Coeur de Forêt

Environnement
Participez à un modèle économique qui protège la forêt et ses habitants !

qui sommes-nous ?

En images
+8 Photos
Notre mission
Depuis 2005, Cœur de Forêt met en place des projets de reforestation et de développement économique à l’étranger. Notre système est basé sur l’association de plantations agro-forestières avec le développement de filières de commerce équitable de produits végétaux tels que les huiles essentielles ou le parfum.
Les actions de notre association

Coeur de Forêt Cameroun : Le Moabi, arbre de vie !

L’objectif du projet est de dynamiser l’économie rurale en valorisant les produits forestiers sous forme d’huiles essentielles et huiles végétales. Né d’un appel des Amis de la Terre sur l’exploitation illégale des forêt du Bassin du Congo, le projet Cœur de Forêt Cameroun s’est concentré sur la préservation et la valorisation du Moabi (Baillonella toxisperma). Majestueux par sa taille et son port, il surplombe la forêt tropicale avec une hauteur pouvant atteindre jusqu’à 50-60 mètres. Pilier dans de nombreuses cultures (Pygmés Baka, Bantous, Bassa, …), ses graines servent à la fabrication d’huile, de nombreux médicaments traditionnels sont issus de l’écorce et des feuilles, et son bois est très recherché pour la menuiserie. C’est cette dernière qualité qui lui a valu sa surexploitation qui en fait l' arbre le plus menacé d'Afrique. Depuis 2008, nous avons travaillé à la mise en place d’une alternative économique à la déforestation du Moabi en développant une économie issue de ses graines. Récoltées en forêt, les graines pressées procurent une huile végétale, appelé beurre de Moabi, qui possède des vertus proche du beurre de karité et attire l’intérêt de la cosmétique. Nous avons abouti à la création d’un beurre répondant aux normes du marché européen, qui a permis, depuis 2014, une commercialisation à plus grande échelle et la génération de revenus pour les populations. A travers cette dynamique, nous avons développé des modèles agro-forestiers sur différentes zones de plantations dont la plantation de 5 000 Moabis sur la région Littorale et Est du Cameroun. 

Coeur de Forêt Antsirabe - Madagascar : Laboratoire de nos projets

 Situé dans l’océan Indien, au large des côtes du Mozambique, Madagascar fait partie des pays les plus pauvres du monde avec encore en 2010, 75.3% de la population vivant en-deçà du seuil de pauvreté. En proie à une instabilité politique très forte ainsi qu’à un niveau élevé de corruption, le pays connait depuis des décennies un pillage croissant de ses ressources naturelles. La proportion de zones forestières à Madagascar recule chaque année, la région des Hauts Plateaux est fortement déboisée en raison des feux utilisés pour le défrichage des parcelles. Ces parcelles brûlées chaque année s’érodent et, devenant stériles, empêchent la reprise d’un couvert végétal. Les productions locales actuelles axées sur la riziculture, le maraîchage et la production d’huiles essentielles, ne garantissent pas des systèmes de cultures biologiques du fait du manque de connaissance du traitement biologique et écologique des pathologies. L’association s’est ralliée aux producteurs afin d’appuyer une diversification de leurs cultures. La coopérative «EquiMada» met à disposition les outils de transformation des plantes. Cela permet de lutter contre l’accaparement de la plus-value générée grâce à la transformation des plantes en huiles essentielles, habituellement captée par les sociétés d’exportation et non par les petits producteurs.

Depuis la création de l’association Coeur de Forêt Madagascar en 2013, il n’y a pas véritablement eu de travail de networking local. L’association sur place souffrait d’un manque de visibilité en raison d’un manque de démarchage. La chargée de mission a entrepris ce démarchage auprès de la Direction Générale des Eaux et Forêts et des conseils municipaux de trois villes d’une part et auprès d’associations (Anjou-Mada / Amitiés France-Madagascar) nous permettant de participer à des actions de plus grande envergure et pluri-acteurs. En parallèle, des prospections concernant l’établissement de nouveaux bureaux ont débutés. L’installation d’un laboratoire de transformation est également au coeur des priorités. La dernière bonne nouvelle, c’est que le code de Conduite Bio & Equitable, reflétant la philosophie et la démarche
de travail de Coeur de Forêt a été mis en place et sera effectif en 2015.

Coeur de Forêt Masoala - Madagascar : Presque île sauvage

Le projet Coeur de Forêt Masoala se situe au Nord-Est de Madagascar. Il s’étend sur l’ensemble de la commune d’Ambohitralanana (50 km au Sud de la ville d’Antalaha) et en particulier sur l’axe fluvial de l’Onive situé à la périphérie nord du Parc de Masoala, plus grand parc national malgache et abritant une biodiversité encore inexploitée. Plus précisément, il concerne les villages situés entre Ambatobe et Anjia. La création du Parc de Masoala en 1990 a permis de préserver une zone de 230 000 ha et de mener plusieurs recherches sur la faune et la flore (expédition Radeau des Cimes en 2001). Cependant, depuis 2009, le Parc et les abords du Parc subissent une très forte pression humaine pour l’exploitation de bois précieux (bois de rose, bois d’ébène…) et pour la culture de tavy (culture mixte de riz et fruits sur colline par brûlis). Chaque année de grandes surfaces supplémentaires sont défrichées, surfaces destinées à la culture du riz sur brûlis. Ainsi de 1950 à 1991, la forêt autour du fleuve l’Onive est passé de 20 405 hectares à 16 803 hectares et d’ici une dizaine d’année l’intégralité des forêts situées hors du Parc auront disparu. À cela s’ajoute de fréquents cyclones qui fragilisent les ressources et les infrastructures.

Une association de villageois a été créée sous l’impulsion de la coopérative Coeur de Forêt GM. Sur les terrains de la coopérative, la construction du hangar de séchage est terminée. Ce hangar permettra d’abriter le séchage des graines de Calophyllum, de la vanille et des futures productions de cacao. Coeur de Forêt vise à favoriser une prise en main de la surveillance forestière par les habitants de la commune de Sahafary et à éventuellement porter par la suite, le projet de mise en place d’une aire protégée sur la réserve. Au total 14600 arbres ont été plantés cette année. Grâce à cette campagne 2014, plus de 100 000 arbres ont ainsi été plantés depuis le début du projet Masoala. Les essences choisies ont été retenues en raison de leur caractère endémique et de par leur potentiel de valorisation économique.

Coeur de Florès - Indonésie : Paradis pour les parfumeurs

L'île de Flores est située en Indonésie. Bien loin de la frénésie des îles touristiques telles que Bali, elle constitue un lieu encore assez enclavé et pauvre mais où l’on ressent la dynamique d’un pays en pleine émergence. Les hauteurs de l’île sont couvertes par une végétation abondante tropicale qui s’estompe jusqu’à devenir une végétation plutôt sèche sur les côtes. Les moyens de communication étant limités, les populations sont restées longtemps regroupées par ethnies. Leurs activités économiques sont principalement orientées vers la pêche, l’élevage et l’agriculture de subsistance pour la production de riz et de quelques produits de rente (épices, noix, vanille, huiles essentielles). Peu d’activités de transformation sont installées sur l’île, les populations locales sont donc soumises aux méthodes des investisseurs et ne perçoivent que peu de valeur ajoutée. En particulier, l’île produit une quantité importante de vanille à des prix très bas, ce qui décourage les populations qui en délaissent la culture. L’île de Florès est fortement touchée par la pratique des cultures sur brûlis. Cette déforestation est en progression et atteint de plus en plus de zones encore riche en biodiversité. Elle ne pourra être stoppée que par la mise en place de solutions économiques et d’une forte sensibilisation des populations.

Le projet Indonésie est le plus jeune, il a débuté en cette année 2014. L’association PUGE FIGO a été créée cette année afin d’assurer la représentativité de l’association Coeur de Forêt sur place. Le local de l’association est opérationnel, raccordé et aménagé. D’emblée, le projet s’est porté sur la valorisation de la vanille, culture très présente en Indonésie mais sujet aux maladies et aux techniques de récoltes non-durables. PUGE FIGO s’est attaché structurer ses groupes de planteur pour assurer la viabilité des productions. Une deuxième espèce à potentiel s’est dégagée lors de la mission terrain du siège en juillet 2014 : le patchouli. Une pépinière a été installée et fait office de première partie d’un centre de valorisation qui sera complété durant l’année 2015. La plantation de graines de Santal, accompagnée d’un taux de germination plus élevé qu’attendu, a porté à 25000 le nombre de santal en pépinière. Dernièrement un chantier d’accès à l’eau s’est déroulé via la mise en place d’un forage : une source d’eau viable et pérenne a été trouvée à 75 m de profondeur.

Coeur de Forêt Bolivie : Hot spot de biodiversité

La région de Las Yungas bolivienne est un véritable carrefour entre les Andes et l’Amazonie. Elle est considérée comme un Hot Spot regroupant une très forte biodiversité. Les fruits tropicaux, le café, le cacao et le tabac y trouvent des conditions optimales pour s’épanouir, grâce au climat chaud et humide et aux précipitations abondantes. Cependant depuis ces dernières années, ces cultures ont été délaissées au profit de monocultures de coca. Cette culture intensive provoque de graves dégâts sur l’environnement, en appauvrissant les sols, en provoquant les glissements de terrain et en polluant les cours d’eau. Les producteurs locaux sont prêts à diversifier leurs cultures, à la condition que celles-ci leur permettent de générer des ressources économiques viables et pérennes. Eu égard à la forte biodiversité présente, l’association s’est engagée avec les producteurs vers une reforestation d’espèces forestières, fruitières ainsi que vers la production d’huiles essentielles, de miel et de café.

Les démarches visant à créer l’association Corazon Del Bosque ont été lancées, elle permettra d’assurer la continuité des activités sur le terrain car l’année 2014 a permis la remise à plat du projet suite à l’absence prolongée d’un chargé de mission Coeur de Forêt. L’année à été marquée par l’embauche de personnels compétents : un ingénieur agronome responsable de la pépinière et du volet apiculture, une ingénieure agronome assistante du responsable pépinière ainsi qu’un responsable de la définition des modèles agroforestiers et du suivi des parcelles de production. Les tests de transformation de l’hibiscus en boisson rencontrent un franc succès localement. Une première récolte de miel a eu lieu et la construction du local de l’alambic est presque terminée.

Coeur de Forêt Pérou : Source de la médecine par les plantes

Le Pérou se trouve parmi les douze pays les plus riche en biodiversité de notre planète. Dans 1 km² de forêt amazonienne, il est possible de trouver autant d’espèces que dans toute l’Europe. Le climat est chaud et humide avec d’abondantes précipitations. Cette forêt tropicale crée ses propres précipitations grâce à l’évaporation de ses fleuves et la transpiration de sa couverture végétale. Elle est un important puit de carbone et régule le climat mondial. Le projet « Coeur de Forêt Pérou» se situe sur les territoires du peuple Shipibos dans l’Ucayali, région centrale d’Amazonie péruvienne. Le peuple Shipibos représente la deuxième plus grande communauté de peuple primaire amazonien péruvien après les Ashaninkas. Ces trente dernières année, avec l’ouverture de la route Lima-Pucallpa, la région d’Ucayali a souffert d’une accélération de l’exploitation humaine et environnementale : déforestation de bois d’oeuvre et de bois précieux, monocultures, cultures sur brûlis, immigration, braconnage, etc. L’écosystème est très affecté et sa dégradation contribue à la paupérisation des peuples indigènes et à l’exode rural. Coeur de Forêt compte sur la plantation de 20 000 espèces forestières afin de réhabiliter les milieux dégradés, de restaurer la biodiversité respectée par les Shipibos et de permettre un système d’exploitation durable avec la valorisation de la pharmacopée traditionnelle.

La campagne de plantation 2014 a eu lieu sur les terrains de la communauté shipibo de Santa Rosa de Dinamarka : 25000 arbres ont été plantés sur 7,5 Ha. En appui, une mission de stagiaires de l’ISTOM s’est déroulée sur le mois de juillet 2014 et a permis des avancées certaines, notamment dans la définition de trois modèles agroforestiers, basés sur les plantes locales et répondant à différents besoins. Les étudiants ont été bien accueillis et de bons échanges se sont instaurés avec les communautés locales. L’année 2014 a également été marquée par la venue de 3 chefs indiens de communautés indiennes d’Amazonie, en France dans le cadre de l’organisation de la Quinzaine Amazonienne à Paris. Enfin, Coeur de Forêt a appuyé la célébration de l’ANI XEATI au sein de la communauté Shipibo : il s’agit d’une fête ne se célébrant plus depuis 60 ans et qui fête les 100 années de création politique de la communauté.

Siège social

35 boulevard du Champy Richardets 93160 Noisy le Grand

Rejoindre nos communautés

vous avez une question ?

Votre commentaire public
Designerfred
07 avril 2017

Notre communauté

Nos supporters

fanny Coeur de Forêt guillaume.pitsch 801579 jason coeurdeforet com

Découvrez d'autres associations sur HelloAsso

Association Nord Nature Chico Mendès
Nord Nature Chico Mendès
Association Eden'ou
Eden'ou
Association Alliance Avec Les Loups
Alliance Avec Les Loups
Association Association "Graines Et Vie"
Association "Graines Et Vie"
;