La collecte est terminée ! Pour plus d’informations, rapprochez-vous de l’association organisatrice Voir la page


Une information de qualité est la garantie d’une démocratie vivante et active. Indépendante, honnête, complète et pluraliste, elle est nécessaire pour les citoyennes et citoyens.

Les journalistes, principaux vecteurs des informations, font partie des professions qui revendiquent une déontologie. Elle est reconnue dans trois textes, français, européens et internationaux.

– la Charte d’éthique professionnelle des journalistes (1918-1938-2011).
– la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes (Munich, 1971).
– la Charte d’Ethique mondiale des Journalistes de la Fédération Internationale des journalistes (2019)

Les professionnel-le-s mettent en pratique, au quotidien, les principes et valeurs que prônent ces textes. Cependant, par facilité, difficultés dans l’exercice de leur profession, course à l’audience … les règles déontologiques sont parfois négligées. 

Aujourd’hui, les personnes mécontentes n’ont bien souvent que les tribunaux pour se plaindre.

Un vecteur de confiance entre le public et les médias

Il existe une centaine de conseils de déontologie journalistique ou conseils de presse dans le monde. Dans l’Union  européenne, dix-huit pays se sont dotés d’un conseil de presse et la confiance du public envers les médias y est bien plus élevée qu’en France.

Le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM) a été créé le 2 décembre 2019 pour répondre aux attentes des lecteurs/lectrices, auditeurs/auditrices, téléspectateurs/téléspectatrices, qui exigent une information de qualité.

Cette instance totalement indépendante, est composée de trois collèges, égaux entre eux :

– un collège de journalistes,
– un collège d’éditeurs, de diffuseurs et d’agences de presse, 
– un collège de représentants du public.

Le CDJM a pour vocation d’émettre un avis, après enquête, sur le respect de la déontologie par un ou des journalistes, quand il est saisi par une personne, saisine bien évidemment gratuite. Le CDJM s’interdit de traiter de la ligne éditoriale, qui est du ressort des entreprises et des rédactions.

Déjà une centaine de saisines reçues

Malgré le contexte actuel, il a fait l’objet de plus d’une centaine de saisines à ce jour – certaines sur le même dossier. Il a publié une dizaine d’avis sur les cas recevables et poursuit ses enquêtes sur les autres dossiers. Quand il estime que la saisine n’est pas recevable, le CDJM explique au requérant les causes de son refus et en informe le média concerné.

Le CDJM peut également exercer une médiation entre un requérant et un média ou un journaliste.

Les membres du CDJM exercent à titre bénévole mais l’instance a besoin, pour prendre son plein essor, d’une structure administrative stable et de meilleures conditions matérielles. Avec cette campagne de financement, le CDJM lance en parallèle une campagne d'adhésions, qui sont soumises à l'approbation de son conseil d'administration.

Le CDJM a tout juste un an et il a déjà beaucoup d’amis, vous par exemple.  

Soutenez l’information de qualité !

5 290 € collectés
Objectif : 20 000 € Contribuer au projet
22 contributeurs

Partager la collecte

Avec le CDJM, soutenez une information de qualité

par Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM)

Financé à 26% - 5 290€ / 20 000€
Contribuer au projet

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

VISA MasterCard Carte Bleue PCI-DSS