La Transition Démographique en Afrique Subsaharienne

par Club Diallo Telli

Les inscriptions à cet évènement sont terminées. Merci à tous les participants !

La Transition Démographique en Afrique Subsaharienne

par Club Diallo Telli

Les inscriptions à cet évènement sont terminées. Merci à tous les participants !

Et si la véritable révolution en Afrique était démographique ?

« Quelles politiques globales pour tirer profit du dividende démographique » ?  « Face au défi de la maitrise démographique : comment assurer l’emploi massif des jeunes en Afrique ? » Le Club reçoit Arthur Minsat, co-auteur du rapport 2014 du PNUD sur le développement humain[1]

 

L’Afrique a enregistré au cours des dernières années une forte croissance économique, qui s’apparente à une véritable révolution. Toutefois, l’enjeu réel est la transformation de cette croissance économique en une transformation structurelle permettant l’éradication de la pauvreté et la réduction des inégalités notamment entre villes et campagnes. L’enjeu de cette transformation structurelle est sans conteste, le facteur démographique.

 

Selon les chiffres du dernier rapport du CIRAD[2], la population du continent africain va s’accroitre de 1,2 milliard d’habitants d’ici 2050, l’Afrique comptera alors 2,1 milliards d’habitants représentant 25% de la population mondiale. L’émergence de nouvelles territorialités africaines, produite par la croissance démographique et l’expansion des villes, constitue ainsi le changement le plus profond des dernières décennies, remettant au premier plan la question de la transition démographique.

 

Le futur démographique de l’Afrique n’est donc pas encore écrit. Il dépendra des progrès socioéconomiques mais également de l’action politique qui sera mise en œuvre au cours des prochaines années en matière démographique Dans l’hypothèse où la baisse de la fécondité se poursuit à son rythme actuel, les cohortes de jeunes vont tout de même continuer d’augmenter significativement durant les prochaines décennies, aggravant les risques associés à une jeunesse toujours plus nombreuse souffrant des effets d’un sous-emploi et d’un chômage massifs. À l’inverse, l’accélération de la baisse de la fécondité africaine produirait par effet de ricochet une chute des taux de dépendance (rapport inactifs/actifs), autrement dit l’apparition d’un « dividende démographique».

 

[1] Rapport sur le développement humain : Pérenniser le progrès humain : réduire les vulnérabilités et renforcer la résilience, PNUD, 2014

[2] CIRAD, Une nouvelle ruralité émergente, regards croisés sur les transformations rurales africaines, 2013, www.cirad.fr

Espaces de Conférence - Iris

2 bis rue Mercoeur
75011 Paris
France

Club Diallo Telli