EUBritizens. Reclaiming EU Citizenship via ECJ legal cases.

par EU Britizens

Faire un don

EUBritizens. Reclaiming EU Citizenship via ECJ legal cases.

par EU Britizens

Faire un don

RESTORATION & MAINTENANCE OF EU CITIZENSHIP & DERIVED RIGHTS OF BRITISH CITIZENS FOLLOWING #BREXIT// RECUPERATION CITOYENNETÉ EUROPÉENNE


In both English and French/ En anglais et en français - en bas.

EUBritizens - Association sous la loi 1901


REGAIN & MAINTAIN YOUR EU CITIZENSHIP/ RECUPERER ET CONSERVER VOTRE CITOYENNETÉ EUROPÉENNE

OBJECTIVE: 

The restoration and maintenance of European citizenship and derived rights of British citizens (initially of those legally living in an EU country) following the UK’s decision to leave the EU – #Brexit.  

UNDER WHAT LEGAL RIGHT? 

i) European citizenship was "instituted" in 1993 and was then linked to the nationality of a Member State 

ii) this "institution" made European citizenship part of the legal heritage of all Europeans of the time, both then and for those born since. If the referendum on Brexit removes European citizenship from the legal heritage of Britons who remain in the United Kingdom, because citizenship stems from solidarity between citizens and the institution (i.e. Great Britain) of which they are citizens (and the British have, by their choice, broken this solidarity), the same is not true of the British who remained on the territory of the Union who thus expressed their desire to see this solidarity maintained. 

iii) following precedents within the ECJ and the International Court of Justice, the legal heritage to European citizenship must be likened to a real nationality in its own right, conferring all the rights and duties required of citizens. This then implies that the link of each European with the European Union is as strong as their link with the Member State of which they are a national 

iv) the choice of the United Kingdom to withdraw from the Union did not sever this link for the British who remained on the territory of the Union, who continue to show their deep attachment and commitment to the European Union despite the (numerous) challenges brought about by Brexit 

vi) having exercised our treaty rights, the principles of legal certainty and legitimate expectations prevent our European citizenship from being withdrawn. We based our lives legally on these rights, and we did nothing in our individual capacity to lose them. The choice of our fellow countrymen and women who stayed in the UK and decided to leave, without the voices of most of us, is irrelevant in this respect 

vii) European citizenship includes rights having a monetary implication - the principle of equality prevents any fiscal disadvantage which has a consequence in terms of tax burden and therefore standard of living; the right to social transfers and to equal access to these rights has an essentially financial dimension. Third country nationals, which British in Europe have now become, will be subject to extra charges, social and others, on income, such as from capital (dividends, interest on bonds, etc.) and from land ownership (income from the rental of a building). 

 viii) Removal of European citizenship from British in Europe is therefore the removal of what is called rights and duties, collectively known as a good. Starting from the premise that European citizenship is an element of the legal heritage of Europeans and that bringing together a set of rights and duties, it constitutes in itself a good of which no one can be deprived except if it is in the public interest. Removing goods is only possible according to the Charter of Fundamental Rights (Article 17) and the European Safeguard Convention (Article 1 of the First Additional Protocol) if in the public interest. There is no public interest in removing this right from British in Europe 

HOW? 

As a first step, we have been fighting, via the French courts, to restore the right to vote in local elections. If we win, this will have extraordinary ramifications on restoring our EU Citizenship, thanks to the definition of EU citizenship and rule of proportionality.  

If we can reinstate our EU citizenship, we shall recoup the life we had before 1st January 2021 as will our relatives. 

Our cases have been successful and we have been given permission to take them to the European Court of Justice in 2021.  We also have one going to the ECHR.

BACKGROUND & PROPORTIONALITY: 

Our cases at the ECJ depend on precise points of law that have already been ratified into case law on the right to vote. It should be noted that the right to vote is enshrined in EU law.  

Therefore, the loss of our voting rights is a provable injustice; what we are asking for is the restoration of fundamental rights that were stripped from us as of 31st January 2020. Not only can many of us not vote in the UK thanks to the 15-year rule, we are no longer able to vote (with some exceptions) in local and European elections in the countries where we have made our homes, where we have our lives.  

We are in the process of proving that these rights are individual, even if they came to us through membership of a specific country, and cannot be removed without due respect to the underlying principles of proportionality and proximity. 

Proportionality - meaning that no decision can be taken that adversely affects a disproportionate number of individuals. There has been a breach of proportionality because the removal of our citizenship has resulted in such major negative consequences in our lives (loss of the right to vote, loss of freedom of movement, equal treatment for jobs, education, etc., welfare, family reunification rights, fiscal disadvantages) that it exceeds the advantages and become completely disproportionate, contrary to European values. 

Proximity -meaning that decisions should be taken as close as possible to those affected by them.  

The EU abides by the rule of law (‘Etat de droit’); therefore, any law should not be unduly influenced by politics.  

WHAT ABOUT THE WITHDRAWAL AGREEMENT? 

The Withdrawal Agreement (WA) never went as far as both sides promised.  

And, in this instance, we have EU law on our side as removing voting rights is discrimination based upon our nationality (contrary to article 20 TFEU). It argues that because the rights maintained in the WA are conditional on obtaining a residency card and are not identical to EU citizenship – such as no local election voting – it is unfair as Britons living in EU countries will be treated differently to EU citizens.  

OUR LEGAL TEAM: 

Julien Fouchet has been fighting for our rights since the Brexit referendum in 2016. He was the first lawyer in Europe to argue for a clear ruling of article 50 TEU in front of European judges in the Shindler case in 2018 (T-458/17) and the first to have argued about the right to vote for European citizens in the European elections in 2015 in front of the European Court of Justice (C-650/13). 

Jean-Noël Caubet-Hilloutou, a lawyer deeply engaged in promoting of European rule of law, is working alongside Julien contributing to the fight. 

They are both working PRO-BONO but there are costs to cover and that is why we have set up this crowdfunder.

The Tories have repeatedly included restoring voting rights in their manifestos for well over a decade, with no result. Boris Johnson even wrote to Harry Shindler in February 2020 assuring him that the government is committed to abolishing the 15-year rule, allowing British people overseas to have the right to influence decisions on foreign policy and trade that affect their lives.  https://www.internationalinvestment.net/news/4011599/british-expats-recover-voting-rights  

However, we feel that there is little point waiting for a promise that has been broken multiple times.  

We need to regain these rights for ourselves, at least in our adopted countries. If the UK does restore our rights, we shall have much more control over our lives in the future. 

And now, thanks to Julien and Jean-Noël, we have been given permission to take two court cases to the ECJ this year, with AB and CS to regain their legal votes in France as a first step to reinstating our European citizenship. 

We also have another case, with MP, which initially failed in front of the court where AB and CS succeeded, but which is now in front of the ECHR. The two European courts may well restore our rights 

PLEASE NOW HELP US TO HELP ALL OF US: 

We know that you are constantly being asked to help fund various Brexit activities. Imagine if each individual British in Europe would give just one euro to this, we would have anywhere between €1.2 m to €3m to help us fight for our rights. But we can't reach all these people without your help.

Please, give what you can, spread the word and encourage others to help.  

EUBritizens - Association sous la loi 1901

 ______________________________________________________________________________________________________________________________________________________

FRANCAIS

OBJECTIF :

Le rétablissement et le maintien de la citoyenneté européenne et des droits dérivés des citoyens britanniques (initialement ceux vivant légalement dans un pays de l’UE) suite à la décision du Royaume-Uni de quitter l’UE – #Brexit.

EN VERTU DE QUEL DROIT LÉGAL? 

i) La citoyenneté européenne a été "instituée" en 1993, puis liée à la nationalité d’un État membre

ii) cette "institution" a fait de la citoyenneté européenne une partie de l’héritage juridique de tous les Européens de l’époque, à la fois alors et pour ceux qui sont nés depuis. Si le référendum sur le Brexit retire la citoyenneté européenne de l’héritage juridique des Britanniques qui restent au Royaume-Uni parce que la citoyenneté découle de la solidarité entre les citoyens et l’institution (i.e. la Grande-Bretagne) dont ils sont citoyens (et les Britanniques ont, par choix, rompu cette solidarité), il n’en est pas de même des Britanniques restés sur le territoire de l’Union qui ont ainsi exprimé leur désir de voir cette solidarité maintenue.

iii) suivant les précédents de la CJCE et de la Cour internationale de justice, l’héritage juridique de la citoyenneté européenne doit être assimilé à une nationalité réelle en soi, conférant tous les droits et devoirs exigés des citoyens. Cela implique donc que le lien de chaque Européen avec l’Union européenne est aussi fort que le lien qu’il entretient avec l’État membre dont il est ressortissant

iv) le choix du Royaume-Uni de se retirer de l’Union n’a pas rompu ce lien pour les Britanniques restés sur le territoire de l’Union, qui continuent de montrer leur profond attachement et engagement envers l’Union européenne malgré les (nombreux) défis posés par le Brexit

vi) après avoir exercé nos droits issus de traités, les principes de sécurité juridique et de confiance légitime empêchent le retrait de notre citoyenneté européenne. Nous avons fondé notre vie légalement sur ces droits, et nous n’avons rien fait dans notre capacité individuelle de les perdre. Le choix de nos compatriotes qui sont restés au Royaume-Uni et ont décidé de partir, sans la voix de la plupart d’entre nous, n’est pas pertinent à cet égard

vii) La citoyenneté européenne comprend des droits ayant une incidence monétaire - le principe d’égalité empêche tout désavantage fiscal qui a des conséquences en termes de charge fiscale et donc de niveau de vie; le droit aux transferts sociaux et à l’égalité d’accès à ces droits a une dimension essentiellement financière. Les ressortissants de pays tiers, devenus britanniques en Europe, seront soumis à des charges supplémentaires, sociales et autres, sur les revenus, tels que ceux du capital (dividendes, intérêts sur les obligations, etc.) et de la propriété foncière (revenus de la location d’un immeuble).

 viii) Le retrait de la citoyenneté européenne de la Grande-Bretagne en Europe est donc le retrait de ce qu’on appelle les droits et les devoirs, collectivement appelés un bien. Partant du principe que la citoyenneté européenne est un élément de l’héritage juridique des Européens et qu’elle réunit un ensemble de droits et de devoirs, elle constitue en elle-même un bien dont personne ne peut être privé, sauf dans l’intérêt public. L’enlèvement des marchandises n’est possible conformément à la Charte des droits fondamentaux (article 17) et à la Convention européenne de sauvegarde (article 1er du premier protocole additionnel) que si cela est dans l’intérêt public. Il n’y a aucun intérêt public à retirer ce droit aux Britanniques en Europe

COMMENT? 

Dans un premier temps, nous nous sommes battus, via les tribunaux français, pour rétablir le droit de vote aux élections locales. Si nous gagnons, cela aura des conséquences extraordinaires sur le rétablissement de notre citoyenneté européenne, grâce à la définition de la citoyenneté européenne et à la règle de proportionnalité.  

Si nous pouvons rétablir notre citoyenneté européenne, nous récupérerons la vie que nous avions avant le 1er janvier 2021, tout comme nos proches. 

Nos affaires ont été couronnées de succès et nous avons été autorisés à les porter devant la Cour de justice européenne en 2021.  Nous en avons aussi un qui va à la CEDH.

CONTEXTE & PROPORTIONNALITÉ :

Nos affaires à la CJUE dépendent de points de droit précis qui ont déjà été ratifiés dans la jurisprudence sur le droit de vote. Il convient de noter que le droit de vote est inscrit dans le droit de l’UE.  

Par conséquent, la perte de nos droits de vote est une injustice démontrable; ce que nous demandons, c’est le rétablissement des droits fondamentaux qui nous ont été enlevés le 31 janvier 2020. Non seulement beaucoup d’entre nous ne peuvent pas voter au Royaume-Uni grâce à la règle des 15 ans, mais nous ne sommes plus en mesure de voter (à quelques exceptions près) aux élections locales et européennes dans les pays où nous avons fait nos maisons, où nous avons notre vie.

Nous sommes en train de prouver que ces droits sont individuels, même s’ils nous sont parvenus par l’entremise de l’appartenance à un pays en particulier, et qu’ils ne peuvent être supprimés sans le respect des principes sous-jacents de proportionnalité et de proximité. 

Proportionnalité - ce qui signifie qu’aucune décision ne peut être prise qui nuit à un nombre disproportionné de personnes. Il y a eu un manquement à la proportionnalité parce que le retrait de notre citoyenneté a eu des conséquences très négatives dans nos vies. (perte du droit de vote, perte de la liberté de circulation, égalité de traitement en matière d’emploi, d’éducation, etc., bien-être, droit à la réunification des familles, désavantages fiscaux) qu’elle dépasse les avantages et devient totalement disproportionnée, contrairement aux valeurs européennes.

Proximité, c’est-à-dire que les décisions doivent être prises le plus près possible des personnes touchées.  

L’UE respecte l’État de droit; par conséquent, toute loi ne devrait pas être indûment influencée par la politique.

Et l’accord de retrait ? 

L’accord de retrait n’est jamais allé aussi loin que les deux parties l’avaient promis.  

Et, dans ce cas, nous avons le droit de l’UE de notre côté, car la suppression du droit de vote est une discrimination fondée sur notre nationalité (contrairement à l’article 20 du TRAITÉ SUR LE FONCTIONNEMENT DE L'UNION EUROPÉENNE, TFUE). Elle fait valoir que les droits maintenus dans l’Union européenne sont conditionnels à l’obtention d’une carte de résidence et ne sont pas identiques à la citoyenneté de l’UE – comme l’absence de vote électoral local – et qu’il est injuste que les Britanniques vivant dans les pays de l’UE soient traités différemment des citoyens de l’UE.

NOTRE ÉQUIPE JURIDIQUE :

Julien Fouchet se bat pour nos droits depuis le référendum sur le Brexit en 2016. Il a été le premier avocat en Europe à plaider pour une décision claire de l’article 50 du TUE devant les juges européens dans l’affaire Shindler en 2018 (T-458/17) et le premier à avoir plaidé pour le droit de vote des citoyens européens aux élections européennes de 2015 devant la Cour de justice européenne (C-650/13).

Jean-Noël Caubet-Hilloutou, avocat engagé dans la promotion de l’état de droit européen, collabore avec Julien à la lutte. 

Ils travaillent tous deux sans honoraires mais il y a des frais à payer et c’est pourquoi nous avons mis en place ce crowdfunder.

Le parti conservateur britannique n’a cessé d’inclure le rétablissement du droit de vote dans ses manifestes depuis plus d’une décennie, sans résultat. Boris Johnson a même écrit à Harry Shindler en février 2020 pour lui assurer que le gouvernement s’engageait à abolir la règle des 15 ans, permettant aux Britanniques à l’étranger d’avoir le droit d’influencer les décisions en matière de politique étrangère et de commerce qui affectent leur vie.   https://www.internationalinvestment.net/news/4011599/british-expats-recover-voting-rights

Cependant, nous estimons qu’il ne sert à rien d’attendre une promesse qui a été brisée à maintes reprises.  

Nous devons retrouver ces droits pour nous-mêmes, du moins dans nos pays d’adoption. Si le Royaume-Uni rétablit nos droits, nous aurons beaucoup plus de contrôle sur nos vies à l’avenir. 

Et maintenant, grâce à Julien et Jean-Noël, nous avons eu la permission de porter deux affaires devant la CJUE cette année, avec l’AB et CS pour regagner leurs votes légaux en France comme première étape pour rétablir notre citoyenneté européenne.

Nous avons aussi une autre affaire, avec MP, qui a d’abord échoué devant le tribunal où AB et CS ont réussi, mais qui est maintenant devant la CEDH.  Les deux tribunaux européens pourraient bien restaurer nos droits. 

S’IL VOUS PLAÎT, AIDEZ-NOUS MAINTENANT POUR NOUS AIDER TOUS :

On est conscient du fait que l’on vous demande constamment de contribuer au financement de diverses activités liées au Brexit. Imaginez, si chaque Britannique en Europe ne donnait qu’un euro à cela, nous aurions entre 1,2 et 3 millions d’euros pour nous aider à lutter pour nos droits. Pourtant, on ne peut pas contacter tous ces gens sans votre aide.

S’il vous plaît, donnez ce que vous pouvez, faites passer le mot et encouragez les autres à aider.

EUBritizens - Association sous la loi 1901

Twitter: https://twitter.com/eubritizens 

Facebook: EUBritizens https://www.facebook.com/groups/1093014314097180 

 

 

Donner 10 euros

Please donate as much as you can afford

Donner 15 euros

Please donate as much as you can afford

Donner 20 euros

Please donate as much as you can afford

Donner 25 euros

Please donate as much as you can afford

Donner 30 euros

Please donate as much as you can afford

Donner 35 euros

Please donate as much as you can afford

Donner 40 euros

Please donate as much as you can afford

Donner 45 euros

Please donate as much as you can afford

Donner 50 euros

Please donate as much as you can afford

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme EU Britizens. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
H
Hilary
08/06/2021
K
Katharine
24/05/2021
J
Janet
22/05/2021
Signaler la page