Cette campagne est terminée, rendez-vous sur la page de Collectif Les Bâtards Dorés pour découvrir les projets en cours.

Voir la page

Création Ma ligne droite

par Collectif Les Bâtards Dorés

Création Ma ligne droite - Collectif Les Bâtards Dorés

Apportez votre soutien pour mon premier projet solo présenté sur Paris puis Toulouse la saison prochaine !

Présentation du projet

Un homme et une femme se sont rencontrés il y a sept ans, ensemble ils se sont aimés. Pour lui ce sera sa plus belle histoire d’amour. Avec elle il imaginait déjà faire sa vie, elle était devenue malgré lui une partie de lui-même... Et celle-ci lui a été arraché. S’il devait y avoir un point de départ à ce projet, il se situerait ici: dans cette absence identitaire qui s’est prolongée chez cet homme au fil du temps, bien après ce point de rupture à l’époque.

Que reste-t’il d’un être lorsque le manque se fait sentir?

Si la pièce se propose d’explorer le manque d’un être aimé, c’est bien d’un amour impossible dont il est question avant tout. Dès l’entrée au plateau, il nous est montré un personnage toujours amoureux d’une femme malgré leur séparation, enfermé dans son passé, et qui n’avance plus. Le temps d’une soirée il s’agira donc de sonder cet arrêt d’amour qui ne pose peut-être qu’une seule question au finale: comment fait-on pour repartir lorsqu’on se complaît dans l’attente de l’autre?

Ici les mots cherchent à se dégager le plus possible de ce sérieux de la situation pour mieux révéler cette attente infini, devenue presque risible au fil du temps, auquel fait face le personnage.

Le public étant souvent pris à parti, c’est une forme poétique expérimentale qui est proposée, à mi-chemin entre le seul en scène et le stand-up.

Dans ce projet, aucun sens donné voulu, une exploration simple et heureuse, un témoignage d’auto-sauvegarde dirigé vers l’avenir. 

Origine du projet - Texte/jeu/conception/mise en scène : Romain GRARD

Ma ligne droite est un projet qui fait échos à une expérience personnelle. En partie pour cette raison là, je tiens à ce que dans cette première étape de travail l’écriture soit la plus sincère possible autour des problématiques traversées, quitte à perdre en qualité, en clarté ou en intelligence textuelle. Plus j’avance dans ce projet, plus je découvre combien toutes ces interrogations sont d’ailleurs confuses et intimes et que l’idée même d’en proposer une représentation peut se discuter si elle n’est pas abordée avec suffisamment de recul. Le danger dans cet exercice m’apparaît donc ici : à cet endroit de facilité et de gravité dans lequel pourrait basculer le personnage si la forme rendue reste trop brouillonne et proche de l’auto-thérapie. L’idée, au fil des répétitions, étant de garder toujours à l’esprit que l’espace de fiction permet au personnage de se sauver dans le jeu au plateau, là où le réel l’éloigne de cette tentative de résolution. Puiser dans cet abîme qu’est l’amour pour arriver à transformer ce mouvement intérieur en un miroir humain, sensible et ludique à destination du public. 

Ce dernier étant souvent pris à partie, c’est donc une maquette poétique expérimentale qui est proposé, à mi-chemin entre le seul en scène et le stand-up.

Extrait de la pièce

Quand je t’ai rencontré, c’était droit dans ma tête, une belle ligne droite qui pouvait aller loin très loin, sans savoir où ça finirait. C’était beau, c’était simple, ça me suffisait cette ligne. Et puis on s'est vu, tu es monté dessus et on est parti tous les deux comme ça à l’aventure, devant, tout devant. C’était super, on programmait rien, on fonçait, on marchait main dans la main, on se cherchait, on riait tout le temps, on passait des heures à se regarder, à s’embrasser, à faire l’amour, on était amoureux en fait. On était léger. C’était ça l’amour pour moi, cette légèreté. Tu vois cette ligne droite elle nous allait bien, on était bien comme ça: le regard en proue, en équilibre, à l’affut du monde.


A quoi servira l'argent collecté ?

Cette programmation sur Paris au Théâtre Les Déchargeurs ainsi qu'au Théâtre du Pavé la saison prochaine (Toulouse) m'offre une opportunité unique de me faire connaître d’un plus large public, de bénéficier d’une exposition afin de faire vivre par la suite ce projet. Mais cette opportunité coûte chère (entre co-réalisation et location de salle) et je ne peux financer seul cette exploitation. 

Il me manque 1500 euros pour boucler une partie de mon budget et pouvoir présenter le spectacle dans de bonnes conditions. Cette somme servira à :

- compenser le déficit de location de la salle chaque soir

- rémunérer le créateur lumière

- financer les transports sur les prochaines dates

- permettre l'achat des différents accessoires de jeu (costumes, bombe peinture bleu etc.) et scénographie

- lancer une campagne de communication (flyers, affiches...)


Lien de réservation: http://www.lesdechargeurs.fr/spectacle/ma-ligne-droite


L'équipe

                                                                                            Romain GRARD - Metteur en scène / Comédien

Romain GRARD - Metteur en scène / Comédien
A 17 ans, il suit une formation au Conservatoire de Toulouse puis, à sa sortie en 2009, joue sous la direction de Francis Azéma (Théâtre du Pavé/Toulouse) dans Violet et Le Nom, cycle Jon Fosse et Antigone d’Anouilh, Antigone de Sophocle.

Il suit la formation de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier de 2009 à 2012. Là-bas il joue notamment dans Etat Civil d’Antonio Lobo Antunes sous la direction de Georges Lavaudant à la MC 93 Bobigny, puis sous la direction de Richard Mitou dans Les Numéros, Cabaret, montage de pièces d’Hanock Levin, au Printemps des comédiens à Montpellier ainsi qu’au Festival de Figeac.

A l'issue de l'ENSAD, il est pendant deux ans comédien et assistant à la mise en scène avec le collectif GK dirigé par Gabriela Cserhati. En mai 2014 il crée Princes, librement inspiré de L’Idiot de Dostoïevski, une création de son collectif Les bâtards dorés au Théâtre du Pavé à Toulouse, puis à Bordeaux.

En 2015 il est dirigé par Emmanuel Darley dans une lecture théâtralisée de Elles-deux d’Emmanuel Darley au Train de Vie à Paris où il interprète le rôle du garçon. La même année il démarre une tournée nationale avec Gretel et Hansel de Suzanne Lebeau sous la direction de Betty Heurtebise (Cie la Petite Fabrique). En 2016 il est diplômé d’un Master Littérature/Théâtre à La Sorbonne Nouvelle et co-dirige avec Joan Tauveron (écriture et mise en scène) et Laetitia Somé (comédienne) Bascule (s), pièce librement inspiré du Rêve d’un homme ridicule de Dostoïevski et créée au Théâtre Le Monfort sur Paris.

La saison suivante il interprète le rôle d’Etienne Jacques dans Méduse, deuxième création des Bâtards dorés, au Théâtre La Loge, Théâtre Cergy 95 ainsi qu’à la Manufacture Atlantique de Bordeaux. Le spectacle sera repris en fin d'année sur Paris à La Ferme du Buisson ainsi qu'au TU à Nantes.

Au cinéma il joue notamment sous la direction de Bruno Geslin dans Les amants diaboliques et Park de Cyril Teste.


                                                                                                                         Lucien Valle - Créateur lumière

Après s’être formé en autodidacte à la création lumière, Lucien a évolué pendant près de 5 années au sein de plusieurs théâtres et compagnies de Toulouse et sa région. Sa passion pour la création lumière lui permet d’intégrer l’ENSATT dans son cursus de Concepteur lumière dont il sort diplômé en juillet 2016.

Il mettra en lumière des spectacles comme Bérenice de Racine mis en scène par le Francis Azéma, ou encore Princes la première création du collectif les Bâtards Dorés. Un bref passage en Belgique lui permet d’éclairer du théâtre anglais, et il co-signera la conception lumière de Égaux mis en scène par Laurent Gutmann, dans le cadre de ses études. Depuis 2016 il créait la lumière des productions du festival de théâtre en plein air et de son collectif PAMPA.

En parallèle de son travail au sein du collectif les Bâtards dorés, Lucien travaille sur des projets avec plusieurs compagnies, collectifs, metteurs en scène et éclairagistes (Benjamin Porée, Matthieu Dessertine, Simon Rembado, Antoine prud’homme, les poursuivants, Groupe Apache, Kelig le Bars... ). Il intervient également en tant que scénographe (Démons m.e.s. Matthieu Dessertine). 

Donner 10 euros

Remerciements sur Facebook et à chaque reprise du spectacle

Donner 20 euros

Contrepartie précédente + remerciements live en fin de représentation

Donner 30 euros

Contreparties précédentes + photos du spectacle par email

Donner 50 euros

Contreparties précédentes + un flyer souvenir dédicacé avec petit mot perso

Donner 70 euros

Contreparties précédentes + extrait son monologue de fin

Donner 100 euros

Contreparties précédentes + une invitation valable sans limite de durée

Donner 150 euros

Contreparties précédentes + une affiche A3 dédicacée

Donner 200 euros

Contreparties précédentes + texte de la pièce

Donner 500 euros

Contreparties précédentes + une rencontre autour d'un dîner

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme Collectif Les Bâtards Dorés. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
J
Justine
03/07/2017
Q
Quentin
02/07/2017
C
Coline
01/07/2017
Signaler la page