Préservons la biodiversité sur la presqu'île de Masoala

par Coeur de Forêt

Faire un don

Préservons la biodiversité sur la presqu'île de Masoala

par Coeur de Forêt

Faire un don

Madagascar est un écrin de biodiversité menacé, mobilisons-nous pour le préserver. LE PROJET COEUR DE FORET MADAGASCAR MASOALA

RESTAURATION DE FORÊTS ENDÉMIQUES SUR LA PRESQU’ ÎLE DE MASOALA MADAGASCAR

📣 En 60 ans, l’île de Madagascar a perdu 44% de son couvert forestier. Ce sont les écosystèmes et les populations locales qui sont menacées. Un retour en arrière ne sera bientôt plus possible si nous n’agissons pas.

🌳 🇲🇬 Le projet Masoala a pour vocation de restaurer les forêts dégradées et préserver les espèces endémiques avec les communautés proches du parc national. Maintenir une trame verte, des forêts en bonne santé aux abords du parc, permet ainsi de diminuer la pression sur la zone et de maintenir les habitats pour la faune extrêmement riche de cette région.

Mais sans vous, ce projet ne peut être possible. Aider Coeur de Forêt, c’est permettre au projet Masoala d’exister.

Origine du projet

Madagascar seulement 7% du territoire est encore couvert de forêts alors que l’île possède un des plus gros taux d’endémisme au monde, avec la présence d’espèces qui n’existent qu’ici, dont de nombreuses espèces sont des plantes médicinales. Le projet Masoala, au Nord-Est du pays, sur la presqu’île du même nom, se situe à la lisière du plus grand parc national de Madagascar. Le long du fleuve l’Onive, nous intervenons sur les villages situés entre Ambatobe et Anjia. La création du Parc de Masoala en 1990 a permis de préserver une zone de 230 000 ha et de mener plusieurs recherches sur la faune et la flore. Cependant, depuis 2009, le Parc et ses abords subissent une très forte pression pour l’exploitation de bois précieux (bois de rose, bois d’ébène…) et pour la culture de tavy (culture mixte de riz et fruits sur colline par brûlis).

Chaque année de grandes surfaces supplémentaires sont défrichées et destinées à la culture du riz sur brûlis. Ainsi de 1950 à 1991, la forêt autour du fleuve l’Onive est passé de 20 405 hectares à 16 803 hectares et d’ici une dizaine d’années l’intégralité des forêts situées hors du Parc auront disparu. À cela s’ajoute de fréquents cyclones qui fragilisent les ressources et les infrastructures locales. C’est dans ce cadre que nous intervenons à travers les activités de reforestation et de valorisation économique de la forêt. Depuis 2009, nous avons pu planter 110 000 arbres et développer les filières équitables notamment de vanille, d’huiles essentielles et de cacao sur cette région.

Un contexte de déforestation massive !

L’emplacement du projet se situe sur l’axe du fleuve Ankavia qui constitue un fort axe de circulation. Cette zone fortement déforestée est touchée par des phénomènes d’érosion qui vont empêcher la régénération naturelle de la forêt et entrainer une perte de l’habitat pour la faune et la flore.

Une 1ère zone de 2 000 ha a été identifiée comme prioritaire, car elle possède encore des forêts nichées dans les montagnes qui abritent de petites populations de lémuriens. Les plantations vont donc s’articuler autour de ces ilots forestiers.

L’objectif du projet est de restaurer un écosystème forestier composé d’essences forestières endémiques qui sont en danger et d’augmenter la surface d’habitat pour la faune.

1. Restaurer massivement les forêts

Pour préserver les espèces endémiques en danger

Le projet est mené aux abords du Parc national de Masoala créé en 1997 et classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est un véritable sanctuaire de biodiversité avec une forêt très dense et très humide. Le Parc comprend plus de 600 espèces végétales et une faune tout aussi riche dont 10 espèces de lémuriens endémiques à Madagascar.

Malheureusement, le Parc est de plus en plus menacé par la déforestation causée par des actions de brûlis pour acquérir de nouvelles parcelles de culture ou le pillage de bois précieux.

À ce rythme de déforestation, de nombreuses espèces sont menacées et c’est pourquoi un projet de reforestation à grande échelle de ces plantes endémiques menacées peut être un levier de préservation du Parc à moyen et long terme et de sauvegarde des espèces végétales en danger.

Pour répondre aux enjeux de préservation et aux besoins des populations

La plantation de 150 000 arbres est planifiée pour la campagne 2021-2022.

4 modèles de plantation ont été définis en fonction du niveau de dégradation des terrains et de la vitesse de croissance des arbres, ainsi que pour expérimenter une technique de reboisement inspiré de « Miyawaki » avec une association de semis et d’arbres plantés selon une très forte densité.

En 2019 et 2020, nous avons planté près de 250 000 arbres sur une surface de 100 ha appartenant à 5 familles qui s’engagent sur des contrats de 25 ans.

Notre objectif est de reboiser 2 millions d’arbres sur 1 000 ha avec une capacité actuelle de 100 000 à 300 000 arbres plantés / an.

20 essences ont été identifiées dont plus de 70% endémiques et au moins 5 classées en danger sur la liste de l’UICN. La plupart des essences en danger sont des bois précieux exploités illégalement.

Le reboisement à grande échelle permettra :

  • de restaurer la présence de ces essences sur des zones déboisées,
  • d’augmenter le potentiel de reproduction de l’espèce,
  • de permettre aux populations locales à terme de bénéficier de bois d’oeuvre.

Les essences présentes sur la liste rouge (RED LIST IUCN) : Ramy Be (Canarium madagascariense), Bois de rose (Dalbergia maritima), Copalier de Madagascar (Hymenaea verrucosa), Hazomena (Khaya madagascariensis), Tofononana (Ocotea sambiranensis), Faho (Chloroxylon faho), Tamenaka (Magnistipula tamenaka).

Equipe de plantation et transport des plants de bois d'ebène

2. Mesurer l'impact des actions

Afin d’étudier et d’améliorer les résultats

Les actions de plantation s’accompagnent d’actions de suivi dans le temps des plantations afin de mesurer leur efficacité.

Un programme de mesures d’impact sera mis en place avant et après la reforestation afin de suivre plusieurs indicateurs :

  • la croissance des arbres,
  • la fixation carbone,
  • la restauration de la fertilité des sols,
  • et le retour de la biodiversité animale et végétale.

À quoi servira l'argent collecté ?

Budget prévisionnel 2021

🌱 Mise en places des pépinières à proximité des terrains à reboiser = 20 100 €, soit 12% du projet

Construction des pépinières et ombrières, Collecte des graines / plantules, Achat des intrants (sachets, amendements, sable, …), 5 Pépiniéristes, 2 techniciens suivi des pépinières.

🌴 Reboisement des terrains des producteurs & Entretien des plantations = 37 300 €, soit 22% du projet

Nettoyage, trouaison et plantation des parcelles, 2 Entretien / Désherbage après la plantation, techniciens suivi des plantations et post-plantations. 150 000 arbres sur la campagne 2021/2022.

🐵 Mesures d'impacts du reboisement sur la biodiversité = 19 600 €, soit 12% du projet

1 technicien mesure d'impacts, Etude MBG - Etude Biodiversité, Appui DREED locale, 1 ingénieur méthodologie et capitalisation.

🧑 Coordination et frais de fonctionnement du projet  = 57 200 €, soit 34% du projet

Pour mener à bien le projet, il nous faut rémunérer notre équipe sur place, notamment notre coordinateur et son assistant. Ils coordonnent l'ensemble des activités, et sans eux rien ne serait possible. Les déplacements dans la zone du projet se font principalement à moto, car les routes sont souvent peu praticables autrement. Nous prévoyons l'achat de 4 motos pour le projet.

👌 Coordination du siège = 33 500 €, soit 20% du projet

Notre équipe

Samuel ADAM, responsable du projet Coeur de Forêt Madagascar Masoala

Lelin SIZA, responsable environnemental du projet Coeur de Forêt Madagascar Masoala

TOMBOTSARA, assistant environnemental Coeur de Forêt Madagascar Masoala

Charlotte MEYRUEIS, directrice de l'association Coeur de Forêt et ingénieur horticole

Mathieu LE PIMPEC, coordinateur des projets de l'association Coeur de Forêt


Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 200 euros

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme Coeur de Forêt. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
E
EnsemblepourlaBiodiv
22/04/2021
Signaler la page