BLOOM

Environnement
BLOOM est une association de loi 1901 à but non lucratif fondée en 2005 par Claire Nouvian. BLOOM est entièrement dévouée aux océans et à ceux qui en vivent. Notre mission est d’œuvrer pour le bien commun en créant un pacte durable entre l’Homme et la mer.

qui sommes-nous ?

En images
+5 Photos
Notre mission

BLOOM est une association de loi 1901 à but non lucratif fondée en 2005 par Claire Nouvian.

BLOOM est entièrement dévouée aux océans et à ceux qui en vivent. Notre mission est d’œuvrer pour le bien commun en créant un pacte durable entre l’homme et la mer.

Nos objectifs sont de protéger l’océan et les espèces marines tout en maximisant les emplois durables dans la pêche et l’aquaculture. Nos priorités sont de mettre fin aux méthodes de pêche destructrices et à l’expansion de la pression de pêche dans le monde, de protéger le milieu marin et d’en préserver sa résilience tout en cherchant à favoriser la pêche artisanale utilisant des méthodes douces pour l’environnement et fortement génératrices d’emplois.

Pour atteindre ses objectifs, l’équipe de BLOOM déploie des actions de sensibilisation, d’éducation et de médiation scientifique ainsi qu’un programme de recherche scientifique stratégique et indépendant. Nous sommes également engagés sur le terrain législatif avec des actions de plaidoyer citoyen, une participation à des consultations publiques et des processus institutionnels. Nos actions s’adressent au grand public ainsi qu’aux décideurs politiques et aux acteurs économiques.


Les actions de notre association

Lutte contre les méthodes de pêche destructrices : pêche électrique, chalutage profond, filets maillants dérivants, DCP...

La pêche profonde résulte directement de l’épuisement des ressources marines dans les eaux de surface. Après avoir surexploité les stocks de poissons en surface, les flottes de pêche industrielles se sont tournées vers les grands fonds pour trouver la ressource qui leur faisait défaut. Cette logique inexorable de la surexploitation des ressources et de la destruction des milieux connaît un épisode particulièrement douloureux dans les grandes profondeurs car là, plus que n’importe où, existe un contraste violent entre l’immense efficacité technologique de l’outil industriel et l’excessive vulnérabilité de la faune et de l’environnement. La pêche en eaux profondes met en jeu le monde de la rapidité contre celui de la lenteur, le profit à court terme réservé à quelques uns contre le bénéfice à long terme pour tous. Les océans profonds sont devenus le théâtre de la plus grande tragédie des communs de notre temps. Les pêches en eaux profondes se réalisent majoritairement avec des chaluts profonds, c'est-à-dire d'immenses filets de pêche lourdement lestés qui râclent le fond des océans jusqu'à 2000 mètres de profondeur et ne laissent que désolation dans leur sillage. Moins de 300 bateaux à travers le monde participent à cet « océanocide » pour capturer quelques poissons à forte valeur commerciale mais ils anéantissent de façon irréversible des colonies de coraux vieilles de 10 000 ans, patrimoine naturel mondial de l’humanité. BLOOM a décidé de donner une voix à ces laissés-pour-compte de l’agenda environnemental mondial. La préservation des profondeurs océaniques est une urgence impérieuse, le sujet de préoccupation d’une poignée d’environnementalistes dans le monde mais de nombreux chercheurs ainsi que d’un nombre heureusement croissant de citoyens. Elle est le combat prioritaire de l’association BLOOM depuis sa création. L'association a dès son origine soutenu la publication du livre ABYSSES de Claire Nouvian (Fayard, 2006) et la création de l'exposition éponyme au Muséum national d'Histoire naturelle en 2007 de façon à faire sortir de l’ombre ces milieux marins aussi fascinants que fragiles. Engagée auprès des décideurs et du public, de l’ONU aux écoles de France, BLOOM s’appuie sur les très nombreuses études et parutions scientifiques démontrant la non durabilité des pêches profondes ainsi que leur immense destructivité. Le chalutage profond a été unanimement reconnu par la communauté scientifique comme une aberration écologique pourfendant tous les principes de préservation de l’environnement, de partage équitable du bien commun entre nations et comme un entorse au principe de précaution. Seul le fait que ces pêches soient apparues historiquement dans un contexte de béance juridique internationale et d’ignorance scientifique les a rendues légales, mais en aucun cas légitimes. Pour rappel, 1136 chercheurs ont signé en 2004 une pétition demandant à l’Assemblée Générale des Nations Unies un moratoire sur le chalutage profond. Le chalutage profond est un non-sens historique qui peine à prendre fin, d’une façon inversement proportionnelle à la charge d’arguments qui pèsent contre lui.


Coopération dans les politiques d'achat de poissons : analyse des labels "pêche durable", accompagnement RSE, classement des supermarchés

En 2003, un règlement européen a été adopté sur le « finning », la pratique de découpe des aileronsal » de pratiquer le finning à bord du navire. Aujourd’hui, environ 200 permis spéciaux sont accordés à l’Espagne et au Portugal.  de requins à bord des navires. Le document laisse un vide juridique permettant aux bateaux possédant un « permis spéci En janvier 2011, la Commission européenne lance une consultation publique sur le règlement du « finning ». Le document offre trois options : 1. Le statu quo 2. Une réduction du ratio entre aileron et carcasse (actuellement 5% du poids total vivant et non du poids « habillé » (étêté, éviscéré), ce qui permet un fort taux de triche, de l’ordre de 2 requins sur 3). Cette option 2 permet aussi des autorisations spéciales pour débarquer les ailerons et les carcasses dans des ports différents. 3. Un règlement « fins on », avec les ailerons encore naturellement attachés à la carcasse. BLOOM soumet sa contribution en soutenant le scénario n°3 qui sera repris par la Commission européenne et qui est actuellement débattu au Parlement européen. En nov. 2011, la Commission européenne sort sa proposition de règlement sur le finning et se range à l’option 3, c’est-à-dire que les ailerons doivent être naturellement attachés à la carcasse, la seule façon d’uniformiser le droit européen et d’interdire la fraude induite par les permis spéciaux. En mars 2012, le règlement est enfin débattu au Comité Pêches du Parlement européen. L’Espagne et le Portugal combattent férocement la proposition de la Commission. Le processus devrait durer jusqu’au printemps 2012 au minimum.


Actions de plaidoyer, gouvernance : intervention dans les politiques publiques et la législation

Les activités de pêche décroissent dans le monde d'un point de vue humain tandis que l’effort de pêche (la capacité à capturer des poissons) ne fait au contraire qu'augmenter. Le choix de la performance technologique contre le facteur humain dicte un système « lose-lose » : d’un côté une pression non tenable pour les ressources naturelles et les écosystèmes marins (perte annuelle de 0,4% des captures de poissons mondiales depuis la fin des années 1980), de l’autre un prix social très élevé : pertes d’emplois, délitement du tissu social sur le littoral, iniquité dans la répartition des captures et de la consommation des produits de la mer... C'est pour tenter de gagner sur les tableaux écologique et humain que BLOOM s’intéresse à la question du bien-fondé, de l’efficacité et de l’équité des subventions publiques versées au secteur de la pêche.


Siège social

61 rue du Faubourg Saint-Denis 75010 Paris

Rejoindre nos communautés

vous avez une question ?

Soyez le premier à lancer la conversation !
Votre commentaire public
"

Notre communauté

Nos supporters

brigitteleroy@laposte.netm Colin Didier Maverick valgri BLOOM styloe Leslie bb76.dupuis 180633 sdpsa elodie01090 François Paulus Nathalie RUFFINO mono lauremelin 186642 Caroline

Découvrez d'autres associations sur HelloAsso

Association CETA Abeille Noire de l'Orne
CETA Abeille Noire de l'Orne
Association La Collecterie
La Collecterie
Association Aseor
Aseor
Association Voile au Travail
Voile au Travail
;