COMPETENCES EN CROISSANCE

Éducation et formation

S'ENGAGER POUR FAVORISER L’ÉMERGENCE DES TALENTS

Nos actions en cours

Qui sommes-nous ?


 1.1 Qui sommes-nous ?

Situations et réalités locales à La Plaine

Plusieurs salariés d’entreprises variées et des retraités actifs sur le quartier de La Plaine à Saint-Denis, ont contribué à aider des étudiants à trouver des stages notamment dans leurs entreprises, à rechercher des financements pour leurs projets ou pour leurs études.

Besoin de soutien et de financement pour des étudiants

Ces salariés qui aident d’autres personnes plus jeunes, ont constaté un besoin d’une part de soutiens dans les entreprise et d’autre part de financements complémentaires aux bourses d’État pour de nombreux étudiants boursiers.

Contrat associatif

Après avoir réalisé une « étude de marché » pour situer les réponses actuelles existantes et les besoins, ils se sont associés en une association pour formaliser un peu plus leurs services, leurs méthodes pour aider les étudiants de Plaine Commune, apparemment moins bien lotis que d’autres.

L’association a été créée avec Joseph Bouchez, comme président. Retraité de l’enseignement supérieur en grande école d’ingénieurs (Télécom Lille), il a l’expérience d’une trentaine d’années d’encadrement d’étudiant stagiaires et de résolution de problème de difficultés de ressources pour des étudiants (création d’une association AIDENTIC à Villeneuve d’Ascq (59), financée par le Fonds Social Européen dès sa création en 2005).

1.2 Quel est notre rôle ?

Soutenir les étudiants dans leur cursus

En plus de la collecte de fonds pour les distribuer en bourses complémentaires pour des études de cursus d’excellence dans l’enseignement supérieur, le but de l’association est de procurer un soutien périodique à ces étudiants soutenus par une aide financière, notamment par une rencontre au moins trimestrielle avec un salarié d’entreprise pour faire le point des difficultés rencontrées et des satisfactions éprouvées.

Inciter à l’engagement, dès la durée des études

L’association tient à promouvoir une réciprocité de service et d’entraide entre le bénéficiaire de la bourse et son milieu environnant. Un engagement de service ou associatif est demandé à chaque bénéficiaire, dès la durée de ses études et sans attendre qu’il soit « diplômé et riche » !

Sensibiliser aux réalités vécues par les étudiants

Les salariés se font souvent une idée des étudiants à partir des études qu’ils ont vécues eux-mêmes, il y a dix, vingt ou trente ans.

Mais les conditions de vie et d’aide aux étudiants ont beaucoup évolué pendant de telles périodes. De plus, les conditions de chômage et d’entrée dans l’emploi ont aussi beaucoup évolué. Enfin, le nombre de chômeurs a aussi progressé.

L’association aide ses membres à nommer ces réalités vécues par les personnes de Plaine commune et elle les aide à exprimer ces réalités auprès des personnes rencontrées par ces membres de l’association.

Soutenir la recherche à l’aide à la formulation des compétences professionnelles

Les étudiants ont souvent de la difficulté à nommer leurs compétences pour entrer dans le monde professionnel, même s’ils ont quelques cours sur le sujet. Trop souvent, ces cours concernent la formulation de capacités acquises en cours et non l’illustration de compétences nommées par les employeurs dans leur offre d’emploi, à partir de leur expérience d’étudiant. Ainsi, dans des offres d’emploi pour débutants, des employeurs nomment des compétences attendues : curiosité, sens du service, résistance à la frustration, créativité, capacité à travailler en équipe. Peu d’étudiants savent choisir et nommer des faits vécus pour illustrer l’une ou l’autre de ces compétences et ainsi rassurer leur employeur potentiel par une description probante.

La collecte de telles descriptions probantes pour les mettre dans un stock de paragraphes descriptifs de compétences est aussi une des tâches de l’association.

Pour un réemploi de tels paragraphes, l’association tient à développer, en lien avec une grande école parisienne d’ingénieurs, des travaux de traitement automatique du langage et d’intelligence artificielle pour améliorer ce service aux étudiants et à d’autres salariés.

Pour des travailleurs handicapés (dont le taux de chômage est le double de celui des autres salariés), une telle aide gratuite en ligne à la description des compétences est indispensable pour aider ces personnes à reprendre confiance et à avoir plus d’opportunités d’emplois.

Pour information, l’entreprise de travail temporaire RANDSTAD (dont le siège français est à Saint-Denis 93), paie chaque année, depuis 2018, une chaire d’enseignement de de recherche à l’école Centrale-Supelec en Intelligence artificielle pour faciliter la recherche de formulation de compétences professionnelles.

1.3 Quel est notre domaine d’interventions ?

Notre domaine d’intervention est donc le soutien à l’enseignement, par l’aide financière, morale et stratégique aux personnes qui apprennent ou qui recherchent un stage ou un emploi.

L’activité de l’association, association déclarée, est d’ailleurs codifiée dans le répertoire SIRENE par le code 8560Z : « Activités de soutien à l’enseignement ».

 1.4 Qui est concerné par le projet ?

Plusieurs personnes et parties prenantes sont concernées par le projet :

Bacheliers

Les candidats au baccalauréat sont informés pour devenir allocataires de bourses complémentaires pour réaliser leurs études.

Enseignants de lycée

Les enseignants de lycées sont concernés comme supports d’information pour les lycéen,s et pour participer à des jury de sélection pour l’attribution des bourses.

Enseignants du supérieur


enseignants

Les enseignants d’établissements où les boursiers étudient sont concernés aussi pour avoir un écho en retour des difficultés d’adaptation, des difficultés habituelles que les étudiants ont à dépasser, particulièrement ceux qui proviennent de milieux sociaux avec moins de relations dans les milieux de l’entreprise privée ou publique.


Missions locales et maisons de l’emploi

Les Missions locales et les Maisons de l’emploi créées par des villes et par celles de Plaine commune, ont des informations de première main sur les cursus des jeunes bacheliers et sur les difficultés qu’ils rencontrent pour trouver des financements

Entreprises

Les entreprises interviennent à plusieurs titres possibles.

Les salariés, tuteurs

Certains salariés choisissent d’être tuteurs d’étudiants. Ils rencontrent alors tous les trimestre l’étudiant qui leur est affecté après un « speed dating » et une répartition par l’association.

Salariés prescripteurs

Certains salariés encouragent leur entreprise, s’impliquent auprès de la fondation de leur entreprise pour faire attribuer des fonds à l’association Compétence en croissance. Ils deviennent ainsi, en quelque sorte, prescripteurs de dons, même s’ils ne contribuent pas (ou ne peuvent pas contribuer) personnellement à ces dons.

Accueil de stagiaires

Les étudiants ont des besoins de stage lors de leur cursus. Ainsi, le premier stage, souvent nommé « stage ouvrier » est un stage de découverte de l’entreprise. L’étudiant a souvent du mal à le trouver car c’est une période pas obligatoirement « rentable » pour l’entreprise d’accueil. L’entraide par des entreprises d’accueil faciliter l’ouverture à de tels stages.

Fondations

Des fondations sont sollicitées pour attribuer des dons à l’association.

Certaines fondations sont sollicitées aussi pour prendre en charge des financement pour des publics plus spécifiques pour lesquels l’association sait qu’elle ne va pas avoir assez de fonds pour attribuer une bourse complémentaire d’études. Ainsi, la fondation Georges Besse, finance des filles qui veulent réaliser des études d’ingénieurs, quelle que soit leur localisation de résidence. Cette fondation a bien plus de ressources que l’association. Lorsqu’une lycéenne de Plaine commune souhaite réaliser des études d’ingénieurs, l’association lui mentionne le nom de cette fondation.



1.5 Qui est intéressé par les résultats ?

Le bénéficiaire

Le bénéficiaire est intéressé par plusieurs éléments :

  • l’apport financier et la diminution du poids de l’emprunt ou des heures de travail en plus à réaliser pour vivre et étudier.

  • Le contact régulier avec un salarié qui lui transmet les « codes de vie » de son entreprise, la connaissance de réactions classiques et systémiques de salariés, de syndicats, de corporations, de « pouvoirs non dits » dans l’entreprise. Ainsi, dans certaines entreprises, la hiérarchie réelle se voit à l’utilisation des meilleures places de parking, mais cela n’est écrit nulle part !

  • l’apprentissage d’une vie en « réseaux » où l’on contacte tel ancien élève d’une même école, d’une même université, tel membre d’une chorale commune….

  • Le maintien de bonnes relations avec des collègues d’anciens employeurs. Cela aide à trouver des solutions, parfois pour soi-même mais aussi parfois pour d’autres personnes. Ainsi, d’anciens salariés d’une entreprise où j’avais fait un stage m’ont demandé si l’entreprise où je travaillais pouvait prendre en stage une étudiante indienne de master de Traitement Automatique du Langage qui ne trouvait pas de stage de fin d’études. J’ai rencontré mon directeur et elle est venue chez nous.

Les entreprises

Pour avoir des salariés issus de la diversité des populations de Plaine commune, plusieurs entreprises ont déjà constaté l’importance d’en intégrer parmi leurs personnels. Ainsi, un groupe d’assurances a embauché plusieurs salariés « de la diversité » et leurs amis ont choisi cette compagne d’assurance plutôt que de souscrire un contrat dans une autre, à cause de la politique sociale d’intégration de cette entreprise.