LES CONTES DU SANTOUR - Festival Avignon Off 2016

par Cie Trois six neuf

Cette collecte est terminée.

LES CONTES DU SANTOUR - Festival Avignon Off 2016

par Cie Trois six neuf

Cette collecte est terminée.

Des contes de Grèce et d'Asie mineure, de la musique, pour une invitation au voyage aux confins du merveilleux.

Présentation du projet


 

 


L’aventure démarre bien en amont, il nous faut être sur le pont (pas encore d’Avignon) dès à présent pour préparer au mieux ce marathon qu’est une participation au Festival d’Avignon Off !

Un marathon où  notre petite équipe engage son énergie, son enthousiasme, son temps, ses économies aussi !

 

Une aventure à laquelle vous pouvez être associés en apportant votre soutien.  Quel qu’il soit, et quelque forme qu’il prendra, il nous est déjà, et nous sera grandement précieux !

Une aventure… qui a donc déjà commencé.

D’avance merci à vous qui nous lisez !

* * * * *

 

En suivant le fil rouge filé – celui de la formulette –, une conteuse et une musicienne vous invitent à un voyage aux confins du merveilleux,  à la découverte de contes traditionnels de Grèce et d’Asie mineure.

Ensorcellements, quêtes,  ruses,  avec une pincée d’humour, de langue grecque, de musiques traditionnelles et de sagesse, celle des contes.Au détour du chemin, vous croiserez la route d’un prince rêveur parti à la recherche d’un fil merveilleux, ou celle de Daphnoula, la facétieuse jeune-fille-laurier, fruit d’un vœu insensé. Sans oublier Hypnos le bien nommé ou celle qui pleurait des perles et riait des roses et, bien sûr, les fileuses de destin qui ont plus d’un tour dans leur sac.

Comment les épreuves seront-elles traversées, les ensorcellements levés et les cœurs apaisés ?

Dans ces contes de Grèce où le merveilleux côtoie la poésie, lorsque le fil s’est déroulé, c’est le moment de s’exclamer : “ Ils vécurent heureux… et nous encore plus ” !


    


 

On ressort le cœur comblé et l’esprit ensorcelé par ces belles histoires venues du fond des temps. C’est un véritable plaisir de retomber un peu en enfance en écoutant toutes ces histoires surtout quand elles sont contées avec autant d’énergie et d’humour par une conteuse de talent comme Nathalie Prokhoris. Le tout au rythme envoûtant du santouri virtuose d’Ourania Lampropoulou.

Cristina Marino – 5 fév. 2016 Blog l’Arbre aux contes



La musicienne et la conteuse, reliées par une affinité profonde, guident un périple imaginaire et concret  dans une Grèce de contes.

Les vertus de la tradition orale, une résistance à la tyrannie de l’image et des artifices.

Michelin B. Servin




Origine du projet


Etre conteuse et d’origine grecque, c’est forcément raconter la Mythologie ? Non pas forcément !

Le répertoire des contes populaires de Grèce est immense, les versions et motifs nombreux et, s’il n’est pas rare d’y déceler chez certains le souvenir lointain et transformé de héros ou héroïnes de la Mythologie, il offrait un champ précieux d’exploration * !

Quel émerveillement de naviguer parmi ces contes !

Quel plaisir de les faire connaître et de les partager !

 

*  Les recueils de contes récoltés sont aujourd’hui nombreux, en grec (Mégas, etc.) mais aussi en français grâce au travail d’Anna Angelopoulos (Contes de la nuit grecque, Ed. Corti 2013).

 

Etre conteuse, c’est forcément raconter pour les enfants ? Non pas forcément !

Le public dit « adulte » est souvent séduit par l’expérience, à la fois intime, singulière et collective qui est celle du conte. Une expérience, oui, un voyage au terme duquel chacun se découvre… transformé ; car le conte « contient toujours en germe une initiation ».

Tous racontent, au-delà des mots. Tous enseignent. Tous offrent des clés.



  

  

Associer ces contes populaires de Grèce à la musique traditionnelle s’est imposé comme une évidence, de même que l’envie de faire entendre la musique de la langue grecque, pour leur offrir une part de leur couleur d’origine.


Quant au choix du santour, la rencontre avec Ourania Lampropoulou a été déterminante. La richesse harmonique et les multiples possibilités d’utilisation de cet instrument ont fait le reste.


Avec sa sensibilité musicale, son talent d’improvisatrice et de compositrice, Ourania allait offrir au récit des contes une deuxième voix, et les ancrer dans leur tradition populaire.


 


                           Κόκκινη κλωστή κλωσμένη  / Fil rouge filé

                           στην ανέμη τυλιγμένη / au rouet roulé

                           δώς' της κλώτσο να γυρίσει / tourne tourne le rouet

                           παραμύθι ν'αρχινήσει  / le conte va commencer




  

Daphnoula, la jeune fille-laurier, lointaine descendante de Daphné (poursuivie par Apollon qui s’en était épris, Daphné est métamorphosée en laurier par son père Pelée qu’elle appelle à son secours), part à la conquête de sa liberté, avec détermination et un brin de fantaisie.

  

La jeune fille qui pleurait des perles. Parcours jalonné d’épreuves pour la jeune fille aux dons extraordinaires – elle pleure des perles, rit des roses.  Fausse fiancée, mémoire envolée, vieille secourable, broderie merveilleuse et… issue heureuse, bien sûr !

  

Le Prince Sommeil. Une jeune fille malicieuse, une voisine jalouse, un malentendu. Et… un Prince. Ou : comment se dépêtrer d’une situation saugrenue devenue encombrante ? L’audace, le courage seront récompensés et l’on verra que les Moires, fileuses du destin, ont plus d’un tour dans leur sac.


 Le manteau du conteur. Pour faire confectionner ce manteau, un roi envoie ses trois fils à la recherche du fil et de l’aiguille qui conviennent. A celui qui réussira, il cèdera son trône. C’est le début d’un long cheminement par la porte du merveilleux. 

                                    


A quoi servira l'argent collecté ?


A financer les frais  de première nécessité : un théâtre pour jouer et un toit sur la tête pour se loger.

 

- 2925 € : location du théâtre  (pour les 3/4 du Festival)

- 2000 € :  2/3 de la location d’un appartement pour l’équipe et les personnes qui viendront aider à tracter !


Si nous dépassons ce premier palier, vos dons aideront à financer une partie des frais nécessaires  de communication - inscription dans le journal du Off (310 €), conception du  visuel, impression des flyers, affiches, dossiers de presse (950 €).


Au-delà, les autres frais indispensables englobent le transport de l’équipe, un.e régisseur, un.e chargé.e de diffusion…

Quant à la recette du théâtre, elle contribuera à payer les salaires de l’équipe et… la taxe sur la billetterie (3,50% des recettes, eh oui !)

Votre aide précieuse donnera au spectacle les meilleures chances de réussir son Festival d’Avignon Off 2016 !

La Cie Trois six neuf est habilitée à délivrer des reçus fiscaux ouvrant droit à réduction d'impôt. Exemple : un don de 50 € vous revient à 17 €, un don de 100€ vous revient à 37 €.


Notre équipe



De son enfance grecque, Nathalie Prokhoris, en fille spirituelle d’Ulysse, garde le goût des voyages au long cours et des quêtes à travers les histoires, les mythes, la littérature.

Le conte ?  Un jour, sans crier gare, il a surgi dans son parcours de comédienne.

Le déclic fut sa rencontre avec Catherine Zarcate, avec qui elle se forme à l’art du conte. Elle suivra d’autres enseignements, Michel Hindenoch, Evelyne Cevin…

Après une formation théâtrale (Ch. Audhuy collaboratrice de A. Voutsinas, D. Mesguich, D. Bezace)  et musicale, menée parallèlement à des études littéraires, elle collabore de façon suivie avec différentes compagnies théâtrales (Cie du Samovar,…).

Elle fonde la Compagnie Trois…six…neuf, au sein de laquelle elle effectue un travail personnel de conception, d’écriture, de réalisation et d’interprétation, portée par le désir de faire émerger des figures mal connues ou méconnues de la littérature (Colette, M. Polydouri, C. Pozzi…). Sa quête se poursuit aujourd’hui avec Virginia Woolf, grâce à sa collaboration avec Marie-Paule Ramo qui adaptate, traduit et met en scène V.W. Une chambre à soi, d’après Virginia Woolf (création Avignon Off 2013).

Elle navigue aujourd’hui entre le théâtre et le conte.


 

                                                                             



Née à Athènes, elle a étudié le piano, la musique byzantine, l’analyse musicale, l’orchestration et la direction d’orchestre en Grèce et en France. Elle a obtenu son diplôme en musicologie au département de Musique de l’Université d’Athènes qu’elle a complété avec succès par le programme d’études supérieures interdépartemental de Communication et des Médias à l’Université d’Athènes, avec le titre "Musique et communication ".

Elle a pris des leçons de santouri avec le virtuose Tassos Diakogiorgis. 
Musicienne professionnelle depuis 1998, elle collabore avec des ensembles traditionnels et modernes en Grèce et à l’étranger, notamment avec Domna Samiou, Chronis Aidonidis, P. Chalkias, Kalman Balogh, Marta Sebastian, Christos Zotos, Canticum Novum. Elle a collaboré également avec des compositeurs grecs contemporains pour la présentation de leurs créations, M. Theodorakis, D. Papadimitriou, Ch. Leontis, Ch. Halaris, O. Karamanlis, I. Andrianopoulos, N. Maragopoulos, Th. Abatzis, et avec des orchestres symphoniques : ERT Musique d’ensemble, KOA, Orchestre Symphonique de Chypre, l’Orchestre de la Suisse Romande, Orchestre régional d'Avignon, Orchestre de CNSMDP, Orchestre National de l'île de France.
Elle a participé à de nombreux enregistrements de musique traditionnelle grecque, à la fois dans des productions discographiques, pour la télévision, le théâtre et le cinéma. Elle vit à Paris depuis 2010, où elle s'occupe de la direction, de l'arrangement et de l'interprétation de musique ancienne, traditionnelle et contemporaine. 





La Cie Trois…six…neuf  est une compagnie théâtrale professionnelle et indépendante fondée par Nathalie Prokhoris, basée à Paris.

Explorer théâtralement des objets littéraires en privilégiant les auteurs peu connus ou méconnus,  tel est un de ses projets initiaux. Elle oriente ses choix vers des écrivains femmes (Colette, V. Woolf... ), avec le souci constant d’offrir à chaque parole singulière un espace où se déployer, un espace pour dire.

 Depuis 2010, elle s’ouvre à la littérature orale, en proposant des programmes de contes.


Donner 10 euros

Nos chaleureux remerciements sur le site et sur notre Page Facebook

Donner 25 euros

Affiche dédicacée par l’équipe + contrepartie précédente

Donner 50 euros

1 invitation (pour vous ou 1 personne de votre choix) pour le spectacle à Avignon + contreparties précédentes

Donner 80 euros

Graines de laurier (et conseils pour les semer) + contreparties précédentes

Donner 100 euros

Carnet aux couleurs de la Grèce pour y écrire vos contes ! + contreparties précédentes

Donner 150 euros

Verre avec l’équipe, le Prince Hypnos, Daphnoula etc. + contreparties précédentes

Donner 500 euros

Dîner grec avec recettes personnelles (et traditionnelles !) de l’équipe + contreparties précédentes

Donner 1500 euros

1 représentation privée + contreparties précédentes

Association Cie Trois six neuf

Cie Trois six neuf

La CIE TROIS SIX NEUF, compagnie de théâtre

Jean-François Brégy-Maget
04/07/2016
mille vœux !jf et F
Cybèle Castoriadis
29/06/2016
Guillaume Devoud
22/06/2016