La collecte est terminée ! Pour plus d’informations, rapprochez-vous de l’association organisatrice Voir la page

Présentation du projet

L’aventure théâtrale, LEROS – un Exil Insulaire chez les Damnés, est une tentative de témoignage poétique et politique, née de la rencontre de l'artiste-chercheuse Miléna Kartowski-Aïach, avec les réfugiés yezidis irakiens, les habitants et travailleurs d’ONGs sur l’île grecque de Leros en août-septembre 2016 et Février 2017. C’est un oratorio multilingue et polyphonique, qui s’appuie sur les témoignages des acteurs, l’enquête de terrain, un film documentaire tourné sur l'île et dépeint le basculement de la vie à Leros depuis l’arrivée de milliers de réfugiés venus du Moyen-Orient et d’Afrique à partir de l’été 2015. Le spectacle remonte aussi dans les strates historiques douloureuses de cette petite île de pêcheurs.

Cette création est la chance de pouvoir explorer au plus profond et au plus sensible comment tout un écosystème insulaire, déjà gravement touché par la crise économique et son passé, a fait courageusement face à un tel afflux migratoire, s’est transformé, mais a aussi basculé dans la peur et même le fascisme. L’île de Leros constitue un microcosme tragique et dense, de ce qu’est la tragédie des réfugiés en Méditerranée et en Europe, et son écho bouscule nos certitudes et frontières intimes.

Après un premier compagnonnage au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis en Novembre 2017 et la présentation d'un chantier publique de création, l'aventure Leros s'est poursuivie à travers des conférences (EHESS, Musée du Quai Branly, École des beaux-arts de Montréal), l'écriture d'articles dans des revues internationales (Chimères, Remix, LVS)  un chapitre d'ouvrage (Les racines de la création), une lecture mise en espace de l'oratorio de la pièce lors du festival d'Avignon 2018 (Chapelle du Verbe Incarné - les écrans du Tout-Monde) et une performance solo de Miléna Kartowski-Aïach lors du festival documentaire de Lussas 2018. Par ailleurs Miléna vient d'être lauréate, avec la création Leros, du concours Déclics Jeunes 2018 de la Fondation de France.

Après une semaine de résidence à Gare au Théâtre pour une nouvelle étape de création orientée vers l'histoire de la psychiatrie à Leros, le génocide yezidi et la possibilité d'un procès international, l'équipe présentera un nouveau chantier de création public, au Théâtre du Soleil le 20 Septembre 2018, date exceptionnelle et cruciale pour l'avenir de la création. Dans cette nouvelle étape, Delo Alhamad, jeune yezidi irakien, infirmier et militant, réfugié en France, rejoint l'équipe. C'est un tournant fondamental qui va transformer le processus de création.L'équipe n'est toujours pas conventionnée ni subventionnée et votre soutien va nous permettre de pouvoir mener au mieux ce nouveau temps de recherche-création, encore plus profond, poétique et engagé.  

Vidéo de Leros :



Origine du projet

LEROS - un Exil Insulaire chez les Damnés De l’anthropologie au théâtre

Témoigner

La création, Leros – un Exil Insulaire chez les Damnés, s’inscrit dans un théâtre anthropologique qui se base tant sur l’enquête ethnographique que sur la parole des témoins. C’est un théâtre des minorités, des oubliés, des sacrifiés. Un projet qui veut donner la parole à ceux qui en sont privés et témoigner d’une réalité qui touche toute l’Europe et la fait durablement vaciller. Un théâtre laboratoire de l’urgence qui se propose de rendre sensible, de donner à voir et peut-être de susciter une résistance citoyenne face à l’inacceptable.

L’enquête ethnographique

La pièce se base sur le matériel récolté sur l’île : interviews, analyses, etc. ; mais aussi d des séquences du film documentaire tourné en février 2017 avec les jeunes filles yezidis irakiennes réfugiées. Des documents d’archives sur l’histoire tragique de l’île, des objets recueillis in situ, des photographies, des textes juridiques sur le statut de réfugié politique en Europe et des articles de journaux sont convoqués tout au long du processus de recherche-création. L’oratorio en dix chants écrit par Miléna Kartowski-Aïach suite à son terrain sur l’île est le texte poétique central de la création, auquel se joignent des chants yezidis et grecs. 

Création laboratoire et anthropologique

L’équipe artistique mène un travail organique et collectif où l’exploration des mémoires et des trajectoires personnelles est le fer de lance. À travers un training créé sur les bases du théâtre physique (issu de Grotowski, de l’Odin Teatret, du théâtre du mouvement) mais aussi de l’enquête ethnographique, les acteurs acquièrent des outils solides afin de devenir des chercheurs autonomes et des créateurs sur le plateau. En amont du travail sur scène, chaque comédien poursuit un chantier de recherche en lien avec son histoire personnelle et en écho à son travail artistique. Ces enquêtes leur permettent de créer tout un réseau d’interactions avec des réfugiés, des bénévoles et des chercheurs, mais aussi de devenir à leur tour des témoins-passeurs. Face aux portes de l’OPFRA, à la communauté yezidi ou aux patients en psychiatrie, les comédiens s’interrogent sur leur légitimité, leurs devoirs d’artistes-citoyens et les champs possibles d’action. Puis vient la question de la restitution poétique de l’enquête qui nourrit tout le travail dramaturgique mais aussi l’émergence organique du jeu lors du travail au plateau.

Nous travaillons le chœur et le coryphée vocalement et physiquement, en suivant les codes du théâtre grec mais aussi de l’oratorio et de l’improvisation vocale, toujours en partant du souffle choral. Le multilinguisme (à l’instar de Leros) est à la base de notre exploration et donne lieu à des improvisations vocales multiples. La voix-témoignage, la voix-chorale, la voix fragmentaire, la voix-monde, la voix/e vers/de l’autre. De la parole au chant, du souffle au cri, nous tentons de délier, de révéler et d’entremêler les récits et les odyssées de chacun, et de transformer le vacarme en chœur vibrant. Les chants traditionnels yezidis irakiens et grecs appris à Leros sont travaillés en profondeur et deviennent essentiels à la traversée de la pièce. Comment traduire, comment interpréter, comment se comprendre et se faire comprendre ? Comment témoigner et porter sa voix lorsque la langue nous échappe et que nous sommes au cœur de la crise ? Avons-nous un langage commun ? Comment retraverser poétiquement et théâtralement tout ce qui s’est joué à Leros ? Comment faire corps tout en portant sa tragédie personnelle ? Quel Leros portons-nous ?


A quoi servira l'argent collecté ?

Votre contribution est absolument cruciale afin de mener cette nouvelle étape de recherche-création qui aboutira sur la présentation d'un chantier au mythique Théâtre du Soleil et nous l'espérons permettra à Leros de prendre son envol!
L'argent collecté nous permettra de financer la venue durant deux semaines à Paris de Delo Alhamad, yezidi irakien réfugié en France et futur acteur-témoin dans la création LEROS. Il nous permettra également de financer l'achat du matériel scénographique, la location du matériel de projection vidéo, ainsi que de défrayer l'équipe artistique (dont certains habitent en province) qui travaille bénévolement et avec passion sur le projet depuis près d'un an et demi.

Notre équipe

Conception, Mise en scène et Texte
  • Miléna Kartowski-Aïach

Avec

  • Çiya Alhamad, Juliette Kempf, Charlène Lecoq et Yaël Tama

Scénographie
  • Carolina E. Santo

Vidéo et Régie générale
  • Celidja Pornon





1 240 € collectés
Objectif : 2 000 € Contribuer au projet
19 contributeurs

Partager la collecte

Soutenir Leros au Théâtre du Soleil - Nouvelle étape de Création

par Compagnie les Haïm

Financé à 62% - 1 240€ / 2 000€
Contribuer au projet

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

VISA MasterCard Carte Bleue PCI-DSS