FR EN
Faire un don à DIAPPEULEL'alimentation des enfants | Bien Manger Pour Mieux VivreUn don qui fait la différence. 1€. = 1 repas Cet Euro permettra aux enfants d'avoir un repas équilibré.L'alimentation de l'enfant est importante pour la santé et l'équilibre.Faîtes un geste pour eux.Merci.

Mon don

Je donne une fois

  • 1 €
  • 5 €
  • 20 €
  • 50 €
  • 100 €
  • 150 €

Je donne tous les mois

  • 10 €
  • 20 €
  • 30 €
  • 40 €

Les bienfaits d'une alimentation équilibrée

Manger : un besoin primaire, VITAL.


La moitié de la population mondiale souffre de malnutrition.

Le changement climatique est une menace supplémentaire pour la sécurité alimentaire des populations les plus vulnérables.

Sécheresses, inondations, événements météorologiques extrêmes, impactent directement les communautés.

Une alimentation saine et équilibrée est essentielle a maintien de la santé des gens de tout âge.

Elle permet de prévenir plusieurs maladies telles les maladies du cœur, le diabète, l'obésité, l'ostéoporose et certains cancers.

Il est important de veiller à ce que les enfants aient une bonne alimentation.

Donnons leur la main.

Mes coordonnées

* Champs obligatoires

Contactez-nous


Sur facebook : ASSOCIATION DIAPPEULE

Par email : diappeule@gmail.com


Santé publique

Le taux de mortalité infantile est de 50 enfants pour 1000 naissances en 2014, et celui des mères à l’accouchement est de 320 pour 100 000 naissances.

Le taux d’enfants de moins de 5 ans souffrant d’insuffisance pondérale est équivalent à 16,8 % en 2013.

Les maladies infectieuses représentent un risque très élevé pour la population : le climat favorise la dengue, le paludisme et la fièvre jaune ; les maladies diarrhéiques, l’hépatite A et la fièvre typhoïde transmises par l’eau, la nourriture ou l’environnement sont également très fréquentes.

Le nombre de médecins est très faible : 0,1 médecin pour 1000 habitants.

A titre de comparaison, en France, ce chiffre est de 3,5.

Les dépenses du gouvernement en matière de santé sont insuffisantes (4,2 % du PIB en 2013).

Malgré une sensible amélioration, il y a encore 40% de la population en milieu rural n’ayant pas accès à une quantité raisonnable d’eau provenant d’une source d’eau améliorée contre 7% en milieu urbain.

52% de la population a accès aux installations sanitaires améliorées.

Ceci constitue un frein à l’amélioration de la situation sanitaire du pays.


Santé publique

Le taux de mortalité infantile est de 50 enfants pour 1000 naissances en 2014, et celui des mères à l’accouchement est de 320 pour 100 000 naissances.

Le taux d’enfants de moins de 5 ans souffrant d’insuffisance pondérale est équivalent à 16,8 % en 2013.

Les maladies infectieuses représentent un risque très élevé pour la population : le climat favorise la dengue, le paludisme et la fièvre jaune ; les maladies diarrhéiques, l’hépatite A et la fièvre typhoïde transmises par l’eau, la nourriture ou l’environnement sont également très fréquentes.

Le nombre de médecins est très faible : 0,1 médecin pour 1000 habitants.

A titre de comparaison, en France, ce chiffre est de 3,5.

Les dépenses du gouvernement en matière de santé sont insuffisantes (4,2 % du PIB en 2013).

Malgré une sensible amélioration, il y a encore 40% de la population en milieu rural n’ayant pas accès à une quantité raisonnable d’eau provenant d’une source d’eau améliorée contre 7% en milieu urbain.

52% de la population a accès aux installations sanitaires améliorées.

Ceci constitue un frein à l’amélioration de la situation sanitaire du pays.

What do you want to do ?

New mail

Économie

Le Sénégal est la deuxième économie en Afrique de l’ouest francophone derrière la Côte d’Ivoire.

30% de la population vit en dessous du seuil international de pauvreté (1,25 dollar par jour).

Les problématiques liées à l’emploi, au coût de la vie, à la qualité des services publics, à l’approvisionnement en eau, ainsi qu’à la fourniture et au coût de l’électricité sont les préoccupations premières du gouvernement.

Le secteur primaire (15% du PIB, 50% de la population active) demeure particulièrement exposé aux aléas climatiques et à la volatilité des cours mondiaux des matières premières.

Le secteur secondaire (21% du PIB) repose essentiellement sur les mines d’or, les phosphates, le ciment, l’agroalimentaire et le BTP.

Les activités tertiaires (64% du PIB, service public inclus pour 20%) restent fortement dominées par le secteur informel. Le tourisme connaît un ralentissement récent.

Le Sénégal vient d’adopter une nouvelle stratégie nationale en matière de développement économique et social, le Plan Sénégal Emergent (PSE) à l’horizon 2035.

Il place dorénavant le secteur privé au coeur du processus de création de richesse et d’emplois.

Sur le plan financier, le Sénégal reste dépendant de l’aide extérieure (dons et prêts concessionnels) qui assure 20% de l’ensemble des dépenses inscrites au budget.

Au niveau de la conjoncture économique, avec une activité plus équilibrée entre les différents secteurs, le Sénégal a vu sa croissance économique progresser de + 4%  en 2013.

Cependant, d’un point de vue du développement humain, il reste de nombreux défis sociaux à relever au Sénégal, notamment en termes de pauvreté, d’inégalités, de nutrition et de santé infantile et maternelle.


Mon récapitulatif

Récapitulatif

Sélection

Don

Don

0

Votre contribution au fonctionnement de HelloAsso. Pourquoi ? - Modifier

Total

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’association DIAPPEULE. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous est proposée avant la validation de votre paiement.

Santé publique

Le taux de mortalité infantile est de 50 enfants pour 1000 naissances en 2014, et celui des mères à l’accouchement est de 320 pour 100 000 naissances.

Le taux d’enfants de moins de 5 ans souffrant d’insuffisance pondérale est équivalent à 16,8 % en 2013.

Les maladies infectieuses représentent un risque très élevé pour la population : le climat favorise la dengue, le paludisme et la fièvre jaune ; les maladies diarrhéiques, l’hépatite A et la fièvre typhoïde transmises par l’eau, la nourriture ou l’environnement sont également très fréquentes.

Le nombre de médecins est très faible : 0,1 médecin pour 1000 habitants.

A titre de comparaison, en France, ce chiffre est de 3,5.

Les dépenses du gouvernement en matière de santé sont insuffisantes (4,2 % du PIB en 2013).

Malgré une sensible amélioration, il y a encore 40% de la population en milieu rural n’ayant pas accès à une quantité raisonnable d’eau provenant d’une source d’eau améliorée contre 7% en milieu urbain.

52% de la population a accès aux installations sanitaires améliorées.

Ceci constitue un frein à l’amélioration de la situation sanitaire du pays.

What do you want to do ?

New mail

Économie

Le Sénégal est la deuxième économie en Afrique de l’ouest francophone derrière la Côte d’Ivoire.

30% de la population vit en dessous du seuil international de pauvreté (1,25 dollar par jour).

Les problématiques liées à l’emploi, au coût de la vie, à la qualité des services publics, à l’approvisionnement en eau, ainsi qu’à la fourniture et au coût de l’électricité sont les préoccupations premières du gouvernement.

Le secteur primaire (15% du PIB, 50% de la population active) demeure particulièrement exposé aux aléas climatiques et à la volatilité des cours mondiaux des matières premières.

Le secteur secondaire (21% du PIB) repose essentiellement sur les mines d’or, les phosphates, le ciment, l’agroalimentaire et le BTP.

Les activités tertiaires (64% du PIB, service public inclus pour 20%) restent fortement dominées par le secteur informel. Le tourisme connaît un ralentissement récent.

Le Sénégal vient d’adopter une nouvelle stratégie nationale en matière de développement économique et social, le Plan Sénégal Emergent (PSE) à l’horizon 2035.

Il place dorénavant le secteur privé au coeur du processus de création de richesse et d’emplois.

Sur le plan financier, le Sénégal reste dépendant de l’aide extérieure (dons et prêts concessionnels) qui assure 20% de l’ensemble des dépenses inscrites au budget.

Au niveau de la conjoncture économique, avec une activité plus équilibrée entre les différents secteurs, le Sénégal a vu sa croissance économique progresser de + 4%  en 2013.

Cependant, d’un point de vue du développement humain, il reste de nombreux défis sociaux à relever au Sénégal, notamment en termes de pauvreté, d’inégalités, de nutrition et de santé infantile et maternelle.

Signaler la page