Projet Dongri - Niman (festival blues Afrique Côte d'Ivoire)

par Benkadi - Joie Production

Projet Dongri - Niman (festival blues Afrique Côte d'Ivoire)

par Benkadi - Joie Production

Promouvoir la musique blues africaine. Le volet 2 est la création d'une festival blues une année en Afrique, Côte d'Ivoire, une année en France.

Présentation du projet


PROJET DONGRI - NIMAN

Par l'association Benkadi


http://benkadi-joieproduction.blogspot.fr/

benkadi25@yahoo.fr





Le projet Dongri-Niman veut promouvoir la musique blues africaine, cette musique traditionnelle qui rythme la vie au quotidien en Afrique. Convaincue que la musique est un lien privilégié entre les peuples (Niman, la musique va plus loin que les mots), l'association BENKADI - Joie Production a construit un projet en trois phases.



But



Diffuser la musique blues africaine en Afrique de l'Ouest, et en France, auprès du public, particulièrement les personnes qui ne se rendent pas dans les salles de concerts et les enfants.

Cela dans la perspective de maintenir et de faire partager une part majeure de l'identité culturelle africaine : la musique traditionnelle. Mais aussi de renforcer la mixité sociale et de favoriser les échanges au sein des espaces publics, des lieux d'enseignement et de loisirs.



Objectifs 



- Offrir des espaces de diffusion musicale au plus près des populations : interventions musicales au sein des écoles, des centres de loisir ou au cœur de l'espace public (les rues, les gares, les marchés,…).

- Soutenir les musiciens locaux (en France et Afrique de l'Ouest) de musique traditionnelle au travers de résidences, concerts,...

- Créer un festival annuel, emblématique de la musique blues et des musiques traditionnelles, visant à faire connaître les artistes à un large public en France et en Afrique de l'Ouest.



Modalités 



- Volet 1 : composition, interventions dans les écoles, centres de loisirs et lieux publics (marchés, gares, …).

La rencontre de Joyce Tape avec Boubacar Traoré, en 2013, a donné naissance à l'album "Niman, la musique va plus loin que les mots" et au projet Dongri-Niman. Celui-ci s'est concrétisé par des interventions auprès du jeune public du Doubs et de la Haute-Saône. En 2014 puis 2015, l'association BENKADI – Joie Production et les artistes ont développé des partenariats au Mali, en Côte d'Ivoire et en France, multipliant les interventions auprès du public (écoles, marchés, gares,...).



Partenariats

Des partenariats publics sont en cours entre diverses institutions de Côte d'Ivoire et de France pour pérenniser ces échanges. La Commune d'Adjamé en Côte d'Ivoire, la ville de Besançon, le département du Doubs, la Région Franche-Comté ont déjà apporté leur soutien à ce projet.



Des partenariats privés ont déjà été engagés pour le volet 1, sous forme de soutien logistique et/ou financier : la salle de musique actuelle La rodia (Besançon), Besançon TV, France Bleue, Radio Bip, l'Est Républicain, France 3,…



- Volet 2 : création d'un festival de blues annuel partagé entre Côte d'Ivoire et France.

L'idée de ce volet est de permettre à des musiciens des deux continents, des conteurs, des griots de partager leur savoir et leur art avec le public. De façon concrète, l'association a pour projet d'organiser ce festival une année en Côte d'Ivoire, près de Divo, et une année en France, près de Besançon.

La première édition du festival se tiendra en Côte d'Ivoire lors des Jeux de la Francophonie en août 2017. La seconde édition aura lieu près de Besançon durant l'été 2018.



- Lieu 2017 : le site choisi se trouve a une centaine de kilomètres à l'ouest d'Abidjan dans la commune d'Hermacono-Garo, dans la province de Divo. Cette commune est un carrefour commercial entre l'ouest de la Côte d'Ivoire, la capitale économique et la capitale administrative, où se mêlent de nombreuses nationalités.

- Durée : le festival se déroulera sur trois jours, avec deux scènes.

- Artistes pressentis : environ dix groupes se produiront dont trois « têtes d'affiche », des groupes français, ivoiriens, maliens, …

Contacts en cours « têtes d'affiche » : Boubacar Traoré, Toumani Diabaté, Tiken Jah Fakoly, Alpha Blondy

Contacts en cours avec les artistes associés : Paris Sépia (France), Christophe Grosjean (conteur, France),…

- Public : accueil d'environ 3000 spectateurs, un tarif peu élevé (4$) permettra de capter un large public, notamment du bassin de vie.

- Partenariats : partenariats en cours avec des institutions ivoiriennes et françaises.

Le ministère de la culture ivoirien, la commune d'Adjamé en Côte d'Ivoire, le comité d'organisation des Jeux de la Francophonie, les autorités et les associations d'Hermacono-Garo ont déjà apporté leur soutien à ce projet.

Des négociations sont en cours avec l'Unesco, la ville de Besançon, les département du Doubs et de la Haute-Saône, la région Franche-Comté, le ministère de la Culture français, les instituts Français en Côte d'Ivoire et la ville de Divo, ainsi que les médias Radio France, Ubiznews,...

Une partie du financement sera apporté par le mécénat, pratique très développée en Côte d'Ivoire.



A noter : un concert de promotion et de soutien au projet Dongri-Niman aura lieu en France au printemps 2016, à Besançon. Ce concert sera l'occasion de convaincre d'autres partenaires et éventuellement d'apporter un soutien financier au projet. Également, il permettra une première rencontre entre les artistes français et africains. La ville de Besançon a été contactée à ce sujet.



- Volet 3 : pérennisation du festival et création d'une maison des instruments traditionnels en Côte d'Ivoire.

A partir de 2018 : pérennisation du festival sous une forme annuelle, une année en Côte d'ivoire (2017, 2019, 2021,…) et une année en France près de Besançon (2018, 2020,…).

Il s'agira d'une part de pérenniser les financements et soutiens logistiques, d'autre part de favoriser une gestion locale, prise en charge par une équipe dédiée sur chacun des sites.



Par ailleurs, la concrétisation de la première édition du festival puis son évaluation permettra de réfléchir à la création d'une maison des instruments en Côte d'Ivoire, autofinancée, qui mettrait des instruments traditionnels à disposition des scolaires et du public et permettrait une pratique d'enseignement.




Origine du projet

Au cœur du projet :



La philosophie d'une artiste engagée fondée sur la rencontre entre les peuples

La musique blues africaine

par Joyce Tape





Les origines de cette musique :

La musique fait partie intégrante de la vie africaine. Pour défricher son champ, semer, fêter les naissances, les mariages, les cueillettes, les récoltes etc...

La diversité des ethnies dans chaque pays africain a conféré à notre musique traditionnelle un caractère de variété qui est un facteur de richesse et de constance. C'est pour cela que l'on trouve dans nos pays tous les genres de rythmes musicaux, car chaque groupe ethnique a développé une musique et des instruments qui lui sont propres.

Les différents thèmes et variantes que l'on trouve dans la musique traditionnelle africaine sont le soubassement de notre propre musique enracinés dans leurs terroirs respectifs .

Les différents thèmes musicaux sont généralement liés aux événements comme les travaux champêtres, la motivation au travail, l'investissement humain. On trouve aussi des chansons mélodieuses liées aux souvenirs, chants d'amour, chants nostalgiques, berceuses, etc.



Ma musique :

L'apport et la symbiose de toutes ces origines musicales ont fait que je suis enracinée fortement dans la musique traditionnelle, qui est le fondement de mes sensations, mais ouvertes à l'apport fécondant de toutes les autres sources musicales. C'est dans le blues que j'ai trouvé l'inspiration pour ce projet et plus particulièrement grâce à une rencontre qui a bouleversé ma musique, celle avec Boubacar Traoré avec qui je collabore toujours.

C'est dans ce cadre et avec le soutien de l'association « Benkadi – Joie Production » que Boubacar Traoré est venu dans la région Franche-Comté où je vis depuis 10 ans. Ensemble, mon aîné et moi espérons populariser le blues africain dont « KarKar » porte déjà le flambeau dans le monde, depuis de nombreuses années.

Nous avons été accompagnés par quatre musiciens.

Vincent Bucher. Harmoniciste de blues qui accompagne les plus grands, en particulier le guitariste et chanteur malien Boubacar Traoré en Europe, aux États-Unis, au Canada et en Afrique

Christopher Peyrafort, Guitariste français, qui est à mes côtés depuis quatre ans, dont la guitare a des sonorité de kora.

Losséni Koné, percussionniste ivoirien qui a déjà fait le tour du monde avec Boubacar Traoré, Mory Kanté, Salif Keita et d'autres grands noms de la musique africaine.

Achille Baya, percussionniste ivoirien, résident en France, spécialiste des rythmes d'Afrique qui a étudié à l'École de Danse et d'Échange Culturel en Cote d'Ivoire et tourne en France et en Europe.





Au Studio Zèbre : Thomas Jacquot, Losséni Koné, Joyce Tape, Boubacar Traoré, Christopher Peyrafort