Construction du centre culturel et artistique Wofabé à Dubreka (Guinée)

par BOFFA KA

Faire un don

Construction du centre culturel et artistique Wofabé à Dubreka (Guinée)

par BOFFA KA

Faire un don
Construction du centre culturel et artistique Wofabé à Dubreka (Guinée) - BOFFA KA

Enseignement et transmission des arts de la danse et de la musique traditionnelles de Guinée.

Wofabé : venez ici !

Wofabé est implanté près du village historique de Bondabon, situé dans la région de Dubréka à 42 km de Conakry, au pied du majestueux « Mont du chien qui fume ». Cette véritable merveille de la nature est incrustée dans le roc sur l’une des crêtes du mont Kakoulima à 1 007 mètres d’altitude. La sculpture naturelle d’une tête de chien, que l’on voit se profiler à l'approche de Dubréka, doit ce nom à l'épais brouillard accroché au sommet créant ainsi une légère fumée semblant sortir de son museau. Une fois au sommet, le panorama sur les plaines et les rivières du sud est exceptionnel et la vue sur la baie de Sangareya et les îles de Loos est remarquable et unique en son genre.

Pourquoi et pour qui créer Wofabé ?

Avec Wofabé, lieu d’échange multiculturel et solidaire, accessible à tous, toute l’année, nous aspirons à promouvoir, transmettre et perpétuer les arts traditionnels de la danse, de la musique et du chant. Nous avons déjà accueilli, partagé, transmis, appris, échangé avec les nombreux stagiaires étrangers qui sont venus découvrir toute la richesse et la diversité de la culture guinéenne. Nous sommes musiciens, danseurs, guides, organisateurs, intendants, cuisiniers et un seul souhait nous anime : que Wofabé devienne un lieu culturel de référence, un centre de vie artistique et solidaire.

I - Art et culture

  1. Découverte, approfondissement des connaissances, amélioration de la technique, compréhension de la rythmique et des différentes sonorités, expression des sensations au travers du corps et de l'esprit : tout un monde de possibles, de nouvelles émotions, de rencontres avec vous-même et les autres s'ouvre à vous.
  2. L'enseignement artistique sera encadré et animé par de remarquables professeurs, experts dans chaque discipline, fins pédagogues en toute bienveillance.
  3. Nous accueillerons également des voyageurs souhaitant faire une halte d’un ou plusieurs jours pour se ressourcer.
  4. La salle de quartier polyvalente sera un espace communautaire et vivant grâce aux différentes activités et disciplines qui y seront organisées :

  • une bibliothèque alimentée par les dons et animée par une personne dédiée 2 à 3 fois par semaine ;
  • un ciné-club avec la projection de films, suivie d’une discussion, 1 à 2 fois par mois ;
  • un atelier couture à destination des stagiaires étrangers et des locaux ;
  • un espace informatique.

Nous souhaitons associer les chefs de quartier et les « mamans » afin qu’ils soient les prescripteurs, notamment auprès des jeunes. Ainsi, Wofabé sera un lieu de vie et de lien social aussi bien pour les locaux que pour les visiteurs venus apprendre les arts de la danse et de la musique. La salle de quartier polyvalente sera la parfaite illustration de notre ambition : favoriser un tourisme éthique et solidaire.

II - Tourisme éthique et solidaire

Nous voulons favoriser le tourisme éthique par l’implication dans l’économie locale, les échanges de connaissances, la rencontre authentique entre les voyageurs et la population. L'association des connaissances et des particularités encourageront la réciprocité et bâtiront des liens durables :

  • cuisines et saveurs d’ailleurs autour d’échanges de savoir-faire ;
  • création artisanale à partir du bois, des étoffes ;
  • méthodes d'élevage et de culture de la terre, des plantes ;
  • bonnes pratiques sur les réseaux sociaux ;
  • lecture et écriture comme moyens d’émancipation et de réflexion ;
  • hygiène, prévention et bon usage des médicaments ;
  • gestion des déchets et préservation de l’écosystème.

Comment et quoi financer ?

Les travaux ont débuté à l'été 2018 et la construction a pu considérablement avancer grâce aux premiers dons récoltés, à l'efficacité des ouvriers et à Didi Keita qui a géré sur place à chaque étape. Nous avons déjà construit 9 habitations de deux personnes, composées de 4 cases rondes de 15 m² et de 5 chambres de 15 à 20 m², le bureau, la boutique, la buanderie et délimité les emplacements de la cuisine et du poulailler. Nous avons encore beaucoup d’ouvrage devant nous et, malheureusement, tout est à l’arrêt à cause de la Covid-19. Mais nos idées et notre volonté ne sont pas confinées, nous sommes toujours aussi déterminés et impatients de continuer. Point sur les étapes franchies et sur celles qu’il nous reste à accomplir.

Nous rêvons d’installer des panneaux solaires pour affirmer notre engagement écologique et garantir notre indépendance énergétique. 

²Toutes les aides en ressources humaines et les dons matériels sont les bienvenus !

Nous ne chiffrons pas avec exactitude chaque poste car le coût des matériaux et de la main-d'œuvre est apprécié sur place en fonction de la disponibilité, de la saison et de la négociation avec chaque corps de métiers. De plus, nous ne connaissons pas la part des éventuels dons matériels sur la totalité.

Pour information, nous avons recueilli environ 10 000 € lors de nos précédentes campagnes qui nous ont permis d'engager les deux premières phases du chantier.


Bio de Boffa Ka

Didi Keita, maître percussionniste, fondateur et président de l’association Boffa Ka, à l’initiative de ce projet, se forme aux arts de la danse, du chant et des percussions au sein du « Ballet Gbassikolo » et obtient son diplôme décerné par le Ministère de la jeunesse, des sports et de la culture de République de Guinée. En avril 2001, à l’occasion de la « 3° rencontre théâtrale de Conakry », ce même Ministère attribue le premier prix du ballet à sa troupe « Kaloum Loloé » pour leur spectacle « Calebasse ». Installé en France depuis 20 ans, il participe à de nombreuses tournées qui l’amènent à voyager au Japon, en Argentine, aux États-Unis, aux Antilles, en Italie, au Maroc… Il organise des stages de djembé, de doundoun, de krin et de danse pour jeunes et adultes, aussi bien en France qu’à l’étranger, ainsi que des cours de djembé ouverts à tous.

Sophie Chavot, trésorière de l’association Boffa Ka, coordonne la communication et les actions liées à ce projet et aux différents événements de l'association.

Retrouvez-nous sur Facebook http://bit.ly/FBBoffaKa





Donner 20 euros

Donner 40 euros

Donner 50 euros

Donner 60 euros

Donner 80 euros

Donner 30 euros

Donner 100 euros

Donner 150 euros

Donner 200 euros

Donner 300 euros

Donner 500 euros

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme BOFFA KA. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
F
Françoise
07/05/2021
F
Françoise
23/04/2021
S
Sophie
19/04/2021

A propos de l'organisme

Cette association a pour objet la diffusion et l’enseignement de la musique, du chant et de la danse traditionnels de Guinée et, plus largement, de la culture d’Afrique de l’Ouest liée à l’histoire mandingue.

RNA : W942006472

Signaler la page