Cette campagne est terminée, rendez-vous sur la page de CHAMP-CONTRECHAMP - DOC-Cévennes pour découvrir les projets en cours.

Voir la page

Rémi Fombeur s'offre une nouvelle vie

par CHAMP-CONTRECHAMP - DOC-Cévennes

Nous avons besoin de votre soutien pour la post-production du film au profit de l'association Echos du Réel

Créée en mars 2017 à Montpellier, à l’initiative de 5 personnes issues de la formation documentaire de création avec les ateliers Varan en Cévennes, l’association Echos du Réel, permet de mettre en commun les compétences et les moyens techniques des membres fondateurs, afin de pouvoir réaliser des films, documentaire ou fiction, à caractère sociétal.

Pour lancer l’association, ils ont décidé de réaliser un film « Rémi FOMBEUR s’offre une nouvelle vie », un documentaire-fiction au style décalé, humoristique et satirique. 

Le concept du film

Inspiré d’une histoire vraie, il retrace le parcours de Rémi, employé dans une administration à la limite du burnout, qui décide de devenir maître de sa propre vie.

Comment va-t-il réaliser ce changement de vie, quels obstacles va-t-il devoir surmonter ? Quel chemin prendre pour accéder à son bonheur personnel ? 


La caméra à l’épaule a été privilégiée pour s’approcher d’un style documentaire réaliste.

L’idée est d’associer des acteurs professionnels et non professionnels, favorisant ainsi la mixité des différentes personnalités au service du rôle. La place à l’improvisation est laissée aux acteurs et actrices.

Seules les interventions de la présentatrice du journal télévisé et du conseiller Pôle SUBVE (Salaire Universel de Base à Vie d’Existence) sont définies sur le contenu. 

L’intégration de séquences documentaires fait partie du dispositif du film.

Exemple : Stéphane Vanhockerhout, Rémi Fombeur dans le film, est aujourd’hui formateur en électrotechnique. Il sera filmé en train d’animer une séance de formation. 

Cette période correspond, en fait, à la nouvelle vie de Rémi Fombeur.

L’histoire de Rémi Fombeur est rythmée par la diffusion du Journal Télévisé de 20h. La présentatrice annonce tout d’abord l’adoption de la Loi « SUBVE », ses principaux objectifs et les modalités de son financement. Puis d’autres nouvelles suivent comme la tenue d’une manifestation contre le SUBVE.

Sonia Séjourné, réalisatrice du film, a écrit le scénario avec la participation active des membres de l’association Echos du Réel.

Echos du Réel a fait le choix d'auto-produire ce film, c'est à dire de ne pas passer par des circuits de production traditionnels. Le financement participatif est aussi un financement citoyen : il permet à des projets qui n'auraient pas vu le jour dans les circuits classiques d'être financés. Chacun devient acteur de la production, facilitant ainsi la diversité dans l'expression artistique. 

Le film a été tourné et réalisé en un mois pour susciter le débat sur le concept d'allocation universelle.

Suite à chaque tournage, un extrait de film et/ou une photo ont été diffusés aux donateurs et plus globalement au grand public sur Facebook. 

A cette occasion, des articles ou videos  présentant des arguments POUR et CONTRE le concept d'allocation universelle ont été relayés sur notre page Facebook.  



Une soirée projection -débat participatif a eu lieu le 21 avril à Montpellier à la Friche de Mimi. Le débat a été animé par la Compagnie des nuits partagées sur le thème du travail autour de la question "Faut-il travailler pour vivre?". Cette soirée a été filmée par Echos du Réel.


Actuellement, nous avons besoin de votre soutien pour financer la post-production du film et du documentaire sur le débat.

C'est pourquoi, nous lançons une campagne de collecte de fond avec Champ Contre Champ, association qui permet une défiscalisation sur les dons.


L'équipe du film

Les membres de l’association Échos du Réel

Sonia Séjourné, réalisatrice et cadreuse pour le film

Sonia a travaillé pendant 15 ans dans le domaine de la conservation de la biodiversité. Dans ce cadre, elle a eu l’opportunité de produire un documentaire permettant d’expliquer le lien entre la production de sel de mer et la biodiversité. En 2015, Sonia quitte son entreprise avec la perspective de se reconvertir dans la réalisation de documentaires institutionnels dans le domaine de l’agro-environnement. En 2016, elle suit des formations à la réalisation puis à l’écriture et au développement de documentaires de création avec les ateliers Varan. Dans ce cadre, elle réalise son premier film « Les frères Fayet » sur le monde paysan cévenol (Sélection festivals Cinémed de Montpellier, Itinérances d’Alès et Festival international du documentaire en Cévennes). En 2017, elle réalise un nouveau documentaire « Pourquoi moi? » où des couples amoureux nous racontent les premiers instants de leur histoire. Sonia développe actuellement plusieurs projets de films de fiction et documentaire.

Guillaume Llong, preneur de son, assistant réalisation et monteur 


Après une jeunesse à Sorède près du massif des Albères, il part faire des études universitaires en cinéma à Montpellier. Guillaume y écrit un mémoire sur "l’expérience mystique à travers le cinéma ». Il se dirige ensuite vers le documentaire en suivant une formation avec les Ateliers Varan en Cévennes où il réalise « En marche » sélectionné au Festival International du film documentaire en Cévennes. Assistant son sur le long métrage "le semeur" produit par les films du worso, il a fait perchman sur quelques courts-métrages fictions et documentaires dont un sur le peintre catalan Camille Descossy. 

Elodie Buisson, actrice dans le rôle de la présentatrice du JT de 20 Heures



Elodie Buisson est née en 1977 à Colombes (92), en banlieue parisienne. Enfant, à la MJC de son quartier, elle découvre ce qui deviendra une véritable passion : le théâtre. Elle y rencontre le pouvoir d'illusion de la scène, la jubilation de créer des personnages et la force du travail collectif. A 15 ans, elle entre dans la « Troupe de l'Île de France », à 18 ans elle obtient son bac option théâtre à Asnières. Puis elle se forme aux « Ateliers du Sapajou » avec Annie Noel-Réggiani, passe l'année suivante les concours d'entrée aux Écoles Nationales Supérieures d'Art Dramatique. Elle est admise à celle de Montpellier dirigée par Ariel Garcia Valdès, acteur et metteur en scène prestigieux qui deviendra son mentor. Elle créée une compagnie, la CCCP, avec des camarades de sa promotion.

Dès la fin de ces études, elle est aussitôt engagée dans la troupe permanente duThéâtre National de Toulouse, dirigé par Jacques Nichet, pendant 3 ans. Elle y rencontre de nombreux metteurs en scène, joue beaucoup en France et à l'étranger. Tout en poursuivant son parcours de comédienne, elle devient metteur en scène où elle aiguise son regard artistique et politique sur le monde. Une mise en scène avec des gens non professionnels bouleverse sa sensibilité artistique : lors d'un exercice basé sur l'intime, elle est touchée par leur parole brute et spontanée. C'est à ce moment là avec ces « gens du réel » qu'elle souhaite réaliser des documentaires. Elle participe à la formation intensive Varan dans les Cévennes début 2016, réalise son premier film, « Les deux maisons de Cristina ». 


Victor Catalán, preneur de son, assistant réalisation, animation du site Facebook de l’association et acteur dans le rôle du conseiller Pôle SUBVE 



Le goût de Victor pour le cinéma et son signifiant commence au lycée professionnel, et se révélera comme une évidence. Il étudie le cinéma à l'université à Montpellier et découvre alors la sociologie. Il étudie par la suite l’Histoire de l'art en Espagne à Gérone et obtient ensuite une Maîtrise sur la photographie documentaire à son retour. En parallèle, il travaille sur des tournages de fiction à différents postes pour apprendre la technique. En 2014 il commence à réaliser des fictions et reviens vers le documentaire pour des projets personnels.

En 2016, il réalise un film documentaire, « l’Apprenti », projeté au Festival International du film documentaire en Cévennes.


Maria Van Munster, preneuse de son, assistante réalisation et monteuse


Fille de paysans cévenols, Maria a commencé très tôt à pratiquer l'expérience du cinéma par  des films amateur, courts et moyens métrages.

Après un Master Professionnel en Réalisation documentaire, Maria est partie tourner un film en 2011 sur la lutte paysanne en Argentine, « Por un pedacito de tierra » (Pour un lopin de terre), sélectionné dans plusieurs festivals en France et à l’étranger. La nature et l’art (réalisation de plusieurs films-portraits d’artistes), sont des sujets qui la passionnent. En 2016, elle réalise un documentaire, « La beauté devant moi fasse que je marche », projeté au Festival International du film documentaire en Cévennes.

Aujourd'hui, elle poursuit son envie de participer à de nouveaux projets, et de tourner des films, engagés, artistiques, humains.

David Dupont, Président de l’association, responsable de tout et de rien 


Après des années d'études aussi longues qu'inutiles, j'ai intégré un service public où l'on se proposait du temps des services publics d'accompagner les jeunes et des moins jeunes dans des projets utiles socialement et pouvant contribuer à l’ émancipation des individus et à la transformation sociale.

Parallèlement, j'ai fait quelques enfants, un peu de théatre, des ateliers d'écriture, souvent le clown et parfois rien.

Désormais Président d'une association où la coopération, la culture, l'entraide, les échanges de points de vue et de savoirs sont Rois, j'espère aider comme je pourrais, trouver moult occasions de rire et de boire des coups, n'être le garant de rien et me faire offrir de riches et couteux costumes.

Omar David Bongo 


Mélanie Ramos, Trésorière de l’association, créatrice de l’affiche du bureau de Rémi Fombeur et du bureau du conseiller Pôle SUBVE

Originaire de Perpignan où elle a fait ses études de communication visuelle, elle travaille  actuellement comme graphiste indépendante. Amatrice de films de genres et de nanar, elle est trésorière de l'association. Créative et manuelle, elle ne peut compter que sur ses doigts.

Les autres participants 

Stéphane Vanhockerhout, acteur non professionnel dans le rôle du personnage principal Rémi Fombeur


D’origine belge, Stéphane est installé depuis 10 ans à Montpellier. Actuellement formateur en électrotechnique, il apprécie son travail. Il a accepté de jouer le rôle de Rémi Fombeur avec beaucoup d’enthousiasme! 

Princesse Coco, actrice non professionnelle dans le rôle du chat de Rémi Fombeur 

Née dans le jardin du Jam à Montpellier en juillet 2015, elle a été adoptée quelques mois plus tard par Sonia Séjourné. Aujourd’hui, elle passe tranquillement ses journées à jouer, manger et dormir. C’est son premier rôle dans un film.

Julien Merce, acteur cascadeur non professionnel dans une doublure de Rémi Fombeur 

Julien est la personne qui aurait dû jouer le rôle de Rémi Fombeur car il a inspiré la réalisatrice pour ce film suite à une conversation politique entre amis. Cadre de la fonction publique d’Etat, il travaille intensément. Il n’avait donc pas le temps de jouer le rôle. Il a quand même accepté de faire la doublure de Stéphane pour une scène du film.




Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter l'association Echos du Réel !

Contact  : echosdureel@ntymail.com

Vous pouvez suivre notre actualité sur https://www.facebook.com/remifombeur.docufiction/?ref=aymt_homepage_panel


Donner 5 euros

Lien de visionnage du film

Donner 20 euros

Lien de visionnage du film et un DVD comprenant le film et le débat

Donner 30 euros

Lien de visionnage du film et un DVD comprenant le film et le débat. Un rescrit fiscal vous sera adressé par Champ-Contrechamp

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard SEPA PCI-DSS
D
Delphine Aliaga
21/06/2017
A
Anaïs LEBLANC
06/06/2017
Signaler la page