Damien joue

Médico-sociale

À destination de personnes vulnérables et des établissements et intervenants qui les accueillent, l’association a pour but la création de jeux de société, de matériel ludique et pédagogique.

Nos actions en cours

À la une

Qui sommes-nous ?

La fondatrice et son équipe :

Nadine GOUARD est à l’initiative du jeu « mes sous » afin d’aider son fils autiste de 40 ans à faire face à ses dépenses et à participer à la gestion de son budget.

Cet outil est l’aboutissement de beaucoup de travail, d’investissement de la part de Nadine. Au fil du temps elle a expérimenté des outils existants, les a confrontés aux fonctionnements de Damien, les a remodelés, retestés. Cet aller-retour permanent entre théorie et pratique, l’a confortée dans sa démarche, car les résultats étaient là, bien visibles. Damien faisait des progrès et devenait de plus en plus demandeur d’activités de ce genre. Après plusieurs formations autour de l’acquisition des savoirs de base et des activités logico mathématiques (nécessaires à tout apprentissage), l’envie d’aller plus loin et de créer le « graal » pour Damien était là.

Pour mettre en œuvre ce projet, l’accompagner dans les différentes phases d’élaboration et de testing, Nadine a rassemblé 3 autres personnes aux compétences complémentaires (Francine DESSIS, Elisabeth LAFFOND, Marie-Ange PUGA). Elles ont ainsi créé L’Association « Damien Joue » pour donner un support officiel à la démarche, rencontrer de potentiels partenaires intéressés par l’outil etc.

Un déficit d’outils adaptés aux personnes en situation de handicap :

Il existe de nombreux jeux autour de la gestion du budget, mais ils sont en général adaptés à des personnes qui savent lire, manipuler l'argent, compter.

Ils ne sont pas adaptés pour les personnes en situation de handicap qui ont besoin d'apprendre à manipuler de façon très concrète l'argent, à gérer leurs dépenses, apprendre la numération, le calcul. Les outils proposés sont souvent de l’ordre de la rééducation, « réservés » aux professionnels, pas faciles à mettre en œuvre pour un non initié.

« Damien joue » un outil transférable :

Les personnes en situation de handicap sont souvent dans des « établissements spécialisés » et nous avons pensé que cet outil par son approche ludique pourrait être utile aux accompagnateurs.  En effet, pourquoi les outils créés pour Damien ne seraient-ils pas transposables à d’autres personnes dans la même situation ?

Le but de ce jeu de société est d'apprendre, à des personnes en situation de handicap, à gérer leur budget à partir d'éléments réels de leur quotidien.

Ce jeu se joue de 2 à 4 joueurs. Il doit favoriser l'échange et la discussion et ramener certaines personnes plus dépensières que d'autres, à prendre conscience qu'elles ne peuvent plus dépenser car elles ne pourront pas finir leur mois. Les personnes en établissement sont encadrées par des professionnels pour qui, il peut être difficile parfois, de faire comprendre à la personne qu'elle n'a presque plus d'argent. Dans ce jeu, la manipulation d'argent est prévue. L'apprentissage de la manipulation : le paiement, la vérification du rendu de monnaie, le calcul, vont permettre d'acquérir un peu plus de savoirs et d'autonomie.  Par le jeu, c'est plus facile.

Des prérequis :

Gérer un budget sous-entend des connaissances au niveau des savoirs de base ; il convient de regarder de près où la personne se trouve par rapport aux connaissances de base, repérer ses atouts, ses difficultés pour l’aider à avancer à son rythme.

o   Savoir calculer (connaître la numération, l’ordre ...) et synthétiser sous forme de « débits/crédits »

o   Être capable de comparer (le +, le -)

o   Lire / écrire les prix (étiquettes, catalogues...), les nombres, les jours de la semaine

o   Savoir se repérer sur un calendrier (les jours clés de mon budget)

o   Avoir des repères sociaux (jouer attendre son tour, écouter l’autre, l’aider. )

Et d’autres encore…

 

Un exemple concret :

 Lorsque la personne joue, elle jette un dé et un nombre de points figure sur ce dé (de 1 à 6 points). Pour nous, joueurs, pas de problème, on prend le chiffre correspondant au nombre de points sur le dessus. C'est « la » règle, mais pour une personne handicapée, elle aura peut-être repéré les points placés plus à sa hauteur (le côté vers elle). Il faut donc vérifier sa compréhension des dés et l'amener à savoir "jeter et lire" les dés. Nous le verrons plus loin, et pour cela nous avons des dés blancs et nous commençons avec des dés ayant le même nombre de points sur les 6 côtés. Ensuite le travail porte sur le comparatif avec un dé normal et l’on enchaîne la combinatoire de 1 à 6.

Nous sommes loin du jeu de société habituel.

Celui-ci est vraiment spécifique pour les personnes en situation de handicap.