Awely, des animaux et des hommes

Autres
Lier conservation des espèces animales menacées et développement.

qui sommes-nous ?

En images
Notre mission

En tant qu'association luttant pour la protection des animaux, nous avons pour mission de mettre nos compétences et notre expertise au service de la sauvegarde des espèces animales menacées et des écosystèmes qui les abritent, tout en travaillant à un avenir meilleur pour les villageois. Nous plaçons les hommes et les femmes au cœur de nos actions pour la biodiversité. Nos équipes sont issues des communautés locales et établissent une vraie relation de confiance avec les populations dont les activités contribuent à la disparition de la faune et à la destruction de leur habitat, comme avec les villageois souffrant de la cohabitation avec les animaux sauvages.


La forte implication des communautés, de même que notre travail de recherche et d’évaluation de nos programmes maximisent l’efficacité de nos actions et la juste utilisation de nos financements. Par ailleurs, nous partageons nos informations avec nos partenaires financiers, nos donateurs et les organisations avec lesquelles nous travaillons et mutualisons autant que possible nos efforts pour la protection des animaux sauvages et la réduction de la pauvreté. Nous voyons dans le fait de collaborer avec le plus grand nombre, un meilleur moyen d’atteindre nos objectifs.


Enfin, malgré les réponses rapides que requièrent certaines des situations auxquelles notre association doit faire face, nous préférons aller au coeur des problèmes et travailler sur leur globalité, quitte à prendre plus de temps. Si les gorilles par exemple sont chassés pour leur viande, il nous semble plus pertinent de commencer par construire une école. Un moyen de nous assurer qu’une fois devenus en âge de chasser, les garçons choisiront une autre voie.


Quant à l'étymologie du nom de notre association luttant pour la protection des animaux, celui-ci tire ses racines dans le centre de l'Australie, les femmes aborigènes nomment "Awely", la "loi" du Temps du rêve (Dreamtime) régissant leur lien avec la terre. L’Awely est notamment représentée dans la peinture et la danse. Un nom pour exprimer notre engagement pour ce lien entre l'humanité et le reste du monde vivant.


Plus d'infos ici


Les actions de notre association

Les Casquettes vertes pour les bonobos

En République démocratique du Congo, dans la province de l'Equateur et sur une zone d'environ 15.000 km2, notre équipe travaille à l'amélioration de la situation pour nos cousins les plus proches, les grands singes bonobos. Au contact permanent de groupes de personnes identifiées comme ayant un impact négatif sur l'espèce (chasseurs, vendeuses de viande), les Casquettes vertes d'Awely encadre des micro-projets de développement générateurs de revenus, et proposant des alternatives économiques à la surexploitation des ressources naturelles. Ainsi, les chasseurs deviennent des éleveurs, et les vendeuses de viande de brousse impliquées dans la création de boulangeries de villages, dans la vente de savon, de carburant ou de produits pharmaceutiques de premières nécessités. Par ailleurs, nos Casquettes vertes développent des activités pédagogiques, interviennent dans les écoles pour parler des bonobos, comme du développement durable, et animent un spectacle de marionnettes déjà vu par plus de 10.000 personnes.


Les Casquettes vertes pour les tigres

Au Népal, dans la région de Suklaphanta, au sud-ouest du pays, les Casquettes vertes d'Awely développent des encadrent des actions destinées à limiter la pression sur la réserve de faune au bénéfice des tigres. Notre équipe travaille avec des groupes d'usagers, entretenant et favorisant un dialogue régulier. Elle met ensuite à disposition des moyens pour la réalisation d'actions concrètes afin d'utiliser durablement les ressources naturelles. Notre premier objectif est de limiter la pression sur l'écosystème forestier en réduisant la pression de paturage et de collecte de bois. Un objectif auquel nous contribuons par la culture de graminées ou d'herbe permettant l'affouragement du bétail à l'étable. Nous proposons également des formations afin de permettre aux communautés d'initier des activités génératrices de revenus, et limitant la surexploitation des ressources naturelles dans l'habitat des tigres. On peut citer par exemple : ateliers de couture, maraichage, four à basse consommation et biogaz. Le biogaz est un gaz produit par la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l'absence d'oxygène. Il remplace ici le bois pour la cuisson des aliments. Awely organise également, en partenariat avec le National Trust for Nature Conservation, un camp médical itinérant. Les villageois pauvres peuvent alors bénéficier de soins gratuits. Enfin, nous réalisons de nombreuses activités pédagogiques destinées à informer les populations locales sur l'importance de la conservation du tigre. Nos messages présentent également l'intérêt des micro-projets de développement, à la fois comme ressources principales ou complémentaires, et les bénéfices que tous peuvent en tirer, les tigres y compris.


Les Casquettes rouges en Zambie

C'est dans la région du parc national de South-Luangwa, qu'Awely coordonne depuis 2008, un programme de limitation des conflits Homme-animaux. Dans cette région, comme dans beaucoup d'autres, les animaux font des dégâts considérables dans les cultures et sur les biens des paysans pauvres, s'attaquent au bétail quand ce n'est pas la vie même des villageois qui est menacée. En parallèle, de nombreux animaux peuvent être tués en représailles de ces conflits. Notre équipe des Casquettes rouges effectue des enquêtes à l'issu de chacun de ces conflits. Elles nous permettent d'avoir une bonne visibilité sur la situation et d'identifier avec précision les espèces impliquées, et les circonstances et conséquences de chaque conflits. Les Casquettes rouges réalisent un important travail de médiation avec les villageois, en particulier les agriculteurs et principalement au sujet des éléphants. Notre équipe travaille avec ces communautés locales en entretenant un dialogue régulier et en mettant à disposition des outils concrets. Parmi eux on peut citer pour commencer le grenier à grain renforcé, construit sur une base de briques et conservant les récoltes à l'abri des éléphants. Nous proposons également la culture de plantes alternatives, principalement le piment, pour la vente et la fabrication d'outils tenant les éléphants à l'écart (barrières à piment, brulis de piment), ou encore la mise en place d'une patrouille nocturne de surveillance des pachydermes. Ce programme est développé en collaboration avec le South Luangwa Conservation Society.


Les Casquettes rouges en Inde

C'est dans la région d'Assam, au nord-est de l'Inde qu'Awely coordonne depuis 2008 un programme de limitation des conflits Homme-animaux. Ce programme situé en bordure du parc national de Manas, classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Il est mené en collaboration avec l'organisation indienne Aaranyak. Comme en Zambie et au Népal, notre équipe effectue des enquêtes post conflits, destinées à bien cerner l'origine et les conséquences de ces interactions entre Homme et animaux, principalement les éléphants. Ces données sont ensuite entrées dans une immense base de données. Grâce aux plantes que nous faisons pousser dans notre pépinière, nous pouvons proposer aux villageois des cultures alternatives génératrices de revenus, et qui n'attirent pas les éléphants. Nous encadrons également la constructions de miradors qui permettent aux agriculteurs de surveiller leurs champs et de tenir les éléphants à distance, sans mettre leur vie en danger. Plusieurs formes de micro-entreprises sont proposées à des groupes de femmes : ateliers de tissage, production et vente de confiture... Enfin, notre équipe propose diverses actions pédagogiques grâce à des outils que nous créons régulièrement : posters ou plus récemment, un film sur les moyens de limiter ces conflits et qui est projeté dans les villages et les écoles.


Les Casquettes rouges au Népal

A environ deux heures de route de notre programme Tigre, nous coordonnons en bordure du parc national de Bardia, un projet Casquettes rouges de limitation de conflits Homme-animaux. En parallèle aux enquêtes post-conflits, menées d'une manière similaire en Inde et en Zambie, nos équipes travaillent sur différentes mesures permettant de préserver les biens des villageois sans nuire aux animaux. Dans cette région, ce sont les éléphants, les rhinocéros indiens et les léopards qui sont le plus souvent impliqués dans ces conflits. Afin de protéger les élevages de l'attaque des léopards, nous proposons la construction d'abris renforcés et nos équipes rencontrent régulièrement les villageois afin de les conseiller sur les meilleurs moyens de protéger leurs animaux domestiques. Nous réalisons actuellement un important travail de recherche afin d'identifier avec précision sur des champs test, les cultures qui n'attirent pas les herbivores, voire même pouvant les tenir à l'écart. Les cultures retenues seront ensuite proposées aux agriculteurs pour notamment, la production d'huiles essentielles. Enfin, comme sur nos autres programmes, nous disposons de plusieurs outils pédagogiques qui détaillent les meilleurs moyens de se protéger des animaux, évoquent le développement durable et l'intérêt des micro-projets et de la micro-entreprise, ou encore présentent rhinocéros, éléphants ou léopards, et l'importance de leur préservation.


Les casquettes vertes pour les gorilles

Au sud-est du Cameroun, en bordure nord de la réserve de faune du Dja, nous construisons actuellement une école. Dans la région de ce programme mis sur pied récemment, les enfants des villages n'ont plus d'école depuis plus de trois ans. Une situation difficile qui limite considérablement les chances des jeunes de pouvoir un jour quitter leurs villages pour étudier et travailler. Par ailleurs, cette absence de structure scolaire risque de les conduire à n'avoir d'autres choix que de devenir, comme beaucoup de leurs pères, des chasseurs, de gorilles notamment. C'est dans ce contexte que nous avons décidé d'entamer la construction de cette école, qui devrait être ouverte dans moins d'un an. Elle abritera trois classes et proposera par ailleurs les week-ends, des ateliers et animations pédagogiques sur la conservation, les écosystèmes, la faune de la région, ou encore le développement. Ces ateliers seront ouverts à un large public, d'enfants comme d'adultes. Afin de la rendre autonome et pouvant partiellement s'autofinancer, l'école sera bordée par une plantation de cacao dans laquelle les parents des enfants scolarisés auront la liberté de s'investir sur la base du volontariat. Nous envisageons dans un second temps, de travailler sur les alternatives à la consommation de viande de brousse, sur le modèle des actions mises en place sur notre programme en République démocratique du Congo. Cette initiative est menée en collaboration avec le Projet Grands Singes.


Siège social

3 Place de la République 45000 Orléans

Site internet

http://www.awely.org

Rejoindre nos communautés

vous avez une question ?

Soyez le premier à lancer la conversation !

Notre communauté

Awely pyfulconis 178004 claude.ekeo 177720 lauremelin 186642 maful 178003 paniscus 177722 carla.wencker 177724 kantaji 178220 jbusquere 177832
Rejoindre la communauté

Découvrez d'autres associations sur HelloAsso

Association Protection RApprochée
Protection RApprochée
Association FONDATION DE RECHERCHE SUR L'HYPERTENSION ARTERIELLE
FONDATION DE RECHERCHE SUR L'HYPERTENSION ARTERIELLE
Association Sos Chats sans frontières
Sos Chats sans frontières
Association INTER-AMAP PAYS BASQUE
INTER-AMAP PAYS BASQUE