Cuculla Pralinae

Arts et culture

Depuis 5 ans, Le Petit ZPL titille l’actu à Palaiseau et autour. 5 ans de bénévolat pour offrir aux gens du coin une autre voix que celle des notables locaux. On veut passer à la vitesse supérieure : plus d’enquêtes, de numéros et de vidéos ! Donc, des postes salariés ! Soyons fous, faut des sous !

Nos actions en cours

À la une

Qui sommes-nous ?

Cinq ans qu’on traite de l’actualité locale, de manière bénévole…

Le Petit ZPL ça veut dire Zone de Publication Libre. Ça veut aussi dire ZoPaL, Palaiseau en verlan. Il est né en 2016, au moment où le maire enterrait le Ferry, friche artistique et culturelle où l’éternelle jeunesse bricolait du beau avec des bouts de ficelle. A grands coups de stigmates (des jeunes, du brrruit, de la drrrogue), un maire parachuté parvint à faire évacuer ce tiers-lieu palaisien avec pertes et fracas. Vraisemblablement, il sous-estima les capacités de résistance locale. Couvrir cette lutte a été le point de départ du Petit ZPL. Le premier numéro, c’était un p’tit 4 pages sérigraphié, tiré à 500 exemplaires, une histoire de contre-voix. Et puis, on y a pris goût, et le lectorat aussi, les sujets se sont enchaînés et les numéros aussi. C’est vrai qu’entre gros médias pas libres et journaux municipaux muselés, y’avait comme une place à prendre, la nôtre. C’est ouf, wallah, ça a marché. On a multiplié les enquêtes, les chroniques, les illus, les coups de gueule pour montrer que les inégalités, ça vient d’en haut et ça se voit près de chez nous.

Le démantèlement du service public de santé ? C’est près de chez nous

Les violences policières ? C’est près de chez  nous

La chasse aux migrants ? C’est tout près de chez nous

La bétonisation ? C’est Saclayment près de chez nous

La gentrification ? Y’a qu’les bourgeois qui la voient pas

Le patriarcat ? C’est partout donc chez nous

La novlangue des élu.es ? C’est beaucoup ici aussi

Bref, on a pondu un torchon local qui pense global.

 

On a très vite dû arrêter d’imprimer le journal en sérigraphie, puisqu’on tire désormais à plus de 3000 exemplaires ! Notre canard, entièrement fait maison par des bénévoles, se vend à la criée sur les marchés, les gares et les événements de la communauté d’agglo Paris-Saclay et dans une vingtaine de points de vente (https://lepetitzpl.zpl.zone/ou-trouver-le-petit-zpl/). En 2021, nous sortons le onzième numéro.

… et maintenant on veut des emplois pour que ça dure ! 

Faire un canard bénévolement, sur la durée, c’est compliqué. Pondre un article, une enquête, une illustration, un reportage vidéo, une chronique, une brève, une BD, ça demande du temps, de l’engagement et de la pugnacité. Faire participer la population au projet aussi. Nous sommes des citoyen.nes ordinaires avec leurs galères, passionné.es par la pertinence du projet et de plus en plus conscient.es des moyens nécessaires pour faire vivre une information locale libre.

Alors aujourd’hui, pour pérenniser l’activité du journal, on a besoin de consolider l’équipe avec des emplois salariés.

L’objectif est simple : faire plus gros, plus puissant et plus longtemps.

Oui mais pour quoi faire ?

Nous fourmillons d’idées pour installer durablement dans le paysage proche un média libre, critique et indépendant et nous avons besoin d’un coup de pouce financier pour renforcer l’équipe et nous professionnaliser. Depuis quelques années, nous recevons des aides à la presse par le Ministère de la culture (7000 à 10000 euros selon les années). Avec ça, nous avons l’assurance de pouvoir payer le loyer du local, indispensable pour créer le journal. Nous n’avons jamais fait de demandes de subventions locales auprès de la mairie, de l’agglo, du département ou de la région, c’est inconciliable avec notre liberté de ton. Vos sous, citoyen.nes, c’est la garantie de notre montée en puissance et de notre indépendance.

L’ambition à terme est de sortir un numéro et une vidéo par mois et de proposer un événement par trimestre. On veut aussi déployer nos ailes pour être un peu plus partout dans la communauté d’agglo Paris-Saclay, voire un peu plus loin en Essonne. Y’a de nombreux sujets qu’on voudrait couvrir, des enquêtes à approfondir, mais on manque de temps et de moyens.

En nous donnant un peu de votre pognon, vous nous permettrez d’ajouter de la force salariée à notre énergie bénévole :

  • C’est toujours sympa de choper nos numéros vendus à la criée, mais il est vrai que les abonnements ça nous permet de voir venir et de nous projeter vers une série de nouveaux numéros
  • Quand vous kiffez un de nos numéros ou une de nos vidéos, nous remercier par un p’tit don nous permettra à terme de rémunérer certains contenus, certaines tâches chronophages et indispensables à la survie du canard
  • Si notre projet vous plaît, parlez-en autour de vous, nous ferons bon usage des dons de vos ami.es

Garder le prix libre et le bénévolat !

On tient à notre prix libre. Ça permet à chacun.e de pécho le journal quels que soient ses moyens. Du coup, on a voulu faire pareil sur Helloasso… mais on est bien obligé d’y inclure le coup de l’envoi par la poste pour éviter de perdre de l’argent sur les abonnements. C’est pour cela que le prix minimum est fixé à 13,50 euros.

Le pognon c’est une chose, mais quoiqu’il en soit on aura toujours besoin de nos lecteurs et lectrices pour nous aider à effectuer des activités bénévoles. Beaucoup de celles et ceux qui aujourd’hui écrivent, enquêtent, illustrent, corrigent, maquettent, plient et enveloppent, vendent et distribuent, conseillent et critiquent sont des gens qui nous ont lu, à qui ça a plu et qui sont venus !  

Vous avez aussi envie de nous filer un coup de main, un coup de plume, un coup d’énergie ? Pour écrire, illustrer, distribuer le Petit ZPL, enquêter avec nous, proposer un sujet, tenir la boutique ? Écrivez-vous ici ou sur nos réseaux ! On est toustes des journalistes en puissance, venez découvrir ça avec nous. Vous ne serez pas seul·e, on a déjà une pote en service civique qui tient les murs depuis avril !

Avec vos dons, on pourra :

  • 5000 € : Trimestrielle ! Avec cette somme on pourra créer un mini-post, ce qui nous permettra de sortir un canard, une vidéo par trimestre, et un événement par an !
  • 10000 € : Bimestriel ! On pourra se permettre de créer un vrai post à mi-temps. Un numéro et une vidéo reportage tous les 2 mois, ainsi qu’une événement chaque trimestre ET un festival des médias indépendants !
  • 20000 € : Mensuel ?! un 2ème job à mi-temps dans la continuité de recherche de stabilité. À ce stade, on tente  le mensuel, avec un vidéo-reportage par mois et un événement tous les 3 mois et le festival.
  • AU-DELÀ : Mais qu’est-ce qu’on va faire de toute cette oseille ? on a des idées pour des événements, acheter du matos vidéo, audio… On en reparle quand on y est !

Merci du soutien, et à très vite dans rues de Zopal et des environs !

L’équipe du Petit ZPL