Cette collecte est terminée.

Cette collecte est terminée.

Barton, un court métrage dans la veine du Western, tourné au Portugal à partir du 20 juin.  

 

<iframe width="600" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/LIttIa1QjCE" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>
Jack, un jeune cow-boy sans passé et sans volonté de se fonder un avenir, se retrouve poussé par une succession d’événements à défendre un village occupé par trois mercenaires. Il y rencontre un vieil homme ainsi que Tica une jeune serveuse, qui le poussent à devenir le héros de l'histoire, contre son gré. 
 
 

Barton est un projet né d'une rencontre avec un lieu: le village de Nave, au Portugal. Maxime Huet-Monceyron et Yoann Daunay se sont arrêtés dans ce petit village lors d'un voyage et y ont trouvé l'environnement propice pour y faire un film, et plus précisément un Western.
 
À la manière de certains films de Sergio Leone, Barton ne se situe pas dans la trame du western américain. Les scénaristes se sont intéressés à l'idée de créer des repères vis à vis du genre, tout en gommant les évidences narratives pour aller à l’essentiel et pouvoir travailler une matière sans entrave, temporelle ou spatiale. 
 
 
La forme du récit et les thèmes abordés sont intimement liés au caractère du personnage principal. Jack est un jeune homme sans ambition particulière, qui passe son chemin, fait sa vie en tant que petit truand ou simple va nu pied qui ne s'attache à rien. Nous avons très vite travaillé sur l'antihéros tout en réflechissant à la place du cow-boy dans les westerns, et en avons conclu qu'il porte sur lui, très souvent dès le début du film, la tâche d'être le héros de l'histoire. En grande majorité, ce personnage central accepte sa condition de héros et se voit même très heureux d'y être contraint, fier d’être l’Élu. Tout comme les héros des comics, il découvre petit à petit qu'il possède une prédisposition à être le sauveur. Il est destiné à être un héros.
Jack, lui, n'a aucune destinée. Il va où le vent le mène et très souvent ça lui coûte beaucoup mais il continue de marcher, de bouger, de changer de lieu. Peut être cherche-t-il sa place? Peut être cherche-t-il simplement à fuir ? En tout cas, il ne sait pas de quoi sera fait son lendemain, et cela lui importe peu.
Nous avons également travaillé sur la boucle, la répétition d’événements. Jack est projeté dans un environnement inconnu et découvre le fonctionnement étrange de ce lieu. Il est encore une fois, malgré lui, obligé de se plier à un fonctionnement, qui ne lui fait ni chaud ni froid. Cet environnement lui propose de refaire ce qu'il a déjà fait, comme une seconde chance de s'accomplir, ou de voir ce qu'il a fait pour pouvoir changer la fin et rendre l’ancienne alternative.
 
L'inspiration principale est visuelle. Lors de notre voyage au Portugal, la première image qui nous est venue à l'esprit est celle du village dans Le Bon, La Brute et Le Truand, de Sergio Leone. À la fin de ce film, les trois personnages principaux se retrouvent dans un village mexicain. C'est à partir de cette image là que le rapport au Western est venu.
<iframe width="600" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/Mn3yc3IokJ8" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>
Nous nous sommes également intéressé aux mythes grecs, et tout particulièrement à celui d'Ajax. Sa fin tragique nous a été motrice, en partie pour son traitement du héro et la singulière destinée d'un homme poussé par les événements et sa fierté, qui perd tout contrôle.
                       
Asmus Jacob Carstens, La Mélancolie d'Ajax devant Termessa et Eurysakes
 
 
Des films comme Young Ones, Oh boy, ou Wrong sont venus s'ajouter à l'inspiration globale, en grande partie pour leur esthétisme planant, et envoûtant, retranscrivant à merveille l'ambiance solitaire de leurs récits. 
<iframe width="600" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/mH9_tU5PbGs" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>
Young Ones, pour son rapport aux personnages, prises de vues et décors
 
<iframe width="600" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/AeRgDp2mM-4" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>
Oh Boy, pour l'évolution d'un personnage qui subit les coups
 
<iframe width="600" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/8HXGl7IYviM" frameborder="0" allowfullscreen></iframe> 
 Wrong, un univers décalé et planant
 
Maxime Huet-Monceyron, le porteur du projet, vient du monde du théâtre et a la volonté de tester certains rendus théâtraux dans un autre Art. Le traitement des corps dans l'espace et surtout le détail du mouvement, celui qui est presque microscopique, à l'instar des travaux de Claude Régy. Le Cinéma permet de montrer cela différemment, avec un autre fonctionnement de l'espace, du temps et des images.
 
 

 

Maxime Huet-Monceyron

Porteur du projet / Co-scénariste / Acteur
 
Après le bac où j'ai pratiqué le théâtre grâce aux options de mon lycée, je décide de passer le concours du Conservatoire de Tours. En 2011, je rentre donc au Conservatoire à Rayonnement Régionale de Tours dirigé par Philippe Lebas en même temps que je m'inscris à la fac en Lettres Modernes Art du Spectacle. Grâce à ses deux formations, j'apprends la pratique et l'histoire du théâtre ainsi que celle du cinéma. En parallèle je fais de la figuration dans des films de Jean-Pierre Mocky ou en encore Jean-Paul Rappeneau. En 2014, j'entre au Conservatoire de Poitiers sous la direction de Jean-Pierre Berthomier, en Cycle d'Enseignement Professionnel Initial Théâtre ( CEPIT ).
 
 
 
 

          Maxime Leblanc

Co-scénariste / Réalisateur
 
Pour ma part, c’est en filière littéraire / arts plastiques qu’est né cet attrait pour l’audiovisuel, grâce aux vidéos d’artistes que l’on avait l’occasion de visionner.
C’est là que je me suis rendu compte de la force qu’a ce médium à traiter, jouer, avec la réalité, au plus proche de ce que l’on connaît, par son mouvement proche de celui de l’œil humain. Pour aller encore plus loin, c’est la possibilité de créer des univers, une fausse réalité, qui m’a séduit.
 
C’est à partir de là que j’ai commencé à travailler sur les différents aspects que proposent l’audiovisuel et le cinéma, avec les notions de cadrage, d’éclairage, d’écriture…
 
C'est plus spécifiquement avec l'association Chroniques d'Eté que cela est devenu possible, en se prétant à différents projets sur différents plans, tant de l'écriture et de la réalisation, avec la web fiction OMERI notamment, que de la régie générale. 
Dans le même temps, des projets annexes viennent se mêler à cela, en tant que cadreur pour une société audiovisuelle tourangelle, ou encore pour la captation d'événements. 
 
 
 
 

          Cédric Bechereau

Assistant Réalisateur
 
Je suis passionné par les images et leur mise en œuvre au service du récit. Réalisateur, cadreur et monteur, je suis avant tout scénariste, et mon travail sur la malléabilité des images me permet d’avoir une vision d’ensemble des projets sur lesquels je travaille. Après avoir longtemps hésité avec le théâtre, je suis finalement parti suivre des études cinématographiques à l’université de Lille. Entre temps, j’ai monté avec des amis passionnés de la première heure la compagnie Chroniques d’Eté que je préside depuis 2012. Avec cette troupe nous avons réalisé divers courts métrages, ainsi que la première saison d’une série web (OMERI) et un long métrage l’an passé ; diversifiant d’année en année notre équipe, nos moyens et nos ambitions. Perpétuellement soucié par le détail et la qualité, c’est avec la même rigueur que nous mènerons ce projet prometteur que notre compagnie produit en partie. (Ps: J’ai toujours rêvé de faire un western).
 
 
 
 

          Matthieu Marzo

Directeur photo / Cadreur 
 
C'est après un bac ES que je pris son sac à dos huit mois pour découvrir l'Asie. A mon retour, ma passion de vouloir "montrer" s'impose après le regret de ne rien avoir capté de ce voyage initiatique. Je décide donc, pour la première fois, en août 2012, de prendre la caméra, et face à des comédiens professionnels que j'aurai démarché. Je réalise mon premier moyen métrage grâce à la confiance que ma toute première équipe aura su porter en moi.
Tremplin pour ma passion, et pour m'affirmer dans le paysage tourangeau, j'intègre la compagnie "Sortez de Chez Vous!" en décembre 2013. De là, je multiplie les expériences et réalise cinq courts métrages: Boucle, Rendez­-Vous, Insubmersion, L'histoire des plus grands princes est souvent le récit des fautes des hommes et Photosynthèse.
En avril 2014, je participe au festival du 48h film project à Tours : "Et le monde suit" est sélectionné et obtient le prix du meilleur montage, avec le soutien et la participation des comédiens professionnels Rodolphe Couthouis et Laurent Priou.
En parallèle de ces projets personnels, je travail avec Zoé Bennett en tant qu'assistant réalisateur et chef opérateur pour son premier long métrage "Sommes-nous". Des comédiens et réalisateurs comme Laurent Priou, ou encore Alex Guery (producteur ­ Les films des Loups Blancs) ont fait appel à moi pour des projets, prises de vues et autres collaborations artistiques. 
Deux et demi marque ma prochaine aventure cinéma, un film auto-produit réalisé avec le soutien actif et la participation bienveillante des films du loup blanc.
En décembre 2014, je repars "sur les routes de l'Inde" 4 mois pour réaliser des chroniques bi-mensuelles, avec l'aide de Marie Chapron, diffusées en direct dans l’émission "Tout sur un plateau" de TvTours Val de Loire.

  

 

     Jack Barton

Maxime Huet - Monceyron
Personnage principal du film, malgré lui. De caractère nonchalant et sans objectif précis, il suit sa route sans savoir où elle va le mener.
 
 
 
 
 
  
  
 
  
  

 

Tica

Agathe  Sanchez
Née dans le village, elle ne connaît rien d’autre. Elle est la fille du chef du village et est très attachée à ses parents.
Lorsque les mercenaires prennent possession du village, elle se révolte et devient le souffre douleur des mercenaires et des villageois qui se sont ralliés à eux. 
 
Elle ne perd jamais l’espoir qu’un jour la situation redevienne comme avant. Mais à quel prix ? 
 
 

L'actrice

Passionnée de théâtre depuis très jeune, j'ai d'abord décroché un Bac Littéraire Spécialité Art Dramatique avant de suivre 3 ans de formation de comédienne dans différentes écoles parisiennes (Cours Florent, Claude Mathieu...).
Depuis je joue Les fourberies de Scapin et Le médecin malgré lui à Paris, mais aussi Hermano Francisco, Hermana Clara, en Espagne.
 
C'est avec l'association Chroniques d'été que j'ai vécu mes premières expériences face caméra, premièrement dans un long métrage puis grâce à la web-série OMERI en cours de tournage et de diffusion.
 
Cette aventure Barton est l'occasion de se confronter en équipe à de nouveaux challenges techniques, artistiques et humains.
 
  
 
 

     Vermeiro

Francis Boulmé
Chef d'une bande de mercenaires. Personnage d'une grande froideur et d'un sens aiguisé de la patience et de la réflexion, il laisse souvent le sale travail aux autres pour ne s'occuper que de son plaisir. 
 
 

L'acteur

J'ai commencé le théâtre au cours Florent où j'ai eu comme professeur Philippe Joiris avec qui j'ai travaillé l'acteur studio et avec qui j'ai joué Le ruban de Feydeau. Par la suite, j'ai eu comme professeur Lionel Abelanski. Puis j'ai suivi le le cours de théâtre du Damier où j'ai joué Le dîner de cons de Francis Weber. Depuis, j'ai joué dans divers rôles pour le cinéma ou la télévision notamment avec Jean-Pierre Mocky, Nelson castro et Robert Guédiguian.
 
J'ai également fait un stage jeu caméra et voice over au Maroc.
 
Je suis heureux de rejoindre l'équipe pour une nouvelle aventure car avec Barton, c'est un nouveau défi qui commence tant sur le plan artistique qu'humain. 
 
 

 

 

Isque

Yoann Daunay
Personnage anti-pathétique, colérique, impatient et très imprévisible. Il est sous les ordres de Vermeiro même s'il ne perd pas l'occasion de faire ce que bon lui semble.
 
 

L'acteur 

En 2007, je rentre au conservatoire de Tours, dirigé par Philippe Lebas, pour une durée de 5 ans.
À cette occasion, je vais suivre différents stages sous la direction de Pierre Baux, Bernard Picot, Anne Monfort, Jean Pierre Berthomier, Alexis Armengol, Patrice Douchet…
 
Je joue notamment dans Par les villages de Peter Handke mise en scène par Jeanne Champagne, Le saut dans le vide - écriture collective avec Eugène Durif et mis en scène par Eugène Durif et Fabrice Pruvot. Depuis 2012, je joue sous la direction de différents metteurs en scène dont Gatti, Cano Lopez, Sirgue, Zanecker… autour de textes classiques et contemporains comme Ces Empereurs aux ombrelles trouéesL’Amour comme un vertige, The Mastick Concert, Le songe d’une nuit d’été, Capitaine le Jan
 
Je fonde la compagnie Avant je voulais changer le monde, fin 2012 en région Centre et travaille sur la création d’Electronic City de Falk Richter.
Fin 2013, j'intègre la Classe Labo sous la direction des chantiers nomades et du CRR de Toulouse. Au court de cette année, je travaille avec Jean Louis Hourdin, Esperanza Lopez, Henry Herré, Sebastien Bournac, Yann Joel Collin, Thierry Besch…
Je crée avec mes compagnons de promotion l’association Les LabOrateurs - pépinière d’artistes - et une première création collective Hyperland, mais aussi d’autres projets comme Rendez-vu avec Gilles, Caligula...
 
Je suis actuellement assistant metteur en scène avec Mathieu Bertholet, en Suisse, sur Derborance, adaptation du roman de Ramuz. 
 
 
 
 

 

     Ross

Alexandre Finck
Il est d'un tempérament calme et adore le jeu. Il fonctionne en binôme avec Isque tout en étant sous les ordres de Vermeiro. 
 
 

L'acteur

J'ai commencé ma formation théâtrale au Conservatoire à Rayonnement Régional de Tours, dirigé par Philippe Lebas et Christine Joly. J'y passe quatre années et obtient mon diplôme du CEPIT.
Pendant ces quatre ans, je rencontre Didier Girauldon et y apprend les rudiments du masque et du clown. En parallèle, je développe la discipline du mime que j'aime particulièrement.
 
Je suis ensuite pris à L’ERAC pour trois ans, et obtient une licence d’arts du spectacle et mon diplôme DNSPC. J'y fait beaucoup de rencontres notamment : Laurent Gutmann, Richard Samut, Jean-Pierre Baro, Nadia Vonder Hayden, Catherine Germain, François Cervantes, et Giorgio Barberio Corsetti avec qui je fait mon spectacle de sortie au festival d’Avignon - La famille Schroffenstein de Kleist -  
 
En 2014, je fonde avec Adrien Fournier la compagnie Discrète visant à développer l'art du mime. Parallèlement, je joue dans plusieurs séries notamment dans la Lazy company.
 
 
 
 

Le Vieux

Né dans le village, il y connaît tout le monde. Il a un profond respect pour le père de Tica, qu'il considère comme le meilleur chef que le village n'ait jamais eu. 
 
 
 

 
 
 
Une équipe de 6 techniciens et 5 acteurs sera présente pendant 10 jours au Portugal. Beaucoup de personnes à nourrir sur une assez longue période, d'où cette grosse partie du budget dédiée à leur tonus, pour produire efficacement ce film. 
 
Le transport de cette équipe est le deuxième point fort du budget. Il faut en effet prendre en compte ce trajet aller/retour Tours/Nave, pour trois véhicules: deux voitures et un camion.
 
C'est dans ce camion que sera transporté le matériel de tournage. S'il appartient à Chroniques d'Eté, ces 500 € sont prévus à la location de matériel de complément. 
 
Barton se veut un film proche de ce que l'on connaît de l'univers du Western. Si cela passe par les décors ou l'intrigue, les costumes et accessoires ont aussi leur mot à dire. C'est avec des costumes confectionnés à la main, achetés, ou loués, que les personnages prendront vie. De même, pour plus de réalisme, et répondre aux besoins scénaristiques, certaines séquences seront lourdes de maquillage, notamment pour ce qui est des effets spéciaux. 
 
 
 
                                                                                                                                     <a href="mailto:bartonwestern@gmail.com">
                              </a> <a href="https://www.facebook.com/bartonwestern">                                           </a>
                  Pour envoyer un télégramme à Jack                       Pour suivre l'épopée de Jack

Donner 5 euros

votre nom en tant que co-producteur au générique

Donner 100 euros

un repas avec toute l'équipe, voire un tête à tête avec Jack + les contreparties précédentes

Donner 10 euros

une place offerte pour une projection du film + contrepartie précédente

Donner 20 euros

une affiche du film signée par Jack et l'équipe du film + contreparties précédentes

Donner 50 euros

un DVD du film Barton + contreparties précédentes

Donner 70 euros

un album des musiques du film + contreparties précédentes

Donner 200 euros

le chapeau [3 exemplaires] + contreparties précédentes

Chroniques d'Eté

Chroniques d'Eté a pour but de réunir des personnes désirant produire, monter, filmer, diffuser, ou encore promouvoir des oeuvres audiovisuelles et cinématographiques.

Jonathan GARCIA
19/06/2015
Que la force soit avec vous!
Thomas GERARD
17/06/2015
Coucou, si vous casez le mot "diplodocus" vous êtes des champions ! bisous ♥
Anonyme
14/06/2015