Coteau et vallée de la Marne

Environnement

Protéger, conserver et restaurer les espaces, ressources, milieux et habitats naturels, les espèces animales et végétales, la biodiversité, lutter contre le changement climatique sur le territoire des communes de Champs-sur-Marne, Chelles, Noisiel, Torcy, Vaires-sur-Marne, Saint-Thibaud-des-Vignes.

Nos actions en cours

À la une

Qui sommes-nous ?

Des citoyens qui ne veulent pas vivre l’enfer...

Epamarne, Nestlé/Linkcity, la Région vont nous faire vivre l'enfer avec leur Parc de la Marne, leurs projets immobiliers, touristiques et de loisirs générateurs de gaz à effets de serre autour de la RD10. Nous disons non au Parc de la Marne !

Le Parc de la Marne est un concept développé en juillet 2018 par le directeur général d'Epamarne-Epafrance, établissement public, aménageur de l'Est parisien pour le compte de l'Etat et des collectivités. Son ambition, " faire émerger une destination touristique et de loisirs" dans le triangle Noisiel-Torcy-Vaires.

Décrit comme un "proche-ailleurs" de Paris, le projet de reconversion Menier à Noisiel en serait le "fer de lance". Nestlé, Linkcity son aménageur y ont prévu un hôtel, une Cité du goût où sont attendus 150 000 visiteurs par an, une Cité productive de 1000 employés et 700 logements. 

Trois kilomètres plus loin, au carrefour des Cantines, sur la RD10, empruntée par des milliers d'automobilistes en transit vers leur lieu de travail et autour de laquelle nous vivons par milliers, Noisiéliens, Torcéens, Vairois, Epamarne a prévu, après les 300 déjà construits, 300 autres logements et un hôtel de 100 chambres dans la seconde tranche de la Zac des coteaux de la Marne.
Ce sont au total près de 2000 logements construits ou en projet dans le triangle Noisiel-Torcy-Vaires-sur Marne.

Ce Parc de la Marne comprend aussi l'Ile de Loisirs Vaires-Torcy dont la gestion a été confiée par la Région à une société d'économie mixte avec pour objectif d'"ouvrir l'Ile à un public plus large en y multipliant les activités ", par exemple l'implantation d'une vague de surf en 2023.

L'urbanisation, la destination touristique et de loisirs ne sont pas compatibles avec les capacités d'une RD10 saturée et vont accentuer les désagréments déjà existants non seulement en semaine mais aussi les samedis et dimanches, durant les périodes de vacances, augmenter les émissions de gaz à effet de serre et profondément modifier nos conditions de vie sans que l'on nous ait demandé notre avis.

Nous demandons que soit rapidement prise une initiative de concertation publique entre les collectivités, aménageurs, promoteurs et les habitants afin que les projets soient ajustés aux strictes possibilités de circulation qu'offre la RD10 dans le triangle Noisiel-Torcy-Vaires-sur-Marne afin de préserver nos conditions de vie et limiter les émissions de gaz à effet de serre comme le recommande le  GIEC (*). 

https://ntvnews.fr/Nous-ne-voulons-pas-vivre-l-enfer

Ce quotidien dont nous ne voulons pas !