La billetterie en ligne est fermée ! Pour plus d'informations, rapprochez-vous de l'association organisatrice.

Voir la page

La Bergerie fait son cinéma!* / L'Horizon des possibles

par Coop Saveurs du Vexin

Le 25 janvier 2019 de 19:30 à 23:30

La Bergerie fait son cinéma!* / L'Horizon des possibles - Coop Saveurs du Vexin

La Bergerie fait son cinéma

Le cycle de ciné-débats La Bergerie fait son cinéma propose un repas, ainsi qu'une projection  suivie d'un débat, le dernier vendredi (en général!) d'un mois sur deux. Les thématiques abordées sont l'agriculture, l'économie sociale et solidaire, l'alimentation, l'environnement, l'énergie, les sciences... 

Ces ciné-débats-repassont co-organisés par la Coop' Saveurs du Vexin, la librairie La Nouvelle Réserve, l'association Écosite de Villarceaux et l'association Centre Écodéveloppement de Villarceaux.  


Le 25 Janvier, la fiction Mélancolie Ouvrière de Gérard MORDILLAT, d'après l'essai de l'historienne Michelle PERROT, sera projetée.

Gérard MORDILLAT (Les vivants et les morts, Jésus et l’Islam, La forteresse assiégée, Corpus Christi) retrace le destin de Lucie BAUD, une des premières femmes syndicalistes, féministe avant l’heure, qui vouera toute sa vie au combat contre « l’infinie servitude des femmes ». 

Une fiction historique et engagée avec Virginie Ledoyen et Philippe Torreton, d’après l’essai de Michelle PERROT, historienne du travail et des femmes. Née en 1870, dans une famille de paysans pauvres de la région de Grenoble, Lucie BAUD (Virginie Ledoyen) commence à travailler à 10 ans dans une filature de soie. Après avoir perdu son mari prématurément (François Cluzet), jeune veuve, mère de deux enfants, elle s’engage dans la défense des droits des ouvrières de la soie, bientôt affermie dans sa détermination par sa rencontre avec le syndicaliste Charles Auda (Philippe Torreton). C’est le début d’un long combat, celui d’une femme contre les préjugés de son temps. 

"Chansons contre l’oubli Lucie Baud, belle et tragique figure de la lutte ouvrière, sort de l’oubli où elle était tombée grâce à l’historienne Michelle PERROT à partir d’un mémoire signé par la syndicaliste elle-même et faisant le récit circonstancié de son combat. Qu’une femme ouvrière du début du XXème siècle écrive en son nom, c’était déjà assez extraordinaire pour être remarqué… On comprend que Gérard MORDILLAT s’y soit intéressé, non pas sur le mode d’un exposé didactique relatant l’histoire des luttes prolétariennes, mais en donnant chair et vie à l’engagement de son héroïne. En mettant en scène ses doutes, ses élans, son courage, son amour, ses douleurs, son intelligence. Cela passe par la musique de Jean-Claude Petit, fidèle complice du réalisateur, et la place accordée aux chansons fredonnées ou chantées par les personnages, qui du Temps des cerises au Va, pensiero de Verdi, se font les miroirs de leurs sentiments. Cela passe aussi par l’interprétation de Virginie Ledoyen, qui aux côtés d’un Philippe Torreton magistral, prête son regard noir et décidé à cette femme combative et généreuse, incarnant sa tragique destinée avec une intense sobriété. " ARTE/Dossier de Presse

PROGRAMME

19h30: Repas 

20h30: Projection

22h00: Débat en présence de Gérard MORDILLAT.

La Bergerie de Villarceaux


95710 Chaussy

Une question ?
Contactez l'association :

Email

Signaler la page