Jamais vaincu-e-s / un projet de film d'Eve Line

par Au fil du vif

Faire un don

Jamais vaincu-e-s / un projet de film d'Eve Line

par Au fil du vif

Faire un don

Gambate (en japonais, courage ! en avant !)

Résumé du film à venir

Ce film témoigne d’une expérience de pratique du Kinomichi - un art martial émergeant de l’Aïkido - à l’hôpital Saint-Antoine, auprès de personnes, dont certaines ont été confrontées à des situations de violence (physique, morale, psychique, verbale). Des relations intenses se tissent entre les pratiquant-e-s provenant d’horizons sociaux très différents, et avec leur enseignante, Odyle Noro-Tavel. Tout semble possible pendant ce temps d’écoute, de partage de mouvements, de gestes, de paroles d’une grande liberté, où la confiance et la solidarité s’installent peu à peu à l’intérieur du groupe.



Des forces se déploient, qui sont de l’ordre de la sensation. On touche à des rythmes, des tensions, des émotions, échappant à une construction strictement linéaire et rationnelle. D’où le choix de tourner ce film entièrement en pellicule (super 8 et 16mm). S’y expriment des événements de lutte individuelle et collective, faisant jaillir des énergies intenses, au milieu d’éclats de couleur et de lumière, que la matière pelliculaire permet de projeter avec une grande subtilité. 

Et l’on est amené-e à saisir des personnes en pleine transformation, en même temps que leur enseignante elle-même se métamorphose sous nos yeux.

Racines du projet

Depuis plus de quatre ans je suis l’enseignement d’Odyle Noro-Tavel, professeur d'arts martiaux et coach corporel, au Centre international Noro Kinomichi (Boulevard des Batignolles, à Paris). A plusieurs reprises je l’ai entendue parler de son désir de sortir le Kinomichi du Dojo, ce qui m’a donné très envie de la suivre. Fin 2018, il m’a été possible d’approcher sa pratique au sein de l’hôpital Saint-Antoine.


Pendant plus d’un an j’ai alors suivi son enseignement auprès de ces personnes - essentiellement des femmes -, en pratiquant à leurs côtés. Leur confiance m’a été donnée. A suivi l’autorisation de filmer cet art martial dans ce lieu de soin, auquel ce film est destiné. Qu’est-ce qui se construit, à travers cet art martial, ayant de tels effets positifs sur ces patient-e-s à l’hôpital. De plus en plus je sens que ces personnes sont sensibles au projet. Elles ont besoin de témoigner, de dire que cette pratique leur fait du bien. Il est de plus en plus manifeste que ce film se fait avec elles. Il est porté par elles.

A quoi servira l'argent collecté ?

Ce film est réalisé de manière bénévole. Toutefois il engage des frais techniques importants. A ce stade une grande partie du tournage a été effectuée. Et les frais pour l’achat des bobines, leur développement, leur numérisation, sont engagés. Le travail se poursuit maintenant au montage.

Cette collecte me permettra de couvrir les frais de réalisation technique du film : achat de bobines, super 8 et 16 mm ; numérisation des bobines (télécinéma) ; aide au montage ; aide à l’étalonnage ; création musicale (envisagée au shakuashi -flûte japonaise-, et au saxophone) ; aide au mixage.

Eve Line, la porteuse du projet

Après avoir travaillé sur des collections historiques et artistiques dans des musées et centres d’archives, je me suis orientée progressivement vers un travail photographique et cinématographique, en lien avec ces expériences professionnelles. Mon investigation porte sur des sujets liés à la violence, aux archives de guerre, et à la survivance des images. Depuis plusieurs années je suis membre de L’Etna (atelier partagé autour du cinéma expérimental) et de L’Abominable (laboratoire cinématographique partagé). Je fais également partie du collectif La Poudrière, femmes cinéastes de l’Etna.

En 2016-2017, il m’a été possible d’approfondir ma compétence selon cette orientation en faisant un master 2 Recherche en Etudes cinématographiques à l’Université Paris Diderot. Mon mémoire de recherche, obtenu en 2017, s’intitule : Matériau et transformation d’archives dans le cinéma expérimental et artistique : analyse d’œuvres et démarche pour un film. Pendant cette période, j’ai également réalisé un montage filmique, à partir d’archives d’Abel Gance pour son film J’accuse (1917-18).  Ce film court (11’) s’intitule :  La Guerre- L’homme ! Ouvrir l’archive,il a été réalisé en collaboration avec la Bibliothèque/ Archives de la Cinémathèque française et l’Université Paris Diderot.

Odysseia /25, réalisé en 2019, est mon premier moyen métrage expérimental (28mn, vidéo et pellicule), auto-produit. Il a pour origine un séminaire de recherche suivi à l’Ecole pratique des Hautes Etudes en Sciences sociales pendant plusieurs années sur L’Odyssée d’Homère.

Ce film sur l’hôpital Saint-Antoine est accueilli par l’association Au fil du vif, dont Marie-Cécile Crance, travaillant à la croisée de la danse et du cinéma, est la présidente. Elle participe activement à ce projet à mes côtés, en m’aidant au tournage (en particulier lors des prises de son), et dans les autres phases de réalisation de ce film. Elle est également depuis peu une pratiquante du Kinomichi.


Donner 10 euros

Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 200 euros

Donner 500 euros

Donner 1000 euros

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme Au fil du vif. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
D
Delphine Voiry-Humbert
14/07/2020
Anonyme
05/07/2020
M
Catherine Gesmier
05/07/2020
Signaler la page