Acharnement judiciaire contre Cédric HERROU, membre fondateur d'Emmaüs Roya

par Défends Ta Citoyenneté EMMAÜS ROYA, fondateur Abbé Pierre

Faire un don

Acharnement judiciaire contre Cédric HERROU, membre fondateur d'Emmaüs Roya

par Défends Ta Citoyenneté EMMAÜS ROYA, fondateur Abbé Pierre

Faire un don

Aidons Cédric HERROU à payer ses frais d'Avocats! Il a été solidaire, soyons-le avec lui !


Cédric HERROU, membre fondateur et désormais responsable de Communauté d'Emmaüs Roya, fait l'objet d'un acharnement judiciaire depuis 2016. Alors que le 13 mai dernier, la Cour d'Appel de Lyon, sur renvoi de la Cour de Cassation, prononçait sa relaxe totale et que nous pensions en avoir enfin terminé avec les procédures judiciaires après ces quatre années d'incertitudes, de déceptions et de joie, nous avons appris le 28 mai 2020 que l'Avocat général de Lyon avait formé un pourvoi en cassation contre ladite relaxe. Nous sommes donc repartis pour un tour. Vous pourrez visionner la réaction de Cédric à cette nouvelle par ici, et notre communiqué ci-dessous.

Ces quatre années de procédures judiciaires ont un coût, car il a bien fallu que que Cédric puisse assurer sa défense. Ce coût affecte notre budget et nous aimerions autant qu'il n'affecte pas la réalisation de notre projet "Le Bol d'Air" (plus d'infos par ici). Vous avez été nombreux à nous demander comment nous aider à faire face, et effectivement, nous avons besoin de vous !




Communiqué, 29 mai 2020

Cédric Herrou, ou pourquoi le Parquet continue de tirer sur les ambulances


Dans la lignée de la position de la Cour de cassation, la cour d’appel de Lyon a relaxé Cédric Herrou le 13 mai dernier. Il était poursuivi pour aide à l’entrée sur le territoire d’étrangers en situation irrégulière. Le répit des défenseurs des droits humains et notamment des droits des personnes en migration n’a été que de courte durée : l’avocat général a formé un pourvoi en cassation.

L’absurde nouvelle n’est arrivée qu’hier par voie postale. Le 22 mai 2020, l’avocat général de Lyon a formé un pourvoi en cassation contre la relaxe de Cédric Herrou. Pourtant, cette décision de la cour d’appel de Lyon est fondée et justifiée par le manque de preuves sérieuses du dossier présenté par le Parquet.

Après quatre ans de bataille, les Solidaires pensaient que l’histoire s’arrêterait à cette belle relaxe. Alors que la France affronte le coronavirus, l’urgence des luttes sociales et écologiques, les hauts-fonctionnaires du Parquet lyonnais, peut-être vexés par la défaite, ont décidé de poursuivre l’acharnement judiciaire contre Cédric Herrou. Ainsi, cette guerre politique menée à la Solidarité semble obséder les autorités publiques, au point de relancer une nouvelle fois la machine juridique. Comme si la Cour de cassation n’avait pas déjà examiné la problématique, que le Conseil Constitutionnel n’avait pas pris la peine d’affirmer le principe de Fraternité ; comme si l’appareil juridique n’avait pas d’autres affaires plus inquiétantes à traiter.

N’y a-t-il pas assez d’actes de violence pour gâcher autant de temps à s’attaquer aux gestes d’Humanité ? Cet acharnement contre Cédric Herrou – et tous les militants solidaires – ne relève ni d’une soif de Justice ni d’un souci de préserver l’ordre public, il est purement et seulement politique.

La décision de la cour d’appel de Lyon n’était pas simplement la relaxe de Cédric Herrou, mais aussi la victoire symbolique des principes de Solidarité et de Fraternité et la condamnation des défaillances des organes de l’Etat. Pendant que l’on s’acharne sur Cédric et les militants solidaires, les forces de l’ordre continuent à violenter et violer les droits - de manière quasi-systématique - des exilés arrivés à nos portes avec l’espoir d’une vie meilleure. En voulant réduire la voix de celui qui aide publiquement, les autorités tentent d’effrayer tous ceux qui songeraient à ne plus fermer les yeux face à ces agissements intolérables.

Est-ce qu’une personne peut être considérée illégale ? Non ! Jamais! Est-ce qu’une personne se présentant à la frontière peut être dans une situation administrative irrégulière? Non, du moins tant que les faits ne prouvent pas le contraire. Si la police entrave le droit d’asile des personnes exilées, c’est elle qui est responsable de les garder dans l’irrégularité. Ce n’est pas aux citoyens de gérer les questions d’ordre administratif, mais c’est la responsabilité de chacun de ne pas ignorer les dérives illégales de l’Etat.

C’est dans une démarche cohérente que Cédric Herrou et son entourage ont décidé de monter une communauté au sein du mouvement Emmaüs, héritage de l’Abbé Pierre. Emmaüs Roya, c’est le projet de combattre l’exclusion et la misère sociales, c’est l’ambition du vivre ensemble, de la paix sociale, de l’éco-responsabilisation, de l’accès au logement, à une alimentation saine et éthique, encore et toujours la défense des droits, de la dignité et de l’épanouissement des personnes, quelles que soient leur identité et leur origine.

Le parquet aurait pu laisser Cédric tranquille. Il n’est coupable de rien si ce n’est de ne pas détourner le regard. Laissez donc en paix les citoyens qui mettent leurs énergies et leurs convictions à servir l’intérêt général et à construire une société plus solidaire.

Espérons que la Cour de cassation fera preuve de pertinence assumée en refusant de débattre cette demande de pourvoi dénué de fond. 

Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 200 euros

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme Défends Ta Citoyenneté EMMAÜS ROYA, fondateur Abbé Pierre. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
O
OLIVIER BRAUNSTEFFER
01/07/2020
N
Nicole Amrouche
29/06/2020
V
Vincent FICHET
29/06/2020
Signaler la page