Cotisation pour la CCDH

par COMMISSION DES CITOYENS POUR LES DROITS DE L'HOMME

Adhésion valable du 12/11/2019 au 12/11/2020

Choix de l'adhésion

Adhérents

Coordonnées

Récapitulatif

Membre

1er statut d'adhésion à l'association

20,00 €

Membre sympathisant

50,00 €

Membre supporter

100,00 €

Membre protecteur

150,00 €

Membre annuel

350,00 €

Membre annuel (350 €)

30,00 € par mois

Membre philanthrope

500,00 €

Membre philanthrope

45,00 € par mois

Membre de mérite

750,00 €

Membre de mérite

65,00 € par mois

Membre fondateur

1000,00 €

Membre fondateur

85,00 € par mois

Souhaitez-vous ajouter un don à COMMISSION DES CITOYENS POUR LES DROITS DE L'HOMME en plus de votre adhésion ?

Montant à payer pour la durée de l'adhésion :
0 €

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’association COMMISSION DES CITOYENS POUR LES DROITS DE L'HOMME. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Cotisation pour la CCDH - COMMISSION DES CITOYENS POUR LES DROITS DE L'HOMME

Cotisation pour la CCDH

 

La CCDH est la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme


CCDH est une association Loi 1901 à but non lucratif qui se consacre exclusivement à l’éradication des abus dans le domaine de la santé mentale et à la protection des patients et même du grand public, car la tendance actuelle est de faire de chacun de nous un futur patient. Ses principes directeurs sont exprimés dans la Déclaration des droits de l'homme pour la santé mentale.
 
Pour atteindre ses objectifs, CCDH conduit des investigations et révèle les atteintes aux droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie. Il peut s'agir d'internements abusifs ou de maltraitance en milieu hospitalier, et même en dehors de toute hospitalisation. En effet, comme évoqué précédemment, les traitements à base de psychotropes touchent une partie de plus en plus large de la population. Les effets secondaires liés à ces médicaments psychotropes sont à l'origine de drames que CCDH recense et fait connaître le plus largement possible, ceci afin de mettre en garde la population contre les risques liés à ces traitements.

Le public n'est pas en général suffisamment informé des risques liés à la prise de médicaments psychotropes, il s'en remet en toute confiance à son médecin. Il ne connaît pas forcément  les enjeux financiers considérables conduisant à privilégier ce type de traitement plutôt que des solutions alternatives moins risquées. Souvent on ne lui laisse pas le choix. CCDH met donc en lumière:
 
  • les conflits d'intérêt entre experts et industrie pharmaceutique, les facturations abusives
  • le non-respect de la législation censée protéger les patients contre l'internement abusif
  • les fausses bases scientifiques des diagnostics et des traitements correspondants
  • les conséquences souvent désastreuses de la prise de psychotropes pour le patient ou son entourage
  • la mise en danger de nos enfants diagnostiqués malades mentaux dès leur plus jeune âge

En tant qu’organisme à but non lucratif, CCDH est en mesure de poursuivre ses campagnes de sensibilisation par le biais de dons publics.

Voici un bref compte rendu des actions réalisés par la CCDH en 2017 :

1)      Information du grand public sur les violations des droits de l’homme en psychiatrie

  •  94 292 fliers et journaux CCDH « Le Déchaîné » distribués au grand public pour sensibiliser sur les abus psychiatriques,
  • 2 433 diffusions d’interview CCDH sur les ondes radios,
  • 1 raid à vélo contre les abus psychiatriques : plus de 500 kms parcourus en 6 jours, 10 manifestations contre des hôpitaux psychiatriques et des dizaines de médias obtenus.

2)      Information des pouvoirs publics et autorités sur les abus en psychiatrie (suite aux témoignages reçus de victimes ou de famille de victimes internées abusivement)

  • 32 rencontres avec des personnalités politiques ou acteurs en santé,
  • 2 202 lettres d’alerte envoyées aux autorités afin de les inciter à faire cesser les abus commis,
  • 17 questions écrites de parlementaires dénonçant les abus psychiatriques.


3)      Aide des citoyens victimes d’abus

  • 244 victimes d’abus psychiatriques aidées, conseillées juridiquement et éventuellement dirigées vers des avocats compétents

Les actions de la CCDH sont financées grâce aux cotisations de ses membres. Elles sont donc une ressource importante pour notre association et nous comptons sur votre soutien.

Vous pouvez également soutenir autrement que financièrement l'association en signant notre pétition contre le dépistage et la mise sous camisole chimique des enfants : https://www.ccdh.fr/petition/

Une question ?
Contactez l'association :

Email

Téléphone Afficher le numéro

Signaler la page