La billetterie en ligne est fermée ! Pour plus d'informations, rapprochez-vous de l'association organisatrice.

Voir la page

Les Nuits de Marcolès

par Comité d'Animations Culturelles de Marcolès

Du 18 juillet 2018 à 21:00 au 21 juillet 2018 à 23:30

Spectacle déambulatoire à la nuit tombée faisant la part belle aux contes.

L e L’ambition de Kamel Guennoun : créer des passerelles entre Marcolès et la Kabylie ! Le conteur invité des Nuits, déjà entendu aux Rapatonadas, va s’y employer, à travers notamment la musique, ou encore le récit et le chant. Avant de rencontrer son public marcolésien, le franco-kabyle a déjà pu noter des similitudes entre les deux cultures : “Dans les montagnes algériennes aussi on travaille la terre, il y a de l’élevage. On sent aussi tout de suite ici une philosophie de l’accueil, une fierté de montrer son village, et il y a de quoi ! Chez nous aussi, l’accueil est primordial. L’étranger doit toujours être bien reçu.”  Au mois d’avril, le conteur, qui exerce depuis plus de 30 ans, est venu s’imprégner des lieux, et ce qui ressort, “c’est l’enthousiasme, le dieu intérieur en grec. J’avais déjà entendu parler des Nuits, David Tormena, Olivier de Robert, ce sont des amis qui m’ont prévenu : c’est du boulot ! Il faut gérer l’espace, le temps,... Mais humainement, c’est extraordinaire, c’est à vivre au moins une fois. 
C’est une aventure pour nous mais pour eux aussi. Il y a un noyau dur qui gère ça parfaitement, toujours en quête d’une aventure”. Eux, ce sont les bénévoles du comité d’animation culturelle qui, chaque année, se retroussent les manches pour faire de ces Nuits un moment hors du temps, une parenthèse au début de l’été. 

“Ce n’est pas juste une soirée cet événement. Il faut embarquer le patrimoine, le village lui-même, et l’humain. Ça me plaît bien”, poursuit Kamel Guennoun. Un défi qu’il relèvera aux côtés de Raphaël Ben Youcef, joueur de oud (luth orientale), qui mariera ses airs à ceux du Cantal au cours d’un bal. “Les spectateurs seront accueillis tout de suite en musique et en poésie. Nous allons prendre le temps de faire connaissance. On va danser, histoire de s’unir dans la danse, même si c’est éphémère, promet le conteur. Rien de tel pour se sourire, se donner la main.” Aïni proposera elle son chant pour donner “de la résonance” à cette rencontre qui dépasse le simple fait culturel : “Nous devons affirmer nos différences pour mieux se rencontrer et trouver ce qui nous rassemble. L’actualité n’est pas facile en ce moment par rapport à l’étranger. Alors soit on décide de se renfermer soit on essaye de comprendre l’autre.” Kamel Guennoun a lui déjà choisi.

Marcolès

Le Bourg
15220 Marcolès
France

Anonyme

13/07/2018
Signaler la page