Cette campagne est terminée, rendez-vous sur la page de Attention Fragile pour découvrir les projets en cours.

Voir la page

SUITE ANDAMANE

par Attention Fragile

SUITE ANDAMANE - Attention Fragile

Soutenez le prochain album de Leïla Olivesi : Suite andamane & the travel songs

SUITE ANDAMANE

Cet opus s’est construit au fil du temps, à travers de nombreux voyages, de la mer Andaman au MOMA en passant par le désert du Sahara et les clubs de jazz de Buenos Aires...

Leïla Olivesi y révèle des compositions originales inspirées et chatoyantes qui servent d'écrin aux solistes de très haut vol qui l'accompagnent.

Le disque se compose de deux parties : en nonet et en quintet.

Toutes deux allient écriture exigeante et improvisations qui tutoient les sommets.

Dans la partie en quintet, on sent la complicité, la souplesse et l'inventivité d'un groupe qui rassemble parmi les plus grands musiciens de sa génération : Adrien Sanchez (Flash Pig) et Manu Codjia (Humair, Texier, Emile Parisien...), Donald Kontomanou et Yoni Zelnik, une rythmique d'excellence et la chanteuse Chloé Cailleton (Pierre de Bethmann, Alban Darche).

La partie du disque en nonet est orchestrale et impressionne par l'habileté de l'écriture et la richesse des solistes qui se joignent au quintet : Jean-Charles Richard (baryton), Baptiste Herbin (alto), Quentin Ghomari (trompette). Leïla Olivesi a trouvé le point d’équilibre parfait entre masses sonores, puissance et volubilité des musiciens.

Un magnifique voyage…

Leïla Olivesi, compositrice et pianiste

C'est le cinquième album de Leïla Olivesi. Après UTOPIA, un opus en quintet où brillent le saxophoniste David Binney et le guitariste Manu Codjia, la compositrice a décidé de laisser aller sa verve créatrice vers un ensemble plus large. Cette nouvelle palette orchestrale lui sied à merveille. Toujours attentive à la personnalité de chacun de ses musiciens, Leïla écrit des compositions chatoyantes qui laissent la part belle aux improvisations tout en cultivant un vrai son de groupe. Ces dernières années, son travail d'écriture pour grands orchestres : big band et orchestre symphonique, lui  a permis d'expérimenter de nouvelles couleurs et de nouvelles dynamiques qui nourrissent la Suite Andamane.

L'enregistrement en studio

La collecte permettra de financer une partie de la production de l'album : le mixage, le mastering et le pressage des disques. Attention Fragile et ACEL co-produisent le disque en bonne entente mais les fonds propres ne couvrent pas tout le processus, c'est pourquoi nous avons besoin de vous ! 

Après un concert au Sunside le 20 décembre 2018, le nonet a enregistré la Suite andamane au studio de Meudon avec Julien Bassères début janvier 2019.

studio Meudon


Des musiciens exceptionnels

Leïla Olivesi (piano)

Adrien Sanchez (saxophone ténor) 

Baptiste Herbin (saxophone alto)

JC Richard (saxophone baryton)

Quentin Ghomari (trompette)

Manu Codjia (guitare) 

Glenn Ferris (trombone)

Yoni Zelnik (contrebasse)

Donald Kontomanou (batterie)

+ chanteuse invitée : Chloé Cailleton


BIOGRAPHIES :


LEÏLA OLIVESI

photo Rémi Denis

Lauréate du concours de composition pour Big Band "Ellington composers » en 2013, la pianiste Leïla Olivesi a commencé la scène au sein de la troupe des P'tits Loups du jazz à l'âge de treize ans. Née au Moulin d’Andé en Normandie, d’un père mauritanien et d’une mère corse, Leïla a grandi à Paris dans l’effervescence artistique et cosmopolite de son milieu familial, entre le bandonéon d’Astor Piazzola, Nina Simone et la musique de Miles Davis et John Coltrane.

Diplômée en philosophie à la Sorbonne et en musique (piano jazz, formation musicale, écriture et orchestration) au conservatoire et à l'IACP, elle a étudié la musique avec Mulgrew Miller, Stéphane Belmondo, Manuel Rocheman, Bernard Maury, Héri Paredes, Christophe Dal Sasso, Carine Bonnefoy, Jean-Michel Bardez, Jacques Schneck, Lionel Belmondo.

Elle a reçu de nombreux prix : tremplin jazz à Montmartre, Trophées du Sunside, Tremplin jazz île de France, La Défense, Jazz primeur de Culture France, prix Sacem et se produit dans des festivals en France et à l'étranger comme Jazz in Marciac, Orleans Jazz Festival, Ankara Jazz Festival, Les Elles du jazz, Ciman jazz festival en Mauritanie, Festival Radio France à Montpellier, Jazz à Saint-Germain des prés…

Son dernier album UTOPIA avec le saxophoniste David Binney, le guitariste Manu Codjia et la rythmique formée par Yoni Zelnik et Donald Kontomanou est sorti chez Jazz&People en 2015. A travers une série de compositions originales, il rend hommage au philosophe et essayiste du XVIIème siècle, Cyrano de Bergerac.

Elle a collaboré avec des artistes comme Jean-Charles Richard, Alex Terrier, Elisabeth Kontomanou, Manu Codjia, Emile Parisien, Jeanne Added, Magic Malik, Rick Margitza, Sébastien Llado, Glenn Ferris, Stéphane Belmondo, Anne Paceo, David Binney, John Betsch, Julie Saury, le groupe de salsa cubaine Metiswing, African Salsa Orchestra de Michel Pinheiro, Leon Parker, Laurent Mignard, Baptiste Herbin...

Leïla Olivesi a reçu plusieurs commandes de composition pour grands ensembles, orchestre symphonique et big band : trio jazz + orchestre symphonique à Villejuif, Big Band + orchestre symphonique + choeur au CMA10 et elle a composé des musiques de films comme Musulmans de France (France 5) et Un choix pour la vie (France 2) de Karim Miské, Les Demoiselles du ring (France 3) d’Ilana Navaro.

Elle donne également des conférences sur Duke Ellington pour la Maison du Duke : Strayhorn, arrangeur, avec Claude Carrière le 16 juin 2015 à Autour de Midi et Minuit (Paris) - L'Exotisme et Duke Ellington, avec Claude Carrière le 4 décembre 2015 au CRR de Paris
DISCOGRAPHIE

En tant que leader :

  • UTOPIA - Leïla Olivesi quartet + David Binney (Jazz & People 2015)
  • TIY - Leïla Olivesi trio + Manu Codjia et Emile Parisien (Attention Fragile 2012)
  • L'ETRANGE FLEUR - Leïla Olivesi quartet avec Elisabeth Kontomanou et Manu Codjia (Nocturne 2007) - prix DEFI JEUNES
  • FRIDA - Leïla Olivesi "BRAHMA sextet" avec Jeanne Added, Julien Alour, Jean-Philippe Scali, Benjamin Body et Donald Kontomanou (Attention Fragile, 2004) - Prix SACEM

Autres disques :
• SWEET TALK - Stéphanie Lemoine quintet (Anticraft 2012)
• AVEC 2 AILES - Sébastien Llado quartet (Disques de Lily 2011)
• La ferme de Bercagny - les p'tits loups du jazz (Enfance et musique, 1998)
• Le retour des p'tits loups - (Enfance et musique, 1996)
• Baby Blues - les p'tits loups du jazz - (Enfance et musique, 1995)
• Les P'tits Loups du jazz (Enfance et musique, 1992) disque d’or


MANU CODJIA

photo rémi denis

Emmanuel Codjia, dit Manu Codjia, est un guitariste de jazz français né le 25 septembre 1975 à Chaumont.

Il débute l’étude de la guitare classique en 1985 puis du jazz (avec François Arnold) à l’école de musique de Chaumont. Il étudie ensuite au CIM en 1993, puis au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP) de 1994 à 2000. Il y fait la connaissance de nombreux musiciens élèves ou intervenants (Christophe Monniot, Matthieu Donarier, Marc Ducret, etc.) Il intègre l'Orchestre national de jazz de Paolo Damiani en 2000.

Il obtient de nombreux prix au Concours national de jazz de la Défense :

le 1er prix de soliste (1999)

le 1er prix de groupe avec le Matthieu Donarier Trio (1999)

le 2e prix de groupe avec le groupe Spice 'Bones (1999)

le 3e prix de groupe avec le Gueorgui Kornazov 5tet (1999)

le 1er prix de groupe avec Dr. Knock (2001)

le prix FNAC avec Alerta G. (2001)

Manu Codjia se produit avec le guitariste François Arnold au sein du duo Handprint, et participe à de nombreux autres groupes et enregistrements avec Erik Truffaz Ladyland, Daniel Humair Baby Boom 5tet, Christophe Monniot Moniomania, Matthieu Donarier Trio, Gueorgui Kornazov 5tet, Dr. Knock, Alerta G, Remi Vignolo 4tet, Henri Texier "Strada" sextet, Daniel Zimmermann, Sébastien Llado, Christophe Wallemme

Discographie

• 2007 : Songlines, Bee Jazz (avec Daniel Humair et François Moutin)

• 2009 : Manu Codjia, Bee Jazz (avec Jérôme Regard (b), Philippe Garcia (d), Geoffroy Tamisier (tp), Gueorgui Kornazov (tb))

• 2010 : Covers, Bee Jazz (avec Jérôme Regard (b), Philippe Garcia (d))

• 2013 : Looking for Parker, Bee Jazz (avec Géraldine Laurent (s alt) et Christophe Marguet (d))


YONI ZELNIK

photo rémi denis

Né en Israël et installé en France depuis 1995,Yoni Zelnik est un contrebassiste très actif sur la scène française et internationale.

Il a participé à plus des soixante-dix disques (Youn Sun Nah, Geraldine Laurent, Yonathan Avishai….) et s'est produit dans le monde entier dans les festivals et salles les plus prestigieuses (North Sea Jazz Festival, Lincoln Center, Tokyo Jazz Festival….). Il joue régulièrement avec le trompettiste Avishai Cohen et fait partie du trio du pianiste Yonathan Avishaï et du quartet de Géraldine Laurent.

Il a également joué avec Dave Douglas, Billy Hart, Aaron Goldberg, Walter Smith, Nasheet Waits, Ben Wendel, Johnathan Blake, Anat Cohen, Jeff Ballard, Leon Parker, Mark Guiliana, David Binney, Kendrick Scott, Jason Lindner, Justin Brown, Gregory Hutchinson, Yotam Silberstein…..



DONALD KONTOMANOU

photo Jean Fleuriot

Issu d'une famille de musiciens, Donald Kontomanou commence la batterie à l'âge de 12 ans. Il émigre à New York trois ans plus tard et se forme auprès de nombreux musiciens de talent : il joue dans le groupe de J-D Allen, le quintet de Duane Eubanks, le quartet d'Alex Harding, avec Jean-Michel Pilc, le saxophoniste Greg Tardy, Sam Newsome, Stéphane Belmondo. Il passe ensuite un an en Inde pour s'initier à la technique des tablas, avant de s'installer à Paris en 2002. 

Il a enregistré plusieurs albums avec la chanteuse Elisabeth Kontomanou : Back To My Groove, Siren Song, Waiting For Spring en compagnie notamment de John Scofield. Il se produit avec Vincent Bourjeyx, Rick Margitza, Jean- Michel Pilc, Sophie Alour, Bruce Barth, Jérôme sabbagh et joue dans les groupes de Leïla Olivesi, Gamblin Jazze, Laurent De Wilde 6tet, Laurent De wilde trio, Elisabeth Kontomanou, Laurent Coq et Julien Lourau, David Linx, Éric Lelann, Yonathan avishai, Géraldine Laurent…


ADRIEN SANCHEZ

photo adrien


Adrien Sanchez, originaire de la région toulousaine, commence la musique dans une petite école du sud de la france. Il apprend tout d’abord le piano et la flûte traversière, mais c’est finalement le saxophone et la pratique du jazz qu’il privilégie.

Il étudie notamment auprès de Francois Theberge, Pierre de Bethmann, Peter Giron et Stéphane Foucher au conservatoire de Montpellier et obtient deux bourses en 2006 pour étudier au Berklee College of Music de Boston où il suit les enseignements de George Garzone, Hal Crook, Victor Mendoza, Jeff Galindo, Rick Dimuzio...

Reçu dans le département Jazz du Conservatoire National de Paris en 2008, il remporte la Kodolanyi Jazz Competition en Hongrie (2009) et le prix Selmer 2010 du Tremplin jeunes talents au festival Jazz de St Germain. Il est diplomé en juin 2012 (Master de Jazz et musiques Improvisées du cnsmdp).

Depuis 2009, Adrien co-lead le quartet FlashPig avec son frère jumeau le pianiste Maxime Sanchez, le contrebassiste Florent Nisse et le batteur Gautier Garrigue. Le quartet a remporté le premier prix de la European Jazz Competition en 2015 et a sorti son second Cd en fevrier 2016 qui a été unanimement accueilli par la critique ( coup de coeur de l'académie Charles Cros entre autre ). Il s'est produit notamment aux festivals de Jazz à Lavillette, Jazz à Colmar, Jazz sur Seine, Jazzebre, Jazz in Marciac...

Adrien travaille en trio avec Julien Pontvianne et Maxime Sanchez sur le projet Kepler, et crée pour la première fois un solo entre acoustique et electronique en mars 2018.

Il participe aussi au projet Slugged du trompettiste Olivier Laisney, au Gil Evans Paris Workshop de Laurent Cugny, au quartet du batteur Arnaud Dolmen, et a joué notamment avec Chris Cheek, Pierre de Bethmann, François et Louis Moutin, Antonin-Tri Hoang, Logan Richardson, Emile Parisien, Manu Codjia, David et Thomas Encho, Pierre Perchaud, Gustav Lundgren etc



                                                                                                                                               GLENN FERRIS

copyright P. Morisson

Les qualificatifs manquent pour embrasser à pleine bouche la carrière fertile de Glenn Ferris. Artiste caméléon, figure incontournable de la scène Jazz contemporaine, collaborateur d’un nombre invraisemblable de monuments se bousculant au Panthéon des légendes musicales du siècle, performer assidu de ses propres groupes… Mais surtout, il s’impose comme le thuriféraire d’une « Trombone Attitude » éclectique et gouailleuse.


À mille lieux des clichés d’un instrument laborieux, dont le public ne retiendrait que la difficulté manifeste du maniement, Ferris fait vibrer et voyager. Il fait entendre sa propre voix, fait chanter son Trombone de ses compositions influencées free et ellingtonien ; dans ses envolées les plus planantes, il n’aime rien tant que faire entendre son souffle, entrelacé sensuellement à ses mélodies.

En 1980, ses talents affirmés, reconnus, éclatants au zénith de la scène internationale, lui permettent enfin d’accomplir son rêve : rejoindre cette Europe dont il se dope aux visions iconiques de cartes postales, parcourant ce musée aux innombrables ressources architecturales, picturales et sonores. Il s’installe définitivement en France en 1982, à Paris, dispense son savoir dans diverses universités et entame sa vie de bohême comme il la rêvait depuis des années, seul devant un vieux film français en noir et blanc. Il tourne alors dans le monde entier, devient le Tromboniste incontournable de toute la planète Jazz et de ses ramifications.


Mais n’oublions pas la liste, à la fois impressionnante et fragmentaire, de ses collaborations au sein de groupes et sur disques, avec entre autres : Michel Petrucciani ,Martial Solal, Sal Nistico, Joachim Kuhn, L’Orchestre National de Jazz (« Orange then Blue » - 1988, et « African Dream » - 1989), Steve Lacy (« Anthem » - 1989, «Itinerary » - 1991 et «Clangs » - 1992), Franco d’Andrea (« Flavours » - 1992), Archie Shepp, Chris McGregor and the Brotherhood of Breath, Dave Frishberg (« Where You At ? » - 1991), Enrico Rava, Louis Sclavis, Michel Portal, Henri Texier dans ses Azur quartet et quintet (« An indian’s Week » - 1993, « Mosaic Man » - 1998 et « String’s Spirit » 2002), François Theberge, Riccardo Del Fra, Collectif Palatino Quartet (« Palatino » - 1996, « Tempo » - 1998 et « Chap.3 » - 2001) , en Guest de Peter Schärli (« Guilty » - 2001 et « Hot Peace » - 2006), le Collectif Bex / Ferris / Goubert ou B. F. G. Trio (« Here & Now » - 2001), en Guest de Belmondo & Yusef Lateef (« Influence » - 2005)… Que les absents nous pardonnent !

Mais pour ce qui est de ses propres créations sonores, en se penchant sur ces dernières années, piochons dans une Cdthéque idéale :  les superbes Opus du Glenn Ferris Trio avec Vincent Segal au violoncelle et Bruno Rousselet à la contrebasse (« Flesh & Stone » - 1995, « Face Lift » - 1996 et « Refugees » - 1997) ; les tergiversations admirables du Glenn Ferris « Chrominance » Trio, featuring Jeff Boudreaux (drums) et le fidèle B. Rousselet (« Chrominance » - 2001) ; ou enfin, flirtons avec la plus bouillante des actualités : son Pentessence Quintet (Jean-Michel Cabrol : saxophone ténor, Philippe Milanta : piano/orgue, Bruno Rousselet : contrebasse, Jeff Boudreaux : batterie), déjà fort du remarquable « Skin Me ! » - 2004, disque de chevet par excellence, retournant à l’essence des émotions jazz brutes et raffinées, louvoyant avec un savant éclectisme dans les registres phares du  musicien.

Glenn Ferris vient de rajouter une pierre de taille à l’édifice imposant de sa discographie : parfait  successeur du précédent Album : « X Actimo ! » - 2006


CHLOE CAILLETON

chloe

Après un premier apprentissage du piano classique puis du jazz en autodidacte, Chloé Cailleton intègre le Conservatoire de Nantes puis le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Ses nombreuses collaborations (Ricardo Del Fra, Stéphane Belmondo, Emmanuel Bex, Ibrahim Maalouf...), sa contribution aux Voices Messengers pendant dix ans, ou ses participations récentes aux projets de Pierre De Bethmann au sein du Medium Ensemble, du Grand Orchestre de Jean Loup Longnon, d'Alban Darche (Queen Bishop, Orphicube), et aux spectacles de théâtre musical Goodbye Love (Compagnie Frasques) et Dibbouk (théâtre de l’Apostrophe Cergy), font de Chloé Cailleton un électron libre hyperactif. Menant de front plusieurs orchestres actifs (Trio Paloma, La Baronne Bleue, Le Vanneau Huppé) elle fonde le collectif La Spatule avec une dizaine d'artistes pluridisciplinaires nantais.

« Elle donne de la voix à sa passion, une virtuosité, de la drôlerie... On peut être assez fou de cette femme timbrée, qui déploie plusieurs timbres avec jubilation. » Michel Contat, Télérama.

Elle enseigne actuellement le chant à l' Ecole de Musique de St Sébastien sur Loire dont elle dirige également le big band, et est titulaire du Certificat d'Aptitude Jazz obtenu au CNSM de Lyon. Elle mène en parallèle de son investissement constant dans le monde du jazz, de nombreux projets d'action culturelle en collaboration avec les établissements et institutions (direction de choeur, masterclasses, stages, théâtre musical). Elle forme également les étudiants chanteurs du Centre des Musiques Didier Lockwood.


BAPTISTE HERBIN

baptiste herbin

Originaire de Chartres, il apprend le saxophone avec Jean-Louis Mounier puis le jazz avec Julien Lourau et Jean-Jacques Rulhmann , puis Jean-Charles Richard. Issu du CNSM dans la classe de Jazz de Riccardo Del Fra, il rencontre André Ceccarelli en 2010 lors de sa résidence au Duc des Lombards qui l’emmène en studio pour enregistrer son premier album en quartet « Brother Stoon », avec Pierre de Bethmann, Sylvain Romano, ainsi que Jean Toussaint et Dimitri Dourantonis en invités. Il joue en première partie de Dionne Warwick à l’Olympia en novembre 2012 en duo avec Pierre de Bethmann pour présenter ce premier disque, qui rencontre un franc succès. Son deuxième disque en quintet, « Interférences » sort en 2015, avec Benjamin Henocq, Maxime Fougères, Sylvain Romano et Renaud Gensane.

Baptiste est aussi enseignant, et donne des master class dans le monde entier. Sa musique et son jeu sont inluencés par Charlie Parker, Cannonball Adderley, Ornette Coleman, Maceo Parker, John Coltrane, la musique malgache, mais aussi des compositeurs classiques comme Debussy, Ravel et Bach.

Nommé aux victoires du jazz en 2013 grâce à son premier disque « Brother Stoon », Baptiste Herbin a enregistré avec de grands musiciens : les disques de Keith Brown (Sweet and Lovely Space Time Records 2011) Aldo Romano (New Blood : the connection, Dreyfus 2012), Essiet Essiet et Jeff « Tain Watts » (Shona, Space Time 2014) le quatuor Fireworks avec Jean-Charles Richard, Stéphane Guillaume et Vincent David (2015).

Il joue dans le monde entier (Thaïlande, Etats Unis, Italie, Madagascar, Angleterre, Allemagne, Belgique, Suisse…) et joue avec les plus grands musiciens : Glenn Ferris, Alain Jean-Marie, Ralph Bowen, Donald Brown, Kenny Garrett, Jean Toussaint, Mark Gross, Steve Wilson, James Carter, Gary Smulyan, Marcus Gilmore, Stéphane Belmondo, Archie Shepp, Jean-Michel Pilc, Darryl Hall, Franck Avitabile, Pierrick Pedron, Julien Lourau, Enrico Rava, Eric Legnini, Baptiste Trotignon, Billy Hart, Michael Cheret, Jerry Bergonzi, Stefano Di Battista… et a accompagné Charles Aznavour.



QUENTIN GHOMARI

photo Michael Parque

Quentin Ghomari est diplômé du CNR de Rouen et du CNSM de Paris (Master de Jazz et musiques improvisées).

Membre actif du collectif rouennais Les Vibrants Défricheurs, c'est au sein du turbulent quintet Papanosh qu'il s'épanouit principalement en tant qu'interprète et compositeur : "Your Beautiful Mother" (4* Jazzman - 2012), "Oh Yeah oh" (CHOC Jazz Mag – 2015), « A Chicken in a bottle » (CHOC Jazzmag, Disque du mois JazzNews, ELU Citizen Jazz - 2017) sortie, « Home Songs » (CHOC Jazzmag, Disque du mois JazzNews, ELU Citizen Jazz - 2018). Deux créations voient le jour en 2018, « Home » avec Roy Nathanson et Napoléon Maddox, et « Prévert Parade », avec le chanteur André Minvielle sur l’univers de Jacques Prévert.

Parallèlement à ce projet artistique collectif, il multiplie les collaborations en tant que sideman au sein de plusieurs groupes aux univers musicaux biens différents:

Ping Machine, grand ensemble du guitariste Fred Maurin avec lequel il enregistre quatre albums « CHOC Jazzman », "Des Trucs Pareils", "Encore", « Ubik », « Easy Listening ». Il est également invité dans le tout dernier disque « Seven Years » du quartet Big Four de Julien Soro (CHOC Jazzman).

Lande, quartet leadé par le contrebassiste Alexandre Perrot, avec lequel il sort un nouveau disque « La Caverne ».

Le Gil Evans Paris Workshop de Laurent Cugny, avec lequel il enregistre le disque « Spoonful », CHOC Jazzman.

L'Afro JazzBeat d'Eric Legnini, au sein duquel il joue la musique du disque "Sing Twice" et enregistre le disque « Waxx Up ».

Gonam City, duo avec le pianiste Marc Benham, un disque est en préparation.

Le Bal de l’Afrique enchantée, l’extension Bal de l’émission radiophonique hebdomadaire de France Inter « L’Afrique enchantée ».

Le Brass Spirit de Georgy Kornazov, le quintet Portal/Poirier avec lequel il enregistre « Let My children hear Mingus » (Revelation Jazzmag) et les quartet/sextet du contrebassiste Diego Imbert.

On peut le retrouver plus occasionnellement avec l'Attica Blues Orchestra d'Archie Schepp, le Surnatural Orchestra, le Sacre du tympan de Fred Pallem ou encore le Umlaut Big Band.



JEAN-CHARLES RICHARD

photo rémi denis

« Jean-Charles Richard a un immense talent et des possibilités infinies. Il fait partie de cette catégorie d’artistes jouant au saxophone soprano ce que je peux à peine imaginer... » Dave Liebman

Musicien aventurier, Jean-Charles RICHARD a suivi un double cursus au CNSM de Paris, où il obtient à l’unanimité un premier prix de saxophone classique et un diplôme de formation supérieure en jazz. Titulaire des CA de saxophone classique et jazz et d’un DEM d’analyse, il est le responsable de la classe du cycle spécialisé jazz et musiques improvisées au CRR de Paris, et du Pôle Supérieur Paris – Boulogne – Billancourt.

Par goût des extrêmes, il choisit de se consacrer aux saxophones soprano et baryton.

Sa curiosité pour tous les territoires de la musique l’amène à se produire aussi bien au sein d’orchestres classiques (Orchestre de Paris, Orchestre des Prix du CNSM), des big bands (George Russell, Antoine Hervé, Jean- Loup Longnon), dans des fanfares de rue (La Bête a bon dos), des chanteurs de variété, et à côtoyer les compositeurs contemporains (Karlheinz Stockhausen, Thierry Escaich, Alain Margoni).

De 1995 à 2000, il tourne dans le monde entier avec un groupe phare de l’humour musical, les DéSAXés, dans une mise en scène de l’humoriste François Rollin. Concerts mémorables notamment à l’Olympia, au Printemps de Bourges ou au Paléo Festival de Nyon. De 2001 à 2005, il participe, avec la Compagnie du jongleur Jérôme Thomas, à la création de Cirque Lili, spectacle représenté plus de deux cent fois en France et en Europe.

Conjointement, il met ses qualités d’interprète, de compositeur et d’improvisateur au service de nombreuses collaborations avec Dave Lieb- man, Didier Levallet, David Patrois, Bernard Struber, Jean-François Baëz, Claudia Solal, Eric Löhrer, Didier Ithursarry, Daniel Humair...

Son premier album, en solo, « Faces », paru en 2006 chez Herrade / Fairplay-Anticraft a créé l’événement (ffff Télérama, Choc du mois Jazzman). Son second album « Traces », enregistré en compagnie de Peter Herbert et de Wolfgang Reisinger a reçu le Grand Prix Jazz de l’Académie Charles Cros.

Avec la violoncelliste Pauline Bartissol, Jean Charles Richard propose aujourd’hui une relecture des suites pour violoncelle de Jean Sébastien Bach, projet qu’il mène de front avec un quintet qu’il co-dirige avec Eric Prost : « L’équilibre de Nash »

Depuis 2006, il dirige de nombreux orchestres, dont les répertoires se situent à la croisée du jazz et de la musique classique : « Sketches of Spain » de Gil Evans, avec David Liebman en invité soliste, « Cityscape » de Claus Ogerman, « Impressions » de Jean Marie Machado, ou encore le « Newdecaband » de Martial Solal avec l’Orchestre de l’Opéra de Lyon.


Donner 15 euros

1 CD numérique

Donner 20 euros

1 CD physique dédicacé + une carte postale

Donner 50 euros

2 CD + CD numérique + 2 cartes postales

Donner 100 euros

1 place de concert + 1 CD

Donner 150 euros

Invitation à une répétition avec les musiciens + 1 place de concert

Donner 200 euros

Soirée VIP avec les musiciens

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme Attention Fragile. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
L
Aurélie
17/02/2019
K
Katia
28/01/2019
C
Catherine - 20,00 €
28/01/2019
J’espère vous entendre bientôt ! Bises 🤞👏
Signaler la page