FR EN
AIDEZ-NOUS À AIDER LES ENFANTS DE MANANJARY !

Mon don

Je donne une fois

  • 20 €
  • 50 €
  • 100 €
  • 150 €

Je donne tous les mois

  • 10 €
  • 20 €
  • 30 €
  • 40 €
Fiscalité

Réduction fiscale

Le don à Défap - Service protestant de mission ouvre droit à une réduction fiscale car il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts.

Votre don ne vous coûtera que 0 € après réduction fiscale.

Particulier
Organisme
  • Particulier : vous pouvez bénéficier d'une réduction d'impôt égale à 66 % du montant de votre don, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

Mananjary : reconstruire et faire revivre

Des vent de 165 km/h, allant jusqu'à 235 km/h par rafales... Dans la nuit du samedi au dimanche 5 février, le cyclone Batsirai a frappé la côte sud-est de Madagascar, à une dizaine de kilomètres au nord de Mananjary. Arbres abattus, bâtiments endommagés, inondations provoquées par les pluies intenses, routes et lignes électriques coupées : une bande côtière de plus de 150 km de long a été ravagée. Mananjary même, ville la plus directement touchée par le cyclone, a été détruite à plus de 90%.


Pourquoi une telle catastrophe ?

À Madagascar, la saison des cyclones dure de décembre à mars. Mais d'année en année, amplifiées par le dérèglement climatique, les tempêtes se font plus rapprochées et plus intenses. Depuis début janvier, elles sont déjà quatre à avoir frappé l'île : la tempête Ana, qui a provoqué de vastes inondations dans le centre et notamment dans la région de la capitale Tananarive ; Batsirai, dont la violence a atteint un degré inconnu de mémoire d'habitant de Mananjary ; Dumako, qui est allé inonder les régions plus au nord ; Emnati, qui a traversé la Grande Île vers le sud.
C'est toute la population de Mananjary qui se retrouve privée de toit et de tout moyen de subsistance. Dans cette ville de plus de 28.000 habitants, située dans un bassin de population de 80.000 personnes, la tempête a nécessité l'hébergement d'urgence de 54.000 déplacés.

Et les plus fragiles parmi les fragiles, ce sont les enfants abandonnés de Mananjary.

(Photo : quelques-uns des enfants du Catja réunis lors d'une distribution d'aide par les autorités malgache pour soutenir les cultures du centre © Catja)

Mes coordonnées

* Champs obligatoires

Akany Fanantenana et le Catja : deux centres pour accueillir les enfants abandonnés

À Mananjary, le Défap est en lien depuis de nombreuses années avec la fondation La Cause, qui soutient deux centres accueillant des enfants abandonnés : le centre Akanay Fanantenana, et le Catja (Centre d'Accueil et de Transit des Jumeaux Abandonnés). Pour subvenir aux besoins des enfants, ces deux établissements peuvent compter sur la solidarité locale, mais aussi sur leurs propres ressources : ils ont leurs cultures, leurs élevages... Ce qui a été détruit par le passage de Batsirai, c'est donc bien plus que des toitures et du mobilier : c'est tout ce qui permettait à ces centres de vivre et de faire vivre la communauté des enfants accueillis.


Un mouvement de solidarité s'est créé en France autour de Mananjary et plus particulièrement de ces deux centres. Il associe le Défap, La Cause, les Amis du Catja (association qui regroupe notamment de nombreux parents ayant adopté des enfants de ce centre), ADRA (dont les ingénieurs permettent d'évaluer l'ampleur des reconstructions à faire), avec un premier soutien de la Fondation du Protestantisme.

Nous avons besoin de vous pour aider à équiper de nouveau ces centres, et notamment pour relancer cultures et élevages une fois les premières réparations réalisées.

Mon récapitulatif

Récapitulatif

Sélection

Don

Don

0

Votre contribution au fonctionnement de HelloAsso. Pourquoi ? - Modifier

Total

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’association Défap - Service protestant de mission. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous est proposée avant la validation de votre paiement.

Vos dons peuvent faire la différence !

Sans ces ressources, le quotidien des enfants ne pourra pas être assuré.

C'est un projet de long terme dans lequel nous nous lançons, et dans lequel nous vous demandons de nous accompagner. L'objectif est de permettre à ces deux centres de retrouver les moyens de fonctionner de manière normale d'ici la rentrée de septembre.

Même quelques dizaines d'euros peuvent permettre d'aider à redonner vie à ces centres pour qu'ils puissent continuer à accueillir les enfants abandonnés de Mananjary !

Aidez-nous à aider les enfants de Mananjary !


Ny fanampianareo no fifalianay !❤️
Misaotra !

(Photo : la nurserie du centre Akanay Fanantenana - un des bâtiments les moins touchés © La Cause)