OSFOUR - Mirage à Terre (Part 2)

par Compagnie Vie Rage

Cette collecte est terminée.

OSFOUR - Mirage à Terre (Part 2)

par Compagnie Vie Rage

Cette collecte est terminée.

La tournée en Algérie nous regarde la bouche grande ouverte !


Ici, le lien youtube de notre première vidéo (teaser)

https://www.youtube.com/watch?v=uJpvdRpWgmw



OSFOUR, Mirage à Terre est une création intégrale : les chorégraphies, les textes et les compositions ont été entièrement élaborés par l'équipe, s'appuyant sur de nombreux témoignages et histoires de vie. Nous sommes partis d'un terrain vague-sans-vague-à-l'âme, quelques mois auparavant. Dans le but de questionner, rendre multiple une situation bien souvent représentée binaire dans nos sphères médiatiques. Rétablir la sensibilité et la visibilité de ces oubliés de l'avant, et du maintenant.

Ce spectacle cherche, tâtonne et s'évade dans un imaginaire tantôt cynique, tantôt fantasmagorique, tantôt burlesque, avec l'espoir perpétuellement en ligne de mire.


Nous revenons à la charge en cette demie fin d'année 2016, sur une nouvelle plateforme de financement participatif... 

Après un soutien sans faille pour notre dernière collecte de juin dernier, nous faisons à nouveau appel à nos super-mega-giga-top moumoute- complices (et ceux qui vont rentrer dans le cercle!) pour nous préparer comme il se doit à la tournée en Algérie (participation au festival International de théâtre de Béjaïa de fin octobre à début novembre - El Kseur, Smaoun, Amizour,Chemini, Akfadou, Semaoune... ) qui nous attend fin octobre. 


Alors que la dernière collecte avait pour but d'agrandir la famille, celle-ci est plutôt pour nous aider à défrayer les Visas et autres billets de voyage... Pour ne pas revenir asséchés et pouvoir continuer à vous émoustiller dès notre retour.


Pour celles et ceux qui ne nous connaissent pas encore...


Samy H. et Kevin G.  (respectivement technicien lumière et technicien son & plateau) ,sont les derniers de la bande. Ils ont débarqué de ci, de là, de pays enchanteresques et de plateaux beautéiformes. Comme une paire de cerises sur notre grand chapeau. La bulle d'oxygène qui était nécessaire pour fixer les fondations du spectacle. 


Naba A. (à la dramaturgie et l'aide à l'écriture) est Palestinien. Réfugié. Il est le porte-parole à encre et à plumes d'une situation rendue muette. Il nous livre sa vie, son présent surtout. Il conte des histoires qu'il a vécues dans sa chair, nous
confiant la vertigineuse mission de trouver les brèches scéniques pour les faire résonner autrement que dans les têtes de ceux qui les vivent. Autrement que dans la sienne en somme. Alors Manon, Julie, Aurélie écoutent, et écrivent, retranscrivent, adaptent et jouent. Sous son oeil attentif, pour être sûr de rester toujours justes.

 

Manon F. (au jeu, à la mise en scène et à l'écriture) a vécu dix mois dans les camps pour y monter des ateliers théâtre, aux côtés de Naba et des autres. Réfugiés. Elle a partagé leur quotidien. Des histoires, elle en a entendues là-bas aussi, et puis elle en a vécues. Différemment. Parce qu'elle venait d'ailleurs. Parce qu'elle y est revenue. Alors elle est devenue une chercheuse de brèches, une tamiseuse d'or blanc, d'or vert, d'or rouge, d'or noir et d'art.

 

Julie H. (au jeu, la mise en scène et l'écriture) est l'amie. Celle qui décale et trouve les respirations. Transforme les suffocations en symboles. Elle danse, danse, danse à mille temps comme dirait l'autre. Elle, elle n'a pas vu. Alors elle écoute d'autant plus. Elle imagine. A petits pas prudents pour ne pas trahir, mais à bulle de géant pour déchirer le voile vers la scène.

 

Aurélie B. (au chant : composition, paroles, interprétation) a le coeur entre deux continents. Les pieds pourtant bien ancrés en France, elle écoute sa petite soeur revenir des camps, elle éponge les trop-pleins de plomb dans l'aile d'un amoureux réfugié. C'est un peu la Palestine qui est venue la chercher finalement. Alors pour ne pas crier, elle chante. Elle chante la vie là-bas, ce qu'elle a aperçu bien sûr, ce qu'elle en reçoit surtout, ce qu'on lui confie à bas-mot, à trois larmes fugitives au coin d'une tartine de zaatar.






Donner 20 euros

Un grand merci (message personnalisé)

Donner 50 euros

contrepartie précédente + une affiche du spectacle dédicacée par l'équipe

Donner 100 euros

Contreparties précédentes + des photos (5) de la tournée

Donner 200 euros

Contreparties précédentes + le texte de la pièce dédicacé par l'équipe

Lancer ma collecte !
Association Compagnie Vie Rage

Compagnie Vie Rage

De l'art vivant à l'art d'être vivants

Anonyme
19/10/2016
Anonyme
16/10/2016
Hélène Cusson
16/10/2016
Pleins de belles aventures humaines et artistiques à vous les copains !!