La billetterie en ligne est fermée ! Pour plus d'informations, rapprochez-vous de l'association organisatrice.

Voir la page

Patrizia Bovi, Histoires de femmes, saintes, visionnaires

par Centre International de Musiques Médiévales - Du ciel aux marges

Le 13 décembre 2019 de 21:00 à 23:30

Patrizia Bovi, Histoires de femmes, saintes, visionnaires - Centre International de Musiques Médiévales - Du ciel aux marges

Histoires de femmes, saintes, visionnaires : Patrizia Bovi, voix, harpe, trompette

Ce programme raconte des histoires de femmes, de saintes, de mystiques et de mères, entre le répertoire des traditions médiévales et orales ; en particulier, il insiste sur le fait que le langage utilisé par les saintes, mais aussi par les mères, est avant tout un langage corporel. L'église, déjà avec saint Paul, avait interdit aux femmes l'utilisation de la parole en public et en général la prédication féminine. C'est donc à travers le corps et les visions que la parole des femmes s'exprime. La voix de la sibylle dans le Judici signumdécrivant ce qui se passera le jour du Jugement dernier. La voix de santa Barbara qui affirme obstinément son refus d'épouser un noble imposé par la famille, car elle est déjà, depuis son enfance, l'épouse du Christ. C'est la voix de Marie qui chante la berceuse à l'enfant Jésus et prévoit sa mort sur la croix, et c'est son corps devant la croix qui est décrit dans le Stabat Materde Calenzana. Le corps de Marie-Madeleine deviendra le symbole de sa rédemption, grâce à la rencontre avec le Christ, le seul à ne pas la juger. Avec ses cheveux elle va sécher ses pieds, avec la Vierge Marie, elle sera témoin de son agonie et annoncera sa résurrection aux apôtres. L’histoire de Cecilia, restée vivante dans la tradition orale de nombreuses régions italiennes, chante comment, pour sauver son mari condamné à mort, Cecilia accepte de passer une nuit avec le capitaine : or dans toutes les versions du texte, le sacrifice de son corps et la perte de son honneur ne le sauvera pas de la pendaison. Le concert se termine avec Il Cantare de Lucrezia Borgia, dans la tradition des conteurs d'Histoires des XVe et XVIe siècles qui, en utilisant l'ottava rima, chantaient la vie de personnages illustres, tant sur la place que dans les cours. Un hommage à cette femme, fille du pape Borgia et sœur de Cesare Borgia, dont on célèbre cette année le 500e anniversaire de la mort.

Concert organisé en partenariat avec le Collectif Yao (http://collectifyao.com/)

Eglise des Dominicains

8 rue Fabre
34000 Montpellier
France

Une question ?
Contactez l'association :

Email

Téléphone Afficher le numéro

Signaler la page