Going Back to my roots (Film documentaire)

par Collectif MAACS

Faire un don

Going Back to my roots (Film documentaire)

par Collectif MAACS

Faire un don
Going Back to my roots (Film documentaire) - Collectif MAACS

"Going back to my roots" retrace le parcours de Nunet Nubia né en Angleterre qui a choisit le Ghana pour son retour en Afrique.




Nunet (nom égyptien), Nubia est à l’origine de la création de Benu Village. Il est situé dans la région de Brong Ahafo au Ghana. Ce village est composé de dix maisons construites par des afro-descendants de la Caraïbe et des Amériques qui ont choisi le Ghana comme terre d’accueil pour leur retour en Afrique.  Nunet née en Angleterre de parents Jamaïcains au début des années 70. Elle a effectué un retour réussi au Ghana où elle s’est installée depuis dix ans. C’est une pionnière du retour en Afrique et elle fait partie de la deuxième génération qui a décidé de s’établir au Ghana. Les premiers ont une moyenne d’âge de plus de soixante ans. Le film « Going back to my roots » propose de retracer le parcours de cette pionnière en revenant sur ces traces en Angleterre, à Atlanta qui a été le point de départ de ses voyages en Jamaïque et en Afrique et en Jamaïque où vit encore son père.


Origine du projet


 

Paris est à l’image du monde de plus en plus métissé culturellement où se côtoient des nationalités et des origines multiples. La question identitaire, la question des origines se retrouvent dans toutes les strates de la société française. En tant qu’africain de la Caraïbe, Rara se sens concerné par tout ce qui est en rapport avec le continent africain. En tant que rasta, le  retour en Afrique (rapatriement, ou ramatriement) fait partie de sa  livity (mode de vie) comme l’alya pour les juifs ou le pèlerinage à la Mecque pour les musulmans. En tant qu’être humain Noir on est souvent renvoyé vers un ailleurs et bien que français depuis plus de 500 ans cet ailleurs est géolocalisé en Afrique ou dans la Caraïbes.
Depuis plus d’un an, Rara nourris le projet de réaliser un film documentaire qui dresserait le portrait d’un afro-descendant qui a effectuer un retour réussi sur la terre de ces ancêtres, l’Afrique. Il a choisi le Ghana car c’est l’un des pays d’Afrique qui est le plus impliqué dans le retour des africains de la diaspora déportés dans les Amériques et la caraïbe durant la traite européano-judéo-chrétienne. D’après l’ONU, 200 millions de personnes se déclarent d’ascendance africaine dans les Amériques. Des millions d’autres vivent ailleurs hors de l’Afrique et sont souvent victimes de racisme et de discrimination. L’Assemblée générale de l’ONU a proclamé 2015-2024  « Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine » pour promouvoir le respect et la protection de leurs droits fondamentaux. En 2014, on a recensé plus de 3000 afro-américains qui se sont installés au Ghana. Rara avait initialement prévu de voyager en novembre 2018 mais a du reporté son voyage au mois d’avril 2019. Et cette même année fut déclarée «année du retour» par les autorités ghanéennes.

La question du retour en Afrique est présente au sein des populations  d'afros-descendants déportés  durant la traite européano-chrétienne. que ce soit dans les caraïbes les amériques ou l'océan indien. Sans un minimum de connaissance ou de référence historique il est difficile de comprendre l’intérêt du projet c'est pourquoi dans sa description nous aborderons un certains nombres de notions afin de faciliter la compréhension de la démarche.




Il apparaît nécessaire d’établir les liens entre le mouvement Rasta et ce projet de film en rappelant quelques faits historiques. Le mouvement rasta est né en Jamaïque, île possédant des liens particuliers avec le Ghana. Ainsi la majorité des jamaïcains ont des origines ghanéennes et le patois jamaïcain est très similaire avec le broken english parlé par la population ghanéenne. Le mouvement rasta repose sur deux personnalités fondamentales, sa majesté impériale Haile Sélassié I, d’où le mouvement tire son nom rasta étant le diminutif de Ras Tafari Makonen (nom de sa majesté impériale avant qu’il soit couronné empereur) et Marcus Garvey, fondateur de l’UNIA et de la black star liner. L’UNIA est une organisation politique internationale afrocentré et la black star liner la première société commerciale cotée en bourse et créée par un noir aux États Unis. La black star liner est une compagnie maritime qui relie les Amériques à l’Afrique. 


Ces deux personnages ont des liens historiques avec le Ghana. L’étoile noire du drapeau Ghanéen est une référence à la black star liner de Marcus Garvey. Et le premier président de la république ghanéenne entretenait des relations privilégiées avec l’empereur Haile Sélassié I. Ce qui leur a permis de collaborer ensemble à la création de l’OUA (organisation de l’unité africaine).



Le tournage


En avril 2019, Rara a utilisé ses fonds personnels pour acheter du matériel de tournage et organiser un voyage de 24 jours.
Il a été très difficile de préparer ce projet à partir de la France. Rara a essayé de trouver un personnage principal pour le film en utilisant les réseaux internet sans succès. Il a couru le risque de partir sur place à la recherche d’une personne qui aurait un profil intéressant et qui pourrait donner matières à tourner le film. Au bout de 10 jours, le destin lui a permis de rencontrer Nunet Nubia qui est à l’origine de la création de Benu Village. Benu village est constitué d’une dizaine de maison bâties par des afro-descendants désireux d’effectuer leur retour en Afrique. Pour se rendre à  Benu village, il faut s’éloigner de plus de 2OOkm de kumasi (capitale du royaume Asantia) en direction de Techiman puis traverser le village de Buoyem et se faire indiquer la direction de Jamaica, surnommé ainsi par les locaux. La beauté de Bennu, village voisin réside dans le fait qu’il est entouré de montagnes ou de grands rochers considérés comme sacrés par la population. Ce qui est original dans le parcours de Nunet, c’est qu’elle a décidé de s’établir a l’interieur des terres loin des grandes villes, contrairement aux premiers afro-americains qui se sont installés en bord de mer et non loin de zones traditionnellement habitées par la population.
Rara a réalisé un entretien de plus d’1h30 avec Nunet , en visionnant les rushs il est apparu évident qu’au-delà de la réalisation de son projet de rapatriement, le plus intéressant est son histoire personnelle. Il y a des circonstances dans son parcours qui l’ont amené à envisager un projet de vie ailleurs qu’en Europe, aux USA ou en Jamaïque. C’est ce parcours unique, cette quête identitaire que nous souhaitons présenter dans ce film. Pour terminer le film il nous faudra revenir sur les traces de cette femme extraordinaire, c’est pour ces raisons que nous  souhaitons filmer à Londres, Atlanta et en Jamaïque. Le départ est prévu pour la fin d’année 2019.



Le financement participatif
 
Pour financer la fin du tournage, nous organisons une campagne de financement participatif.
Nous avons recu de nombreux messages de soutien d’artistes, de créateurs et d’entrepreneurs qui souhaitaient s’impliquer dans le projet. Nous avons eu l’idée de leur proposer d’offrir des services que nous proposerons aux donnateurs en contrepartie. Nous avons établi des partenariats avec Zando qui nous offre des cours de Yoga et des soins énergétiques, Djenowa créatrice de bijoux, Dove Wakus artiste vérrière, Capilocks center qui nous offre des soins pour les locks, Flane artiste peintre qui nous offre des reproductions de ces œuvres en serie limité, Bams artiste hiphop, Guy Al MC de la scène créole et Maleika de la scène Jazz créole nous offres des CD. D’autres nous rejoindront bientôt.

A quoi servira l'argent collecté ?

L'argent récolté servira à payer les billets d'avions et l’hébergement

1 billet avion aller retour Ghana Londres = 500 €
1 billet train aller retour Paris Londres = 150 €
2 billets avion aller retour Londres Atlanta = 1000 €
2 billets avion aller retour Atlanta Jamaïque = 700 €

Hébergement et nourritures 21 jours = 2500 €

Le montant total des frais est de 4850€


Rara Difé Fonpanié le Réalisateur 




Rara est un afro-caribbéen (Martinique) qui vit à Paris. Artiste pluridisciplinaire il est surtout connu en tant que chanteur dans la scène reggae underground  francophone. A ce jour, il a produit un 45 tour sorti sur son propre label (ZIYANM Production) ainsi que 8 CD (7000 exemplaires) dont le dernier, l'EP Mash (  CD préssé à 1300 exemplaires) vendu  et distribué à la Fnac et qui reste disponible sur toutes les plateformes de téléchargement légale.


Donner 10 euros

soutien au projet

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard SEPA PCI-DSS
Signaler la page