Cette campagne est terminée, rendez-vous sur la page de Comptoir du Doc pour découvrir les projets en cours.

Voir la page

La Stratégie du pourtour

par Comptoir du Doc

Images de Justice, l'exposition

 Présentation 

Porté par Comptoir du doc, Images de justice est né en 2003 au Parlement de Bretagne, à Rennes. Tous les deux ans, une compétition de films internationale est soumise au verdict d'un jury mixte du monde du cinéma et de la justice. L’édition intermédiaire valorise le film primé l’année précédente, et organise des ateliers d’éducation à l’image.

Images de justice a pour essence d’interroger la justice par le biais du cinéma documentaire, en créant un espace de dialogue entre cinéastes, professionnels de la justice et citoyens. S’appuyant sur l’émotion suscitée par les images du cinéma, l’objectif est de rendre plus accessibles les questions thématiques ayant trait à la justice.

Du 4 au 8 février 2020, Images de Justice propose 13 films en compétition pour un prix du jury et du public et aussi une table ronde, une performance, des concerts, une pièce de théâtre et une exposition, « La Stratégie du pourtour »

Origine du projet

Lors du festival Images de justice 2018, une exposition regroupant plusieurs artistes s'est tenue au Théâtre de la Parcheminerie à Rennes. À cette occasion, Émilie Morin, Cécile Rescan et Estelle Ribeyre ont exposé leur installation collective « Investigation en immersion involontaire », gravitant autour de la représentation d’un événement, celui de l’« affaire Bagelstein ». 

Le 26 mai 2016, à Rennes, en marge d'une manifestation contre la loi Travail, quatre étudiants rennais sont jugés en comparution immédiate et condamnés à de la prison ferme par le tribunal correctionnel suite à une altercation avec le gérant du « Bagelstein » de Rennes. À l’origine de l’incident : une campagne de comm’ sexiste et homophobe. Pour aller plus loin, le site du comité de soutien. 

Présentation d'« Investigation en immersion involontaire » : 
Lier le hors-sens de cet événement à une historicité, trouver les racines de la comparution immédiate en la naissance du tribunal des flagrants délits, au travers de reprises de gravures, dessins, tracts de la fin du 19e, du début du 20e siècle – J. G. Posada, F. Vallotton, F. Masereel, E. L. Kirschner, K. Kollwitz –, y entrevoir le recours au manifeste, à la représentation satirique et macabre comme dépassement possible d’une sidération. 



Édition de 8 livrets reliés à la main, ainsi que le CD du volet sonore du projet. Lien vers le documentaire sonore 
Impression numérique et gravure originale (couverture), reprenant bois gravés, photographies argentiques et extraits du journal d'Amaël Tertrais, l'un des quatre étudiants, écrit de mai à août 2019 à la prison de Vezin-le-Coquet.

L'exposition « La Stratégie du pourtour »

L'édition 2020 d'Images de justice mettra en avant la poursuite de ce projet lors d'une exposition présentant des recherches visuelles et sensibles autour du vécu des comparutions immédiates. Celle-ci aura lieu dans la salle des Pas perdus du Parlement de Bretagne à Rennes du 4 février au 1er mars 2020.

Cet assemblage de fragments gravés, photographies, textes, documentaires sonores - témoin d'une mise en tension entre le droit commun et la justice d'exception - gravite autour de la reprise du texte de Michel Foucault, « La Stratégie du pourtour ». Cet écrit, datant de 1979, fait référence à la première loi anticasseurs, promulguée le 8 juin 1970, suite aux événements de mai 1968.

La scénographie prendra la forme d'un mur autour duquel le spectateur pourra circuler. Recouvrir l'espace mural de grandes reproductions d’affiches gravées ou photographiées, ou le parsemer de petites images : photographies, gravures, prises de notes, reprises de textes. Jouer sur l'agencement, la fragmentation, le lien, les strates, la mémoire.

Édifier un mur, marque de la coupure.

Rendre visible un axe de fragilité, ligne de hors-sens et de déliaison,

tracé à vif d'une frontière entre le dicible et l'indicible, le pensable et l'impensable.

Patiemment, agencer les signes, relier les fragments d'un commun,

donner forme à une articulation du sensible. Travailler le négatif.

Faire de l'errance un lieu, une surface. Dessiner des points d'appui.

Chercher une voix, survivance de paroles et discours fantômes.  


À quoi servira l'argent collecté ?

La conception et la mise en place d’une telle exposition nécessitent un travail de réflexion et de création de plusieurs mois. Afin que cette exposition puisse voir le jour, nous lançons ici une collecte de 1 500 €. 

Cet argent nous servira à couvrir les frais que le budget d’Images de justice ne peut pas prendre en charge, soit : 

- les frais relatifs à la mise en place de l’exposition ;  

- l’achat des matières premières nécessaires à la réalisation des visuels : impression des œuvres sur bois gravé et tirage des photos argentiques. Détails ci-dessous

Réalisation et impression sur bois gravé grand format

Maquette préalable à la réalisation des bois gravés. Agencements de formes et de mots, de fragments d'archives (reprise d'un détail d'une gravure de Frans Masereel) et de citations de Michel Foucault (« La Stratégie du pourtour », in Dits et écrits, tome III : 1976-1979, Gallimard, 1994)

Grâce à votre contribution, nous pourrons assurer :

- l'acquisition des droits d'auteur pour la reprise de citations en bois gravé ;

- l'achat de bois, de feuilles de papier gravure grand format (70 x 100 cm), d'encre typographique ; 

- l'impression de ces matrices au musée de l'Imprimerie, à Nantes, en janvier 2020.

Réalisation et tirages des photographies argentiques

Recherches photographiques et écriture : « Mon corps a commencé à se défaire » (Yannick Haenel, in Cercle, Gallimard, 2009).
« Incohérence, folie, perte des repères, décomposer la vision pour marquer l'aberration. Comme un corps qui se délite. Les cellules s'éparpillent, comme des atomes indépendants. Procéder à un éclatement de la matière. Ne pas savoir quoi regarder. Ne pas savoir où on est. On croit les corps aveugles. On croit les corps morts. Mais tout est relié et vivant. »

Toute la partie photographique est réalisée en argentique. 
L'argent collecté servira à : 

- l’achat de produits photo et de papier ; 

- la réalisation des scans et des tirages grands formats de qualité.


Contreparties 

En échange de votre aide, vous recevrez des œuvres, éditions, photographies argentiques ou gravures : 

Photographies argentique, format carte postale

Bois gravés, format carte postale

L'édition / Les livrets

Photographie argentique, format 30 x 40 cm

Bois gravé Haymarket Square, format 40 x 60 cm


Les artistes

Émilie Morin :  diplômée du Créadoc, où j’ai réalisé plusieurs documentaires sonores et un film À l’heure bleue, j’expérimente depuis diverses formes artistiques : le dessin avec une exposition « Visages, des paysages », le son électroacoustique et la photographie argentique avec la série « Variation ». La recherche du mouvement dans l’image fixe est au cœur de mon travail.

Cécile Rescan : graveuse. Autodidacte, j'ai été initiée à la gravure en 2008 par Mic Torn, aux ateliers Moret à Paris. J'ai ensuite poursuivi mes recherches en taille d'épargne à Rennes, à l'atelier du Thabor, auprès d'Hervé Aussant. Mon travail en bois gravé, « Surfaces perdues », prend la forme d'un archivage, assemblage de surfaces sensibles, d'images fantômes, dans une recherche de fragmentation et de correspondance de formes.

Estelle Ribeyre : formée à la photographie argentique à Montaigu (Vendée), j’ai continué mon parcours aux Beaux-Arts de Rennes où j’ai aussi développé une pratique autour du dessin. Que ce soit en photographie ou en dessin, les images doivent se faire d’un seul jet ; elles sont le fruit d’une impulsion, d’une émotion. Un geste immuable, spontané, dans un temps suspendu. Suivant les projets, ces images sont inscrites dans des éditions, des installations ou des expositions collectives.


Donner 5 euros

Une gravure ou photo, format carte postale

Donner 10 euros

Une carte + un livret de l'édition "Investigation en immersion involontaire"

Donner 15 euros

Deux cartes + un livret de l'édition "Investigation en immersion involontaire"

Donner 30 euros

L'édition "Investigation en immersion involontaire"

Donner 40 euros

L'édition "Investigation en immersion involontaire" + 2 cartes

Donner 50 euros

Un tirage photo format 30 x 40 cm

Donner 80 euros

Une gravure "Haymarket" format 40 x 60 cm

Donner 130 euros

Un tirage photo format 30 x 40 cm + Une gravure "Haymarket" format 40 x 60 cm

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’association Comptoir du Doc. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
c
christine gautier
30/01/2020
h
hélène Leflaive
30/01/2020
m
marie michèle Le Quéré
29/01/2020
Signaler la page