Réinsertion des enfants des rues de Katmandou

par Enfants&Developpement

Cette collecte est terminée.

Réinsertion des enfants des rues de Katmandou

par Enfants&Developpement

Cette collecte est terminée.

Le centre de réinsertion  a besoin de vos financements pour continuer à accueillir les enfants des rues

Depuis 2001, Enfants & Développement agit au Népal pour la réintégration des enfants des rues en collaboration avec une ONG locale, Voice of Children, pour apporter des solutions adaptées, pérennes et durables.

 

Notre démarche pour la réinsertion est étalée dans le temps afin d’en assurer le succès : il s’agit de respecter les volontés des enfants et leur famille et d’en faire les acteurs de ce changement. Les étapes graduelles de réinsertion sont présentées dans le schéma ci-dessous :

 

Cette démarche engendre des coûts conséquents, et nous avons aujourd’hui besoin de vos contributions* pour que le centre de préparation, étape la plus sensible du processus de réintégration, puisse continuer d’accueillir, de nourrir et d’accompagner une centaine d’enfants jusqu’à la fin de l’année. 

*Un reçu fiscal vous est automatiquement fourni pour votre don

 

Jusqu’à présent, notre approche progressive assure sa réussite car depuis 2001, ce sont 1692 enfants et adolescents des rues qui ont bénéficié de ce programme.

En 2013, par exemple :

-      164 enfants ont été suivis et accompagnés par l’équipe d’Enfants & Développement

-      100% d’entre eux ont été réintégrés dont 70% dans leur propre famille et 30% dans leur communauté.

-      Un an après, on dénombre une réintégration réussie pour 98% d’entre eux

Portraits d'un ancien bénéficiaire et d'une assistante sociale

Aakash, enfant des rues en 2001, professeur en 2014 

 

 

Un contexte familial difficile


Aakash est le 4ème enfant de Santosh et Nisha Lama. La famille vit dans un village du district de Makwanpur (en région centrale) et tient un petit restaurant. La relation entre les parents est tendue ; le père est infidèle et boit régulièrement. Il peut partir plusieurs jours sans en informer son épouse, tant est si bien qu’un jour il part et ne revient pas. Sa mère se retrouve seule à s’occuper des 4 enfants.

3 ans plus tard, Nisha rencontre Prakash et ils se marient. Peu de temps après, les frères et soeurs d’Aakash disparaissent et Nisha ne les reverra jamais : c’est la guerre civile au Népal...

Aakash, sa mère Nisha et Prakash partent alors s’installer à Katmandou. Nisha a trois nouveaux enfants avec Prakash qui travaille en tant qu’ouvrier journalier. Mais très vite, la désillusion de la vie dans la capitale pousse Prakash à la consommation abusive d’alcool. Son malaise se transforme en violence contre Nisha et surtout contre Aakash, cet enfant du 1er mariage, qui réussit bien à l’école. Aakash se retrouve ainsi contraint à l’abandon scolaire.

Plus tard, Nisha découvre que Prakash est marié à une autre femme au village avec qui il a 3 enfants. Elle le quitte. Très affaiblie mentalement, elle baisse les bras et commence à boire. Dans ce contexte, Aakash quitte le domicile pour la rue. 


De la rue à l'éducation....


C'est à l'âge de 11 ans qu'Aakash a été repéré dans la rue par un éducateur social de Voice of Children (VOC), notre partenaire au Népal depuis 2001. Après 3 mois dans la rue, il se rend au ‘drop-in center’ et après 7 mois de va et vient entre la rue et le centre,  Aakash décide finalement de quitter la rue et d’intégrer le ‘centre de préparation’ de VOC avant d'intégrer la "Maison des Enfants" où il reprend ses études... Il y restera plus de 3 ans, le temps de finir sa formation et de devenir un jeune accompli pouvant prendre en charge sa mère et sa jeune sœur.


 Mais n’allons pas trop vite…


Quand le suivi d’Aakash débute, Kalpana, l’assistante sociale du projet réinsertion des enfants des rues de VOC soutenu par E&D, rencontre Nisha, sa mère, elle n’est pas encore prête à ré-accueillir Aakash. Lui de son côté exprime aussi son inquiétude car sa mère boit et fume énormément. Comment vivre avec elle dans une petite chambre et poursuivre ses études, qu’il a reprises avec le soutien du projet dans ces conditions ?

Le temps passant, les rencontres avec Kalpana se multiplient, et quelques fois Aakash reste plusieurs jours au domicile. Nisha reprend confiance en elle, le soutien de Kalpana et la réussite scolaire d’Aakash rompent ‘le sortilège’. Elle arrête de boire, de fumer et apprend à mieux gérer son maigre revenu. Après plus de 3 ans de suivi, Aakash retourne vivre avec sa mère et sa jeune sœur. Le projet continue à prendre en charge les frais scolaires que Nisha ne pourrait pas couvrir.

Et tout en allant à l’école, Aakash donne des cours particuliers, qui aident à couvrir les frais de scolarité de sa jeune sœur. Il obtient le SLC (équivalent du brevet) puis passe avec succès le Grade 12 (baccalauréat). Face à ce succès, ses enseignants lui proposent un poste de professeur dans l’établissement.


 Un happy-ending…


Aujourd’hui Aakash est professeur en collège, il gagne 10 000 roupies par mois (100 euros), aide Nisha et accompagne sa jeune sœur. Il est aujourd’hui un jeune homme accompli, confiant en l'avenir. 

 

Kalpana Basnet, un pilier du programme réinsertion des enfants des rues.

 

 

Un parcours qui inspire le respect...


Diplômée en sociologie, Kalpana commence sa carrière sociale en ONG à l’ȃge de 22 ans. Un an après, en 2004, elle est recrutée par Voice of Children pour être éducatrice au drop-in center (centre d’accueil des enfants des rues à Katmandou). Elle devient 2 ans plus tard assistante sociale et accompagne les enfants du centre à se construire un avenir en famille ou au sein de la communauté (les enfants peuvent ainsi être réintégrés dans la famille élargie, dans des familles d’accueil, ou s’ils ont plus de 16 ans au sein de la communauté). Excellente assistante sociale, Kalpana devient responsable des assistants sociaux du projet en 2009 puis manager du projet.


Une dévotion à toute épreuve...


Ce que Kalpana aime le plus, c’est le travail direct avec les enfants et les familles : elle en suit actuellement 18.

« C’est vrai que discuter et négocier avec les enfants des rues est difficile, et même si chaque enfant est différent, avec l’expérience le savoir-faire s’acquiert. J’ai maintenant confiance en mes capacités et compétences, ce qui est primordial face aux familles défavorisées, et aux enfants des rues. Chaque succès, comme celui d’Aakash, me motive encore plus. De plus, le travail en équipe est une vraie source de motivation et me permet de partager les responsabilités de notre travail », avoue Kalpana.

Elle est très investie car quand on lui demande comment elle parvient à gérer sa propre famille et son travail qui demande une disponibilité 7j/7, elle répond : « C’est un travail à temps plein, il n’y a pas d’horaire de bureau, les urgences sont communes et rythment nos journées du lundi au dimanche. Comme nous sommes des médiateurs, notre présence est toujours sollicitée par les enfants et les familles dans la phase préliminaire de la réintégration. »


Un avenir en partenariat avec Enfants & Développement...


Quand on pose la question de l’avenir, Kalpana dit qu’elle veut continuer à apprendre et à évoluer au sein de VOC avec l’appui technique d’E&D. «E&D m’apprend à résoudre chaque difficulté et à parfaire nos compétences... Et quand je dis ça, je vous assure que chaque membre de l’équipe vous dira la même chose. »

Donner 20 euros

Check up médical pour un enfant (avec reçu fiscal, don équivalent à 6,66€)

Donner 30 euros

Un ensemble de vêtements et chaussures pour un enfant des rues (avec reçu fiscal, don équivalent à 10€)

Donner 40 euros

Location et équipement d'une chambre pour deux adolescents des rues (avec reçu fiscal, don équivalent à 13,3€)

Donner 60 euros

Frais de scolarité, de matériel scolaire et d'un uniforme pour un enfant au primaire pour un an (avec reçu fiscal, don équivalent à 20€)

Donner 100 euros

Frais de scolarité, de matériel scolaire et d'un uniforme pour un enfant au collège/lycée pour un an (avec reçu fiscal, don équivalent à 33,3€)

Donner 150 euros

Un mois de travail d'assistant social (avec un reçu fiscal, don équivalent à 50€)

Donner 5 euros

Une journée de travail d'un travailleur social (avec reçu fiscal, don équivalent à 1,6€)

Association Enfants&Developpement

Enfants&Developpement

Enfants&Développement a pour mission d'améliorer les conditions de vie, de santé et d'éducation des enfants les plus démunis.

Anonyme
09/09/2014