Depuis le lendemain de la manifestation les autorités locales, poussées par le député Stéphane Claireaux, ont lancé une vaste opération judiciaire contre l’association « Ensemble et libres » et contre des manifestants qui ont, soit jeté du goémon en direction du député, soit participé au feu de palettes devant la préfecture. Sous l’effet combiné de la chaleur et des rafales, des vitres de la préfecture se sont fêlées et leur remplacement devra être remboursé.

Ils sont poursuivis ensemble et individuellement pour ces faits. L’association a tout mis en œuvre pour que chacun puisse être assisté et ne se retrouve pas seul. Après les conseils d’un avocat parisien, c’est un avocat local qui assurera les défenses de chacun.

La jeune association n’a donc pas les moyens de faire face à toutes ces dépenses et trouve inéquitable de faire supporter ces charges par les seuls manifestants concernés, notamment parce que rien de tout cela ne serait arrivé sans la présence et l’attitude du député.

C’est pourquoi elle lance un appel à la solidarité pour aider à financer toutes les dépenses qui font suite aux incidents rappelés ci-dessus (hors amendes qui restent personnelles).

Le combat que nous menons ensemble est capital ; chacun est concerné. La prise de conscience est générale partout où les libertés sont gravement menacées. Et partout, comme aujourd’hui chez nos voisins canadiens dans le « convoi pour la liberté », la nécessaire solidarité prend place, redonne vie et espoir aux peuples.                                                                      

Pour terminer, nous voulons reprendre ce témoignage adressé le lendemain de la manifestation :

« Nous voudrions avec mon épouse, vous féliciter, féliciter le collectif pour ce beau rendez-vous humain, fraternel et joyeux. Vous avez rallumé une petite lumière qui avait disparue dans nos souvenirs des années 80, où la solidarité et l’entraide prévalait. Aujourd’hui se profile la pire tempête que nous aurons à affronter, il nous faudra nous serrer les coudes et ensemble nous transformer en vaisseau pour briser ces vagues abjectes que ces fous vont faire déferler sur nous. Merci à vous. »

Ainsi, plus on voudra nous diviser, plus nous devrons nous resserrer pour faire face, comme par instinct de survie.            

Merci à vous.