Cette campagne est terminée, rendez-vous sur la page de Compagnie Poussière pour découvrir les projets en cours.

Voir la page

Papa doit manger et il a très faim

par Compagnie Poussière

Papa doit manger et il a très faim - Compagnie Poussière

Nous avons besoin de vous pour nous envoler à Avignon !

Notre spectacle : Papa doit manger de Marie NDiaye


Nous sommes à deux doigts de concrétiser notre rêve : jouer notre premier spectacle au festival d'AVIGNON ! Notre premier spectacle, et pas des moindres, puisque nous allons jouer la pièce Papa doit Manger de Marie NDiaye. Pour vous donner envie de nous soutenir (et de venir nous voir), voici un synopsis de cette pièce :

Que vous arriverait-il si un événement inattendu frappait à votre porte ? Qui n’a jamais été confronté aux erreurs du passé ? Nous nous immisçons en plein cœur d’un microcosme familial en destruction dans une société où il est ordinaire que le chacun pour soi prenne le pas sur le partage ; un père dont la peau noire comme l’ébène réapparaît dix ans après, une femme victime de sa passion insensée et deux filles qui n’en sont que les témoins muets et sacrifiés. Ce huis-clos symbolise une époque à bout de souffle et désabusée par la difficulté à concrétiser ses envies. Ce sont des personnages clownesques, parfois grotesques, trop caricaturaux pour pouvoir être réels et pourtant l’agencement de ceux-ci entre eux présente une ambivalence déroutante, inquiétante. Les mots sont crus, secs, sincères et pourtant ils ne suffisent pas à exprimer toute leur colère. Ce quartier minable est en réalité une usine à rêves où chacun tente d’y imprimer le sien et où les héros découvrent avec rancœur que tous les paradis sont incomplets : « C’est plutôt l’envol qui les menace : une perte de contact avec la réalité. Ils ont envie de réussir à ce que leur vie se déroule au mieux sur terre, ils souffrent d’un désancrage avec la réalité plutôt que du contraire. » (M. NDiaye).

Maman dans les bras de Papa

Pourquoi Papa doit manger ? Pourquoi Marie NDiaye ?

Après 10 ans d’absence, un père revient reprendre sa place au sein de sa famille. Presque magiques, rituels, sacrés, les liens familiaux creusent le terreau de notre devenir, de notre spécificité. Nos choix sont dictés consciemment ou non par cet entrelacement de souvenirs.

Tous les héros de Marie NDiaye rêvent, décrochent de l’instant présent, se réfugient dans cet ailleurs qui ne coïncide jamais avec leur réalité. L’angoisse de ne jamais y accéder les poursuit et pourtant ils continuent de crier leurs espoirs aux autres. La parole devient plus un lieu de conflits, d’errance que de résolution et d’unité. C’est l’histoire de la quête insatiable d’une famille « qui nous ressemble » qui est à la fois introuvable et trop présente. La seconde thématique est celle de la haine, celle qui découle du rejet : le père s’obstine indéfiniment à vouloir prouver quelque chose, à crier qu’il mérite de vivre au détriment de ceux qui l’aiment. La femme, réceptacle de son dégoût de lui-même, ne suffit pas à désinfecter la plaie. Il est sans cesse dans l’excès, la démesure, l’attente d’une reconnaissance qui ne vient pas. C’est l’échange qui rend habitable un espace scénique à la limite du supportable où la violence se déguise sous les mots. La vérité est toujours en deçà ou au-delà du langage. Incompris par leurs familles, les parents sont des rêveurs maladifs qui ont dû mal à accepter une existence vouée à la futilité ou à la mythomanie. Le désir joue ici le rôle de catalyseur ; il procure une énergie neuve, donne la sensation de vivre mais les deux protagonistes s’y investissent dans des directions différentes. L’égoïsme du père contraste avec la générosité aveugle et presque pathétique de la mère. Les personnages sont emmurés dans leur monde intérieur sans pouvoir jamais le communiquer à quiconque. Cette contradiction constante appelle le spectateur à entrer à l’intérieur d’une conscience.


Papa dans la chambre de sa maîtresse : Anna.

Pourquoi avons-nous besoin de vous ?

L'argent collecté nous sert à rembourser les frais de notre participation au festival d'AVIGNON OFF. C'est à dire... rembourser les droits d'auteurs, l'inscription au festival, les frais de communications, et le paiement de la salle.

Ami et Mina jouent à la poupée.

Notre équipe

Notre compagnie s’inscrit dans un registre théâtral réaliste. Nous ne tentons pas de sur-articuler ce qui rendrait un jeu surfait. La simplicité est notre credo : surprendre, émouvoir et déstabiliser. Nous attirons un public pas nécessairement adepte du théâtre. Les néophytes comme les habitués se retrouvent dans le jeu des comédiens. L’auditoire ainsi que les acteurs prennent du plaisir dans le moment présent. L’émotion, l’intention peuvent être différents d’une représentation à une autre selon l’effet que procurera l’action sur l’ensemble des spectateurs. Une atmosphère unique se créée, s’installe, empare et désarme tout un chacun. Mais ce réalisme n’est pas dénué d’une certaine mise à distance ; le grotesque et le burlesque donnent une épaisseur aux personnages. Ils en deviennent curieux, insaisissables, profondément humains. 

Mise en scène et scénographie : Lucie Dusapin

Acteurs : Rémy Chabrolle, Linda Demessong, Hawa Diakité, Nawel Firmino, Kevin Pancrel, Clara Vidal.

L'équipe des comédiens salue à la fin de leur première représentation.

Donner 5 euros

L'apéro dînatoire

Notre reconnaissance éternelle !

Donner 10 euros

Le bon gros tacos au poulet

L'affiche du spectacle signée par l'équipe et notre reconnaissance éternelle !

Donner 20 euros

Le resto en tête à tête avec Maman

Une carte postale d'une photo choisie du spectacle ; l'affiche du spectacle signée par l'équipe et notre reconnaissance éternelle !

Donner 50 euros

L'entrée, plat, dessert au Fouquet's

Une captation du spectacle ; des pâtes de fruits ; une carte postale d'une photo choisie du spectacle ; l'affiche du spectacle signée par l'équipe et notre reconnaissance éternelle !

Donner 100 euros

Le buffet du mariage de Papa et Maman

Des vidéos et photographies des répétitions ; le tee-shirt original ensanglanté du Papa ; une captation du spectacle ; des pâtes de fruits ; une carte postale d'une photo choisie du spectacle ; l'affiche du spectacle signée par l'équipe et notre reconnaissance éternelle !

Donner 35 euros

Une choucroute à l'hôtel Nikko en famille

Des pâtes de fruits ; une carte postale d'une photo choisie du spectacle ; l'affiche du spectacle signée par l'équipe et notre reconnaissance éternelle !

Donner 75 euros

Le déjeuner de l'enterrement de Zelner

Le tee-shirt original ensanglanté du Papa ; une captation du spectacle ; des pâtes de fruits ; une carte postale d'une photo choisie du spectacle ; l'affiche du spectacle signée par l'équipe et notre reconnaissance éternelle !

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme Compagnie Poussière. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
A
Alexia
30/07/2017
👏
J
Joy
29/07/2017
N
Nayan
27/07/2017
Bon vent en poupe pour le spectacle ! Donnez le meilleur :))
Signaler la page