un soulagement pour l’association qui sera en mesure d’accueillir ces artistes et de les payer dignement. Si le montant est dépassé (on se permet beaucoup de rêves chez Les Vivants ;), cela nous permettra d’assurer les frais liés à la logistique et à l’administration (assurance, frais de fonctionnement, achats pour le bar et les repas etc.).

Le tarif d’entrée de la soirée sera de 5 euros, gratuit pour les moins de 18 ans. La gratuité totale nous est impossible sur un tel projet, mais nous avons souhaité rester sur un tarif accessible au plus grand nombre. 

Nous tenons à vous préciser que les membres organisateurs sont tous bénévoles. Nous défendons ce projet avec nos moyens : la passion et l’énergie qu’éveille en nous une telle opportunité. Chaque don est donc important, il n’y a pas de petite somme. Chaque geste de votre part nous rapproche de notre objectif, faire en sorte que cet événement, né d’individualités multiples, s’incarne dans un moment collectif et partagé. Et bien sûr chaque geste de votre part est aussi un moteur inestimable pour continuer à avancer !

Les artistes invités /// Samedi 18 mai - La Halle - Dieulefit

LA MILICE DE LA CULTURE / Poésie performance + Temps de rencontre avec les poètes


La Milice de la Culture est un collectif de poètes irakiens qui dénoncent les horreurs de la guerre par le biais de la poésie-performance. Kadhem Khanjar, Mazin Mamoory, Ali Thareb et Mohammed Kareem, vêtus de la combinaison orange des condamnés à mort de l’État Islamique, se déplacent sur les traces de l’EI, récitant des poèmes depuis une cage de prisonniers, une ambulance ou au milieu d’un champs de mines. Parce que les mots ne suffisent plus à décrire la violence qui déchire leur pays et ses civils, ces performances lors desquelles ils flirtent littéralement avec la mort sont devenues un exutoire pour dénoncer l’indicible et l’absurdité d’une violence qui se banalise. 

Lecture en français - Médiation : Julien d'Abrigeon / Taduction : Boris James


Kadhem Khanjar 


Né en 1990 à Babylone (Irak), il est diplômé d'un master d'art théâtral. Il a vécu de plein fouet les guerres dont il se sert dans des performances poétiques. Il est publié dans de nombreuses revues arabes ainsi que dans un recueil de poésies, Picninc Belt (Darmkhtootat Publishing, Pays-Bas). Aujourd'hui, son recueil Archive to friends of the dead est en cours d'impression tandis qu'un autre est en cours d'écriture. 

Marchand de sang /// Parution aux éditions Plaine Page (2017) - Bilingue arabe-français - Traduction Antoine Jockey
Promenade ceinturé d’explosif /// Parution aux éditions La Crypte (2018) - Bilingue arabe-français - Traduction Antoine Jockey 



Mazin Mamoory


Diplômé Ph. D Fine arts de l'Université de Babylone, il est membre de l’Union irakienne des écrivains et de l’association Fine. Il a été récompensé pour sa créativité en 2010 en Irak. Ses recueils de poésies ont pour titres Absolute Love en 2011 ; Kazim Noir Golden Bough en 2012 ; Secrets Objects en 2014 et son quatrième recueil Why do the darkness in my room en 2016.

Cadavre dans une maison obscure /// Parution éditions LansKine (2018) - Traduction Antoine Jockey, collection Ailleurs est aujourd'hui
Après l’arrivée de soldats sur sa terre irakienne, Mazin Mamoory tente de mettre en ordre le chaos quotidien. Son pays n’est plus reconnaissable et son existence chamboulée. Les liens familiaux volent en éclat, sa femme lui murmure : "tu es un homme de couleur et un jour je te laverai". Son rapport au monde est redéfini : "ma présence en Irak signifie que je suis en conflit avec les autres". À la recherche d’une nouvelle existence dont il essaie de comprendre les règles, l’auteur est happé par cette ville devenue un cimetière à ciel ouvert. Sa seule échappatoire est la poésie, qu’il entretient en suspendant le temps, entouré de ses amis. Ces moments de flottement ouvrent la voie de la résistance, de ce refus de laisser disparaître la force de vie.



Ali Thareb


Né en 1988, peu après la fin de la guerre iran-Irak, Ali Thareb a grandi et vit à Babel en Irak. Son premier recueil, Un vide blanc éclatant, est paru en 2015 aux éditions Akad (Londres), le second, Je me souviendrai que je suis un chien et te mordrai, toi le monde, en 2016 et le troisième, So, you will not see throw my old shoes, en 2017, tous deux aux éditions Makhtootat (Ryswick, Pays-Bas). Une anthologie avec la Milice de la Culture est également parue chez cet éditeur.

Un homme avec une mouche dans la bouche /// Parution aux éditions des Lisières (2018) - Bilingue arabe-français - Traduction Souad Labbize 
En sélection pour le Prix des Découvreurs 2018-2019.
Habiter en poète un monde en guerre, c’est ce que fait Ali Thareb corps et âme. Né peu après la fin de la guerre Iran-Irak, la poésie est pour lui vitale. "La poésie me permet de me sauver et d’essuyer, ne serait-ce qu’un petit peu, le sang qui coule sur ma vie. En tant que membre de la Milice de la culture, j’attire l’attention à travers mes textes, sur le lieu du crime, sur le sang. J’essaie constamment d’ouvrir notre mort quotidienne avec toutes ses facettes, sur les limites du mot, le mot qui pousse non pas comme une rose, mais comme une balle."

"Rares sont les poètes irakiens traduits aujourd’hui en France. Ils sont pourtant les voix vives et bien vivantes d’un pays qui ne compte plus ses morts ni ses guerres. A la fois acteurs et témoins de ce chaos, ils tentent de toutes leurs forces par leur art, par leurs mots, de construire dans ce monde en ruines, d’habiter en poète. Au-delà de tous discours officiels ou médiatiques, il nous a paru – à Souad Labbize, la traductrice et à moi-même – important de donner à lire et à entendre la voix de cette génération opposée à tous les fondamentalismes, génération certes sacrifiée mais en pleine résilience."
Maud Leroy, responsable éditoriale - Éditions des Lisières (Nyons)



Mohammed Kareem


Mohammed Kareem est né en 1989 et vit à Bagdad. Poète et nouvelliste, il a été publié en revues et en anthologie, mais n’a pas encore de publication en France. Son premier livre de poésie, Heads without corpses... bodies without heads, va bientôt paraître.



UÈI / Musique occitane actuelle

Rodin Kaufmann, Denis Sampieri, Guy Sampieri et Erwan Billon chantent leurs chroniques brutes et poétiques d'un monde en crise.


En occitan "uèi" signifie "aujourd'hui", et c'est l'aujourd'hui humain que ce groupe chante, celui des combats anonymes, des courses tragiques, des destins dérisoires de l’individu en quête de bonheur. C’est aussi l’homophone de “uelh” : l’oeil, celui qui observe les scandales sociétaux, les drames humanitaires, la trajectoire funèste d’un monde désarticulé. Uèi veut décrire cette route étroite, route de l’humain dans sa solitude et ses espoirs aux croisements des pas du reste de l’humanité, un sillon qui abandonne son asphalte, ses pavés, tâche, embourbe, sinue... En toute banalité, Uèi veut chanter l’homme ou la femme, dans ses espoirs, ses amours, ses peurs, ses joies et ses larmes. Dans la continuité des cantastorie siciliens ou de la Nòva Cançon Occitana il veut, avec ses mots ou ceux des autres et dans sa langue, l’occitan, raconter la société, en reporter des chroniques : celle d'un jeune botaniste tué par les gendarmes dans le Tarn ou d'un mendiant niçois envoyé au bagne en juin 1920.

Uèi c'est quatre chanteurs masculins, à la fois interdépendants et libres : tantôt l’éclatement du quatuor et de l’harmonie qui en relie les voix les projette sur des trajectoires solistes, tantôt la densité du tissu timbral les réunit tels les quatre muscles d’un même poing. Sa voix est pleine, et prête à rugir comme le cœur des sacrifiés. Son chant est contradictoire, âpre comme un cri désespéré et doux comme une caresse amoureuse. Il sait être lisse, étiré et aérien, tout comme générer l’hypnose et la transe par la démultiplication et les entrelacements rythmiques. Ces armes impressives, les deux fondateurs du groupe Rodin Kaufmann et Denis Sampieri les ont rapportées avec eux de leur périple musical de plus de 10 ans avec Lo Còr de la Plana. De leurs tournées sur les 5 continents ils ont appris l’irréductible et impérissable valeur universelle de la voix nue, qui touche et bouleverse indifféremment du lieu dans le monde entier. Ils ont également embrassé les évolutions les plus contemporaines et actuelles que l’on retrouve en commun aux quatre extrémités d’un monde plus que jamais relié. Certes on pourrait déplorer une évolution globale qui tendrait vers l’uniformisation du propos musical d’où qu’il vienne, mais Uèi préfère s’en servir, y rechercher des moyens nouveaux pour pousser sa création au delà des frontières que lui impose la voix dépouillée. Uèi utilise l’artifice électro-acoustique qui transforme le chant nu en feu pyrotechnique musical aux effets sonores et charnels: octaves sub-harmoniques, lames de silence des gaters, les delays matraquent et les pitchers désorientent... Le chant polyphonique s’adjoint ainsi l’aide d’une cinquième voix, celle de l’électronique, aujourd’hui inséparable d’une création qui espère dépasser les limites que lui impose le fait d’avoir pour seul instrument harmonique la voix pure.

Uèi est un groupe occitan, une langue dans laquelle il s'exprime sans concessions. L’Occitanie n’est ni un pays ni une nation, mais c’est un territoire linguistique et culturel à l’existence séculaire, et dont les premiers poètes faisaient rayonner leur art dans toute l’Europe. C’est un lieu historique de passage, de traversée, de départ ou d’arrivée, qui s’est toujours nourri de cet apport constant de l’autre : au 11ème siècle déjà, ces mêmes poètes guerriers se plaisaient à voir dans le Khorassan perse le berceau de l’amour et de l’art. Ce désir presque inconscient de s’inspirer de l’autre se remarque à différents niveaux dans l’attitude des musiciens de Uèi : dans les indiennes, emblèmes de la Provence, qui ornent leurs vêtements et sont déjà des emprunts lointains et toujours actuels, ou leur volonté d’intégration des autres musiques, la recherche d’un équilibre entre ces influences extérieures et le legs culturel immense du territoire qui les porte. Un équilibre dont il n’hésite pas à puiser les règles ailleurs, jusque dans l’océan Indien ou les caraïbes. Uèi est donc dans la continuité d’un chemin d’intégration tracé de longue date. Il espère continuer humblement cet élan musical porté par tant d’autres artistes occitans avant lui : troubadours, chanteurs populaires du XIXe siècle, acteurs du renouveau des années 70 et polyphonistes des années 2000.






*************************

Un grand merci pour votre soutien, vos partages, vos encouragements déjà manifestés sur le terrain.

Pour suivre les actualités et l'avancée du projet, rejoignez-nous sur notre page Facebook 

*************************

Pour les contreparties proposées, un petit rappel des parutions en France des poètes irakiens invités :
Marchand de sang de Kadhem Khanjar, éditions Plaine Page (2017) - Bilingue arabe-français - Traduction Antoine Jockey 
Promenade ceinturé d’explosif de Kadhem Khanjar, éditions La Crypte (2018) - Bilingue arabe-français - Traduction Antoine Jockey
Cadavre dans une maison obscure de Mazin Mamoory, éditions Lanskine (2018), collection Ailleurs est aujourd'hui - Traduction Antoine Jockey
Un homme avec une mouche dans la bouche d'Ali Thareb, éditions des Lisières (2018) - Bilingue arabe-français - Traduction Souad Labizze


Et pour l'album du groupe Uèi, plus d'informations par ici !





Donner 10 euros

Un remerciement spécial sur notre page Facebook 

Donner 25 euros

Un remerciement spécial sur notre page Facebook et une photo de la soirée dédicacée par l’équipe 

Donner 50 euros

Un remerciement spécial sur notre page Facebook, une photo de la soirée dédicacée par l’équipe et un poème dédicacé

Donner 100 euros

Un remerciement spécial sur notre page Facebook, une photo de la soirée dédicacée par l’équipe, un poème dédicacé et un livre de votre choix parmi les publications en France des poètes invités OU l’album d’Uèi

Donner 200 euros

Un remerciement spécial sur notre page Facebook, une photo de la soirée dédicacée par l’équipe, un poème dédicacé, un livre de votre choix parmi les publications en France des poètes invités OU l’album d’Uèi et une bouteille de vin sélectionnée par le Vin Poète

Donner 350 euros

Un remerciement spécial sur notre page Facebook, une photo de la soirée dédicacée par l’équipe, un poème dédicacé, un livre de votre choix parmi les publications en France des poètes invités, l’album d’Uèi et une bouteille de vin sélectionnée par le Vin Poète

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
I
Isabelle Pellegrini-Alentour
17/05/2019
S
Stéphanie Mailhes
16/05/2019
E
Elisabeth Longuenesse
14/05/2019
Signaler la page