CLID

Autre

Le CLID (Centre Lorrain d'information pour le Développement et la Solidarité Internationale) est un lieu de rencontre, de ressources documentaires et pédagogiques ouvert à tout public

Nos actions en cours

Nous sommes actuellement en train de mettre en place nos prochaines initiatives. Revenez bientôt pour ne rien manquer !

Qui sommes-nous ?

Historique


Le CLID a été fondé à Nancy, en 1981, par un collectif composé de 5 associations (Impôt Volontaire pour des Peuples Solidaires, Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement (CCFD), 1% Saint Fiacre, Service Civil International (SCI) et Frères des Hommes), rejoint par Artisans du Monde à sa création.

Ces associations ont créé un centre de documentation pour mettre à disposition de tout public une information sur ce qu’on nommait à l’époque "le Tiers Monde", avec le souci de mettre en évidence les causes du sous-développement.

D’abord situé 1 rue de la Ravinelle, puis 29 rue Guilbert de Pixérécourt, le CLID emménage le 18 décembre sur le site de La Manufacture et de la Médiathèque de Nancy, 9 rue Michel Ney.

Le CLID a été, en 1985, un des membres fondateurs du Réseau d’Information Tiers-Monde, puis Réseau d’information et de documentation pour la solidarité et le développement durable (RITIMO), réseau de 75 centres de documentation sur la solidarité internationale en France en 2019. Différents lieux (bibliothèques/médiathèques, boutiques, associations) participent également à la diffusion de l'information, comme relais du réseau.




Objectifs du CLID



Le CLID est un lieu ouvert au public, qui diffuse de l’information sur le développement, la défense des droits humains, les relations Nord-Sud, les initiatives pour un autre monde et les différentes formes que peut prendre la solidarité internationale.

Il s’agit de :

* Mettre à la disposition du public des moyens d’information et des outils pédagogiques sur les relations Nord-Sud et la solidarité internationale.

* Promouvoir et participer à des actions pour défendre les droits humains et pour construire des relations internationales équitables.

* Mener des actions d’éducation à la solidarité internationale, au développement durable et à la citoyenneté pour permettre à chacun(e) d’agir en citoyen responsable.

* Grouper et soutenir les initiatives des associations membres.


L’accès à la santé, à l’éducation, à l’alimentation, au travail, à la paix... sont des droits fondamentaux.

La solidarité internationale consiste à soutenir les organisations qui luttent pour l’acquisition et la défense de ces droits et à agir auprès des gouvernements et des institutions pour faire évoluer les relations internationales en organisant, par exemple, des campagnes d’opinion.

L’éducation au développement, à la citoyenneté et à la solidarité internationale vise à faire comprendre les grands déséquilibres mondiaux et à permettre la réflexion sur les moyens pour y remédier, afin que tous les peuples et toutes les personnes aient le droit de contribuer au développement et d’en bénéficier. Elle doit donner à chacun les moyens d’assumer sa citoyenneté pour construire un monde plus solidaire.




Les activités du CLID


Au fil des années, le CLID a développé diverses activités:


  • Centre de ressources pédagogiques (bibliothèque et médiathèque)

  • Animations en milieu scolaire et en centres de loisir

  • Organisation de soirées-débats, conférences, présentation de films

  • Participation à des manifestations collectives : Marché du monde et de la solidarité internationale et journée Associations en fête (Nancy), marché équitable (Tomblaine), Désirs nature (Vandoeuvre), Alimenterre, Festisol,…

  • Relais de campagnes nationales d’opinion, de plaidoyers,…

  • Participation à la création de collectifs régionaux (LOR-SUD, Multicolor, Gescod, REAJIS, REPERES-DD,…)

  • Formation d’enseignants, d’étudiants, d’animateurs pour encourager la pratique de l’éducation au développement durable, à la solidarité internationale et à la citoyenneté

  • Elaboration d’un annuaire régional des acteurs de la solidarité suite à un recensement des acteurs locaux, mise en place d’une base de données consultable sur le site.

  • Publication de brochures et de documents pédagogiques (par exemple pour les collégiens sur l’eau, le développement durable, les migrations…), sur la coopération décentralisée,…





Les moyens du CLID


Fonds documentaire de ressources pédagogiques

Une documentation importante en consultation ou en prêt :

- ouvrages pour adultes ou enfants : 3 500
- revues et périodiques 14
- outils pédagogiques : expositions (60, vidéos (97), DVD (92), CD Rom(14), mallettes pédagogiques (30) et jeux (134),

- dossiers pédagogiques et rapports thématiques ou par pays.


Le CLID alimente régulièrement la base de données mutualisées au sein de RITIMO qui permet d’accéder à 55 000 références des différentes ressources documentaires et pédagogiques grâce à un dispositif de prêt entre les différents centres RITIMO.


Cybercentre : un ordinateur est mis à disposition pour un libre accès au portail de cette base documentaire et effectuer des emprunts dans toute la France.


Les locaux du CLID (une salle de 49 personnes et une de 15 personnes) servent de lieux de réunions pour les associations membres, de rencontres, de conférences et de projections.




Les associations membres du CLID


ActionAid-Peuples Solidaires Nancy (Impôt Volontaire)

Artisans du Monde

CCFD Terre Solidaire (Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement)

Les amis de Poa

Mouvement de l’Objection de Conscience

SCI (Service Civil International)




Les membres associés


Amnesty International

ATTAC 54

Colecosol

Greenpeace

Homéopathes Sans Frontières




Bureau


Vincent Ferté (Artisans du monde Nancy et COLECOSOL)

Hubert Gérardin (Action Aid-Peuples solidaires Nancy)

Christian Kientz (Service civil international)

Autres membres du conseil d’administration :

Sabine Bertrand (Action Aid-Peuples solidaires Nancy )

Maryse Tondeur (Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement - Terre Solidaire)

Jean-Michel Boniface (Mouvement de l’Objection de conscience)