Pour la santé et l'accès aux soins des exilés

par Comede

Cette collecte est terminée.

Pour la santé et l'accès aux soins des exilés

par Comede

Cette collecte est terminée.

Depuis sa création en 1979, le Comede travaille à la promotion de la santé des exilés. En 30 ans,
l’accueil et la prise en charge médico-psychosociale de 95 000 patients de 140 nationalités ont
fait du Comede un poste d’observation unique de la santé des exilés en France. Les activités
d’accueil, soins et soutien (Centre de santé et Espace Santé Droit), et de recherche, information
et formation (Centre-ressources du Comede) sont indissociables pour répondre aux objectifs de
l’association.
Lorsqu’ils fondent le Comede, les intervenants d’Amnesty International, de la Cimade et du Groupe accueil solidarité sont avant tout préoccupés par les conséquences traumatiques de l’exil et de la torture, ainsi que, déjà, par les difficultés d’accès aux soins des exilés pendant la longue période d’examen de leur demande d’asile. Les premières années, le travail de deuil et de reconstruction peut s’appuyer sur les perspectives d’une vie nouvelle offerte par
l’application effective de la Convention de Genève.
Avec 20 770 cartes de réfugiés délivrées en 1980, l’Ofpra atteint à l’époque un nombre record qui ne sera plus égalé jusqu’à nos jours, alors même que le nombre d’exilés dans le monde ne cesse de croître.
Depuis 30 ans, dans un contexte économique difficile, la crise de l’hospitalité à l’égard des exilés a entraîné une succession de réforme du droit d’asile et du droit au séjour des étrangers conduisant à précariser toujours davantage leur statut administratif en France.
Les demandeurs d’asile basculent dans la plus grande précarité en 1991, lors de la suppression de
l’autorisation de travail par une circulaire gouvernementale. Depuis lors, les effets psychosociaux
délétères de l’exclusion se conjuguent à ceux de l’exil et des persécutions. Face à l’exclusion des
soins, le Comede a d’abord accru ses activités d’accueil et de soins gratuits : l’écoute, les soins
médicaux, infirmiers, psychologiques et sociaux, permettent de soulager les maux des exilés dans les périodes les plus difficiles. Avec la réforme de l’aide médicale de 1992, le Comede a développé des activités d’expertise et d’intervention en matière d’accès aux soins et à la protection maladie, pour favoriser la continuité des soins et le libre choix deson médecin par le malade. Mais l’exclusion des soins a continué de sévir parmi les déboutés et sans-papiers, exclus de la sécurité sociale en 1993, de la couverture maladie « universelle » en 1999, et enfin, pour certaines périodes, de l’Aide médicale Etat résiduelle en 2003, année où le droit au séjour pour raison médicale est entré à son tour en crise.
Multiplication des obstacles pour l’accès à la procédure, restrictions d’application du droit : à l’instar du droit d’asile, la protection juridique des « étrangers malades » nécessite de plus en plus souvent le recours aux juridictions d’appel, en premier lieu les tribunaux administratifs.
Dans la course d’obstacles que constitue pour de nombreux exilés le « parcours d’intégration », la découverte tardive de la maladie peut constituer un handicap fatal. La maladie chronique représente un nouveau traumatisme, surtout lorsqu’il peut s’agir d’une conséquence des violences subies au pays. Ces multiples facteurs de vulnérabilité des exilés, associés à une grande diversité d’origine et de langue, doivent être pris en compte dans la prise en charge médicale, psychologique, sociale ou juridique proposée par les intervenants sollicités. Dans ce contexte, les activités de Centre-ressources du Comede sont en progression constante.
Les succès de diffusion du Guide Comede et du Livret de santé bilingue, édités en partenariat avec la Direction générale de la santé et l’Inpes, témoigne de l’attente et de la mobilisation des acteurs de la santé en faveur des exilés.
 

Donner 10 euros

Pour l'ensemble de nos activités d'accueil, soin et soutien auprès des personnes en situation d'exil ; et d'information, formation et recherche auprès des professionnels

Donner 25 euros

Pour l'ensemble de nos activités d'accueil, soin et soutien auprès des personnes en situation d'exil ; et d'information, formation et recherche auprès des professionnels

Donner 50 euros

Pour l'ensemble de nos activités d'accueil, soin et soutien auprès des personnes en situation d'exil ; et d'information, formation et recherche auprès des professionnels

Donner 100 euros

Pour l'ensemble de nos activités d'accueil, soin et soutien auprès des personnes en situation d'exil ; et d'information, formation et recherche auprès des professionnels

Comede

Le Comede travaille à la promotion de la santé des exilés en France dans ses

Anonyme
30/01/2012
Anonyme
11/01/2012
Anonyme
31/12/2011