FR EN

Circapharnaüm : du pain au noix ?


Cela fait maintenant quatre ans qu'on organise des spectacles. L'association elle, est toute jeune; elle a un an et des paillettes.


Concrètement, - et alors qu'on se vante d'avoir le comptable le plus coloré de la région - nous devons patienter pour avoir notre premier bilan de comptes. Donc, les demandes de subventions ne sont pas encore possibles pour nous.

En janvier & février 2019, on revient avec notre spectacle "Café Oublié" à Besançon, Lyon & Paris.

Pour continuer de proposer des entrées accessibles à tous (voire au chapeau !), on a besoin d'avoir des fonds.

Nous sommes 9 artistes & techniciens. A chaque spectacle qu'on fait, c'est beaucoup de bonheur, et aussi pas mal de frais.


Vous êtes beaucoup, vous avez beaucoup d'amis et beaucoup de voisins avec qui vous avez envie (et nous aussi !) de partager beaucoup de beaux moments !

On peut donner ce qu'on veut, ce qu'on peut; comme un petit colibri.


On espère vous voir, avec vos beaux sourires, assis dans nos gradins.

de Grandes Accolades de toute l'équipe de Circapharnaüm !

Mon don

Je donne une fois

  • 6 €
  • 12 €
  • 16 €
  • 28 €
  • 50 €
  • 76 €
  • 101 €
  • 151 €
  • 202 €

Je donne tous les mois

  • 28 €

Vous êtes environ 200 spectateurs réguliers de Circapharnaüm... si chacun de vous donne 28€, notre objectif est atteint !

Et sur scène, il se passe quoi ?








Mes coordonnées

* Champs obligatoires

Un petit bout de notre univers...

Café Oublié, nouvelle librement adaptée du dernier spectacle.


Mai 1940, La Caillère (Vendée), Bal de Printemps sur la place du village.

J’invite à danser un jeune homme, dont j’ignore tout. Etrangement, j’ai l’impression qu’il est venu pour moi. Comme si nous avions rendez-vous, et que j’avais oublié. Il danse une valse chaleureuse, dans ses yeux brille une joie particulière, étrange. C’est ça, étrange ; cet homme n’est pas d’ici, il vient de loin. De tellement loin, qu’il paraît venir d’un autre temps. Il danse une valse mystérieuse, une valse de souvenirs et de faits à venir. Je comprendrai un jour que sur les trois temps de l’accordéon, il dansait la cumbia de son enfance. De son marcel blanc presque transparent, s’envolaient des effluves de café, de café poussiéreux. 
Le bal a duré des heures, ou peut-être des jours. Je découvrais peu à peu les joies étranges du mystère. Le bal durait encore. J’avais l’impression qu’il ne s’arrêterait jamais. J’espérai que jamais il ne s’arrêterait. Mais plus nous dansions, plus le bal devenait amer. Cet homme mystérieux voyageait avec un secret, un secret intense, corsé. Un secret torréfié, qui ne révélait pas encore ses saveurs. Il fallait que je comprenne, que je déchiffre. Son secret m’obsédais, et pourtant, je ne pouvais faire autre chose que danser. Je dansais ce bal qui ne devait pas s’arrêter. Tant que nous dansions, le secret était conservé. 
Pouvait-il vivre, s’il me partageait son secret ? Et moi, que pouvais-je faire ? Sans le savoir, j’avais déjà fait ce qu’il fallait faire. Je l’avais invité à danser. En acceptant la danse, il savait à quoi il se condamnait. Il savait surtout, quelle liberté il s’offrait. Il s’avait qu’il avait à cet instant-là, offert à sa vie un sens, qu’il lui avait donné des espérances ; il avait mis un visage sur la quête de l’inconnue, sur le mystère du temps qui coule. Me laissant son secret, il disparut. Son secret, que je devais avec le temps, oublier. 
Avec le temps, je devais oublier beaucoup. En oubliant que je devais le faire, je le fis très bien. 
Ca y est, c’est oublié. J’oubli. J’aime me rappeler que j’oublie. Dans ces moments-là, je me rappelle. Je rappelle la Thérèse de 20 ans, pour qu’elle me raconte. Avec le temps, j’ai découvert des fenêtres qui donnent sur mon passé. Une valse, des pavés… Les angles sont étroits, trop étroits pour reconstruire la moindre image, le moindre souvenir. 
Ce matin… un matin, j’ai préparé un café. Est-ce vraiment moi qui ai préparé ce café ? Je n’en sais rien, j’ai oublié. Je me rappelle d’un dernier café, il y a si longtemps… Il m’en faudrait un autre ; il fera peut-être revenir la valse entière, la rue de ces pavés… Et, quand j’ai compris que le café était une porte, un portail, immense sur mon passé… j’ai bu, j’ai bu, j’ai bu ; j’ai bu pour me souvenir. 
J’avais bu pour vivre, et je buvais maintenant pour revivre… pour revivre ou pour survivre ? Qu’adviendra t’il de moi si j’oublie tout ? Si j’oublie jusqu’au café ? La Thérèse de 20 ans, viendra t’elle me chercher ? M’apportera t’elle suffisamment d’indices, pour me rendre ma liberté ? Et le café, le café, le café ? D’où vient ce café de tous les jours ?
Un matin… Ce matin, je me réveille, le chignon de la veille encore en place… « Qu’ai-je pu oublier d’autre, avant d’aller me coucher ? Et hier ? Et-ce-que je vais oublier aujourd’hui ? Ou vais-je réussir à me souvenir un peu plus ? » Je défais ce chignon ; pour me défaire de mes tourments. En tombe un petit objet de métal, qui tinte sur le sol. En tombent des souvenirs, qui résonnent dans les airs. 
Quand enfin je peut ramasser le réceptacle de la cafetière, Thérèse de ma jeunesse me sourit et me dit : « Durant toutes ces années, tu étais dans le secret ; oui, dedans. Tu étais comme, enfermée dans une tasse, en attendant que quelque celui qui voulait avec toi, partager éternellement son café du matin, ouvre les saveurs de son présent… C’est maintenant pour imaginer la suite de ce bal, pour vivre vos mystères. » Alors, j’ai ouvert la cafetière de la jeunesse, et j’ai préparé un café. Un café intense et poussiéreux. Cinquante ans de souvenirs dans une petite tasse. Et enfin, je comprenais le secret. Toujours aussi mystérieux, le jeune homme arriva, la barbe et les cheveux gris, une chemise en coton épais avait remplacé le marcel blanc presque transparent. Autour du cou, toujours le même foulard. On a bu un café, cette fois-ci, ce n’était pas pour se souvenir. Les effluves torréfiées et moulues nous avaient déjà apporté tout ce dont nous avions besoin. Ce dont nous avions besoin, n’était plus de se souvenir, c’était de vivre. Et le café montant dans la cafetière, nous montâmes avec lui, et purent vivre éternellement notre rencontre, un amour sage et fou d’insouciance.

Clara Weinzierl

Mon récapitulatif

Récapitulatif

Sélection

Don

Don

0

Pourboire suggéré pour soutenir HelloAsso - Modifier

Total

Pourquoi votre soutien compte ?

Mode de paiement

A quoi servent les sous ?

Un objectif de 5580€... mais pourquoi ?


Petite compagnie, nous travaillons bénévolement et avec joie pendant tout le temps de la création.

Ecriture du spectacle, de conception & réalisation des costumes, décors, la composition de la musique et son travail d'arrangement, les répétitions des scènes d'acrobatie, danse, théâtre...
Beaucoup d'heures à travailler ensemble, si nombreuses qu'on en a oublié le nombre depuis longtemps, et qui se remplissent de sérieuse passion.

Cet hiver, nous avons prévu 9 représentations. Nous avons obtenu notre licence d'entrepreneur du spectacle, alors on a hâte de faire des cachets d'intermittents pour nos artistes !

Voici nos calculs : 

Nombre d'Artistes
Cachet Minimum
Charges   du       cachet  Nombre de DatesTOTAL
990€90€914580€
 Ca, c'est ce dont on a besoin, juste pour payer tout le monde (hors frais de vie), et être en règle.

Nombre de Dates Nombre de spectateursPrix de l'Entrée TOTAL
9 100 10€ 9000€
Là, c'est l'estimation des rentrées d'argent pour nos représentations.

Dons
5580€
Ici, c'est une simple soustraction, de ce dont on a besoin, pour qu'une fois arrivés à la billetterie de notre spectacle, vous puissiez profiter d'une entrée douce.

Pour 6€, Un Pins CircapharnaümPour 6€, Un Pins "Circapharnaüm" pour colorer ton sac tout gris !

Pour 12€, un porte-monnaie café, ou un Carnet-café, les bonheurs du spectacle emportés partout avec toi...


Pour 12€, un Carnet-café ou pour 16€, un foulard-coloré !

Pour 16€, une tasse-porte-crayon, les effets magiques du café à la portée de ta créativité ! ou un foulard-coloré !


Pour 28€, un t-shirt unique fait maison, aux couleurs du spectacle !

• Entre 50€ et 100€, combine les 2 ou 3 cadeaux qui te plaisent ! •


Pour 100€, deux joyeusetés au choix (pins, porte-monnaie, tasse, t-shirt etc...) + un repas musical avec et par les artistes du spectacle !

Pour 150€ et plus, trois ou quatre joyeusetés au choix (pins, porte-monnaie, tasse, t-shirt) + un repas musical avec et par les artistes du spectacle + un initiation artistique, pour vous ou à offrir (cirque, musique, art plastiques...) !

Signaler la page