Production d'un film documentaire sur la culture minière en Nord-Pas de Calais

Présentation du projet

Dans les années 1970-1980 dans le Nord-Pas de Calais, un mouvement culturel écorne le « Mythe du mineur » développé autant par les houillères que les représentants ouvriers : héros du travail, soldat de la mine, courageux et discipliné. Le documentaire Morts à 100 %,réalisé en 1981 par Jean Lefaux et Agnès Guérin, offre à des mineurs retraités le soin de dire combien ce mythe, depuis la « Bataille du charbon », les a poussés au sacrifice.

À cette époque, une équipe de comédiens, philosophes, sociologues ou journalistes créent le Centre d'animation culturelle de Douai afin de révéler ce mythe auprès des mineurs eux-mêmes, jouant des pièces de théâtre ou exposant des photos dans les arrière-salles de café du bassin minier.

Notre documentaire Morts à 100 : post-scriptuminterroge aujourd'hui certains de ces acteurs, ainsi qu' un sculpteur lui-même enfant de mineur Christian Szewczyk, alors que ce mythe retrouve un nouveau souffle au travers du développement d'un tourisme industriel, de la muséographie minière, de l'inscription du bassin minier au Patrimoine mondial de l'UNESCO ou encore de l'arrivée du Louvre-Lens.

Post-scriptumparcourt également la mémoire minière à travers les représentations figuratives qui émaillent le territoire, que ce soit la statuaire et les bas-reliefs, les vitraux, mais aussi les discours littéraires et institutionnels autour du travail de la mine et de sa valorisation touristique.

Origine du projet

D'abord nous retrouvons une copie VHS du film de Jean Lefaux et Agnès Guérin Morts 100%.Nous décidons de la numériser  : https://www.dailymotion.com/video/xthqrj_morts-a-100-documentaire-de-jean-lefaux-1980_news

Thomas Jodarewski et Modeste Richard, deux des réalisateurs du film, sont membres de l’Association pour la Suppression des pollutions Industrielles (ASPI) qui a pour objet de questionner, non pas seulement la désindustrialisation de notre région et ses nouvelles perspectives économiques, mais l’industrialisation elle-même. Par sa contribution énergétique au développement industriel, la question minière en entraîne une multitude d’autres. Deux siècles de production charbonnière, métallurgique, sidérurgique, textile et chimique ont certes fait la richesse et la renommée mondiale de notre  région, mais ont laissé dans les sols et les corps des pollutions indélébiles. Que faire des friches industrielles aujourd’hui ? Que faire des sols, des canaux et nappes phréatiques saturés en plomb, en zinc ou en cadmium, comme c’est le cas dans le bassin minier ?

C’est pour ces raisons liées à l’écologie de notre  région et au sens du travail que nous faisons ce documentaire : pour reprendre en main notre existence et décider, à l'aube de la "Troisième révolution industrielle", quelles activités économiques nous sommes prêts à assumer.

Ces raisons n’ont pas qu’une portée locale, mais bien universelle : aujourd’hui encore, notre niveau de développement ici nécessite que des mineurs se sacrifient là bas. Post-scriptumest une question posée à notre époque, son développement, son confort matériel, et les sacrifices qu’ils induisent nécessairement.

Ceci est notre premier film documentaire. Son édition DVD sera accompagnée d'une copie de Morts à 100%.

A quoi servira l'argent collecté ?

L'argent collecté assurera le financement de la post-production du film.

Notre équipe

Thomas Jodarewski est journaliste pour  la presse indépendante. Il a publié le livre L'Enfer vert aux éditions l'Echappée en 2013 et anime la revue Hors-sol.

Modeste Richard est artiste plasticien et contribue graphiquement à la revue Hors-sol. Il vit et travaille Chez Rita à Roubaix.

Grégory Tahar-Chaouch réalise des documentaires sur la culture minière avec son association Dechvidéo. Grégory habite le bassin minier.

Afin d'assurer la post-production du film, nous recevons l'aide précieuse des fabricants de documentaires de l'association Nayra (nayra.fr).

Donner 10 euros

Vous recevrez un lien pour visionner le film

Donner 20 euros

Vous recevrez un lien pour visionner le film ainsi qu'une invitation pour l'avant-première

Donner 50 euros

Vous recevrez un exemplaire du DVD ainsi qu'une sérigraphie noir et blanc du Mineur au serpent.

Donner 100 euros

Vous recervez un exemplaire du DVD, la sérigraphie du Mineur au serpent, ainsi qu'une série de 9 cartes postales "Bons baisers des Hauts-de-France" réalisée par nos soins.

Association pour la suppression des pollutions industrielles