Enfants Du Noma

Humanitaire

Association Humanitaire de Chirurgie Maxillo-faciale et Orthopédique Pédiatrique

qui sommes-nous ?

En images

Notre mission

Le Noma

Le Noma est une infection bactérienne qui touche principalement les jeunes enfants. Elle débute par une lésion bénigne de la bouche, qui devient invasive et ravage très rapidement le visage : en quelques jours, les os du nez et de la mâchoire, les lèvres, la joue, le nez et les paupières peuvent être atteints et détruits. Les enfants, s’ils en rechapent se retrouvent défigurés et rejetés de la société.

Maladie des plus petites d’entre les petits
La misère,le manque d’hygiène et la malnutrition sont les terrains favoris du Noma qui sévit dans de nombreux pays pauvres et plus particulièrement en Afrique. Il s’attaque surtout aux enfants, entre 0 et 6 ans, souvent après la naissance rapide d’un deuxième bébé, parce que la mère ne peut plus nourrir l’aîné. Ils sont dénutris, et c’est ainsi qu’ils contractent la maladie.

La maladie traitée au début par des antibiotiques peut guérir facilement. Sans prise en charge rapide, seuls 20% des enfants survivent mais gardent un visage mutilé, et ont de grandes difficultés à s’alimenter et respirer normalement.

Aujourd’hui, on compte plus de 500.000 personnes touchées par cette maladie et plus de 100.000 cas supplémentaires répertoriés chaque année.

LE NOMA DANS L’HISTOIRE

Le noma était déjà connu dans l’antiquité de médecins comme Hippocrate et Galien. En Europe, de nombreux textes des 18e et 19e siècles mentionnent cette maladie dans plusieurs pays. Des cas de noma ont également été mentionnés aux États-Unis et en Europe jusqu’en 1901. Au 20e siècle, avec le développement de l’hygiène, le noma a disparu des pays industrialisés, à l’exception des cas décrits dans les camps de concentration nazis d’Auschwitz et de Belsen.

LE NOMA AUJOURD’HUI

Le noma, endémique dans de nombreux pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du sud, a atteint les proportions d’un problème de santé publique, surtout dans certaines populations de la région du Sahel. Le taux de mortalité est très élevé et les survivants, défigurés à vie, présentent des séquelles telles qu’ils ne pourront jamais plus s’alimenter ou respirer normalement. Comme pour la lèpre, les victimes sont souvent rejetées par leurs propres communautés.

L’Étude de OMS

Le noma est une maladie mondiale, prédominante en Afrique. En 1994, l’OMS a déclaré le noma comme un problème de santé publique. Les résultats des recherches de l’OMS ont montré que :

  • Plus de 100 000 enfants sont touchés par le noma chaque année.
  • Les victimes sont pratiquement toutes des enfants entre 2 et 6 ans.
  • 500 000 survivants au noma vivent actuellement dans le monde, en absence de traitement.
  • Les pays les plus pauvres d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud sont affectés et le continent africain est le plus durement touché avec 80% des cas.

Aujourd’hui, le noma, endémique dans de nombreux pays africains, a atteint les proportions d’un problème de santé publique, surtout dans certaines populations de la région du Sahel, une région aussi désignée par certains comme la «ceinture du noma». Le noma serait en augmentation en Afrique comme la plupart des maladies bucco-dentaires, dû à une détérioration générale des conditions de vie : malnutrition, mauvaise hygiène, VIH/SIDA, conflits, corruption.

LES SOLUTIONS

La chirurgie

C’est une chirurgie complexe faisant appel à des techniques modernes de chirurgie plastique et reconstructrice: lambeaux nécessitants souvent plusieurs temps opératoires à 15 jours d’intervalle, et microchirurgie. Les missions chirurgicales, sur place, nécessitent une logistique lourde et une grande collaboration entre tous les intervenants.

Quatre phases bien distinctes :
1. Le recrutement des malades en amont
2. La préparation (pré-opératoire)
3. Les interventions chirurgicales
4. Les soins post-opératoires

La prévention

Les programmes de préventions efficaces ne peuvent émaner que des institutions gouvernementales locales, sur lesquelles l’association ne peut pas intervenir pour l’instant. Néanmoins, l’association travaille en étroite collaboration avec les organismes gouvernementaux. Plusieurs ONG chirurgicales, dont la notre, participent activement dans les médias, à sensibiliser l’opinion sur cette maladie qui devrait disparaître de la planète.

Sources : Fédération Internationale NONoma


La chirurgie maxilo faciale

La chirurgie réparatrice de la face

Nos mission première était d’opérer les enfants rescapés de la maladie du Noma et réparer leur visage, mais très vite nous avons vu affluer aux consultations d’autres maladies « défigurantes » et terribles qui nécessitaient réparation. Ces enfants présentent, aussi bien que ceux atteint du Noma, des souffrances physiques et morales considérables et sont exclus de la société. La chirurgie maxilo faciale est pour eux une véritable bouée de sauvetage.

Les malformations Faciales

Nos interventions concernent également les malformations faciales de naissance comme les becs de lièvre ou fentes labiales et palatines. De très nombreux cas se présentent à la naissance avec la lèvre supérieur fendue en deux ou parfois des doubles fentes qui sont associes ou non avec une béance dans le palais qui fait communiquer la bouche et le nez rendant l’alimentation et l’élocution très difficile.

Les tumeurs

Les tumeurs de la mâchoire sont assez fréquentes et créent d’impressionnantes déformations de la face qui grossissent inexorablement, avec une issue fatale sans traitement. Egalement, nous pouvons traiter toutes sortes d’autres tumeurs de la face ou de la langue. Les enfants présentant ces tumeurs peuvent être souvent guéris par ces opérations.

Les brulures

Les brulures du visage et du cou sont particulièrement sévères et invalidantes et nécessitent, donc, notre attention particulière.

Les séquelles d’accident 

Nous rencontrons toutes sortes de visages déformés ou détruits par des traumatismes que nous pouvons réparer ou reconstruire.


Chirurgie orthopédique

Dans les pays pauvres, les enfants n’ont pas d’accès à la chirurgie spécialisée en raison des services pratiquement inexistants et d’un très petit nombre des chirurgiens formés en chirurgie orthopédique. Les enfants qui présentent au niveau des membres des malformations, des tumeurs ou des séquelles d’accident se retrouvent handicapés, sans pouvoir marcher ou même se tenir debout. Ils n’ont, malheureusement, aucune chance de retrouver un jour une mobilité. 

Au Burkina Faso, nous avons décidé, sous l’influence de madame Hélène Blondet (alors Ambassadrice de France au Burkina), de prendre en charge et d’opérer ces nombreux enfants avec des déformations des jambes ou des pieds (pieds bots, séquelles de rachitisme etc.)

Trois missions par an, réalisées par les plus grands spécialistes français de chirurgie orthopédique pédiatrique, ont déjà redonné une dignité et une mobilité autonome à des centaines d’enfants.

Ces opérations, souvent lourdes, faisant intervenir du matériel sophistiqué pour la réparation osseuse, des plâtres successifs ainsi qu’une rééducation, ont été possibles grâce à l’existence de la Maison de Fati, qui permet de garder et soigner les enfants jusqu’a leur guérison.

Dans les nouvelles destinations, que ce sont Madagascar, Cambodge ou Laos, nous espérons réaliser bientôt des missions de chirurgie orthopédique pédiatrique car les besoins de la population y sont équivalents.


Nos Missions

Depuis 2001, les missions de l’association Les enfants du Noma se sont multipliées, jusqu’à atteindre une dizaine par an (au Burkina Faso d’abord, puis au Mali et au Bénin). L’association a mobilisé de nombreux volontaires dans toute la France qui consacrent beaucoup d’énergie à préparer ces missions et récolter du matériel dans les hôpitaux. 

Chaque mission est composée de 7 intervenants médicaux : 2 Chirurgiens, 2 Médecins Anesthésistes, 2 Infirmières de Bloc Opératoire (IBODE) et 1 Infirmière Anesthésiste (IADE). Ils sont accompagnés de chirurgiens locaux qu’ils forment aux techniques spécifiques de la chirurgie du Noma et de la chirurgie orthopédique. 

Les missions acheminent et consomment des quantités importantes de matériel chirurgical et médical renouvelé pour partie à chaque fois et collecté en France et envoyés soit dans les valises soit par container. Ce matériel se compose de médicaments, de consommables pour le bloc opératoire: gants, champs opératoires et tubulures, de matériel chirurgical et d‘appareillages anesthésiques et chirurgicaux qui sont laisses sur place et stockés.La chirurgie orthopédique nécessite beaucoup de matériel couteux et technique.


Nous intervenons dans différents pays : Le Bénin, Madagascar, Le Laos, Le Cambodge.

Siège social

CHU Nord Département Anesthésie Niveau 0 Bât B Dr ALLARY René 42055 ST ETIENNE CEDEX 2

Site internet

http://enfantsdunoma.org

Rejoindre nos communautés

vous avez une question ?

Soyez le premier à lancer la conversation !

Notre communauté

Rejoindre la communauté

Découvrez d'autres associations sur HelloAsso

Association A Chacun Son Everest
A Chacun Son Everest
Association SAMBO Sante Education Pour Tous
SAMBO Sante Education Pour Tous
Association DIDi & Diabeline
DIDi & Diabeline
Association BadGeek
BadGeek