LE MOUVEMENT DES CORPS POUR DIRE L'INDICIBLE

par babeldanse

Faire un don

LE MOUVEMENT DES CORPS POUR DIRE L'INDICIBLE

par babeldanse

Faire un don

LE MOUVEMENT DES CORPS POUR DIRE L'INDICIBLE au CH de Montperrin un projet Culture et Santé






Présentation du projet

NOTE D’INTENTION

Porté par la conviction de croire que l’art est vecteur de décloisonnements et doit s’ancrer dans le réel, Samir El Yamni développe de nombreux projets d’éducation artistique au long cours, qui placent l’artiste et les personnes au coeur du processus de création. Les résidences « missions » déployées notamment en fidélité avec des partenaires pérennes - dans le secteur culturel, éducatif, de la santé ou associatif - s'adaptent aux circonstances dans lesquelles elles s’inscrivent.


LE MOUVEMENT DES CORPS POUR DIRE L’INDICIBLE (documentaire/ création / déambulation)


Le mouvement des corps pour dire l’indicible fait écho à une résidence menée de 2017 à 2019 au sein du CH de Montperrin (Aix en Provence).

Loin de toutes stigmatisations, ce projet s’ancre dans le réel. Il est pensé comme un va-et-vient de personnes échangeant dans un espace intime ou commun. Il est fait d’utopies, de voix singulières, de parcours de vie,  de communautés.

L'indicible pour une ode au corps, à la chair à ses états d'ivresse de transgression de désinhibition.

Tout cela orchestré par le compositeur et musicien Samir Mohellebi, invitant à une boucle sonore et sa métamorphose vers le lyrisme qui transporte le public, où corps et sons mènent vers une apologie de rencontres.

 

ECHANGES

Dans nos sociétés contemporaines, le ciment d’un échange social durable reste la confiance. Cette confiance n’est pas donnée, elle doit être construite dans et par le processus même de l’échange. La transmission des attitudes relationnelles est complexe et la question reste inépuisable, car chaque être est unique et chaque rencontre est donc singulière. C’est dans ses interactions sociales que nous avons pensé ce projet de corps, il s’articulera autour des protagonistes dans un espace fait de questions – réponses et de réflexions.

Origine du projet

La Genèse du projet est une rencontre en 2017 celle d'Elisabeth Degremont Cadre se santé au Centre Hospitalier de Montperrin et Samir Elyamni Chorégraphe implanté à Marseille.

En 2017 j'ai pu travailler au sein de la sociothérapie avec les patients et soignant du Centre Hospitalier de Montperrin, cette expérience a confirmé le souhait de travailler dans des lieux singuliers tel que l'hôpital , nous avons donc - Elisabeth et moi - continué l'aventure et poursuivi notre partenariat jusqu'à aujourd'hui. Au bout de 3 années de réflexion autour du lien entre patients, soignants et artistes,  je souhaite aujourd'hui finaliser cette aventure avec une déambulation qui aura lieu le 13 Février 2020 au C.H de Montperrin, une projection du documentaire en présence des artistes, patients  et soignants à Marseille le 06 Mars 2020 au Théâtre des Argonautes et une venue de la socio-thérapie à une présentation publique de la création 2020 "Le mouvement des corps pour dire l'indicible" à la liseuse Friche Belle de Mai le 21 Février 2020.
La création aura lieu les 26, 27 et 28  octobre 2020 au théâtre de l'Oulle dans le cadre de la semaine de l'Art en Avignon.

- Samir El Yamni , chorégraphe 

undefined

Le projet de Samir El Yamni, chorégraphe installé à Marseille, a trouvé son origine dans une rencontre, suite à un mail envoyé comme une bouteille à la mer sur l’idée d’un travail autour du corps avec des patients et des soignants. Le point de départ étant de provoquer une rencontre entre danse et corps soignés, corps soignants ; explorer ensemble ce domaine qu’est la danse comme autant d’émotions, de découvertes, de rencontres, d’univers. A la Sociothérapie, depuis de longs mois, nous voulions travailler avec les patients autour du corps, de la danse, nous explorions déjà depuis de nombreuses années la voix sous forme d'ateliers vocaux dans le cadre du festival d’art lyrique d'Aix en Provence , le corps avec des ateliers relaxation, la danse étant une autre approche et Samir nous l’offrait avec son idée de partage d’émotions. 

L’idée s’est au fur et à mesure de nos rencontres, affinée, spécifiée, créée pour nous (la sociothérapie), pour ce que nous disions de notre lieu, du lien avec les patients, du travail accompli à la sociothérapie..

- Elisabeth Degremont Cadre de Santé au pole socio-thérapie


LES PARTICIPANTS à LA SOCIO-THÉRAPIE

MaximeNicolas M, Amar, Claude, Caroline, Christelle C , Yousri, Elodie, Emilie (éducatrice des pavillons magnan/leguillan), Christelle R, Diane, Jean-Philippe et Frédérique infirmiers de l’hôpital de jour CARABELLI, Nicolas G, Fouzi, Cyril, Christophe, Laure-Line, Nadia, et tous les stagiaires infirmiers et psychomotriciens : Marine, Julie, Ornella, Lisa, Khrys, Johanna et enfin les 3 de la socio : Marie-Pierre, Marie-Catherine et Agnes.
 
undefined

A quoi servira l'argent collecté ? Pourquoi on a besoin de vous?

La faisabilité d'un projet est toujours un challenge conséquent pour une compagnie, surtout quand celui touche à un lieu singulier comme l'hôpital.
L'argent collecté servira à couvrir la masse salariale des artistes, les décors et  les costumes. 

La direction des affaires culturelles, l'agence régional de la Santé, les ACM et le CH de Montperrin, Le Théâtre de l'Oulle (l'autre scène permanente d'Avignon), Studio La Liseuse à la friche belle de Mai, le Centre Chorégraphique National de Roubaix.....sont les partenaires actuels de ce projet. 

Aujourd'hui il nous reste à financer 8000€ et c'est là que vous INTERVENEZ! 

rappelez-vous que chaque don est déductible des impôts à hauteur de 60% (vous contribuez ainsi à l'art et la culture) 

m e r c i   à 

Agerti - Pierre - Gilles - Clémentine - Laura - Sophie - Anne-Michèle - Max - Stéphanie - Samuel - Emilie - Houda - Jean - Jonathan - Nicoletta - Jeanne - Elisabeth - Isabelle - Clara 

NOTRE ÉQUIPE

LES DANSEURS

undefined

Andrès Garcia Martinez  est né en Espagne et vit actuellement à Marseille. Il obtient son diplôme de danse à Frankfurt (University of Music and Performing Arts Frankfurt am Main) en 2014.

De 2015 à 2018 il est danseur au Ballet National de Marseille , en tant que free-lance il collabore entre autres avec les chorégraphes Yuval Pick et Marcos Marco.

En 2020 il rejoint Babeldanse pour la création du mouvement des corps pour dire l’indicible.

undefined

Elisabetta Guttuso est née à Palerme. Elle s’intéresse à la danse dès l’âge de 8 ans et fait des études de ballet, caractère, néo-classique , contemporain et aérien.

En 2013, Elisabetta reçoit une bourse pour mener des études au Arts Center of Contemporary Dance à Modène. Son travail de fin d’études pour lequel elle a eu d’excellentes notes est remarqué par le Chorégraphe Matteo Levaggi. Elle fait ses débuts professionnels avec lui pour le BDP Bird’s Dance Project dans les créations « Ali per Volare » et « InVento » .

En 2016, elle danse dans « Yvonne » de Levaggi à l’occasion de la XXI Triennale di Milano au Pirelli Hangar Bicocca ainsi que dans «MESH» pour le Centro Pecci à Prato.

Elle est sélectionnée avec son projet «SoloGesto» en résidence à la Young Danza D’Autore Cosi Danzi 2° Edition 2018.

En 2017, Elisabetta décide de quitter l’Italie et de continuer son parcours en France. Elle s’installe à Marseille et y travaille comme danseuse et performeuse freelance pour la compagnie BABELDANSE.


Tom Levy est né à Grenoble et vit actuellement à Paris. Après une formation danse contemporaine à Istres. En 2019 il travaille avec Thierry Thieu Niang sur divers projets ainsi qu’avec la compagnie Systeme Castafiore Marcia Barcello Karl Biscuit et Lionel Hoche en 2018.

Il est également violoncelliste. 

En 2020 il rejoint Babeldanse pour la création du mouvement des corps pour dire l’indicible.


LE COMPOSITEUR

undefined

Né à Liège , Samir Mohellebi est belge, d’origine italo-algérienne, il vit actuellement à Marseille. Il est compositeur et interprète dans divers projets musicaux . Il tourne depuis plusieurs années en France, en Belgique, aux Pays-Bas et en Italie. Son travail porte essentiellement sur le fait de traverser les genres et d’exprimer une musique hypnotique qui connecte à l’intime. Il collabore régulièrement avec des vidéastes et des plasticiens.

Il compose pour des courts-métrages et met sa musique au service de la poésie lors de slam-jams ou de lectures musicales. Il est également professeur de guitare et anime des ateliers de musique d’ensemble et de composition depuis 12 ans dans diverses écoles de musique, associations et institutions officielles.

En 2018 il s’installe à Marseille et participe à la création Gute Nacht à l’invitation de Samir El Yamni.

Actuellement il continue ses collaborations avec le projet "Diaphragme" ainsi que la composition musicale de la création 2020 « Le mouvement des corps pour dire l’indicible » avec la compagnie BabelDanse.


LA VIDEASTE

undefined

Nawelle Azizi suit  une licence de philosophie en socio-antropologie au panthéon Sorbonne. En 2014, elle obtient un diplôme en arts-visuels option vidéo au beaux arts de Marseille. Elle réalise des longs et courts-métrages, elle collabore avec la compagnie La Casina depuis 2017.

En 2019, Nawelle rejoint la compagnie Babeldanse en tant que vidéaste autour du projet documentaire dansé "Le mouvement des corps pour dire l’indicible".

note d'intention

Comme son titre l’indique, le film aborde essentiellement deux thématiques : celle des corps en mouvements et celle de l’indicible. L’indicible, c’est ce que vivent les personnages principaux de ce documentaire, les patients/les soignants et les artistes.

 La caméra sera le lien entre ces thématiques, comme un personnage hors-champs, à la fois témoin et créateur de sens. Un regard humain qui balaie un lieu, se pose sur une personne, s’arrête sur un visage, sur des mains… En filmant sans artifices pour que l’essentiel apparaisse à l’image : le rapport entre ce qui demeure personnel et touche à l’intime, et cet art universel qu’est la danse, afin d’être au plus près de ce que les corps, dans leurs mouvements, ont à nous dire.

Aussi, il s’agira de laisser la place à l’inattendu, de mettre la caméra au service de l’histoire qui se tissera au fil des rencontres, des interviews, des interactions entre les personnes impliquées dans ce projet et des émotions qui en découleront.

ASSISTANTE ARTISTIQUE

undefined

Caroline Deren est née à Gand (Belgique), elle suit des études d’enseignement Anglais, Français et éducation éthique au Hogeschool Gent. Elle enseigne à Instituut van Gent école de libre pensée, pendant plusieurs années, se spécialisant dans l’accompagnement des élèves à difficultés (surdoués, dyslexiques, difficulté de concentration,….)

En parallèle, elle se forme au théâtre à l’AKDT chez Daniel Donies puis au cours Florent avec Jean Pierre Garnier. Par la suite, elle suit les pas de son père et se lance dans la mode .

Aujourd’hui elle allie toutes ces disciplines dans le spectacle vivant et collabore avec BABELDANSE depuis 2018. Depuis septembre 2019, elle a rejoint le Théâtre des Argonautes à Marseille en tant que chargée de programmation. 

LE CHORÉGRAPHE

undefined

Né à Orléans, Samir El Yamni a un parcours atypique. Ce n’est qu’après son service militaire en tant que parachutiste et des études en droit économique et social, qu’il décide de se former à la danse classique auprès de Christian Pioggioli et de s’initier ensuite au théâtre chez Christian Remer.

En 1998 il entame sa carrière auprès de Waldemar Brandowsky, Raza Hammadi et Matteo Moles. En parallèle, il crée en 1999 le duo “Personne” et en 2OOO “Quatuor” pour le Ballet du Loiret. A Bruxelles, il intègre la Cie Thor de Thierry Smith où il participe à la création de “Petit Baigneur” pour le Festival International Brigittines et “Dionysos’ Last Day”, spectacle joué dans toute la Belgique. 

Entre 2002 et 2005, Samir intègre le Ballet Preljocaj au Pavillon Noir- Centre Chorégraphique National d’Aix-en-Provence, où il est interprète dans “Le Sacre du Printemps”, “Near Life Experience”, et “N” d’Angelin Preljocaj et parcourt les plus grandes scènes du monde, dont : The Joyce Theater et The Bam à New-York, le Théâtre de la Ville à Paris, The Place à Londres, le SESC Vila Mariana à São Paulo, et la Maison de la Danse à Lyon. De 2005 à 2013 il est également invité par le Ballet Preljocaj à intervenir en tant qu’artiste dans le cadre des projets EAC et option danse.

En 2004, il est invité au Brésil par le S.E.S.C Vila Mariana à Sao Paulo pour travailler avec les danseurs de différentes compagnies brésiliennes: Cisne Negro, Stagium, Cia de dança de Diadema et Balé da Cidade.

En 2005, il fonde sa propre compagnie qu’il base à Marseille et continue sa collaboration avec divers artistes. Cette même année, il crée “Limit”, pièce chorégraphique pour trois danseurs et deux musiciens saxophonistes, il est également invité par le collectif skalen regroupant Michele Ricozzi, Jean-Marc Montera, Fabien Almakiewicz, Ivan Chabanaud, Patrick Laffont, Thierry Thieû Niang..

En 2006, il initie le Triptyque « Identités » et crée le solo «Signe» en travaillant sur l’écriture calligraphique arabe. Il s’inspire du travail de l’artiste calligraphe Hassan Massoudy pour en nourrir son écriture chorégraphique.

De 2006 à 2008, il est en résidence au Centre National de Création et de Diffusion Culturelles de Châteauvallon où Samir devient artiste

associé. Cette même année, il crée le quatuor « Diga-Me » deuxième volet du triptyque, initié avec «Signe».

En 2008, il clôture ce premier triptyque sur l’identité en créant son troisième et dernier volet « Immah » en coproduction avec le Ballet de Marseille, projet franco-brésilien avec la collaboration du vidéaste brésilien Guilherme Petrini et la complicité de la Cia de Danças de Diadema et de la Secretaria da Cultura do Estado de Sao Paulo.

En 2009, il crée « Mosaïque », ainsi que la production du court métrage « Les Murs Murs de la Méditerranée » avec la complicité du vidéaste Fabrice Duhamel.

En 2010, il crée « Cyclus » premier volet d’un nouveau triptyque autour des musiques classiques qui sera présenté lors du temps fort les régions s’en mêlent au CDC les Hivernales.

En 2011, il crée le duo « Bach ».

En 2012, il reçoit une commande du B.J.A pour la création du Sacre du Printemps, pièce pour six danseuses et participe également au projet de l’Agence perpétuelle de Fabrication autour des oeuvres de Samuel Beckett.

En 2013, il reçoit la commande du Centre de Développement Chorégraphique pour la création du solo Carnets de Route dans le cadre de la 35ème édition du Festival des Hivernales et joué lors du temps fort Août en Danse dans le cadre de Marseille Capitale Européenne de La Culture.

En 2014, il travaille sur le projet Journal des corps/Révolution des corps en coproduction avec le Ballet National de Marseille dont les premiers balbutiements furent présentés dans le cadre de Questions de Danse, Danse en Question au Klap Maison pour la Danse. Cette même saison, il est également en résidence associée en 2014/2015 au Transformateur à Allauch où il crée « Constellations » commande du Transformateur joué au Théâtre Antique de Nature.

En 2015, il engage le projet « Fluxus » continuant ainsi le cycle sur le corps entamé Carnets de route et Journal des corps et Révolution des corps.

En 2016 et 2017 il initie le projet documentaire corps « im »patient et Gute Nacht en partenariat avec le CH de Montperrin et l’ambassade de France à Cuba.

En 2018, la nouvelle création « Le surgissement du réel » en collaboration avec le compositeur électroacoustique Nicolas Jacquot Il travaille également sur la performance « Amado Moi » en partenariat avec l’agence Vendredi Matin .

En 2019 il crée les soli « Des Expositions » Actuellement, il initie et clôture le travail entamé en 2016 autour du corps patient /corps soignant et initie le projet « Le mouvement des corps pour dire l’indicible » dans le cadre du projet Culture/Santé initié par la DRAC et l’ARS et en étroite collaboration avec le CH de Montperrin. 

En parallèle, il est diplômé d’état en tant que professeur de danse contemporaine au Centre National de La danse de Pantin et intervient régulièrement dans les projets d’éducation activités culturelles et actions éducatives auprès des publics de maternelles, élémentaires, collèges, lycées, facultés, comités d’entreprises, hôpitaux, professionnelles et semi-pro, Demos philharmonie de Paris . Il est également diplômé d’une licence conception mise en oeuvre de projets culturels et se forme en étude somatique par le mouvement B.M.C.




Donner 10 euros

Tirelire

Un grand merci, vous avez cassé votre tirelire!

Donner 20 euros

Soutien

Un grand merci et toute notre reconnaissance, votre nom mentionné sur la page web (soutiens)

Donner 50 euros

Soutien ++

Vous avez droit à tout ce qui est mentionné au dessus ainsi qu'une affiche du projet

Donner 100 euros

Soutien gold

Vous avez droit à tout ce qui est mentionné au dessus ainsi qu'une invitation à la restitution du projet

Donner 200 euros

Donateur

Vous avez droit à tout ce qui est mentionné au dessus ainsi que deux invitations à un spectacle, une rencontre avec le chorégraphe

Donner 500 euros

Donateur Premium

Vous avez droit à tout ce qui est mentionné au dessus ainsi qu'une bouteille de champagne , un canon de confettis argenté, une photo signée des artistes , un sandwich martino (un vrai)

Donner 1000 euros

Donateur Upperclass

OHLALA ! c'est la totale! vous avez droit à tout ce qui est mentionné au dessus ainsi qu'une rencontre autour d'un dîner avec l'équipe artistique, un sticker de la compagnie, un canon de confettis doré

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme babeldanse. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
Anonyme
05/06/2020
L
Laurent
19/01/2020
C
Clara
13/01/2020
Signaler la page