J'ai des pesticides dans mes urines, et toi ?

par campagneglypho

Faire un don

J'ai des pesticides dans mes urines, et toi ?

par campagneglypho

Faire un don
 J'ai des pesticides dans mes urines, et toi ? - campagneglypho

Campagne Glyphosate : recherche du taux de glyphosate dans les urines des citoyens

Description du projet :

Les Faucheurs Volontaires, collectif militant, lancent un appel national pour inviter les citoyens à participer à une campagne d’analyses d’urines afin d'y rechercher des traces de glyphosate. Ces milliers d’analyses permettront de montrer à quel point les pesticides sont présents dans la nature et dans nos produits de consommation. Elles permettront aussi à celles et ceux qui le souhaitent, de porter plainte contre les différents acteurs ; des fabricants aux décideurs qui autorisent ces produits.

Les pesticides

Ce sont les produits utilisés dans l’agriculture. Ils regroupent les herbicides, les fongicides et les insecticides...
Les pesticides sont principalement épandus sur les cultures destinées à nourrir l’Homme et l’Animal.

L’agriculture conventionnelle est une agriculture chimique apparue dans les années 50. Après la seconde guerre mondiale, les entreprises qui fabriquaient des armes chimiques se sont reconverties dans l’agro-industrie (ce sont les mêmes molécules utilisées dans les engrais et certains pesticides que dans le gaz sarin, poivre, agent orange, …)

Nous avons au fil des années, laissé aux mains de ces firmes les rênes de notre agriculture mondiale.

Agriculture chimique, 50 ans plus tard

Le bilan ?
2018, le constat est affligeant et la situation est critique.
La micro-biologie des sols est devenue quasi nulle, les sols n’absorbent plus l’eau et les inondations sont de plus en plus fréquentes.

La population d’insectes pollinisateurs, gage de biodiversité, est en déclin.

Les fruits et légumes issus de cette agriculture ont une qualité nutritionnelle nettement moins élevée qu’à l’époque de nos grands-parents..

Les cancers et maladies dégénératives deviennent de plus en plus courants… Aujourd’hui nous assistons à une collusion entre des fabricants de pesticides et des fabricants de médicaments.

Le Glyphosate

L’un des composants actifs du Roundup entre autres, il agit comme inhibiteur d’une enzyme spécifique chez les plantes.

Suite à son renouvellement fin 2017, le glyphosate fait parler de lui. Mais SEULEMENT de lui…
petite dissection d’un bidon de pesticide :
30 à 40 % de glyphosate
60 à 70 % de co-formulants

La molécule active de cet herbicide est, nous dit-on, le glyphosate…

MAIS !

Le règlement européen laisse le soin de définir la substance active d’un produit au seul fabricant lui-même ! Sans contre-expertise, les résultats des analyses des fabricants ne sont pas dévoilés en raison de ‘’secret industriel’’.

Ces co-formulants confidentiels sont déclarés inertes par le fabricant et ne sont pas analysés toxicologiquement, ni seuls, ni avec ladite substance active.

On pisse du glyphosate

Une centaine de citoyens à travers la France a pratiqué des analyses d’urine pour rechercher des traces de glyphosate, principal marqueur de notre ingestion quotidienne de pesticides.

Le glyphosate est une molécule de synthèse créée par l’homme et impossible à trouver naturellement dans l’environnement.

100  % des analyses ont été positives, preuve de la présence des pesticides dans notre corps.

Niveau santé

Un rapport publié en avril 2015 par Greenpeace, expose les différentes répercussions sur la santé humaine engendrées par l'utilisation des pesticides ;

Chez les enfants exposés à des taux élevés de pesticides in utero, différents impacts ont été observés, tels que le retard du développement cognitif, des effets comportementaux et des malformations congénitales. Une corrélation forte a également été mise en évidence entre l'exposition aux pesticides et l'incidence de la leucémie chez l'enfant.

Des études ont montré que plus l'exposition aux pesticides est importante, plus l'incidence de plusieurs types de cancers (prostate, poumons, etc.) et de pathologies neurodégénératives (maladie de Parkinson et d'Alzheimer) est élevée.

De nombreuses études montrent que l’exposition à certains pesticides représente un facteur de risque supplémentaire non négligeable de contracter de nombreuses maladies chroniques, y compris différentes formes de cancers et de maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson et celle d’Alzheimer, et de développer des malformations congénitales. Il existe également un solide faisceau de preuves selon lesquelles l’exposition aux pesticides serait associée à l’affaiblissement du système immunitaire et à des déséquilibres hormonaux. (Le glyphosate interfère avec le système hormonal car il possède une activité oestrogénique perturbatrice de l'activité hormonale des cellules du foie humain). En outre, les futures générations qui n'ont pas encore été exposées à ces substances risqueraient de contracter ces maladies en raison de l'hérédité épigénétique transgénérationnelle.

Ainsi, le glyphosate présente un risque de perturbation endocrinienne sur des lignées cellulaires humaines et peut avoir des effets néfastes sur le système reproducteur. Le glyphosate est cancérogène et génotoxique (il détériore les membranes et l'ADN cellulaire).


Cette substance est largement utilisée dans le monde entier et constitue l'ingrédient actif de plus de 750 produits utilisés dans les domaines de l'agriculture, de l'entretien des forêts, ainsi qu'en milieu urbain et dans le cadre domestique.

Vous trouverez à télécharger le rapport complet "Santé : les pesticides sèment le trouble" à l'adresse ci-jointe : https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/2017/02/rapport_sante_et_pesticides.pdf


POUR une agriculture sans pesticides

Il est prouvé qu’une agriculture agro-écologique pourrait nourrir la planète. Des agronomes et des agriculteurs proposent déjà des alternatives.

Nous souhaitons que la France et l’Europe soient les précurseurs de l’agriculture post-intensive.

Parce que l’agriculture dite conventionnelle s’appuie sur des béquilles chimiques dont les consommateurs ne veulent plus, créons ensemble un mouvement citoyen sans précédent pour que la norme de l’agriculture moderne devienne l’agro-écologie !

Une fois financée, comment va se dérouler la campagne d'analyses ?

la campagne d'analyses débutera courant avril 2018 en Ariège par des réunions d'informations. S'ensuivront dans les mois qui suivent, en France, d'autres campagnes d'analyses organisées par région.

Au cours des réunions d'information, il sera expliqué en détail comment se dérouleront les analyses, le choix de chancun.es de joindre ou de ne pas joindre à son analyse une plainte et nous pourrons répondre à vos questions.

Suite à cette réunion les personnes pourront s'inscrire à un prélèvement. Si elles choisissent de porter plainte, le prélèvement s’effectuera devant un.e huissier.

Les prélèvements seront de suite envoyés au laboratoire pour analyse.

Si les personnes le souhaitent, le résultat leur sera communiqué 1 mois plus tard.
Si elles choisissent de porter plainte, elles rejoignent l’action judiciaire en cours.

A quoi va servir le financement :

Fabriquer des pesticides est plus lucratif que lutter contre..

Ainsi pour le déroulement de cette campagne nous avons besoin de vous !
Nous estimons à 120 000 € les analyses auprès 1 500 citoyens. Chaque personne analysée financera en partie ou en totalité (en fonction de ses moyens) son analyse envoyée dans un laboratoire spécialisé. A ces frais s'ajoutent des frais d'expédition, de procédure judiciaire, d’huissier, de location de salles et de gestion de projet.

La mise en place d’un crowdfunding (sur la plateforme de financement Helloasso) a pour but le financement de ces frais annexe, ainsi que la réduction du coût individuel de chaque prélèvement.

  • Un 1er palier à 60 000 euros,

nous permettra de rechercher la présence de molécules de glyphosate chez 500 personnes volontaires :

30 000 € : Frais de justice
21 500 € : Participation à la moitié des frais d'analyses pour 500 personnes (soit 43 euros/ personnes)
4 000 € : Frais d'huissier
3 000 € : Divers : Fioles d'analyse, frais d'expédition au laboratoire(54€ / expédition), communication
1 500 € : Location de salles pour les réunions d'information + salles prélèvement urines


  • Un 2ème palier atteignant 90 000 €

nous permettra d'analyser l'urine de 500 personnes supplémentaires, soit 1 000 personnes analysées :

21 500 € : Participation à la moitié des frais d'analyses pour 500 personnes (soit 43 euros/ personnes)
4 000 € : Frais d'huissier
3 000 € : Divers : Fioles d'analyse, frais d'expédition au laboratoire(54€ / expédition), communication
1 500 € : Location de salles pour les réunions d'information + salles prélèvement urines


  • Un 3ème palier atteignant 120 000 €

nous permettra d'analyser l'urine de 500 personnes supplémentaires, soit 1 500 personnes analysées :

21 500 € : Participation à la moitié des frais d'analyses pour 500 personnes (soit 43 euros/ personnes)
4 000 € : Frais d'huissier
3 000 € : Divers : Fioles d'analyse, frais d'expédition au laboratoire(54€ / expédition), communication
1 500 € : Location de salles pour les réunions d'information + salles prélèvement urines


Qui sommes-nous? :

Le mouvement des Faucheurs volontaires est composé de personnes de tout âge, de tout milieu, d'élus, des étudiants, des enseignants, des ouvriers, des retraités… et des paysans qui se battent pour la survie de leurs terres.

La lutte des Faucheurs volontaires a pour principe la désobéissance civile/civique et, en tant que telle, collective, à visage découvert et non-violente.

« La non-violence, disait Lanza del Vasto, est chose simple mais subtile. S’il est si difficile de l’appliquer, même de la saisir, c’est qu’elle est tout à fait étrangère aux habitudes communes. »

Quand les arguments ne sont pas entendus, quand il y a un vide juridique, quand il y a absence de recours démocratique, quand la loi ne tient pas compte de l’injustice, quand les intérêts de quelques-uns détruisent le bien commun, oui, nous avons le droit, la nécessité de résister. Et c’est certainement grâce aussi aux Faucheurs volontaires.ses, à leurs actions et à leurs nombreux procès, qu’une bonne partie de la population française dit encore aujourd'hui « non ! » aux OGM dans les champs et dans les assiettes.

Les Faucheurs volontaires, par leur action, veulent faire prendre conscience aux dirigeants, aux concitoyens et aux législateurs du besoins impératifs d’un changement de la loi, leur dire « Halte ! La loi n’est plus légitime ! ».

Les faucheurs.ses n’en tirent aucun bénéfice personnel, aucun profit, ils et elles acceptent les risques, les conséquences et les peines.


Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 150 euros

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard SEPA PCI-DSS

Vous êtes une entreprise ?

Devenez mécène de notre projet et boostez notre levée de fonds en abondant les dons des internautes !

En savoir plus
A

André Escallier

21/04/2018
C

Camille Cottard

20/04/2018
P

Philippe Hurlaux

19/04/2018
Signaler la page